AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258147212
Éditeur : Les Presses De La Cite (08/02/2018)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.66/5 (sur 214 notes)
Résumé :
Elle a tout vu, mais faut-il la croire ?
Séparée de son mari et de leur fille, Anna vit recluse dans sa maison de Harlem, abreuvée de merlot, de bétabloquants et de vieux polars en noir et blanc. Quand elle ne joue pas aux échecs sur internet, elle espionne ses voisins. Surtout la famille Russel – un père, une mère et un adorable ado –, qui vient d'emménager en face. Un soir, Anna est témoin d'un crime. Mais comment convaincre la police quand on doute soi-mêm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (103) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  25 mars 2018
Installez-vous sur votre fauteuil ou canapé préféré , ce roman très cinématographique , est à déguster en noir et blanc ...
Anna Fox était une pédopsychiatre appréciée , mais depuis près d'un an , c'est devant son clavier qu'elle donne des consultations. Agoraphobe , elle ne peut plus mettre un pied dehors .
Mais si elle ne peut plus aller dans le monde, c'est le monde qui viendra à elle grâce à internet , (livraisons à domicile, parties d'échec ) . Pour se distraire , elle peut également compter sur les coups de fil de son ex mari et sa fille , dont elle est séparée, ainsi que sur l'espionnage aigu de ses voisins .
Et comme James Stewart dans "Fenêtre sur cour", elle sera témoin d'un meurtre dans la maison d'en face ; mais, tout comme Emily Blunt dans "La fille du train" , elle n'est pas un témoin très fiable...
Entre trois comprimés pour dormir, puis deux pour s'éclaircir les idées , elle peut compter sur un verre de Merlot , à moins que ce soit la bouteille ...
Affabulation, ou réalité , meurtre ou pas meurtre ?
Et bien , vous le saurez au bout d'un lent, très lent suspens... Il vous faudra attendre les pages 340 pour connaître (le) pourquoi ( du comment) , cette femme si intelligente et diplômée a pu se retrouver prisonnière de ses 350m2...
Le décor est planté, tel un plateau de Cluedo (verrière, bureau, bibliothèque...) , on imagine la caméra faire de longs travelling dans cette demeure bourgeoise du quartier de Harlem... On imagine une actrice en peignoir imbibé de taches de vin , jouant ce rôle aux multiples facettes . On imagine la bande-son , ponctuée d'extraits de films en noir et blanc , de vieux classiques du grand Hitch...
C'est un roman séduisant qui ravira les cinéphiles , un peu moins les lecteurs qui aiment l'action et la peur au ventre, même si la fin est surprenante . J 'ai conscience que les "emprunts" et" influences diverses", tiédiront l'affection pour cette œuvre, les lecteurs pourront préférer les originaux . C'est mon cas: la Fille du train m'avait davantage bluffée.
Mais il y a dans ce premier roman, une atmosphère qui vaut la peine d'être "lue" ...
Traduit déjà en 38 langues , il est en cours d'adaptation cinématographique . et j'ai déjà hâte de le voir , même si je ne sais pas qui jouera Anna Fox : "une femme bouffie par l'alcool, séparée de sa famille. (...) Un monstre de foire pour les voisins. Une cinglée pour les flics. Un cas à part pour son psychiatre. Une source de pitié pour sa kiné. Une recluse. Certainement pas une héroïne, ni un limier."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7021
jeunejane
  13 novembre 2018
Anna Fox, pédopsychiatre en arrêt de travail depuis un long moment, est agoraphobe. Voir des personnes chez elle comme une kiné ou son locataire ou ses voisins d'en face, cela passe, mais sortir de chez elle à l'air libre lui provoque des crises de panique.
Elle nous apprend aussi qu'elle est séparée de son mari et ne voit pas fillette mais en même temps elle leur parle de temps à autre et même souvent.
Elle effectue des consultations pour agoraphobes en ligne : cela apporte un certain divertissement et surtout une dose de surréalisme ( le malade parle au malade : pourquoi pas?)
Tout cela bien accompagné d'un cocktail de médicaments délivré par un collègue psychiatre qui lui recommande de ne pas boire d'alcool. Petit souci, Anna boit de grandes quantités de merlot et se réveille avec la gueule de bois et quelques effets secondaires.
Elle est passionnée de vieux films: policiers ou thrillers et elle en connaît un bout sur la question.
Autre occupation, elle observe ses voisins et voit un jour sa voisine se faire planter un couteau dans la poitrine. Personne ne la croit mais l'inspecteur de police témoigne beaucoup de compassion et de respect envers Anna. Petit à petit et c'est très bien ficelé, on apprend les évènements de sa vie passée qui l'ont amenée là où elle est..on comprend la frontière entre le réel et l'imaginaire. Cela apparaît même très tôt dans le livre.
A la fin, l'énigme du meurtre est résolue.
La façon qu'a A.J.Finn de présenter Anna en distillant petit à petit les détails de sa vie m'ont fait éprouver une empathie immédiate pour elle.
Un bon thriller avec quelques longueurs vers le milieu, j'aurais voulu qu'il y ait plus d'action, qu'on ne tourne pas autour du pot pour nous révéler ce qui s'était tramé dans la maison d'en face.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
isabelleisapure
  03 juin 2018
Quel meilleur moyen pour échapper à sa propre vie que de se réfugier dans celle des autres ?
C'est ce que ne manque pas de faire Anna. Derrière ses fenêtres, elle observe, elle passe des heures à regarder ses voisins pour tenter de pénétrer leur intimité.
Souffrant depuis plusieurs mois d'agoraphobie, Anna est incapable de sortir de chez elle et passe ses journées recluse entre des antidépresseurs et quelques verres d'alcool.
Son mari l'a quittée, emmenant leur fille avec lui, autant pour protéger la petite d'une mère défaillante que pour permettre à sa femme de remettre de l'ordre dans sa vie. Isolée, Anna trompe son ennui en surfant sur un forum de discussion sur l'agoraphobie où, en tant que psychologue, elle distille conseils et encouragement à ceux qui souffrent du même mal qu'elle.
Pour se distraire, elle passe son temps à visionner de vieux films américains en noir et blanc, avec une prédilection pour ceux d'Alfred Hitchcock, le maître du suspense.
Lorsqu'elle voit un crime se commettre sous ses yeux dans l'appartement d'en face, elle n'a de cesse de connaître le fin mot de cette sombre histoire.
Ce roman a souvent été comparé à « La fille du train » de Paula Hawkins, il y a certes quelques vagues similitudes, mais j'ai trouvé le texte d'A.J. Finn beaucoup plus abouti. L'intrigue m'a tenue en haleine jusqu'au point final.
Le personnage principal, en proie à ses névroses est particulièrement attachant.
Cet huis clos angoissant donne toute la mesure de la détresse de l'héroïne face à l'enfermement qui fait de sa vie un abîme de solitude et de peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Gaoulette
  12 avril 2018
C'est le thriller du moment. Tout le monde en parle et il sera adapté au cinéma. Beaucoup de mal à donner un avis.
J'ai aimé mais c'est loin d'être le meilleur thriller en huis clos que j'ai lu. Pour avoir adoré La fille du train et Fenêtre sur cour, le mélange des deux restent un peu fade pour le genre thriller.
Anna vit seule dans son immense maison. Elle a un locataire David au sous sol. Ancienne pédopsychiatre. Elle est agoraphobe depuis plus d'un an (perso, j'ai compris dés le départ pourquoi). Elle adore les films genre Hitchcock et comme James Stewart elle passe son temps à espionner ses voisins avec son Nikon. Jusqu'au jour où une nouvelle famille débarque. Elle verra des évènements que personnes ne croient.
Oublier le magnifique James Stewart qui avait toute sa tête. Nous avons le genre héroïne de la fille du train. Anna souffre, elle est en pleine dépression, alcoolique et ne parle à personne à part son mari et sa fille. Elle n'est pas crédible en tant que témoin.
Le roman tourne autour de son quotidien. Très peu d'évènements palpitants pour un thriller. Il est particulièrement soft. Une ambiance qu'a crée AJ Finn pour se confiner dans nos idées arrêtées. L'auteur sème de temps en temps un peu de suspens. Les journées d'Anna malgré qu'elles soient tristes donne un effet douceur au thriller. Les intrigues sont longues à venir.
Mon attente dans ce genre de roman à huis clos, j'ai besoin d'être en alerte, captivée et sur mes gardes. J'ai eu de l'empathie pour Anna. Cette femme nous bouleverse et on prie pour elle qu'elle sorte de ce gouffre. C'est la dernière partie du thriller qui réveille enfin le lecteur mais peut passer à la trappe.
Dans ce genre de roman, j'ai connu meilleur et plus palpitant. Mais cependant l'héroïne m'a touchée par souffrance et on veut finir ce roman pour connaître son happy end?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
Deslivresalire
  15 août 2018
Des psychotropes, du Merlot en quantité et une agoraphobie qui l'empêche de sortir de chez elle sous peine de s'évanouir, c'est le quotidien d'Anna.
Dans sa maison, elle vit seule, sans sa fille et son mari, mais passe son temps entre ses films noirs et blancs, internet et sa fenêtre, qui donne sur les maisons environnantes.
Lorsque les Russel emménagent dans une maison toute proche, Anna ne peut s'empêcher de jeter un oeil. Ils ont l'air gentils : surtout Jane, la mère qui l'aide lorsqu'elle fait un malaise en tentant de sortir et Ethan leur fils tellement adorable.
Quand elle pense apercevoir Jane se faire assassiner dans sa cuisine, Anna n'en croit pas ses yeux. Elle finira également par ne plus en croire sa raison tellement son esprit est embrumé par l'alcool et les médocs et tellement les événements semblent lui donner tort.
A mon avis :
Attention à ne pas trop se fier aux critiques par trop élogieuses que l'on peut lire un peu partout sur ce livre.
Certes, c'est un bon thriller, néanmoins il ne révolutionne pas le genre.
L'intrigue reste à mon sens assez classique dans son histoire et dans sa mise en place, tout en étant assez simple.
Si bien que le "twist final époustouflant" annoncé à corps et à cris sur le net, n'est pas si étonnant que cela et pourrait même être supputé bien avant les dernières pages.
On est assez proche du huis-clos avec ce thriller. Une bonne partie du récit se passant dans la maison d'Anna.
Outre l'intrigue principale, le sujet de l'agoraphobie mais surtout de l'alcoolisme féminin y est abordé sans pour autant entrer dans la psychologie de l'acte (ce qui rend les séances de beuverie un peu lassantes à la longue).
En ce sens on retrouve partiellement ce qui avait été abordé dans "la fille du train" de Paula Hawkins, en moins profond.
Mais attention également à ne pas prendre cette chronique de manière trop négative.
J'ai tout de même passé un bon moment en lisant ce livre, bien écrit et facile à lire.
On y trouve aussi des moments angoissants et quelques surprises qui font que l'on ne ressent très rapidement plus les quelques longueurs du début.
Pour un premier roman de A.J. Finn, faudrait voir à ne pas être trop dur.
Une critique tout en nuances donc...
Retrouvez d'autres avis sur d'autres lectures sur mon blog :
https://blogdeslivresalire.blogspot.com/
Lien : https://blogdeslivresalire.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340

critiques presse (3)
LaLibreBelgique   13 avril 2018
Le premier roman de A.J Finn allie angoisse et délicatesse.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LePoint   09 avril 2018
Jusque-là éditeur, A. J. Finn a réussi un coup de maître : écrire un premier roman et signer un contrat de deux millions de dollars avec… son employeur.
Lire la critique sur le site : LePoint
LeJournaldeQuebec   19 mars 2018
Le jeune auteur américain A.J. Finn fait une entrée fracassante dans l’univers des thrillers avec La Femme à la fenêtre, son tout premier roman. Vendu dans plus de 38 pays en un temps record, le livre apparaît être un phénomène éditorial planétaire.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   13 novembre 2018
Comme dirait Bernard Show, ...l'alcool est un anesthésique qui permet de supporter l'opération de la vie. Ah, ce bon vieux Shaw...
Alors, inutile de dramatiser, docteur. Ce ne sont pas des antibiotiques que je prends. De plus, je mélange alcool et médicaments depuis près d'un an...et je ne m'en porte pas plus mal, non?
Commenter  J’apprécie          250
AmbereAmbere   19 juillet 2018
Intéressée, moi, je le suis. Beaucoup. Pas par son corps – chaque fois que j’aperçois dans le viseur de mon appareil photo la ligne pâle de sa colonne vertébrale, ses omoplates saillantes, pareilles à deux moignons d’ailes ou le soutien-gorge bleu pastel emprisonnant ses seins, je détourne les yeux –, mais par la façon dont elle mène sa vie. Ses vies, plus exactement : elle en a deux de plus que moi.

Son mari a débouché au coin de la rue il y a quelques minutes, peu après midi. Il n’y avait pas longtemps que sa femme avait refermé la portée d’entrée sur elle et l’artisan. Ce retour impromptu relève de l’anomalie : le dimanche, M. Miller revient toujours chez lui à trois heures et quart. Il est réglé comme une horloge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
jeunejanejeunejane   12 novembre 2018
Les citations de films erronées les plus populaires : ....
Et si l'expression "Elementary, my dear Watson " ( "Elémentaire, mon cher Watson ") apparaît bien dans le premier film parlant mettant en scène Holmes, elle ne figure nulle part dans l'œuvre de Conan Doyle.
- OK.
Commenter  J’apprécie          220
iris29iris29   24 mars 2018
Jane Russell ! Comme une de mes actrices préférées. Bina, ma kiné, n'en avait jamais entendu parler . " Les hommes préfèrent les blondes , lui ai-je rappelé.
- Pas que je sache " , a t-elle répliqué.
Commenter  J’apprécie          291
iris29iris29   25 mars 2018
Après son départ, je verrouille la porte derrière lui.
Revenue sur le canapé, je contemple la table basse parsemée de cachets, puis attrape la télécommande et relance le film.
"Et pour ne rien vous cacher, déclare James Stewart, j'ai un peu peur."
Commenter  J’apprécie          210
Videos de A. J. Finn (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de A. J. Finn
L'émission "Les coups de c?ur" des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h00. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment !
Gérard et vos libraires préférés vous transmettent leurs passions pour les livres, vous parlent de leurs coups de c?ur du moment et parfois, de leurs coups de gueule et Bien sûr TOUT Y PASSE : Polar, Roman, Bd, Art etc !!!!!!
Toujours à l'affut des dernières petites pépites littéraires ou encore, du roman, qui sera vous rendre heureux, vos librairies se donnent corps et coeur à leur passion, à votre passion, La Lecture et le plaisir de la partager !
30 ans la griffe noire : A peine entrée dans la librairie de Collectif aux éditions Télémaque https://www.lagriffenoire.com/116471-article_recherche-30-ans-la-griffe-noire.html
Les déracinés de Catherine Bardon aux éditions Les Escales https://www.lagriffenoire.com/110854-divers-litterature-les-deracines.html
Les frères Holt de Marcia Davenport et F. de Bardy aux éditions le Promeneur https://www.lagriffenoire.com/17722-romans-les-freres-holt.html
Le bûcher des vanités de Tom Wolfe aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/16093-poche-le-bucher-des-vanites.html
La Femme à la fenêtre de A.J. Finn et Isabelle Maillet aux éditions Presses de la Cité https://www.lagriffenoire.com/106232-divers-polar-la-femme-a-la-fenetre.html
Baby Doll: S'enfuir n'était que le début de Hollie Overton aux éditions Mazarine https://www.lagriffenoire.com/110561-nouveautes-polar-baby-doll.html
Filles de la mer de Mary Lynn Bracht et Sarah Tardy aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/105443-divers-litterature-filles-de-la-mer.html
Iboga de Christian Blanchard aux éditions Belfond https://www.lagriffenoire.com/104938-divers-polar-iboga.html
Hollywood Boulevard de Melanie Benjamin et Christel Gaillard-Paris aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/109525-divers-litterature-hollywood-boulevard.html
Il savait que je gardais tout: Entretiens de Anne Pingeot et Jean-Noël Jeanneney aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/112564-encyclopedie-il-savait-que-je-gardais-tout.html
La Chorale des dames de Chilbury de Jennifer Ryan et Françoise du Sorbier aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/108515-divers-litterature-la-chorale-des-dames-de-chilbury.html
Chroniques d'une onde de choc : #MeToo secoue la planète de Annette Lévy-Willard aux éditions de l'Observatoire https://www.lagriffenoire.com/116686-article_recherche-chroniques-d-une-onde-de-choc.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : agoraphobieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1509 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..