AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782080209078
288 pages
Flammarion (03/03/2021)
3.37/5   15 notes
Résumé :
"La vie est en soi quelque chose de si triste qu'elle n'est pas supportable sans de grands allègements", nous dit Flaubert. Ces "grands allègements", ces échappatoires, Mona Ozouf les a trouvés dans les arts, l'histoire, le rapport à l'autre. En évoquant tour à tour Henry James, George Eliot mais aussi la Révolution française, l'historienne fait l'éloge de la littérature comme accès à l'ambiguïté du réel et promeut les manières comme rempart contre la barbarie ; ell... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
spleen
  23 février 2020
La préface de cet ouvrage , écrite par Mona Ozouf est magnifique, quelle belle plume possède cette femme historienne et philosophe , c'est limpide et prometteur d'une lecture enrichissante ...
Raison pour laquelle je lui ai attribué 3 étoiles .
Seulement je n'ai pas retrouvé dans les chapitres suivants le même plaisir et j'ai été, osons le dire , déçue car il s'agit de la transcription d'entretiens menés par Alain Finkielkraut avec pour la plupart un autre interlocuteur et je me suis sentie totalement à l'extérieur des débats , peut-être cette formule écrite est plus difficile à appréhender qu'à l'écoute ... le fait aussi de ne pas connaitre les textes débattus ou par hyperspécialisation de sujets comme les oeuvres de George Eliot ne m'ont pas permis d'apprécier la hauteur des propos . Il n'y a souvent pas de fil conducteur pour le lecteur alors que certains sujets évoqués m'intéressaient comme : Y a t'il une écriture féminine avec Geneviève Brisac ou Traité de savoir-vivre à l'usage de toutes les générations...
Cela m'aura donné envie tout de même de lire Henry James que je connais peu et d'oser me lancer dans les ouvrages de Mona Ozouf, une grande dame et dont les propos m'ont touché par leur grandeur et leur sincérité .
Je remercie NetGalley et les Éditions Stock
#Pourrendrelaviepluslégère #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Verdure35
  21 août 2020
Voilà un long temps que ce livre se balade d'une table l'autre, sans rentrer dans la bibliothèque.
C'est que cet ouvrage demande du temps , et sinon une préface superbe de Mona Ozouf, il peut parfois paraître un peu rébarbatif. En fait c'est une compilation des entretiens écoutés sur France Culture et dirigés par A Filkielkraut.
Tous sont très intéressants , mais il faut aussi avoir une bonne connaissance des divers intervenants, cela prend du temps également.
Mona Ozouf est née il y a très longtemps en Bretagne, j'ai eu la chance d'assister à une conférence donnée dans son "pays", c'est une femme qui vit et respire la littérature:
"La vie, soupire Flaubert, est en soi quelque chose de si triste qu'elle n'est supportable sans de grands allègements". Pour M.Ozouf, les livres l'ont portée depuis sa plus tendre enfance, et elle en tire ici la quintessence; sans être passéiste elle regrette la galanterie, les égards dus les uns aux autres et en train de disparaître doucement mais sûrement. Une lecture précieuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
jcjc352
  15 mai 2021
Un bel aréopage de lettrés qui s'y entend en littérature et ça se sent. Rompus à se donner la réplique, se contredire tout en en étant d'accord, s'accorder tout en soulignant des divergences, diverger tout en se ralliant à son contradicteur et qui surtout vont dans le même sens avec pour évidence le même amour pour les belles lettres et les grandes pensées
Car c'est un livre très intellectuel , on est dans la pensée et l'analyse constamment,. Rien n'est simple la moindre petite phrase de trois mots est sujette à discussions et des conséquences insoupçonnées pour le lecteur béotien et béotien on se s'en l'être ce qui parfois est agaçant mais bon on ne joue pas ensemble dans la cour des grands. Petit lecteur amateur nous sommes et voulons le rester Tout la grande pensée mondiale c'est-à-dire française et anglaise est réunie là pour étayer les théories des uns et des autres

Livre irritant ,assez souvent, car il semble aux communs que les arguties des uns et des autres sont artificielles et/ou exagérément littéraires
On hésite: Est-ce de la subtilité oiseuse ? Est-ce de l'argumentation absolument indispensable? Est-ce de la finesse passée inaperçue ? et surtout en fin de compte est-ce bien ça la littérature? N'est-on pas trop éloigné de la réalité ? Pas sûr !
Toujours est-il qu'il est fascinant de voir ses échanges entre experts faire assaut de raisonnement ingénieux et de subtilités de langage pour tout et pour rien même si on pourrait ou voudrait ne pas toujours vibrer à leur unisson
La psychanalyse littéraire n'est pas infaillible : loin de là d'ailleurs
Bref la vérité n'est pas là mais c'est plaisir de voir, Ozouf, de Margerie, Habib, Manent, Brisac, Belaval, Raynaud, Gueniffey l' affirmer haut et fort avec délectation sous la férule de Finkielkraut véritable diable titilleur qui n'a de cesse de « tirer les mots du nez » de ses invités ( .e.s j'ai exclu l'écriture inclusive par respect pour les intervenants) et un tantinet laudateur et jamais à court de qualificatifs brillantissimes
Qu'aborde-t-on comme sujet ? Les livres et en particuliers les romans, les écrivains chers à Ozouf James Henry, George Eliott, des anglo-saxons exclusivement. Les femmes bien sur omniprésentes tout au long de l'ouvrage dans la littérature, dans leurs rapports avec la société : la galanterie
Les intervenants restent cloisonnés dans la littérature anglo-saxonne et française pour ce qui concerne la femme et invoquent des auteurs assez anciens (Hume) mais qui semble-t-il sont assez favorables à un mode de vie à la française.
On évoque aussi les caciques de la littérature française les incontournables et ainsi on se conforte à penser et, c'est unanime, qu'il fait bon de vivre en France alors que les modes de pensées évoluent plutôt et on le déplore, avec la différentiation en autre, vers une pensée plus brute, plus vraie, plus libre peut-être mais moins amicale, idyllique, douce et rêveuse.
Cette belle discussion donne quand même l'impression d'être une belle leçon de chauvinisme français Un entre soi de beaux parleurs littéraires qui parlent d'eux-mêmes et de notre aristocratie aux belles manière On peut déplorer, mais furtivement, que les moeurs de la quasi-totalité de la population du pays soit totalement ignorées
Bref les moeurs d'un O.S d'usine sont en effet inenvisageables
Quelque soit le raisonnement on ne peut qu'être d'accord tellement il est est juste et ne souffre pas de failles à moins, bien sur, d'ergoter vilement ce qui ne serait pas très séant
En fait je ne suis pas certain que le titre « Pour rendre la vie plus légère » soit très approprié à ce livre qui demande une certaine concentration et une connaissance de la littérature que peu possèdent hormis les professionnels de la littérature. Toutefois cela nous change des gloubi boulga de nos casimirs littéraires actuels producteurs de ragougnasses.
Un livre nécessaire qu'il faut mériter pour se recentrer sur l'essentiel. Les belles pensées ne peuvent que nous enrichir et nous amener à faire connaissance des livres mentionnés par Mona Ozouf
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Dominique84
  05 mars 2020
Mona Ozouf, fille de Yann Sohier et de Anne le Den, tous deux instituteur et institutrice militants de la cause bretonne, agrégée de philosophie, grande historienne de la Révolution et de l'histoire de l'école, spécialiste reconnue de Henry James ou de la romancière anglaise George Eliot, nous livre avec “Pour rendre la vie plus légère” un passionnant recueil de ses interventions dans “Répliques” dirigée par Alain Finkielkraut sur France Culture.
Elle y aborde différents thèmes tels que sa conception du féminisme, la singularité de l'écriture des femmes, la galanterie française, la civilité, la Révolutions Française, Henry James et George Eliot mais surtout y déclare son amour passionnel pour les livres. 
Les livres, la littérature en général, ont été déterminants dans son enfance.   Dans le logement de fonction de sa mère, Mona Sohier disposait des livres de celle-ci et admirait avec respect de la bibliothèque de son père, militant breton prématurément disparu.   "Les livres, c'était la seule richesse de la maison, mais les livres étaient plus que ça encore, ils étaient  la ressource contre l'ennui… ”.
Quand on lui demande pourquoi elle a choisi comme titre à ce recueil “Pour rendre la vie plus légère” Mona OZOUF répond : “Il vient d'une phrase de la correspondance de Flaubert, que je trouve très belle: «La vie est en soi quelque chose de si triste, qu'elle n'est pas supportable sans de grands allègements.» La vie, c'est la perte, progressive, inéluctable, des gens qu'on aime, de soi-même et de ses propres capacités. J'ai donc glissé vers le souvenir de ce qui avait pu me rendre la vie plus légère. J'ai eu une enfance très austère où le chagrin a tenu une grande place. Une vie étroite aussi, confinée à la maison et à l'enceinte scolaire. le remède, le talisman contre l'ennui, le chagrin, ce fut pour moi l'école, et les livres. Je ne les ai plus quittés” 
Existe-t-il plus bel éloge de la littérature ?
Si je me suis délectée des propos raisonnés, perspicaces et percutants de l'auteur, j'ai eu un peu de difficulté à suivre la totalité des entretiens. On assiste plus ou moins à une sorte de cours magistral articulé par les questions quelquefois obsessionnelles d'AF qui selon moi, orientent les débats et finissent par nuire à la fluidité du discours.
D'une part,  les conversations qui s'enchaînent chapitre après chapitre n'ont pas de liens évidents entre elles et font appel d'autre part à des lecteurs avertis, connaissant notamment bien l'oeuvre d'Henry James et George Eliot. J'ai toutefois apprécié la finesse et l'élégance de toutes les interventions  de Mona Ozouf notamment sur la galanterie qu'elle nomme “une petite province dans le continent des égards” !

Je remercie NetGalley et les Éditions Stock de m'avoir donné l'opportunité de découvrir cette grande dame  qui nous livre ici des vérités existentielles sur des sujets très contemporains.
#Pourrendrelaviepluslégère #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AnneMarieLA
  26 août 2021
Au vu du titre, on pourrait penser que le livre appartient à la catégorie des ouvrages de developpement personnel, dans l'air du temps, présentant des conseils et des recettes pour mieux vivre. Il n'en est rien ….
Il s'agit d'un recueil préfacé par Mona Osouf, présentant la transcription de 8 entretiens auxquels elle a participé, menés par Alain Finkelkraut dans le cadre de Repères, émission du samedi sur France-Culture.
Participent également à ces entretiens d'autres invités auteurs ou historiens . Sous la direction de Finkelkraut, qui distribue la parole, on y échange, entre spécialistes autour « des livres, des particularités de l'écriture et de l'existence féminines, de la civilité, des manières » : ces « grands allégements, ces échappatoires » qui rendent le commerce entre les hommes plus supportable, qui rendent donc, comme le dit le titre, la vie plus légère .
Si l'introduction et 3 entretiens, sur le thème du roman , ont une portée générale tout en s'appuyant sur différents exemples d'oeuvres et d'auteurs, 2 autres, plus spécialisés, sont consacrés exclusivement à 2 romanciers (ères) anglo-saxons Henry James et George Eliott.
Par la suite, les propos prennent une tournure historique et sociologique. Les invités dissertent sur la période de la Révolution, et dans cette période de barbarie, sur la place qui y ont tenue les Arts et les Sciences ainsi que les notions morales de bonheur et de civilité.
Que dire de ma lecture ce l'ouvrage ?
L'introduction trouve d'emblée des échos en moi. Sur le ton de la confidence, Mona Osouf évoque le rapport qu'elle a entretenu dès son enfance avec les livres, mettant en avant leur effet consolateur et réenchanteur. Sa plaidoirie sobre, élégante et convaincante pour défendre la cause des livres, s'adresse à moi, lectrice. Je suis son destinataire.
Ensuite, dans les deux premiers entretiens LES LIVRES POUR PATRIE et LE POUVOIR DU ROMAN, je me sens seulement témoin des propos échangés, mais ils me restent accessibles.

Des entretiens suivants, je me sens étrangère, exclue, car les sujets abordés, très spécialisés, dépassent le plus souvent mes connaissances. de plus, comme l'ouvrage ne transcrit que les propos échangés, il manque tout ce qui fait la vie de l'entretien, ce qui relève du non verbal :l es hésitations, le ton de la voix, le rythme de l'élocution.... J'entends les paroles, mais leur musique est absente.
Il me reste finalement l'impression d'avoir suivi de loin, des conversations érudites ou d'avoir assisté à une sorte de match de tennis lors duquel Mona Osouf renvoyait à chaque échange la balle avec mesure, calme, souplesse et élégance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   31 janvier 2020
Mais sur la toile cirée les livres n'en déposaient pas moins, semaine après semaine, leur cargaison de merveilles. (...)
c'étaient des rencontres hétéroclites, soumises au hasard des pages tournées, mais efficaces. Une foule de visages, un trésor d'histoires avaient peuplé la cuisine, la journée filait, il fallait déjà allumer la lampe. Dès lors, j'avais compris qu'il existait, mobilisable à l'envi, un talisman contre la solitude, le malaise obscur de l'enfance, l'ennui. (p; 9)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24fanfanouche24   30 janvier 2020
(...) ma mère, si murée pourtant dans le chagrin, piquait le matin trois capucines orange dans le petit vase bleu de son bureau (...) Les plantes, d'un bout à l'autre de la vie, ont été pour elle le coeur d'un monde sans coeur. (p.17)
Commenter  J’apprécie          110
fanfanouche24fanfanouche24   29 janvier 2020
MO - (...) Pourquoi la littérature ? Parce que la littérature nous pourvoit de dons que nous n'avons pas. Elle nous pourvoit par exemple immédiatement de l'ubiquité. Grâce à la littérature, nous pouvons reculer vers des époques révolues. La pratique des livres donne une immense liberté, que nous ne trouvons pas ailleurs. De plus, la littérature nous fait vivre des émotions que nous n'avons pas, peut-être, la chance de vivre, et en tout cas beaucoup d'aventures que nous ne vivrons pas nous-mêmes. La littérature démultiplie l'existence- C'est une chance précieuse. (p. 34)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
andmanandman   11 mars 2020
Il y a quelque chose de profond dans la description de l'amour par Eliott, qui est la certitude que le sentiment est une œuvre. On peut trouver à la fois dans ses romans le côté intempestif de l'amour qui surgit, le coup de foudre involontaire et la vigilance volontaire que chacun doit exercer sur ses sentiments : nous devons monter la garde autour de nos sentiments. Autrement dit, le sentiment n'est pas seulement quelque chose qui révèle une passivité, mais qui appelle une activité. C'est, du reste, la manière dont elle se sort de l'épineux problème du déterminisme et de la liberté : nous sommes à l'évidence très largement déterminés, mais nous avons quand même la possibilité d'infléchir nos sentiments et de veiller sur eux. Il y a chez elle cette idée fort que l'amour est une œuvre. (115)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
andmanandman   11 mars 2020
La morale que je retiens dans Middlemarch, ce sont les dernières lignes : "La croissance du bien dans le monde dépend en partie d'actes qui n'ont rien d'historiques et si les choses vont moins mal qu'elle ne le pourraient pour vous et moi, on le doit un peu au nombre d'êtres qui mènent fidèlement une vie cachée avant de reposer en des tombes délaissées." George Eliot et la romancière des vies ordinaires. (110)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Alain Finkielkraut (68) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Finkielkraut
C à vous en intégralité https://bit.ly/CaVousReplay C à vous la suite en intégralité https://bit.ly/ReplayCaVousLaSuite
— Abonnez-vous à la chaîne YouTube de #CàVous ! https://bit.ly/2wPCDDa —
Et retrouvez-nous sur : | Notre site : https://www.france.tv/france-5/c-a-vous/ | Facebook : https://www.facebook.com/cavousf5/ | Twitter : https://twitter.com/CavousF5 | Instagram : https://www.instagram.com/c_a_vous/
Dans les actualités de Bertrand Chameroy : - Campagne écolo d'Antoine Waechter - Macron chante du Sheila - Alain Finkielkraut fan de Booba
autres livres classés : féminismeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2734 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

.. ..