AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,69

sur 700 notes
iris29
  25 mars 2018
Installez-vous sur votre fauteuil ou canapé préféré , ce roman très cinématographique , est à déguster en noir et blanc ...
Anna Fox était une pédopsychiatre appréciée , mais depuis près d'un an , c'est devant son clavier qu'elle donne des consultations. Agoraphobe , elle ne peut plus mettre un pied dehors .
Mais si elle ne peut plus aller dans le monde, c'est le monde qui viendra à elle grâce à internet , (livraisons à domicile, parties d'échec ) . Pour se distraire , elle peut également compter sur les coups de fil de son ex mari et sa fille , dont elle est séparée, ainsi que sur l'espionnage aigu de ses voisins .
Et comme James Stewart dans "Fenêtre sur cour", elle sera témoin d'un meurtre dans la maison d'en face ; mais, tout comme Emily Blunt dans "La fille du train" , elle n'est pas un témoin très fiable...
Entre trois comprimés pour dormir, puis deux pour s'éclaircir les idées , elle peut compter sur un verre de Merlot , à moins que ce soit la bouteille ...
Affabulation, ou réalité , meurtre ou pas meurtre ?
Et bien , vous le saurez au bout d'un lent, très lent suspens... Il vous faudra attendre les pages 340 pour connaître (le) pourquoi ( du comment) , cette femme si intelligente et diplômée a pu se retrouver prisonnière de ses 350m2...
Le décor est planté, tel un plateau de Cluedo (verrière, bureau, bibliothèque...) , on imagine la caméra faire de longs travelling dans cette demeure bourgeoise du quartier de Harlem... On imagine une actrice en peignoir imbibé de taches de vin , jouant ce rôle aux multiples facettes . On imagine la bande-son , ponctuée d'extraits de films en noir et blanc , de vieux classiques du grand Hitch...
C'est un roman séduisant qui ravira les cinéphiles , un peu moins les lecteurs qui aiment l'action et la peur au ventre, même si la fin est surprenante . J 'ai conscience que les "emprunts" et" influences diverses", tiédiront l'affection pour cette œuvre, les lecteurs pourront préférer les originaux . C'est mon cas: la Fille du train m'avait davantage bluffée.
Mais il y a dans ce premier roman, une atmosphère qui vaut la peine d'être "lue" ...
Traduit déjà en 38 langues , il est en cours d'adaptation cinématographique . et j'ai déjà hâte de le voir , même si je ne sais pas qui jouera Anna Fox : "une femme bouffie par l'alcool, séparée de sa famille. (...) Un monstre de foire pour les voisins. Une cinglée pour les flics. Un cas à part pour son psychiatre. Une source de pitié pour sa kiné. Une recluse. Certainement pas une héroïne, ni un limier."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9223
jeunejane
  13 novembre 2018
Anna Fox, pédopsychiatre en arrêt de travail depuis un long moment, est agoraphobe. Voir des personnes chez elle comme une kiné ou son locataire ou ses voisins d'en face, cela passe, mais sortir de chez elle à l'air libre lui provoque des crises de panique.
Elle nous apprend aussi qu'elle est séparée de son mari et ne voit pas fillette mais en même temps elle leur parle de temps à autre et même souvent.
Elle effectue des consultations pour agoraphobes en ligne : cela apporte un certain divertissement et surtout une dose de surréalisme ( le malade parle au malade : pourquoi pas?)
Tout cela bien accompagné d'un cocktail de médicaments délivré par un collègue psychiatre qui lui recommande de ne pas boire d'alcool. Petit souci, Anna boit de grandes quantités de merlot et se réveille avec la gueule de bois et quelques effets secondaires.
Elle est passionnée de vieux films: policiers ou thrillers et elle en connaît un bout sur la question.
Autre occupation, elle observe ses voisins et voit un jour sa voisine se faire planter un couteau dans la poitrine. Personne ne la croit mais l'inspecteur de police témoigne beaucoup de compassion et de respect envers Anna. Petit à petit et c'est très bien ficelé, on apprend les évènements de sa vie passée qui l'ont amenée là où elle est..on comprend la frontière entre le réel et l'imaginaire. Cela apparaît même très tôt dans le livre.
A la fin, l'énigme du meurtre est résolue.
La façon qu'a A.J.Finn de présenter Anna en distillant petit à petit les détails de sa vie m'ont fait éprouver une empathie immédiate pour elle.
Un bon thriller avec quelques longueurs vers le milieu, j'aurais voulu qu'il y ait plus d'action, qu'on ne tourne pas autour du pot pour nous révéler ce qui s'était tramé dans la maison d'en face.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          541
sabine59
  17 mai 2019
Pour un premier roman, il est plutôt réussi !

Anna Fox , la narratrice, pedo-psychiatre, est confinée chez elle, depuis dix mois , car un traumatisme l'a rendue agoraphobe. Et Anna, entre deux visionnages de films en noir et blanc, boit ( j'exagère à peine) des litres et des litres de merlot. Avec la panoplie de cachets qu'elle prend, anti-dépresseurs, beta-bloquants et tutti quanti, cela ne fait pas bon ménage, on s'en doute!

Aussi, quand elle annonce à la police qu'elle a vu une femme se faire tuer chez les voisins d'en face ( oui, elle est fan , entre autres, de " Fenêtre sur cour" et espionne ses voisins avec le zoom de son appareil photo) ne la croit-on pas du tout. Pas très fiable, n'est-ce pas?

Le déroulement de l'intrigue est efficace, distillant ( très lentement , quand même ) quelques indices qui nous mènent à un final assez surprenant.

Cependant, le rythme s'essouffle au cours du roman, je trouve, et on se lasse un peu de toutes ces références cinématographiques qui entrecoupent les événements ou dont ceux-ci s'inspirent. Par contre, j'ai été très intéressée par la pathologie d'Anna, et ce qui l'a provoquée. Et l'empathie est immédiate avec les angoisses du personnage, qui essaie de les noyer non seulement dans l'alcool mais aussi au travers de l'auto-dérision dont elle fait preuve.

Bref, une lecture prenante, sans être renversante... A tenter...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          516
diablotin0
  21 juillet 2019
Anna Fox, jeune médecin cloitrée chez elle car atteinte d'agoraphobie est pour le moins intrigante. Non seulement, elle est prise de panique rien qu'à l'idée de sortir mais en plus elle « espionne » ses voisins tout comme dans le film « fenêtre sur cour » d'A. Hitchcock. Anna Fox est d'ailleurs une grande fan des films en noir et blanc. Pour pallier à ses angoisses et sa difficulté de vivre, Anna boit beaucoup malgré les médicaments qu'elle doit prendre pour ses problèmes d'agoraphobie. de fait lorsqu'elle voit chez un de ses voisins un meurtre, la police, tout comme nous lecteurs, sommes pris de doute. Qu'a-t-elle réellement vu ?
C'est un roman qui ne se lâche pas facilement. Si je ne suis pas devenue agoraphobe, je n'ai cependant pas eu envie de sortir mais c'était pour poursuivre ma lecture et comprendre ce qui s'était véritablement passé chez les voisins les Russell.
Ce thriller psychologique se dévore plus qu'il ne se déguste, on ne prête pas trop attention au style, l'intrigue est telle, qu'on ne s'attarde pas sur les phrases, on lit, on lit et on se dépêche pour satisfaire notre curiosité. Il n'y a aucun temps mort et le plaisir reste intact jusqu'à la dernière page.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
Ziliz
  25 avril 2019
Voilà près d'un an qu'Anna vit seule avec son chat, recluse chez elle. Suite à un traumatisme, elle traîne son agoraphobie en peignoir et jogging entre les murs de sa grande maison de Harlem. Elle ne se lave guère, et n'ouvre jamais ses fenêtres.
Pour se sentir moins mal, elle ingurgite des psychotropes, un peu n'importe comment, et boit du merlot à gogo. De quoi rouler sous la table à chaque page - tournez manège.
Anna fait plein d'autres trucs : sur Internet, elle joue aux échecs et en tant qu'ancienne thérapeute, donne des conseils à d'autres agoraphobes.
Elle a aussi ses petits rendez-vous vespéraux avec des proches, et elle reçoit une fois par semaine la visite d'une kiné et d'un psy.
Anna 'sort' de chez elle par deux moyens : en espionnant les voisins avec son Nikon, et en regardant des vieux films en noir & blanc dont elle connaît chaque réplique par coeur.
Tout cela se brouille un peu dans son esprit, évidemment.

On ne peut que penser à Hitchcock à la lecture, puisque l'auteur ne cesse de s'y référer.
L'intrigue est parsemée de dialogues des films que (re)voit Anna, et ces échos avec son quotidien l'éclairent dans ses recherches lorsque la réalité lui échappe, et donnent du même coup des indices au lecteur.
Le livre est habile et possède le même charme qu'un vieux film (façon Hitchcock, Clouzot) ou un vieux polar (Boileau-Narcejac, William Irish) : agréable à suivre, parfois lent sans être ennuyeux, poussiéreux et étouffant, pas vraiment crédible, plein de surprises - en partie prévisibles, mais qu'importe…

Une adaptation cinématographique est prévue. J'ai plutôt envie de (re)voir tous les vieux films cités par Anna.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
isabelleisapure
  03 juin 2018
Quel meilleur moyen pour échapper à sa propre vie que de se réfugier dans celle des autres ?
C'est ce que ne manque pas de faire Anna. Derrière ses fenêtres, elle observe, elle passe des heures à regarder ses voisins pour tenter de pénétrer leur intimité.

Souffrant depuis plusieurs mois d'agoraphobie, Anna est incapable de sortir de chez elle et passe ses journées recluse entre des antidépresseurs et quelques verres d'alcool.
Son mari l'a quittée, emmenant leur fille avec lui, autant pour protéger la petite d'une mère défaillante que pour permettre à sa femme de remettre de l'ordre dans sa vie. Isolée, Anna trompe son ennui en surfant sur un forum de discussion sur l'agoraphobie où, en tant que psychologue, elle distille conseils et encouragement à ceux qui souffrent du même mal qu'elle.
Pour se distraire, elle passe son temps à visionner de vieux films américains en noir et blanc, avec une prédilection pour ceux d'Alfred Hitchcock, le maître du suspense.
Lorsqu'elle voit un crime se commettre sous ses yeux dans l'appartement d'en face, elle n'a de cesse de connaître le fin mot de cette sombre histoire.

Ce roman a souvent été comparé à « La fille du train » de Paula Hawkins, il y a certes quelques vagues similitudes, mais j'ai trouvé le texte d'A.J. Finn beaucoup plus abouti. L'intrigue m'a tenue en haleine jusqu'au point final.
Le personnage principal, en proie à ses névroses est particulièrement attachant.
Cet huis clos angoissant donne toute la mesure de la détresse de l'héroïne face à l'enfermement qui fait de sa vie un abîme de solitude et de peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Gaoulette
  12 avril 2018
C'est le thriller du moment. Tout le monde en parle et il sera adapté au cinéma. Beaucoup de mal à donner un avis.
J'ai aimé mais c'est loin d'être le meilleur thriller en huis clos que j'ai lu. Pour avoir adoré La fille du train et Fenêtre sur cour, le mélange des deux restent un peu fade pour le genre thriller.

Anna vit seule dans son immense maison. Elle a un locataire David au sous sol. Ancienne pédopsychiatre. Elle est agoraphobe depuis plus d'un an (perso, j'ai compris dés le départ pourquoi). Elle adore les films genre Hitchcock et comme James Stewart elle passe son temps à espionner ses voisins avec son Nikon. Jusqu'au jour où une nouvelle famille débarque. Elle verra des évènements que personnes ne croient.

Oublier le magnifique James Stewart qui avait toute sa tête. Nous avons le genre héroïne de la fille du train. Anna souffre, elle est en pleine dépression, alcoolique et ne parle à personne à part son mari et sa fille. Elle n'est pas crédible en tant que témoin.
Le roman tourne autour de son quotidien. Très peu d'évènements palpitants pour un thriller. Il est particulièrement soft. Une ambiance qu'a crée AJ Finn pour se confiner dans nos idées arrêtées. L'auteur sème de temps en temps un peu de suspens. Les journées d'Anna malgré qu'elles soient tristes donne un effet douceur au thriller. Les intrigues sont longues à venir.

Mon attente dans ce genre de roman à huis clos, j'ai besoin d'être en alerte, captivée et sur mes gardes. J'ai eu de l'empathie pour Anna. Cette femme nous bouleverse et on prie pour elle qu'elle sorte de ce gouffre. C'est la dernière partie du thriller qui réveille enfin le lecteur mais peut passer à la trappe.

Dans ce genre de roman, j'ai connu meilleur et plus palpitant. Mais cependant l'héroïne m'a touchée par souffrance et on veut finir ce roman pour connaître son happy end?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          381
Deslivresalire
  15 août 2018
Des psychotropes, du Merlot en quantité et une agoraphobie qui l'empêche de sortir de chez elle sous peine de s'évanouir, c'est le quotidien d'Anna.

Dans sa maison, elle vit seule, sans sa fille et son mari, mais passe son temps entre ses films noirs et blancs, internet et sa fenêtre, qui donne sur les maisons environnantes.
Lorsque les Russel emménagent dans une maison toute proche, Anna ne peut s'empêcher de jeter un oeil. Ils ont l'air gentils : surtout Jane, la mère qui l'aide lorsqu'elle fait un malaise en tentant de sortir et Ethan leur fils tellement adorable.

Quand elle pense apercevoir Jane se faire assassiner dans sa cuisine, Anna n'en croit pas ses yeux. Elle finira également par ne plus en croire sa raison tellement son esprit est embrumé par l'alcool et les médocs et tellement les événements semblent lui donner tort.

A mon avis :
Attention à ne pas trop se fier aux critiques par trop élogieuses que l'on peut lire un peu partout sur ce livre.

Certes, c'est un bon thriller, néanmoins il ne révolutionne pas le genre.

L'intrigue reste à mon sens assez classique dans son histoire et dans sa mise en place, tout en étant assez simple.

Si bien que le "twist final époustouflant" annoncé à corps et à cris sur le net, n'est pas si étonnant que cela et pourrait même être supputé bien avant les dernières pages.

On est assez proche du huis-clos avec ce thriller. Une bonne partie du récit se passant dans la maison d'Anna.

Outre l'intrigue principale, le sujet de l'agoraphobie mais surtout de l'alcoolisme féminin y est abordé sans pour autant entrer dans la psychologie de l'acte (ce qui rend les séances de beuverie un peu lassantes à la longue).

En ce sens on retrouve partiellement ce qui avait été abordé dans "la fille du train" de Paula Hawkins, en moins profond.

Mais attention également à ne pas prendre cette chronique de manière trop négative.

J'ai tout de même passé un bon moment en lisant ce livre, bien écrit et facile à lire.

On y trouve aussi des moments angoissants et quelques surprises qui font que l'on ne ressent très rapidement plus les quelques longueurs du début.

Pour un premier roman de A.J. Finn, faudrait voir à ne pas être trop dur.

Une critique tout en nuances donc...

Retrouvez d'autres avis sur d'autres lectures sur mon blog :
https://blogdeslivresalire.blogspot.com/
Lien : https://blogdeslivresalire.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
sylvaine
  24 avril 2018
Vous avez envie d'un roman à suspense, d'un roman dont vous ne pourrez que tourner les pages de plus en plus vite, d'un roman qui vous fera peur mais où il n'y aura pas d'hémoglobine à chaque ligne, d'un roman où vous finirez par douter d'Anna Fox, d'eux les Turner les voisins, de Littel le flic.?Quand vous ne comprendrez pas pourquoi Ed , l'ex-mari d'Anna , n'a pas débarqué à Harlem pour prendre soin d'elle, pourquoi elle vit depuis 10 mois dans une immense maison sans pouvoir en sortir ,pourquoi cette femme, alcoolique sous médocs, affirme avoir vu une femme mourir et que personne ne la croit , alors vous saurez que vous avez en mains le roman qu'il vous faut.
Je vous laisse découvrir si ce n'est déjà fait ce superbe roman de A.J.Finn ,alias Daniel Mallory, avec en prime une plongée en apnée dans le cinéma américain culte années 50 et plus sans modération....
Un grand merci aux éditions Les Presses de la Cité via NetGalley pour ce grand moment de lecture , hâte de découvrir l'adaptation cinématographique ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Bazart
  03 avril 2018

Voici très certainement l'un des polars et l'un des auteurs qui feront le plus l'évènement parmi ceux qui seront présentés à partir de vendredi à cette nouvelle édition de quais du polar.

Champion des ventes toutes catégories confondues dès sa sortie aux États-Unis et en Grande-Bretagne, salué par une presse presque toujours unanime, une femme à la fenêtre est un redoutable thriller écrit par un certain A. J. Finn- pseudo d'un certain Daniel Mallory éditeur new yorkais de 38 ans- paru aux éditions Presses de la Cité début février 2018.
Oppressant, ce huis clos new-yorkais assume pleinement son influence majeure : Alfred Hitchcock fait partie des sources d'inspiration de l'auteur et cela se ressent complètement au cours de la lecture.

On pense souvent à Fenêtre sur cour avec le même climat de paranoïa et de voyeurisme mélangé. Dans le film, un homme cloué sur un fauteuil espionne ses voisins par la fenêtre de sa maison, alors que dans le roman de Finn , une femme vit seule cloîtrée chez elle et passe une grande partie de son temps à espionner la vie de ses voisins. Jusqu'au jour où elle aperçoit une voisine qui lui a rendu visite se faire poignarder.

Elle appelle la police mais problème la femme qu'elle pense avoir identifié n'a jamais habité dans cette maison, aucun corps n'a été retrouvé et tout ce qu'elle raconte ressemble de plus en plus à des hallucinations. Comme elle prend médicaments et alcool, personne ne la croit et elle même doute. Alors a t elle rêvé ou pas ?

Dans la lignée des récents best seller anglo-saxons de ces dernières années ( Les apparences, la fille du train) le livre tient le fil du suspense psychologique avec une efficacité narrative évidente, et quelques passages obligés du genre.

Bien que l'auteur n'ait pas renouvelé le genre, l'auteur maitrise parfaitement son sujet : les chapitres sont construits de façon à ce que le lecteur ait toujours envie d'aller plus loin et Finn a particulièrement soigne son personnage principale, avec cette héroïne au coeur d'une descente aux enfers et qui ne sait pas si les situations qu'elle observe sont réels ou pas.
Finn campe joliment l'ambiance de son huis clos avec une sensation d'enfermement bien rendue et une belle fluidité narrative d'ensemble.
Malgré une mise en place plutôt lente, mais qui montre bien le coté répétitif de la routine d'Anna, l'intrigue nous réserve son lot de rebondissement et de péripéties en tous genre.

Alors, certes les habitués à ce genre d'intrigue pourront comme moi deviner, avant qu'elles ne soient révélées la teneur de certains twist, ( surtout celui qui arrive à une centaine de pages de la fin) mais l'ensemble est d'une efficacité redoutable et devrait d'ailleurs être prochainement adapté à l'écran puisque la Fox est déjà en train de l'adapter pour le cinéma. avec Joe Wright (Les Heures sombres) aux commandes !
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320


Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura