AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258147212
Éditeur : Les Presses De La Cite (08/02/2018)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 120 notes)
Résumé :
Elle a tout vu, mais faut-il la croire ?
Séparée de son mari et de leur fille, Anna vit recluse dans sa maison de Harlem, abreuvée de merlot, de bétabloquants et de vieux polars en noir et blanc. Quand elle ne joue pas aux échecs sur internet, elle espionne ses voisins. Surtout la famille Russel – un père, une mère et un adorable ado –, qui vient d'emménager en face. Un soir, Anna est témoin d'un crime. Mais comment convaincre la police quand on doute soi-mêm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (78) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  25 mars 2018
Installez-vous sur votre fauteuil ou canapé préféré , ce roman très cinématographique , est à déguster en noir et blanc ...
Anna Fox était une pédopsychiatre appréciée , mais depuis près d'un an , c'est devant son clavier qu'elle donne des consultations. Agoraphobe , elle ne peut plus mettre un pied dehors .
Mais si elle ne peut plus aller dans le monde, c'est le monde qui viendra à elle grâce à internet , (livraisons à domicile, parties d'échec ) . Pour se distraire , elle peut également compter sur les coups de fil de son ex mari et sa fille , dont elle est séparée, ainsi que sur l'espionnage aigu de ses voisins .
Et comme James Stewart dans "Fenêtre sur cour", elle sera témoin d'un meurtre dans la maison d'en face ; mais, tout comme Emily Blunt dans "La fille du train" , elle n'est pas un témoin très fiable...
Entre trois comprimés pour dormir, puis deux pour s'éclaircir les idées , elle peut compter sur un verre de Merlot , à moins que ce soit la bouteille ...
Affabulation, ou réalité , meurtre ou pas meurtre ?
Et bien , vous le saurez au bout d'un lent, très lent suspens... Il vous faudra attendre les pages 340 pour connaître (le) pourquoi ( du comment) , cette femme si intelligente et diplômée a pu se retrouver prisonnière de ses 350m2...
Le décor est planté, tel un plateau de Cluedo (verrière, bureau, bibliothèque...) , on imagine la caméra faire de longs travelling dans cette demeure bourgeoise du quartier de Harlem... On imagine une actrice en peignoir imbibé de taches de vin , jouant ce rôle aux multiples facettes . On imagine la bande-son , ponctuée d'extraits de films en noir et blanc , de vieux classiques du grand Hitch...
C'est un roman séduisant qui ravira les cinéphiles , un peu moins les lecteurs qui aiment l'action et la peur au ventre, même si la fin est surprenante . J 'ai conscience que les "emprunts" et" influences diverses", tiédiront l'affection pour cette œuvre, les lecteurs pourront préférer les originaux . C'est mon cas: la Fille du train m'avait davantage bluffée.
Mais il y a dans ce premier roman, une atmosphère qui vaut la peine d'être "lue" ...
Traduit déjà en 38 langues , il est en cours d'adaptation cinématographique . et j'ai déjà hâte de le voir , même si je ne sais pas qui jouera Anna Fox : "une femme bouffie par l'alcool, séparée de sa famille. (...) Un monstre de foire pour les voisins. Une cinglée pour les flics. Un cas à part pour son psychiatre. Une source de pitié pour sa kiné. Une recluse. Certainement pas une héroïne, ni un limier."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6512
isabelleisapure
  03 juin 2018
Quel meilleur moyen pour échapper à sa propre vie que de se réfugier dans celle des autres ?
C'est ce que ne manque pas de faire Anna. Derrière ses fenêtres, elle observe, elle passe des heures à regarder ses voisins pour tenter de pénétrer leur intimité.
Souffrant depuis plusieurs mois d'agoraphobie, Anna est incapable de sortir de chez elle et passe ses journées recluse entre des antidépresseurs et quelques verres d'alcool.
Son mari l'a quittée, emmenant leur fille avec lui, autant pour protéger la petite d'une mère défaillante que pour permettre à sa femme de remettre de l'ordre dans sa vie. Isolée, Anna trompe son ennui en surfant sur un forum de discussion sur l'agoraphobie où, en tant que psychologue, elle distille conseils et encouragement à ceux qui souffrent du même mal qu'elle.
Pour se distraire, elle passe son temps à visionner de vieux films américains en noir et blanc, avec une prédilection pour ceux d'Alfred Hitchcock, le maître du suspense.
Lorsqu'elle voit un crime se commettre sous ses yeux dans l'appartement d'en face, elle n'a de cesse de connaître le fin mot de cette sombre histoire.
Ce roman a souvent été comparé à « La fille du train » de Paula Hawkins, il y a certes quelques vagues similitudes, mais j'ai trouvé le texte d'A.J. Finn beaucoup plus abouti. L'intrigue m'a tenue en haleine jusqu'au point final.
Le personnage principal, en proie à ses névroses est particulièrement attachant.
Cet huis clos angoissant donne toute la mesure de la détresse de l'héroïne face à l'enfermement qui fait de sa vie un abîme de solitude et de peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Gaoulette
  12 avril 2018
C'est le thriller du moment. Tout le monde en parle et il sera adapté au cinéma. Beaucoup de mal à donner un avis.
J'ai aimé mais c'est loin d'être le meilleur thriller en huis clos que j'ai lu. Pour avoir adoré La fille du train et Fenêtre sur cour, le mélange des deux restent un peu fade pour le genre thriller.
Anna vit seule dans son immense maison. Elle a un locataire David au sous sol. Ancienne pédopsychiatre. Elle est agoraphobe depuis plus d'un an (perso, j'ai compris dés le départ pourquoi). Elle adore les films genre Hitchcock et comme James Stewart elle passe son temps à espionner ses voisins avec son Nikon. Jusqu'au jour où une nouvelle famille débarque. Elle verra des évènements que personnes ne croient.
Oublier le magnifique James Stewart qui avait toute sa tête. Nous avons le genre héroïne de la fille du train. Anna souffre, elle est en pleine dépression, alcoolique et ne parle à personne à part son mari et sa fille. Elle n'est pas crédible en tant que témoin.
Le roman tourne autour de son quotidien. Très peu d'évènements palpitants pour un thriller. Il est particulièrement soft. Une ambiance qu'a crée AJ Finn pour se confiner dans nos idées arrêtées. L'auteur sème de temps en temps un peu de suspens. Les journées d'Anna malgré qu'elles soient tristes donne un effet douceur au thriller. Les intrigues sont longues à venir.
Mon attente dans ce genre de roman à huis clos, j'ai besoin d'être en alerte, captivée et sur mes gardes. J'ai eu de l'empathie pour Anna. Cette femme nous bouleverse et on prie pour elle qu'elle sorte de ce gouffre. C'est la dernière partie du thriller qui réveille enfin le lecteur mais peut passer à la trappe.
Dans ce genre de roman, j'ai connu meilleur et plus palpitant. Mais cependant l'héroïne m'a touchée par souffrance et on veut finir ce roman pour connaître son happy end?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291
Bazart
  03 avril 2018

Voici très certainement l'un des polars et l'un des auteurs qui feront le plus l'évènement parmi ceux qui seront présentés à partir de vendredi à cette nouvelle édition de quais du polar.
Champion des ventes toutes catégories confondues dès sa sortie aux États-Unis et en Grande-Bretagne, salué par une presse presque toujours unanime, une femme à la fenêtre est un redoutable thriller écrit par un certain A. J. Finn- pseudo d'un certain Daniel Mallory éditeur new yorkais de 38 ans- paru aux éditions Presses de la Cité début février 2018.
Oppressant, ce huis clos new-yorkais assume pleinement son influence majeure : Alfred Hitchcock fait partie des sources d'inspiration de l'auteur et cela se ressent complètement au cours de la lecture.
On pense souvent à Fenêtre sur cour avec le même climat de paranoïa et de voyeurisme mélangé. Dans le film, un homme cloué sur un fauteuil espionne ses voisins par la fenêtre de sa maison, alors que dans le roman de Finn , une femme vit seule cloîtrée chez elle et passe une grande partie de son temps à espionner la vie de ses voisins. Jusqu'au jour où elle aperçoit une voisine qui lui a rendu visite se faire poignarder.
Elle appelle la police mais problème la femme qu'elle pense avoir identifié n'a jamais habité dans cette maison, aucun corps n'a été retrouvé et tout ce qu'elle raconte ressemble de plus en plus à des hallucinations. Comme elle prend médicaments et alcool, personne ne la croit et elle même doute. Alors a t elle rêvé ou pas ?
Dans la lignée des récents best seller anglo-saxons de ces dernières années ( Les apparences, la fille du train) le livre tient le fil du suspense psychologique avec une efficacité narrative évidente, et quelques passages obligés du genre.
Bien que l'auteur n'ait pas renouvelé le genre, l'auteur maitrise parfaitement son sujet : les chapitres sont construits de façon à ce que le lecteur ait toujours envie d'aller plus loin et Finn a particulièrement soigne son personnage principale, avec cette héroïne au coeur d'une descente aux enfers et qui ne sait pas si les situations qu'elle observe sont réels ou pas.
Finn campe joliment l'ambiance de son huis clos avec une sensation d'enfermement bien rendue et une belle fluidité narrative d'ensemble.
Malgré une mise en place plutôt lente, mais qui montre bien le coté répétitif de la routine d'Anna, l'intrigue nous réserve son lot de rebondissement et de péripéties en tous genre.
Alors, certes les habitués à ce genre d'intrigue pourront comme moi deviner, avant qu'elles ne soient révélées la teneur de certains twist, ( surtout celui qui arrive à une centaine de pages de la fin) mais l'ensemble est d'une efficacité redoutable et devrait d'ailleurs être prochainement adapté à l'écran puisque la Fox est déjà en train de l'adapter pour le cinéma. avec Joe Wright (Les Heures sombres) aux commandes !
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
sylvaine
  24 avril 2018
Vous avez envie d'un roman à suspense, d'un roman dont vous ne pourrez que tourner les pages de plus en plus vite, d'un roman qui vous fera peur mais où il n'y aura pas d'hémoglobine à chaque ligne, d'un roman où vous finirez par douter d'Anna Fox, d'eux les Turner les voisins, de Littel le flic.?Quand vous ne comprendrez pas pourquoi Ed , l'ex-mari d'Anna , n'a pas débarqué à Harlem pour prendre soin d'elle, pourquoi elle vit depuis 10 mois dans une immense maison sans pouvoir en sortir ,pourquoi cette femme, alcoolique sous médocs, affirme avoir vu une femme mourir et que personne ne la croit , alors vous saurez que vous avez en mains le roman qu'il vous faut.
Je vous laisse découvrir si ce n'est déjà fait ce superbe roman de A.J.Finn ,alias Daniel Mallory, avec en prime une plongée en apnée dans le cinéma américain culte années 50 et plus sans modération....
Un grand merci aux éditions Les Presses de la Cité via NetGalley pour ce grand moment de lecture , hâte de découvrir l'adaptation cinématographique ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300

critiques presse (3)
LaLibreBelgique   13 avril 2018
Le premier roman de A.J Finn allie angoisse et délicatesse.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LePoint   09 avril 2018
Jusque-là éditeur, A. J. Finn a réussi un coup de maître : écrire un premier roman et signer un contrat de deux millions de dollars avec… son employeur.
Lire la critique sur le site : LePoint
LeJournaldeQuebec   19 mars 2018
Le jeune auteur américain A.J. Finn fait une entrée fracassante dans l’univers des thrillers avec La Femme à la fenêtre, son tout premier roman. Vendu dans plus de 38 pays en un temps record, le livre apparaît être un phénomène éditorial planétaire.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   24 mars 2018
Jane Russell ! Comme une de mes actrices préférées. Bina, ma kiné, n'en avait jamais entendu parler . " Les hommes préfèrent les blondes , lui ai-je rappelé.
- Pas que je sache " , a t-elle répliqué.
Commenter  J’apprécie          291
iris29iris29   25 mars 2018
Après son départ, je verrouille la porte derrière lui.
Revenue sur le canapé, je contemple la table basse parsemée de cachets, puis attrape la télécommande et relance le film.
"Et pour ne rien vous cacher, déclare James Stewart, j'ai un peu peur."
Commenter  J’apprécie          210
iris29iris29   25 mars 2018
Mes pantoufles dérapent sur le sol du salon quand je le traverse en hâte. Le tube d'Ativan est là, sur la table basse. Je le débouche, fais tomber trois comprimés dans ma paume et les glisse entre mes lèvres. J'ai l'impression d'être Alice avalant la potion "Buvez-moi".
Commenter  J’apprécie          170
iris29iris29   24 mars 2018
Les stores sont baissés, m'informe t-elle.
(...) . Elle a raison : la cuisine, le salon, la chambre d'Ethan...Toutes les pièces sont occultées.
La maison des Russell a fermé les yeux.
Commenter  J’apprécie          240
iris29iris29   26 mars 2018
Il n'a pas d'adresse mail, m'a t-il confié, pas de compte Facebook non plus. " On pourrait croire que certaines personnes n'existent pas", comme l'a dit Bina.
Commenter  J’apprécie          261
Videos de A. J. Finn (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de A. J. Finn
La chronique de Gérard Collard - La femme à la fenêtre
autres livres classés : agoraphobieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1369 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .