AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782264072979
264 pages
Éditeur : 10-18 (21/03/2019)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 89 notes)
Résumé :
L’histoire incroyable d’un homme qui a vécu seul pendant 27 ans dans les forêts du Maine
En 1986 – c’était l’époque de Reagan et de Tchernobyl – Christopher Knight, un jeune homme intelligent et timide, décide de quitter la société des hommes pour vivre dans une solitude totale au cœur de la forêt du Maine au nord des États-Unis. Pendant près de 30 ans, il ne parlera à personne, fuira tout contact, apprenant à survivre au froid et à la faim grâce à son courag... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Jmlyr
  30 novembre 2018

Très surprenant ce témoignage d'un ermite des temps modernes, qui s'est coupé du monde à l'âge de 20 ans, pendant 27 ans, avant d'être inculpé pour tous les larcins qui lui ont permis de ne pas mourir de faim.
Personne n'a vraiment réussi à le cerner. Fait-il partie de la sphère autistique, avec un haut potentiel intellectuel ? Est-il simplement original ? Inadapté à la société ?
Féru de lecture, il s'est nourri de grands auteurs, puis de tous ceux qui lui tombaient sous la main lors de ses indispensables excursions de survie. Lire à tout prix.
Pas une parole proférée en près de 3 décennies, mais il écoutait les débats à la radio ! Encore plus étonnant : son attrait pour les jeux vidéos, à condition qu'ils soient non violents !
Pétri de culpabilité lors de ses vols, il ne prélevait que le nécéssaire pour lui.

À mi-chemin entre le conte philosophique, et une grosse supercherie, cette biographie semble pourtant bien réelle et nous amène à méditer une fois de plus sur la nature humaine et l'acceptation des êtres différents dans notre monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          640
BillDOE
  02 avril 2019
Christopher Knight est le dernier ermite, arrêté en 2014, alors qu'il était en train de cambrioler la chambre froide d'une colonie de vacances, afin de subvenir à ses besoins vitaux. Cela faisait 27 ans qu'il vivait coupé de tout contact avec la société, au fin fond d'une forêt du Maine.
Le journaliste Michael Finkel est le seul à avoir pu recueillir le témoignage de cette aventure hors norme. Dans un style clair, direct et synthétique, il nous livre l'analyse d'une telle démarche et surtout quelques réponses à la question pourquoi ? Mais la vraie réponse est restée dans la tête de Christopher Knight, elle s'appelle liberté et seule la mort la rend inaliénable.
Commenter  J’apprécie          540
nadiouchka
  08 septembre 2019

Un récit plus que surprenant – un fait réel – une aventure qui a été difficile à comprendre (et à admettre) par la société de nos temps modernes, celle de Christopher Knight qui, tout jeune (vingt ans), à l'époque de Tchernobyl et de Reagan, décida tout d'un coup de quitter la civilisation et cela pendant vingt-sept ans), devenant ainsi celui que l'on appellera « Le dernier ermite ». L'histoire se déroule dans les superbes contrées du Maine aux États-Unis.
Ce fait nous est relaté par Michael Finkel qui a réussi à l'approcher alors que Christopher avait été emprisonné car finalement découvert. Et ce qui est totalement incroyable c'est que Christopher a réussi à vivre toutes ces décennies, caché dans les bois du Maine – vivant de débrouille – de cambriolages pour se nourrir car des habitations saisonnières ne sont pas si loin que cela de sa tanière. S'il vole tout ce qui peut lui être nécessaire, il le fait en se montrant « respectueux » : en principe il est bien équipé – il ne fracture pas – il laisse tout propre derrière lui (pas de traces) … et ce qu'il emporte lui sert à passer les nombreux mois d'hiver impitoyable. Il n'oublie pas de se fournir, non plus, en une grande quantité de livres car c'est son loisir.
Michael Finkel nous relate ce parcours insensé d'une homme qui ne manquait pas de culture mais qui a choisi de vivre en harmonie avec "Dame Nature." C'est au milieu des bois qu'il se sent chez lui et les descriptions de l'ingéniosité de cet « ermite » ne manquent pas de nous étonner. C'est qu'il a vraiment bien aménagé son chez-lui. Par contre il y a le problème du froid, souvent de la faim et on peut se demander pourquoi il a agi ainsi. Il avait tout ce qu'il lui fallait et a abandonné le confort en laissant sa famille sans nouvelles.
La question est  : « Mais pourquoi ? Pourquoi un garçon de vingt ans, détenteur d'un emploi, d'une voiture et d'un cerveau, abandonnerait-il brusquement le monde ? Cet acte comportait des actes suicidaires, à ceci près qu'il ne s'ôta pas la vie. » Pour le reste du monde, j'ai cessé d'exister, m'expliqua-t-il. » (p.108)
Et que dire des épreuves endurées ? Sa réponse est : « Dans les bois, je n'avais personne à qui me plaindre, alors je ne me plaignais pas. » (p.154)
Sur cette épreuve que représente la vie en solitaire, l'auteur s'est servi également de réflexions se rapportant à des écrits, par exemple : « Dans le Tao-Te-King, il est dit : « Ceux qui savent ne parlent pas, ceux qui parlent ne savent pas. » Ou « Les réponses des ermites sont souvent restées évasives. "
Pressée de communiquer ses conclusions sur sa vie silencieuse dans une grotte pendant douze ans, Tenzin Palmo (une nonne du bouddhisme tibétain) se contenta de répliquer : « Eh bien, cela n'avait rien d'ennuyeux. » Ralph Waldo Emerson écrivit : « Qui pense le plus dira le moins. »…
Avec des réflexions philosophiques – la description du paysage qui entoure les lieux, de ce paysage grandiose dans ce Maine où les saisons ont chacune leur particularité et agissent sur le rythme de vie de Christopher – cet ouvrage qui décrit si bien la survie en milieu hostile, sur la solitude, des questionnements intérieurs, démontre comment cet « ermite », le dernier, a réussi à vivre malgré toutes les souffrances endurées.
Une chose est à remarquer, c'est qu'il a dit ne s'être jamais ennuyé, il passait parfois de longs moments dans ses pensées et cela lui convenait fort bien. Une grande leçon de courage bien que nombreux sont ceux qui ont crié à la supercherie.
C'est la raison pour laquelle Michael Finkel qui lui, y a cru, s'est investi dans ce travail de recherches en rencontrant Christopher Knight en prison et a, lui-même, tenté de vivre un peu comme lui, sur les mêmes lieux. D'ailleurs l'écrivain est la seule personne que Christopher ait accepté de rencontrer.
Un récit passionnant que j'ai dévoré d'une seule traite d'autant plus que tout est véridique et que l'on rencontre bien des surprises…..
Pour les amateurs d'aventure. 👍
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
coquinnette1974
  12 novembre 2017
Autre ouvrage découvert grâce à net galley et J.-C. Lattès : le dernier ermite de Michael Finkel.
Même si ce livre me tentait bien, j'ai mis un peu de temps à le lire car j'avoue avoir été un peu déçue.
Mon avis est très mitigé.
D'un coté j'ai bien aimé découvrir la vie de cet homme qui s'est coupé de la civilisation pendant tant d'années.
De l'autre, je trouve dommage qu'il n'ai jamais eu l'idée de travailler, et qu'il ai préféré voler (même si ce n'était "que" de menus larcins, pas des choses de grandes valeurs) pour survivre.
Il y a de bonnes choses dans ce livre, mais je n'ai pas vraiment accroché.
Je ne regrette pas ma lecture mais pour moi ça mérite trois étoiles, pas plus.
Commenter  J’apprécie          130
Wyoming
  28 mars 2018
Indiscutablement, ce livre est très puissant car il conte une histoire incroyable, véridique, celle d'un jeune de 20 ans qui va vivre seul dans la forêt pendant 27 ans. L'auteur va crescendo dans sa narration ce qui ajoute à la richesse du récit et permet au lecteur de réaliser une progression en lui-même quant à ses sentiments envers l'ermite pour parvenir, à la fin, à déterminer sa propre opinion très librement. le récit commence par l'arrestation, puis le contexte qui a amené ce jeune à s'exiler en forêt, ensuite ses conditions de vie et de survie, puis ses rencontres avec l'auteur émaillées de lettres, enfin sa libération et son début d'apprentissage de la vie parmi les autres. L'auteur insère dans le texte de nombreuses références à la vie érémitique avec des comparaisons d'autres situations proches. le livre comporte également de très belles réflexions métaphysiques sur la solitude, formulées aussi bien par l'ermite lui-même que par l'auteur. On ne peut éviter de comparer Christopher Knight à John Haines et ses 25 ans de solitude organisés sans vol d'aucune sorte et il s'agit de deux démarches très différentes, celle de Haines étant bien sûr bien plus noble. C'est donc très intéressant de lire les deux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
JmlyrJmlyr   28 novembre 2018
Le désir d’être seuls, ont découvert les biologistes, est en partie génétique et quantifiable, dans une certaine mesure. Si vous présentez de bas niveaux d’ocytocine, neuropeptide sécrété par l’hypophyse — parfois qualifiée de principal composant chimique de la sociabilité — et de fortes concentrations d’une hormone, la vasopressine, susceptible de réduire votre besoin d’affection, vous aurez tendance à moins exiger de relations personnelles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          343
fanfanouche24fanfanouche24   10 novembre 2017
Le désir de fréquenter les autres ne m'a jamais quitté, et le simple fait de rester assis, immobile, représentait une épreuve physique. Pourtant, comme si je regardais par-dessus la margelle d'un puits, ces dix jours [ de retraite ] m'ont suffi pour découvrir que le silence pouvait être mystique, et que si vous osiez, se plonger pleinement dans vos profondeurs intérieures finissait par se révéler à la fois pénétrant et perturbant.
je n'ai pas osé - m'examiner avec une telle franchise me semblait requérir une bravoure et une force d'âme que je ne possédais pas... (p. 56)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
fanfanouche24fanfanouche24   10 novembre 2017
Une liste sans fin d'écrivains, de peintres, de philosophes et de scientifiques purent être décrits comme des ermites, parmi lesquels Charles Darwin, Thomas Edison, Emily Brontë et Vincent Van Gogh. Herman Melville, l'auteur de -Moby Dick- se retira presque complètement de la vie publique pendant trente ans. "Toutes les choses profondes, écrivit-il , sont précédées et entourées de Silence. " Flannery O' Connor quittait rarement sa ferme de Géorgie. Albert Einstein se définissait comme " un solitaire au quotidien" (...)
Ce n'est que lorsque nous avons perdu le monde, écrivit Thoreau, que nous commençons à nous trouver. " (p. 120-121)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
nadiouchkanadiouchka   08 septembre 2019
Souffrir fait si profondément partie de la vie, écrivait Robert Kuli, qui vécut seul sur une île de Patagonie pendant un an, en 2001, que si nous tentons avec trop de force de l’éviter, nous finissons par entièrement éviter la vie. Le Tao Te King affirme que le bonheur naît du malheur.
Les hommes l’aiment quelquefois, la souffrance, d’une façon terrible, passionnée, ça aussi, c’est un fait (…). Car la souffrance est la seule cause de la conscience, écrivait Dostoïevski dans Les Carnets du sous-sol.
P.184
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
nadiouchkanadiouchka   09 août 2019
Il chemine dans la forêt avec grâce et précision, se faufile à longues foulées, brise à peine une brindille. La terre est encore ponctuée de monticules d'une neige sale, creusée par le soleil et de traînées de boue - c'est le printemps dans le centre de l'Etat du Maine -, mais il devine tous ces obstacles.
P.15
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Michael Finkel (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Finkel
Entretien avec Michael Finkel .
autres livres classés : cambriolageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
949 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..