AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782228897518
192 pages
Éditeur : Payot et Rivages (06/06/2003)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 14 notes)
Résumé :

Alors que la démocratie grecque est aujourd'hui citée en exemple et l'apathie du citoyen moderne décriée, l'historien Moses Finley se demande s'il y a une comparaison possible entre ces deux systèmes politiques.

Cette tentative pour restituer le fonctionnement de la démocratie grecque dans toute sa vérité permet de montrer comment la liberté politique s'est développée au sein d'une société qui connaissait l'esclavage et n'hésitait pas à conda... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
stekasteka   14 octobre 2016
L'existence actuelle d'un consensus idéologique, d'un accord portant sur les affirmations abstraites, générales, de la foi "démocratique" ne doit pas être niée. La question est cependant de savoir dans quelle mesure la "satisfaction symbolique" que ce consensus semble refléter l'emporte sur la frustration profonde que traduit très précisément l'apathie politique si répandue, naissant d'un sentiment d'impuissance, d'incapacité à contrecarrer les groupes d'intérêts dont les voix l'emportent dans les décisions gouvernementales. "Le coût du consensus est payé par ceux qui en sont exclus."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
stekasteka   13 octobre 2016
La pratique des dicastéria (jurys) et de l'Ecclésia (assemblée) élevait le niveau intellectuel d'un simple citoyen d'Athènes bien au-dessus de ce qu'on a jamais atteint dans aucune autre agglomération d'hommes, antique ou moderne ... Il est appelé, dans ce type d'engagements, à peser des intérêts qui ne sont pas les siens, à consulter en face des prétentions contradictoires une autre règle que ses penchants particuliers, à mettre incessamment en pratique des principes et des maximes dont la raison d'être est le bien public.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
stekasteka   13 octobre 2016
Avec le système de gouvernement que j'ai brièvement décrit, Athènes réussit pendant près de deux cents ans à être l’État le plus prospère, le plus puissant, le plus stable, le plus paisible intérieurement, et de loin le plus riche de tout le monde grec au point de vue culturel. Le système fonctionnait.
Commenter  J’apprécie          41
stekasteka   11 octobre 2016
Rien de plus caractéristique, en effet, que la façon dont la tradition glisse sur ce que nous considérons depuis le XIXème siècle comme l'épisode fondateur de la démocratie athénienne, la réforme de Clisthène en 508 av. J.-C.
(...) Un certain type d'histoire commence à jouer un rôle moderne de dissimulation idéologique. (Préface de P. Vidal-Naquet)
Commenter  J’apprécie          31
stekasteka   13 octobre 2016
La démocratie athénienne était directe, et non représentative, et cela en un double sens; chaque citoyen était libre d'assister à l'assemblée souveraine, et il n'y avait ni bureaucratie ni fonctionnaires, excepté quelques commis, qui conservaient les comptes rendus indispensables. Le gouvernement était ainsi, au sens le plus strict, un gouvernement "par le peuple".
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox