AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782501064620
154 pages
Éditeur : Marabout (07/04/2010)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 10 notes)
Résumé :


Fondé sur l'expérience clinicienne. Toujours sur trois niveaux : corporel, psychologique et spirituel. La maladie est la meilleure solution possible pour un individu, à un moment donné de sa vie et en fonction des éléments dont il dispose.

À travers ses maux, notre corps nous parle. La douleur physique est messagère de nos besoins physiques mais aussi psychologiques et spirituels.

La démarche des auteurs se fonde sur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
MarjorieD
  16 octobre 2016
A qui s'adresse ce livre ?
A ceux qui se préoccupent de leur santé, aux adeptes de la médecine holistique, aux sceptiques. Bref, à tous.
De quoi s'agit-il ?
C'est en fait le mémoire de clinicienne en Analyse Transactionnelle, d'Isabelle Filliozat, publié pour la première fois en 1988. En annexe à la présente édition : « Les facteurs psychiques de l'origine du cancer du sein », un autre mémoire qu'elle à rédigé pour l'obtention de sa maîtrise en psychologie clinique, et qui vient illustrer son propos.
Ce livre a fait l'objet de plusieurs rééditions et s'est enrichi des apports d'Hélène Roubeix, également analyste transactionnelle.
Contrairement à des ouvrages comme celui de Ch. Beerlandt (La clef vers l'autolibération) ou de J. Martel (Le grand dictionnaire des malaises et des maladies), le corps messager ne propose pas de lecture des maux, ni de symbolique de la maladie mais une grille de décodage, une description des processus psychosomatiques qui peuvent mener au développement de troubles physiques.
En d'autres mots, il s'agit d'une démonstration.
Quel est son propos, son but ?
Le corps messager a pour sous-titre : « quand la maladie nous parle de nous ». Que nous dit-il ? Que le corps et l'esprit sont indissociables et que, quand l'esprit va mal, c'est par le corps qu'il le fait savoir. Que les maux permettent de mettre des mots (maladie = « mal a dit »). Que « la maladie est la meilleure solution possible pour un individu, à un moment donné de sa vie et en fonction des éléments dont il dispose » (quatrième de couverture).
Les préoccupations des auteures sont de réintégrer la maladie dans sa globalité et de mettre fin au clivage entre le physique (domaine des médecins) et le psychique (domaine des psys) d'une part. D'autre part, de comprendre le processus de la maladie dans une perspective psychologique et transactionnaliste. La notion de scénario étant à la base du processus dont le mécanisme est la passivité. Elles insistent sur l'importance de la connaissance de soi, cette connaissance étant placée dans le cadre conceptuel homéodynamique, qui comme l'explique I. Filliozat, rend compte de l'harmonie entre deux tendances du vivant : le maintien de l'identité (« homéo »= stabilité) et l'évolution (de l'homme, de ses valeurs, de ses motivations,…)
Rassurez-vous, les auteures expliquent ces concepts fondamentaux pour la compréhension de leur démarche ; par ailleurs, bibliographie, notes en bas de page et glossaire en fin d'ouvrage permettent au profane (que je suis) de s'y retrouver.
Leur démonstration se clôt par une étude de cas et par une conclusion dans laquelle elles élargissent leur propos au phénomène des épidémies, en intégrant la dimension sociale de la maladie.
Ce que j'en ai pensé ?
Tout d'abord, je tiens à remercier Babelio et les éditions Desclée de Brouwer pour ce livre que j'ai reçu dans le cadre de l'opération « masse critique ». Il m'a attirée, d'abord par son sujet, auquel je m'intéresse depuis quelques années, ensuite par l'une de ses deux auteures, I. Filliozat dont j'admire le travail sur la parentalité positive. (Je ne connaissais pas encore Hélène Roubeix).
Le grand intérêt de cet ouvrage est d'avoir donné une caution scientifique à l'idée du corps messager de l'inconscient et d'une origine psychosomatique de la maladie. Innovante en 1988, elle a fait son chemin depuis dans les milieux concernés et prête de moins en moins à sourire même chez les tenants purs et durs de la médecine allopathique… et c'est tant mieux !
Les auteures rappellent que leur approche est une piste à envisager parmi d'autres pour comprendre la maladie et qu'il y a bien sûr de multiples facteurs déclencheurs, qu'ils soient génétiques, environnementaux,… Un des mérites de leur démarche est de donner du sens à la maladie.
Personnellement, je ne suis pas entièrement convaincue par leur illustration au travers de cas cliniques : je trouve que par moment elles poussent le bouchon un peu loin dans l'interprétation.
Enfin, cette approche de la maladie, qui se veut positive et porteuse d'espoir, me met mal à l'aise : rendre l'individu responsable, non pas de sa maladie (il n'a pas de prise sur son inconscient) mais de sa guérison, est à double tranchant.
Ce n'est bien sûr que mon opinion, à vous de vous faire la vôtre :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
camati
  02 octobre 2016
Merci à Babelio et aux Editions Desclée de Brouwer de m'avoir permis de lire cet ouvrage de jeunesse des deux auteurs, Isabelle Filliozat et Hélène Roubeix.
Comme cela se produit de plus en plus fréquemment, la 4ème de couverture n'est pas le reflet exact du livre. A sa lecture, l'on pourrait penser qu'il porte exclusivement sur la maladie, à travers laquelle notre corps nous parle. Or ce n'est pas que cela, c'est plus général. Il s'agit quasiment d'un cours de "psychosomatique", un peu trop théorique parfois d'ailleurs pour un profane.
En effet,il ne s'agissait pas à l'origine d'un manuel de psychologie grand public, mais d'un mémoire de fin d'études de psychologie écrit en 1988 et régulièrement réédité. On peut regretter que des mises à jour plus importantes n'aient pas été développées, quitte à étoffer ce court livre de plusieurs dizaines de pages.
En revanche, l'aspect étonnant de cet ouvrage à quatre mains, c'est la clairvoyance de ces deux jeunes femmes, vu leur jeune âge à l'époque. En effet, ce qui paraissait novateur voire peu crédible à l'époque semble beaucoup plus communément admis à ce jour.A savoir que le corps exprime par la maladie ce que les mots n'ont pas pu ou su dire, autrement dit les auteures se sont attachées à démontrer l'origine psychosomatique de nos troubles physiques.
Le corps est le messager de notre inconscient. A nous de recevoir le message et de modifier notre comportement en fonction des signaux envoyés.
Les deux psychothérapeutes, Isabelle Filliozat et Hélène Roubeix, tentent de supprimer le clivage existant entre le physique, le corps, traité par le médecin, et le psychique, traité par le psychothérapeute. En cherchant à comprendre le processus de la maladie,elles ont voulu "réunifier" l'humain malade, en utilisant entre autres l'analyse transactionnelle (créée par Eric D. Berne). C'est là que les auteurs font un cours de psychologie qui ne traite pas uniquement de la maladie.
En quelques mots, elles ont basé leur étude sur deux concepts principaux, tirés de l'analyse transactionnelle: le scénario de vie et la passivité.
Le scénario est ce que l'on pourrait appeler aujourd'hui appeler une "injonction parentale", le plan de vie initié par les parents. Ce scénario peut empêcher la personne de reconnaître ses propres besoins et perturber sa vie relationnelle et sa santé.
Quant à la passivité, elle peut prendre plusieurs formes: l'abstention, la suradaptation, l'agitation, l'incapacitation et la violence.
Ces processus sont bien sûr inconscients; ils sont à la fois une protection et un facteur de risque sur le plan de la santé; en effet, le problème non résolu cherche à l'être et la maladie ,qui apporte des bénéfices primaires et secondaires, peut apparaître comme une solution.
Un ouvrage intéressant pour une première approche. Il est peut-être plus judicieux de s'intéresser aux ouvrages de ces deux auteures publiés plus récemment, très nombreux dans le cas d'Isabelle Filliozat en particulier. Elle est devenue une référence depuis plusieurs années.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
agnesrobert
  06 juin 2017
Une lecture très intéressante, source de réflexion sur sa propre vie et son rapport aux autres aussi.
Les auteurs ont le grand mérite de traiter la personne dans sa globalité, corps et psychisme sont indubitablement liés, ce que les médecins ont mis très, trop, longtemps à admettre pour la plupart. Et le chemin est encore long pour comprendre les liens complexes qui unissent les deux.
Commenter  J’apprécie          10
fragglec1974
  14 novembre 2016
Réédition d'un texte publié pour la première fois en 1988. C'est en fait le mémoire de recherche en Analyse Transactionnelle d'Isabelle Filliozat, complété par des apports d' Hélène Roubeix, également analyste transactionnelle.
Le moins qu'on puisse dire c'est qu'Isabelle Filliozat aujourd'hui reconnue pour ses textes autour de l'éducation bienveillante/parentalité positive était visionnaire.
En effet, autant aujourd'hui l'idée d'une origine psychosomatique de la maladie est clairement répandue et mieux acceptée aujourd'hui autant elle était innovante en 1988. Ici est mis en avant une vision globale de la maladie et des liens évidents entre le corps et l'esprit.
Le texte, pas toujours évident à appréhender pour des novices et également surement daté sur certains aspects, est illustré de nombreux exemples et témoignages pour certains assez troublants notamment autour du développement du cancer du sein.
Ce que je retiens : ce livre nous montre à quel point il est important d'être à l'écoute de son corps. Il rend aussi l'être humain « responsable » de ses maladies, ce qui n'est pas facile à accepter.
Lien : http://delphinesbooksandmore..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
vassia7178
  05 novembre 2018
La maladie est la meilleure solution possible pour un individu, à un moment donné de sa vie et en fonction des éléments dont il dispose.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
SirennaSirenna   30 novembre 2015
J'en suis de plus en plus convaincue:notre corps est un messager extraordinaire.Messager merveilleux et extrêmement précis de ce qui se passe en nous à chaque instant de notre vie.
Commenter  J’apprécie          310
MarjorieDMarjorieD   17 octobre 2016
En se connaissant lui-même, en prenant la responsabilité de satisfaire ses besoins, en s'autorisant à créer sa vie comme il l'entend, l'homme peut s'éviter la maladie. La possibilité de somatiser est une soupape de sécurité, un dernier moyen de porter un message dont nous ne voulons pas prendre la responsabilité. Mais nous pouvons aussi éviter à notre corps de supporter le poids de nos conflits.
Le corps est un messager malheureusement efficace, mais à quel prix!

P.110
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
camaticamati   02 octobre 2016
Choisir de s'épanouir dans une relation ou dans une activité unique est dangereux car la relation peut cesser, l'activité s'arrêter. Un tel surinvestissement dans un objet extérieur, s'il permet de trouver un bonheur temporaire, freine la personne dans la réalisation de soi; il la maintient dans une relation de dépendance et l'empêche de trouver son autonomie. L'objectif n'est pas de ne pas établir de lien, mais de ne pas faire de celui-ci le fondement même de notre vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SirennaSirenna   30 novembre 2015
D'une façon générale,nous utilisons la douleur pour être surs que nous sommes bien la."Pince moi pour me prouver que je ne rêve pas".
Commenter  J’apprécie          70
camaticamati   02 octobre 2016
La perspective psychosomatique ..... permet à la personne de se prendre en charge ..... et de ne pas abandonner inconditionnellement au corps médical la responsabilité de sa guérison.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Isabelle Filliozat (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Filliozat
Un cahier d?activités pour développer sa capacité relationnelle !
"Nous avons tous besoin de se sentir aimés et acceptés, c?est le propre des humains. Pourtant avoir des amis, ce n?est pas toujours facile. Parfois on se sent rejetés ou pas assez bien, on n?ose pas, on s?y prend mal? alors comment faire ? "
Un cahier pour comprendre comment surmonter ses problèmes relationnels, et des outils simples pour comprendre comment tisser et entretenir une relation amicale.
Un livre écrit par Isabelle Filliozat et Margot Fried-Filliozat ; illustré par Eric Veillé.
Disponible en librairie. #cahiers #Filliozat #amitié
+ Lire la suite
autres livres classés : psychologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
321 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre