AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782072946059
128 pages
Gallimard (06/01/2022)
3.46/5   322 notes
Résumé :
Anouk a quitté son appartement confortable de Montréal pour un refuge forestier délabré au Kamouraska. Encabanée loin de tout dans le plus rude des hivers, elle livre son récit sous forme de carnet de bord, avec en prime listes et dessins. Cherchant à apprivoiser son mode de vie frugal et à chasser sa peur, elle couche sur papier la métamorphose qui s'opère en elle : la peur du noir et des coyotes fait place à l'émerveillement ; le dégoût du système, à l'espoir ; le... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (98) Voir plus Ajouter une critique
3,46

sur 322 notes

Patsales
  05 mars 2022
Ça commençait bien.Départ immédiat. Destination solitude (pas tout à fait d'ailleurs, si l'on tient compte des souris), "simplicité volontaire", avec curseur pointé sur congélation. Partir pour se tester, check-up autonomie: de quoi peut-on encore être capable sans béquilles technologiques, avec une hache pour fendre la glace et trouver de quoi boire?
Survie et littérature, Anne Hébert en éclaireuse, Félix Leclerc en rabatteur: notre héroïne emprunte parfois les mots des autres et tient le froid à distance en égrenant tout ce qu'elle abandonné depuis qu'elle s'est encabanée: "L'asphalte, les pelouses taillées -vous savez, ces haies de cèdres torturées-, l'eau embouteillée, la propagande sur écran, la méfiance entre voisins, l'oubli collectif de nos ancêtres et de nos combats, l'esclavage d'une vie à crédit et les divans sur lesquels on s'incruste de fatigue. La ville encrassée où l'on dort au gaz dans un décor d'angles droits."
Mais comme il fait toujours très froid, que les coyotes regardent l'intruse d'un sale oeil et que la hache mal apprivoisée a transformé son visage en "un barbeau de couleurs blessées", voilà notre narratrice obligée d'en remettre bien des couches pour se souvenir qu'elle a de bonnes raisons de s'infliger ça. En guise de guide de survie, le lecteur marri se retrouve bientôt à survoler la plate complainte de la Montréalaise shootée aux implants mammaires et régimes amaigrissants, symbole du monde décadent que Gabrielle Filteau-Chiba a fui. de Anne Hébert, on dégringole dangereusement vers le blog d'adolescente: "Je cherchais des yeux un endroit où m'éclipser, comme un animal blessé se tapit dans l'ombre, mais il n'y avait que du béton partout." Non, non, Gabrielle, il n'y a pas que du béton: beaucoup de gros clichés, aussi.
Des clichés et de la dissertation. Alors, thèse: la civilisation c'est pas bien. Antithèse: la nature, c'est froid. Synthèse (priez pour nous): un bel activiste pourchassé passe par là, la culbute (alors qu'avec la température, il devrait réalistement n'avoir qu'un petit zizi tout ratatiné), fend son bois, déneige le panneau solaire, redémarre la voiture, et hop, notre héroïne est désormais remise sur les rails de sa vie: "Enfin, j'avais découvert le sens à ma vie de féministe rurale: me dévouer à la protection de la nature corps et âme."
(Féministe parce que, même si elle a besoin d'un homme pour déneiger son toit, elle a "brûlé (s)on soutien-gorge et ses cerceaux de torture". Pauvre choupinette, va.)
Sinon, le Don Juan de la toundra a un peu tué quelqu'un et c'est vraiment triste parce que, du coup, il risque la prison.
Je suis moi-même très abattue sur ce coup, ça me ferait presque croire que Sylvain Tesson c'est Victor Hugo. C'est dire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          598
hcdahlem
  05 mars 2021
Quelquefois, le confinement a du bon
En racontant le séjour d'Anouk, partie en plein hiver «s'encabaner» dans la forêt québécoise, Gabrielle Filteau-Chiba réussit un premier roman écolo-féministe écrit avec poésie et humour. Une belle réussite!
Le 2 janvier, en plein hiver, Anouk, la narratrice de ce court et beau roman «file en douce» de Montréal pour s'installer à Saint-Bruno-de-Kamouraska, «tombée sous le charme de ce nom ancestral - Kamouraska - désignant là où l'eau rencontre les roseaux, là où le golfe salé rétrécit et se mêle aux eaux douces du fleuve, là où naissent les bélugas et paissent les oiseaux migrateurs.»
Elle ne nous en dira guère plus de ses motivations, si ce n'est qu'elle entend fuir un quotidien trop banal et une vie où le superficiel a pris le pas sur l'essentiel. En revanche, elle va nous raconter avec autant de crainte que d'humour, avec autant d'émotion que de poésie sa vie dans et autour de cette cabane perdue dans l'immensité de la forêt. Elle doit d'abord lutter contre le froid intense qui s'est installé avant d'imaginer se consacrer à son programme, lire et écrire. Et se prouver qu'au bout de sa solitude, sa vie va recommencer.
Intrépide ou plutôt inconsciente, elle ne va pas tarder à se rendre compte combien sa situation est précaire. «Le froid a pétrifié mon char. le toit de la cabane est couvert de strates de glace et de neige qui ont tranquillement enseveli le panneau solaire. Les batteries marines sont vides comme mes poches. Plus moyen de recharger le téléphone cellulaire, d'entendre une voix rassurante, ni de permettre à mes proches de me géolocaliser. Je reste ici à manger du riz épicé près du feu, à chauffer la pièce du mieux que je peux et à appréhender le moment où je devrai braver le froid pour remplir la boîte à bois. Ça en prend, des bûches, quand tes murs sont en carton.»
Et alors qu'un sentiment diffus de peur s'installe, que les questions se bousculent, comment faire seule face à un agresseur alors que la voiture refuse de démarrer, peut-elle se préparer à mourir gelée ? Ou à être dévorée par les coyotes qui rôdent? Presque étonnée de se retrouver en vie au petit matin, elle conjure le sort en dressant des listes, comme celle des «qualités requises pour survivre en forêt», avec ma préférée, la «méditation dans le noir silence sur ce qui t'a poussée à t'encabaner loin de tout».
Peut-être que le fruit de ses réflexions lui permettra de goûter au plaisir de (re)découvrir des oeuvres d'Anne Hébert, de Gilles Vigneault et de quelques autres auteurs de chefs-d'oeuvre de la littérature québécoise qui garnissent la bibliothèque de sa cabane. Et d'y ajouter son livre? «J'ai troqué mes appareils contre tous les livres que je n'avais pas eu le temps de lire, et échangé mon emploi à temps plein contre une pile de pages blanches qui, une fois remplies de ma misère en pattes de mouche, le temps d'un hiver, pourraient devenir un gagne-pain. Je réaliserai mon rêve de toujours: vivre de ma plume au fond des bois.»
Après quelques jours, son moral remonte avec l'arrivée inopinée de Shalom, un gros matou «miaulant au pied de la porte comme téléporté en plein désert arctique» et dont la «petite boule de poils ronronnante» réchauffe aussi bien ses orteils que son esprit.
Avec un peu de sirop d'érable, la vie serait presque agréable, n'était cette vilaine blessure qui balafre son visage. Couper le bois est tout un art.
C'est à ce moment qu'une silhouette s'avance. À peine le temps de décrocher le fusil que Rio est déjà là à demander refuge. La «féministe rurale» accueille ce nouveau compagnon avec méfiance, puis avec cette chaleur qui lui manquait tant. «Ton souffle chaud sur ma peau me fait oublier les courants d'air dans la cabane et le froid dehors. Je m'agrippe à tes longs cheveux. Je nous vois, toi et moi, sur un tapis de lichen valser au rythme de la jouissance. Encore et encore. Mon dos cambré comme un arc amazone est prêt à rompre.» Au petit matin son amant lui dira tout. Il est en fuite, recherché par la police pour avoir saboté la voie ferrée. Rio est un activiste environnemental qui se bat contre le pétrole des sables bitumineux. Pour lui, «se taire devant un tel risque environnemental, c'est être complices de notre propre destruction». Alors Anouk va lui proposer de l'emmener à travers la forêt jusqu'aux États-Unis…
Gabrielle Filteau-Chiba a parfaitement su rendre la quête de cette femme, partie pour se retrouver. Et qui, en s'encabanant, va découvrir non seulement des valeurs, mais aussi une boussole capable de lui ouvrir de nous horizons, sans se départir de son humour: «Incarner la femme au foyer au sein d'une forêt glaciale demeure, pour moi,
l'acte le plus féministe que je puisse commettre, car c'est suivre mon instinct de femelle et me dessiner dans la neige et l'encre les étapes de mon affranchissement.»
Quelquefois, le confinement a du bon.
«Ma vie reprend du sens dans ma forêt», dit Anouk. En lisant son témoignage, notre vie aussi reprend du sens.

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          512
fanfanouche24
  22 février 2022
Jolie lecture âpre et poétique, avec un zeste d'autodérision et d'humour....
J'ai choisi ce texte il y a juste une année, en février 2021...depuis,et tout récemment j'ai offert le second livre de cette auteure québécoise ( faisant suite,d'une certaine façon,à celui-ci):"Sauvagines"...
La narratrice,Anouk, lassée et exaspérée du cirque social qu'elle endure à Montréal, depuis trop longtemps, à son goût, décide de tout quitter pour se réfugier dans une cabane sommaire au fond d'une forêt, au Kamouraska,là où naissent les bélugas.
Exergue choisie par l'auteur nous explique le déclic ayant provoqué ce choix : "Merci Anne Hébert.Après la lecture de -Kamouraska-,j'ai troqué l'ordinaire de ma vie en ville contre l'inconnu et me suis libérée des rouages du système pour découvrir ce qui se dessine hors des sentiers battus.Merci de m'avoir fait rêver d'une forêt enneigée où m'encabaner avec ma plume."
Anouk nous décrit son quotidien difficile à survivre dans un milieu naturel et sauvage difficile,,, d'autant plus que cela se déroule en plein hiver où le froid atteint des températures fort dissuasives...
Toutefois Anouk est déterminée...elle a besoin de retrouver l'Essentiel, ce qui compte vraiment,en dehors d'une société de moutons dociles,broyés dans des courses professionnelles et consuméristes...sans fin...
Son rêve ressemble à ceux de Thoreau: retrouver la nature,en prendre soin,réapprendre à apprécier ce qu'elle nous offre généreusement...et ÉCRIRE au fond des bois dans sa petite cabane,où elle recueille un gros matou noir...ainsi qu'un homme rebelle,recherché, qu'elle hébergera momentanément...
Alternent au récit des listes de souhaits ou de gratitudes...non dénuées de malice et de clins d'oeil ironiques ! (In-fine, définitions d'expressions typiquement québécoises...bien précieuses !)
Après cette lecture très touchante,nous interpellant d'une manière ou d'une autre dans nos propres vies citadines, je vais m'empresser de lire le texte d'Anne Hébert et "Sauvagines"...de Gabrielle Filteau-Chiba,pour rester un plus longtemps avec notre vaillante "héroïne solitaire"...qui dans "Sauvagines" exerce le métier de "Garde-forestier"....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
BillDOE
  22 octobre 2022
Kamouraska est une petite localité de 700 habitants au Québec, à l'embouchure du St Laurent. Elle y a acheté une forêt pour le prix d'un appartement en ville. Elle a tout plaqué et s'est retiré dans sa cabane, perdue sous les neiges d'un mois de janvier. Elle fait l'expérience de la solitude, voulant rompre avec le rythme effréné de l'éternelle fuite en avant du monde citadin. Ce sera l'occasion pour elle de rencontrer une meute de coyotes, un chat noir aux yeux orange, un fugitif écolo.
« Encabanée » est le journal d'une femme qui réalise le rêve de beaucoup, stopper la course après les choses futiles pour se recentrer sur l'essentiel : sa vie.
Editions Gallimard, Folio, 110 pages.
Commenter  J’apprécie          500
isabelleisapure
  03 février 2022
Je ne suis pas sûre que le réchauffement climatique ait été la préoccupation majeure d'Anouk, « Encabanée » au coeur de la forêt de Kamarouska pour oublier la vie trépidante de Montréal, sa pollution sonore et visuelle.
Une souris pour compagne, des glaçons aux fenêtres, comme des barreaux de cellule et le froid terrible, mordant, mortel qu'il faut apprivoiser pour survivre. Anouk fait des listes pour le défier :
« Mes trois souhaits au génie de la lampe :
Des bûches qui brulent jusqu'à l'aube.
Une robe de nuit en peau d'ours polaire.
Robin des bois qui cogne à ma porte. »
Avec une plume minutieuse, empreinte de poésie souvent, d'humour parfois, Gabrielle Filteau-Chiba construit l'histoire d'Anouk, avec ses listes numérotées, ses coups de griffe à l'encontre de l'humanité, le récit qui, en lui-même, donne des contours à cet univers gelé immaculé.
Un jour, Robin des bois cogne à sa porte.
« Encabanée » c'est aussi l'histoire du désir, de la solitude, de la peau, de cette chaleur humaine manquante puis follement attachante.
J'ai adoré ce texte plein de douceur, de courage, d'espérance en un monde meilleur.
L'écriture de Gabrielle Filteau-Chiba est majestueuse pour parler de la neige, des paysages, des animaux, de la survie, mais aussi de l'amour.
Je me suis « Encabanée » avec un réel bonheur.
Je peine à en sortir, suis-je atteinte du syndrome de la cabane ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450


critiques presse (3)
LaPresse   11 mars 2021
Après Encabanée et Sauvagines, Gabrielle Filteau-Chiba renoue avec ses personnages Anouk, Raphaëlle et Riopelle dans Bivouac, un récit engagé et émouvant qui rend hommage aux forêts et aux communautés qui font tout pour les protéger.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaPresse   28 février 2018
Le premier livre de Gabrielle Filteau-Chiba, Encabanée, est inspiré du rude hiver qu'elle a passé dans sa cabane du Bas-du-Fleuve, en 2013.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeJournaldeQuebec   19 février 2018
Les 10 jours qu’a dû passer Gabrielle Filteau-Chiba encabanée dans son petit refuge du Bas-Saint-Laurent à cause d’une vague de froid l’ont inspirée à écrire un livre qui s’approche de ce qu’elle a vécu, avec une part de fiction.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (84) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   05 mars 2021
INCIPIT
Merci, Anne Hébert. Après la lecture de Kamouraska, j’ai troqué l’ordinaire de ma vie en ville contre l’inconnu et me suis libérée des rouages du système pour découvrir ce qui se dessine hors des sentiers battus. Merci de m’avoir fait rêver d’une forêt enneigée où m’encabaner avec ma plume.

2 janvier
Le verre à moitié plein de glace
J’ai filé en douce. Saint-Bruno-de-Kamouraska, ce n’est pas la porte à côté, mais loin de moi le blues de la métropole et des automates aux comptes en souffrance.
Chaque kilomètre qui m’éloigne de Montréal est un pas de plus dans le pèlerinage vers la seule cathédrale qui m’inspire la foi, une profonde forêt qui abrite toutes mes confessions. Cette plantation d’épinettes poussées en orgueil et fières comme des montagnes est un temple du silence où se dresse ma cabane. Refuge rêvé depuis les tipis de branches de mon enfance.
Kamouraska, je suis tombée sous le charme de ce nom ancestral désignant là où l’eau rencontre les roseaux, là où le golfe salé rétrécit et se mêle aux eaux douces du fleuve, là où naissent les bélugas et paissent les oiseaux migrateurs. Y planait une odeur de marais légère et salée. Aussi parce qu’en son cœur même, on y lit « amour ». J’ai aimé cet endroit dès que j’y ai trempé les orteils. La rivière et la cabane au creux d’une forêt tranquille. Je pouvais posséder toute une forêt pour le prix d’un appartement en ville ! Toute cette terre, cette eau, ce bois et une cachette secrète pour une si maigre somme… alors j’ai fait le saut.
C’est ici, au bout de ma solitude et d’un rang désert, que ma vie recommence.
Le froid a pétrifié mon char. Le toit de la cabane est couvert de strates de glace et de neige qui ont tranquillement enseveli le panneau solaire. Les batteries marines sont vides comme mes poches. Plus moyen de recharger le téléphone cellulaire, d’entendre une voix rassurante, ni de permettre à mes proches de me géolocaliser. Je reste ici à manger du riz épicé près du feu, à chauffer la pièce du mieux que je peux et à appréhender le moment où je devrai braver le froid pour remplir la boîte à bois. Ça en prend, des bûches, quand tes murs sont en carton.
Un carillon de gouttelettes bat la mesure et fait déborder les tasses fêlées que j’ai placées le long des vitres. Par centaines, les glaçons qui pendent au-delà des fenêtres sont autant de barreaux à ma cellule, mais j’ai choisi la vie du temps jadis, la simplicité volontaire. Ou de me donner de la misère, comme soupirent mes congénères, à Montréal.
Je ne suis pas seule sous le toit qui fuit. Une souris qui gruge les poutres du plafond s’est taillé un nid tout près de la cheminée. Je l’entends grattouiller frénétiquement jour et nuit. Au fond, pas grand-chose ne nous différencie, elle et moi, ermites tenant feu et lieu au fond des bois, femelles esseulées qui en arrachent. Comme elle, je vais finir par manger mes bas. Comme elle, j’ai choisi l’isolation… ou plutôt l’isolement.
Maman, j’ai brûlé mon soutien-gorge et ses cerceaux de torture. Jamais je ne me suis sentie aussi libre. Je sais qu’avec mon baccalauréat de féministe et tous mes voyages, ce n’est pas là que t’espérais que j’atterrisse.
Mais je t’avoue que dans la nuit noire, quand je glisse sur la patinoire de mon verre d’eau renversé et qu’un froid sibérien siffle entre les planches, je jure entre mes dents et étouffe dans mon foulard un énorme sacre. Fracturation de schiste ! Mardi de vie de paumée! Sacoche de bitume faite en Chine! Tracteur à gazon! Tempête de neige!
J’oublie un moment la politesse de la jeune fille rangée, les règles de bienséance et de civilité. Fini, les soupers de famille où l’on évite les sujets chauds, où les tabous brûlent la langue et l’autocensure coince comme une boule au fond de la gorge. Crachat retenu. Chakra bloqué. Statu quo avalé.
Je passe mon ère glaciaire avec Anne Hébert et Marie-Jeanne, hantée par les cris des fous de Bassan, et plane entre les rêves où, comme ces vastes oiseaux marins, je vole très haut et plonge très creux dans la mer algueuse. Et je m’emboucane dans la cabane comme prisonnière de l’hiver ou prise en mer sans terre en vue, les hublots embués, les idées floues.
Tragique, la beauté des arbres nus me donne envie d’écrire, de sortir mon vieux journal de noctambule et de m’enfoncer dans les courtepointes aux motifs de ma jeunesse, d’y réchauffer mes jambes que je n’épile plus, à la fois rêches et douces comme la peau d’un kiwi. Le vent porte l’odeur musquée des feuilles mortes sous la neige, et j’attends un printemps précoce comme on espère le Québec libre. Le temps doux reviendra. L’avenir changera de couleur.
J’y crois encore, même si nos drapeaux sont en berne. Les écorces d’orange sur le poêle encensent la pièce d’un parfum camphré, comme le vin chaud à la cannelle le soir de Noël. Tous ces souvenirs d’avant la croisée des chemins où j’ai tourné le dos à tout ce qu’il y avait de certain pour foncer là où il y a plus de coyotes que de faux amis.
«La mémoire se cultive comme une terre. Il faut y mettre le feu parfois. Brûler les mauvaises herbes jusqu’à la racine. Y planter un champ de roses imaginaires, à la place.»
La grange est remplie de vieux outils rouillés que je trie. Égoïne, chignole, hache – charpentières de l’Apocalypse ou planches de Salut – armes fantasques de la palissade serpentée de ronces que j’érigerais autour de mon cœur affolé, de mon corps meurtri et de ma terre, trop belle pour être protégée de la bêtise humaine.
Les pionnières errent seules dans la foule. Leur regard transcende l’espace. Leurs traces dans la neige restent un temps, un battement, une mesure.
Comment fait-on pour s’éviter l’usure, le cynisme, l’apathie quand le peuple plie et s’agenouille devant l’autorité, consentant comme un cornouiller qui ne capte plus de rêves?
À quatre heures pile, j’entends au loin le cri strident d’une locomotive s’éreintant sur les rails. Cargos de bitume fusent plein moteur d’un océan à l’autre, et le train noir du progrès ternit mes songes à l’abri de la civilisation, ponctue ma réclusion forestière de bruits laids qui m’écorchent les oreilles à chaque fois. J’ai beau m’être créé un «dôme aux cent noms
où on ne se retrouve que lorsqu’on a tout espéré», j’ai beau m’effacer dans la neige, la peur me remonte à la gorge. Celle qu’on me pollue, que les têtards pataugent dans l’huile et que la boue sente la mort. J’essaie de trouver à la plainte ferroviaire le charme d’une autre époque, comme si j’habitais un Yukon étincelant d’or et que la gare et ses chants de sirènes étaient garants de vivres et de sang neuf.
Rien n’y fait. Il y a, dans ce crissement métallique, tout ce qui m’effraie du monde là-bas. L’asphalte, les pelouses taillées – vous savez, ces haies de cèdres torturés –, l’eau embouteillée, la propagande sur écran, la méfiance entre voisins, l’oubli collectif de nos ancêtres et de nos combats, l’esclavage d’une vie à crédit et les divans dans lesquels on s’incruste de fatigue. La ville encrassée où l’on dort au gaz dans un décor d’angles droits. Pendant ce temps, le poison nous roule sous le nez. Et nul doute, le sang des sables de l’Ouest se déversera un jour sur nos terres expropriées.
À chacun son inévitable alarme : je ne sais plus l’heure qu’il est sans ce train qui crie comme une cloche d’école dicte les moments de rentrée, puis de liberté. Le matin, il me botte le cul pour me tirer du lit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
fanfanouche24fanfanouche24   21 février 2022
Par centaines, les glaçons qui pendent au-delà des fenêtres sont autant de barreaux à ma cellule,mais j'ai choisi la vie du temps jadis,la simplicité volontaire. (..)

Maman, J'ai brûlé mon soutien-gorge et ses cerceaux de torture. Jamais je ne me suis sentie aussi libre.Je sais qu'avec mon baccalauréat de féministe et tous mes voyages, ce n'est pas là que t'espérais que j'atterrisse.(p.15 / Le Mot et le reste,2021)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
DocteurVeggieDocteurVeggie   14 février 2022
Je veux marcher dans les bois sans jamais penser au temps. Je n'ai pas besoin de montre, d'assurances, d'hormones synthétiques, de colorants à cheveux, de piscine hors terre, de téléphone cellulaire plus intelligent que moi, d'un GPS pour guider mes pas, de sacoches griffées, de vêtements neufs, d'avortements cliniques, de cache-cernes, d'antisudorifiques bourrés d'aluminium, d'un faux diamant collé sur une de mes canines, ni d'amies qui me jalousent. De toute ces choses qui donnent le mirage d'une vie réussie. Consommer pour combler un vide tellement profond qu'il donne le vertige. S'accrocher à des bouées de masses, peindre des masques de clowns tristes. Pire encore, bêler sa conformité en terre de Caïn. La liberté comme une promesse intenable dans une conjoncture colonialiste, parmi "un peuple annexé par la force et les armes".

Pages 30 et 31.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
hcdahlemhcdahlem   05 mars 2021
Lacer les mocassins. Rallumer le poêle presque éteint. Préparer le café. Pisser à l’orée du bois pour éloigner les ours noirs. Pelleter le sentier entre la porte et le bois cordé. Première tasse de café. Poignée de noix du randonneur. Rentrer du bois, toujours plus qu’il en faut réellement, d’un coup que le mercure chuterait encore. Dur à croire qu’il pourrait faire plus froid, mais qui ne se prépare pas au pire se fera surprendre. Remplir les chaudières d’eau de rivière. Les placer à côté du poêle pour qu’elles ne gèlent pas. Pelleter de la neige le long des murs de la cabane pour créer une bulle. Deuxième café. Une autre poignée de noix. Gorgée de sirop d’érable. Le train crie au loin que c’est déjà l’après-midi et que la nuit vient. Bourrer le poêle de bûches. Remplir la lampe à l’huile. Lire, écrire, dessiner jusqu’à ce que mes paupières et la nuit tombent.
La nuit engouffre la cabane, épaisse et opaque comme un rideau de théâtre. Quarante degrés sous zéro. Le vent fait danser les épinettes blanches. Elles grincent à l’unisson, comme les gonds d’une porte qui s’ouvre lentement sur les Enfers ou les poutres d’une mine qui va s’effondrer après avoir tout donné. Pillée. Vidée de ses ressources. Épuisée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Dominique_LinDominique_Lin   07 janvier 2021
Les poèmes, il faut les garder pour la fin, les savourer à la lueur d’une bougie. Mes yeux picotent derrière les volutes de fumée bleue. Dis, Marie-Jeanne, l’errance, n’est-ce pas la fuite du moment présent ? Et moi, pourquoi suis-je venue m’enfouir dans la plus rude des saisons ? Pour endormir mes passions et me cacher au fond d’un rang, comme dans un écrin de neige ? Je comprendrai pourquoi je suis ici lorsque j’aurai tout lu. D’ici là, je tourne les pages de Gilles Vigneault et me délecte du bruit du papier entre mes mains sablées, de l’odeur des vieilles reliures et du temps qui m’échappe enfin. Dehors, il fait noir comme chez le loup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Gabrielle Filteau-Chiba (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gabrielle Filteau-Chiba
A l'occasion du festival "America" à Vincennes, Gabrielle Filteau Chiba vous présente son ouvrage "Sauvagines" aux éditions Stock.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2595360/gabrielle-filteau-chiba-sauvagines
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : écologieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
206 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre