AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266268414
Éditeur : Pocket (06/10/2016)

Note moyenne : 2.45/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Septembre 1321, Dante Alighieri meurt de la malaria ; sa dépouille est couronnée de lauriers et le monde pleure le poète de génie. Giovanni, jeune médecin, disciple de l'auteur de la "Comédie", doute de cette version officielle. Tout le porte à croire que Dante a été empoisonné et la disparition des treize derniers chants du "Paradis"" ne fait que renforcer son intuition. Avec la fille du poète, sœur Béatrice, il décide partir à la recherche des feuillets disparus e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Clubromanhistorique
  05 septembre 2015
L'HISTOIRE
18 mai 1291. Les mamelouks s'emparent de la ville de Saint-Jean-d'Acre, capitale du Royaume Latin de Jérusalem, mettant un terme à la présence croisée en Terre sainte. Juste avant l'assaut final, le Templier Bernard entend Guillaume de Beaujeu, le grand maître du Temple, ordonner à Gérard de Monréal de partir pour Chypre et de sauver "les nove...". S'agit-il de novénaires ? Mais il n'en saura pas plus, le bruit couvre la conversation, et il faut partir au combat. Alors que les mamelouks envahissent la ville, gagnant ainsi la bataille, Bernard tente de s'enfuir, mais il n'est pas seul à avoir la même idée. Et c'est chacun pour soi : frappé dans le dos par l'épée d'un chrétien lui-même en fuite, Bernard ne doit sa survie qu'à l'aide d'un habitant qui le recueille chez lui et le soigne.
Quelques années plus tard, en 1321, alors que l'ordre des Templiers a été supprimé, Bernard est à la recherche des treize derniers chants du Paradis de la Comédie de Dante Alighieri, dans lesquels ce dernier aurait dissimulé la carte du nouveau Temple, le fameux secret confié par Guillaume de Beaujeu à Gérard de Monréal. Arrivé à Ravenne, là où réside Dante, il fait la connaissance de Giovanni de Lucques, jeune médecin et disciple de Dante, qui lui apprend que Dante vient de mourir de la malaria. Mais la disparition des treize derniers chants du Paradis et les lèvres noires, la peau écailleuse et la perte de cheveux du poète le conduisent à envisager une autre hypothèse, celle de l'empoisonnement !
Avec l'aide de Bernard et de soeur Béatrice, la fille de Dante, Giovanni décide de mener l'enquête. Pourquoi Dante a-t-il dissimulé ses derniers chants ? Que contiennent-ils ? Où sont-ils désormais ? Qui pouvait vouloir la mort de Dante ? Qui sont ces deux mystérieux religieux franciscains ?

UN VÉRITABLE SUCCÈS EN ITALIE
Vendu à 500 000 exemplaires en Italie depuis sa parution en 2011, Le Livre secret de Dante a été écrit par Francesco Fioretti, un spécialiste de Dante et de La Divine Comédie. En effet, après avoir étudié la littérature à Florence et enseigné en Lombardie et dans les Marches, Francesco Fioretti a obtenu en 2012 un doctorat à l'université d'Eichstätt (Allemagne) avec une thèse sur le Stilnovo de Dante et du poète Guido Cavalcanti. Passionné par ce monument littéraire et désireux de le mettre à la portée de tous, Francesco Fioretti a conçu un thriller ésotérique basé autour d'une énigme numérologique, dont l'auteur nous apprend que son interprétation est l'une des nombreuses interprétations possibles du code qui existe réellement.
Compte tenu du phénomène en Italie, l'éditeur français a décidé de jouer le jeu en réalisant une couverture très graphique – fond sombre sur lequel se détache le titre marqué à chaud à l'aide d'un film argenté –, renforçant par là même le côté mystérieux du roman.

PRIORITÉ À LA RÉFLEXION
Par définition, le thriller historico-ésotérique se compose d'un récit centré sur un ou des événements mystérieux, progressivement éclaircis par le raisonnement, les déductions, les connaissances et les recherches d'un ou de plusieurs enquêteurs. Mais il s'accompagne aussi d'un suspense ou d'une tension narrative tenant le lecteur en haleine jusqu'au dénouement de l'intrigue. Le danger, les meurtres, les scènes de poursuite ou de combat sont monnaie courante dans ce type de littérature. Ce genre littéraire est représenté notamment par Umberto Eco, Dan Brown ou bien Raymond Khoury.
Dans le cas présent, on est bien loin du Da Vinci Code ! On est même à l'opposé : tandis que le Da Vinci Code mettait en exergue les scènes d'action et des hypothèses un peu farfelues, Le Livre secret de Dante s'appuie sur une documentation solide et donne la primauté à la réflexion sur l'action, tout cela dans le but de nous faire (re)découvrir sous une forme littéraire plaisante La Divine Comédie, cette oeuvre littéraire connue de tous, mais que peu de gens ont lu. La lecture de ce thriller historico-ésotérique très érudit nécessite donc quelques efforts et de la concentration pour ne pas perdre le fil des réflexions menées par les différents personnages.

DES ÉNIGMES ARITHMÉTIQUES COMPLEXES
Cependant, la réflexion est si présente et si profonde qu'elle en devient parfois ardue, voire incompréhensible, quand il s'agit de décrypter des énigmes arithmétiques. Quand les personnages commencent à réduire le texte de Dante à une suite de chiffres ou à un schéma, on en vient à se demander si tout cela n'est pas un peu fumeux, mais l'hypothèse est intéressante et intrigante, j'aurais aimé y comprendre quelque chose, mais à un moment ou à un autre, cela devenait trop complexe pour moi. Heureusement cela n'a aucune conséquence sur la suite de la lecture. Bref, la façon dont l'énigme est décodée n'est vraiment pas simple à suivre ! Pourtant, je pensais avoir dépassé le plus difficile puisque l'éditeur indique dans sa note qu'"il faut oser s'aventurer dans la forêt relativement obscure des premiers chapitres". Car le prologue situé à Saint-Jean-d'Acre est passionnant et stimulant même si l'on sent déjà les prémices d'une certaine pesanteur de style.

UN MANQUE DE LÉGÈRETÉ
Conséquence de cette primauté donnée à la réflexion, une impression effectivement de pesanteur, d'immobilisme, comme si l'auteur n'avait pas suffisamment "enrobé" le coeur de son roman de tous les ingrédients qui font d'un roman un excellent thriller historico-ésotérique. Il manque un ingrédient : l'action. Où sont les combats, le danger, les ruses, les pièges les meurtres ? Les protagonistes de cette histoire évoluent dans un environnement qui semble hors du temps et enquêtent tranquillement sans jamais craindre pour leur vie.
De la même manière, la narration, menée par un narrateur omniscient, est dominée par la description, pas seulement par les classiques descriptions physiques ou du paysages, mais par les descriptions des pensées et des sentiments des personnages. Certes, les dialogues sont présents, mais ils sont écrasés par le poids de la narration très prolixe, ralentissant par là même le rythme du récit. Autre élément qui produit une interruption dans la lecture : les extraits de la Divine Comédie sont reproduits dans le cours du texte, en langue originale, et leur traduction se trouve dans les notes de bas de page. Même si je trouve qu'il est justifié de retranscrire l'œuvre dans sa langue originelle pour ne pas trahir sa structure en rimes et sa musicalité, il est compliqué de faire sans arrêt des sauts de puce pour aller lire la traduction en bas de page et cela nuit à la fluidité du texte et fait parfois passer l'intrigue au second plan.

LA (RE)DÉCOUVERTE DE LA DIVINE COMÉDIE
Ce roman peut être lu sans connaissance de l'oeuvre de Dante, c'est même un excellent moyen de l'aborder. Cela a d'ailleurs été mon cas : connaissant cette œuvre que de nom, ce roman m'a permis d'en savoir un peu plus sur ce monument littéraire écrit entre 1307 et 1321 par Dante et initialement nommé la Comédie. Plus tard, les commentateurs (dont Boccace) lui ont adjoint ce qualificatif. Je ne pense pas me plonger davantage par la suite dans cette œuvre qui me semble très complexe, mais j'ai apprécié les informations et l'éclairage apportés par l'auteur, mettant ce texte à notre portée : les références et les citations sont nombreuses, mais tout est intéressant. En effet, cette oeuvre métaphorique, qui a donné lieu à de nombreux commentaires et gloses à travers les siècles, peut se lire à différents niveaux et être interprétée de différentes façons : récit d'une purification personnelle, oeuvre religieuse, projet d'éducation morale de la société, somme des conceptions politiques, scientifiques et philosophiques du début du XIVe siècle, hommage à la femme aimée, Béatrice, l'amour platonique de Dante, morte prématurément à 24 ans, et qu'il s'en va chercher au Paradis… En tout cas, j'en ai retenu que ce texte divisé en trois parties – l'Enfer, le Purgatoire et le Paradis –, chacune composée de trente-trois chants (plus un chant inaugural placé dans l'Enfer), est le récit d'un voyage imaginaire du poète dans le monde de l'au-delà jusqu'à la découverte de Dieu.

DANTE ET SON ÉPOQUE
Francesco Fioretti mêle habilement dans ce roman l'histoire la Divine Comédie, l'histoire de Dante et de sa famille, et celle de l'Italie. En nous plongeant dans la vie de Dante, l'auteur nous fait découvrir son action publique mais aussi son intimité. C'est ainsi que nous faisons la connaissance de ses enfants, Iacopo, Pietro, Antonia (devenue soeur Béatrice) et Giovanni, et de sa femme Gemma, pas facile à vivre. Pas facile de vivre avec un père si souvent absent. Car Dante n'était pas qu'un poète et un écrivain, il faut également un homme politique, ce que l'on sait moins. Né en 1265 à Florence et mort à Ravenne en 1321, Dante évolue dans une Italie déchirée par des querelles de princes, les luttes entre les guelfes (noirs et blancs) et les gibelins, les intrigues menées par le pape… En 1295, il s'engage dans la vie politique. Partisan de l'indépendance de Florence vis-à-vis de la papauté, Dante est condamné à l'exil en 1301 et ne reverra plus sa ville natale. Il vécut notamment à Ravenne chez le podestat Guido Novello da Polenta, où il meurt le 14 septembre 1321. Ainsi, c'est durant son exil qu'il rédigea sa Comédie et ce contexte est important pour mieux comprendre cette oeuvre et les soupçons qui ont pu peser sur sa mort.
Pour résumer, un thriller ésotérique d’une grande érudition qui permet de redécouvrir la Divine Comédie, une oeuvre incroyablement prophétique.
Merci à HC Éditions !
Lien : http://romans-historiques.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Borntobealivre
  24 août 2015
Grand spécialiste de Dante et de son oeuvre magistrale, Francesco Fioretti nous livre un roman d'érudition, destiné aux plus fins connaisseurs et amateurs du Poète florentin. La couleur était annoncée dans le préambule : le Livre secret de Dante est émaillé de « nombreuses références. » Peu habituée à lire des romans historiques, j'attendais le bon moment – et surtout, le bon roman - pour découvrir ce genre de littérature et le pitch du premier ouvrage de Francesco Fioretti m'a convaincue de sauter le pas.
Nous voici plongés dans l'Italie du 14ème siècle, dans un pays où règne une toute puissante Eglise, où les bannissements sont légion et où les familles les plus riches tiennent les ficelles d'une société en perdition. Giovanni, jeune médecin natif de Lucques, s'apprête à rejoindre le poète lorsque tombe la nouvelle de sa mort. Dante Aligheri aurait succombé à la malaria : version officielle que le médecin conteste après avoir observé le corps. Pour lui pas de doute, le Poète a été empoisonné. Une conviction renforcée par le fait que les treize derniers chants du Paradis se sont volatilisés. Il décide de partir, avec Bernard, chevalier des Templiers, Soeur Béatrice, la fille de Dante, à la recherche de son assassin, tous bien décidés à lever le voile sur ces mystérieuses disparitions…
Cette lecture m'a intéressée dans la mesure où je ne connaissais que de nom la Divine Comédie et l'Enfer, chefs d'oeuvre du poète florentin. J'ai particulièrement apprécié le style de l'auteur, la référence aux Croisades, aux chevaliers des Templiers et du trésor de l'Arche de l'Alliance, les références mythologiques – le passage où Bernard remonte l'Achéron, le Cocyte et le Styx, est celui qui m'a le plus plu - et l'introduction des vers des chefs d'oeuvre de Dante. Pourtant, je n'ai pas pris beaucoup de plaisir à lire cet ouvrage : une surabondance de références aux oeuvres du poète florentin rendait parfois la lecture indigeste. Certains passages étant peu accessibles, les énigmes insolvables, les confusions – à mon sens – trop nombreuses (je n'ai pas réussir à comprendre si Dante était oui ou non le père de Giovanni, les motifs de l'assassinat du Poète…), les digressions qui ne servaient pas forcément l'intrigue. Les schémas me rendaient également interrogative. C'est la première fois que je n'arrive pas à m'accrocher à un thriller, à vouloir moi aussi prendre part à l'enquête.
Je garde malgré cela un bon souvenir de cette lecture et remercie vivement les éditions Hervé Chopin - que je découvre également avec plaisir - et Babelio pour ce moment !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Aliseya
  12 juin 2015
Note réelle : 3,75/5
En premier lieu, je tiens à remercier les Éditions HC et Babelio pour l'envoi et la découverte de ce livre.
De la Divine Comédie, je n'en connaissais que le nom et n'avais jusqu'alors pas cherché plus que ça à approfondir le sujet.
Nous suivons dans ce récit Giovanni, un jeune médecin qui se dit grand admirateur de Dante et est venu à Ravenne afin de retranscrire les derniers chants du Paradis et parler au poète. Malheureusement, celui-ci est mort un peu plus tôt de la malaria. Giovanni décide d'aller voir le corps de Dante qui repose dans une église proche afin que les gens puissent se recueillir et lui rendre hommage. Or, en inspectant le corps du poète, notre jeune médecin à des doutes, il suspecte que Dante aurait pu être empoisonné à l'arsenic…
J'avoue que mon enthousiasme et ma motivation ont été légèrement érodées dès le début du livre. La plume de l'auteur n'est pas fluide. J'ai trouvé le style dense et lourd. Une impression de me retrouver en face d'un professeur qui déblatère son cours et après c'est débrouilles-toi. Même choses à certains moments de l'histoire, un personnage fait un monologue sur ses réflexions et hypothèses sur une énigme sans aucun échange avec les autres personnages présents autour de lui. Ce qui apporte à mon sens des passages au rythme très lent qui cassent la dynamique du récit.
Cependant, j'ai trouvé l'histoire en elle-même intéressante. J'ai eu le sentiment que tout était réel, que l'auteur n'avait rien inventé. le fait également que certaines explications soient montrées au lecteur via des images donne un côté participatif et permet de mieux comprendre les réflexions des personnages. Et donc, un gros plus à mon sens. Les personnages à défaut d'être attachants ont un capital sympathie assez fort pour que l'on veuille le meilleur pour eux. J'ai beaucoup apprécié la complexité de l'énigme, elle demande un peu de jugeote et de connaissance.
Pour conclure, le livre secret de Dante est une histoire dense et complexe sur un thème peu évoqué de nos jours. Une histoire qui demande de l'attention. Idéal pour les adeptes de secrets, d'énigmes et d'Italie du 14 ème siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
silencieuse1
  02 mai 2015
Francesco Fioretti à vu son roman publié à 500.000 exemplaires, traduit en 8 langues, premier roman pour cet enseignant qui a étudié en Italie et en Allemagne. La Divine Comédie est l'un des trésors littéraires de la culture européenne et mondiale. Francesco Fioretti, grand spécialiste de Dante Alighieri s'est fait un réel plaisir à écrire son thriller ésotérique et il a probablement réussi un vrai tour de force en mettant cette oeuvre célèbre à la portée de tous. Aujourd'hui, l'ouvrage est en tête de gondole un peu partout, ce qui prouve bien que l'on cherche à atteindre un public large. Pas forcément facile à lire pourtant pour le commun des mortels : les références sont nombreuses, les citations et les passages le sont tout autant, l'intrigue n'est pas indigeste, mais on peut se lasser de ces investigations tortueuses. Des liens étranges avec les Templiers, une clé secrète contenue dans son oeuvre et finalement, une mort tout aussi mystérieuse, un meurtre et non la malaria. Au départ, je me suis sentie portée par le texte, ma foi bien décidée à relire Dante ! Puis, j'ai eu de plus en plus de mal à m'y mettre et c'est dans la souffrance que j'ai terminé ma lecture en regrettant d'être probablement passée à côté de quelque chose. Trop d'érudition, une mauvaise traduction, ce mélange de français italien et latin qui exige d'aller sans cesse en bas de page … ? Je l'ignore, mais je ne suis pas séduite et j'éprouve vraiment de grandes difficultés à conseiller cette lecture. Quelques phrases restent en mémoire, notamment en rapport avec la liberté d'expression, l'importance des mots et de l'écriture dans leur interprétation. Mais c'est à mon sens un peu facile et je ne vois pas où l'auteur veut me mener. C'est une grande déception pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PM_Panigoni
  07 juillet 2015
Quand j'ai vu le communiqué de presse qui annonçait du Dante, de la Divine Comédie et des Templiers, je n'ai pas pu résister. Autant le dire de suite, j'aurai peut-être du résister cela m'aurait évité une déception, mais j'y reviendrai.
Nous voilà donc plongés dans l'Italie médiévale au moment de la mort de Dante, et des croisades templières en Outremer.
Tout commence réellement quand Giovanni se rend à Ravenne afin de rencontrer Dante. À son arrivée, il ne trouve qu'un cadavre avec les lèvres noircies. Il doute alors de la thèse officielle qui dit que le poète est mort de la malaria. le doute grandit quand Giovanni se rend compte avec Soeur Beatrice, fille de Dante, qu'il manque les 13 derniers chants de la Divine Comédie. A-t-il été assassiné ? Quel est le rapport entre les Templiers et Dante ?
Je dois bien avouer que j'ai eu du mal à rentrer dans ce roman. La faute sans doute à un manque de rythme certain, à des chapitres assez longs sans beaucoup d'oxygène dans le texte qui est du coup assez dense.
La recherche documentaire est indéniable, nous pouvons sentir la passion qui anime l'auteur, et le fait qu'il est spécialiste du poète Florentin transpire du roman. Cependant, trop de détails, trop de réflexions ou trop d'hypothèses ont tué à mon sens le roman.
Et je dois bien admettre que c'est dommage. L'histoire est bien trouvée, l'oeuvre de Dante est attaquée sous un angle intéressant, et le brin d'ésotérisme absolument nécessaire afin de rendre la Divine Comédie mythique et attrayante sont présents.
L'intrigue est prenante, car l'énigme est assez complexe pour ne pas décrocher avant de connaitre le pourquoi du comment.
Le contexte est également superbement bien rendu, l'insalubrité des villes, la suffisance des banquiers florentins, la foi étrange, mais profondément ancrée dans les moeurs. Nous pouvons dire que l'immersion est réussie.
Pour finir, je dirai que c'est un livre avec une très bonne intrique et un contexte historique fort intéressant, mais que pour moi malheureusement, j'ai été submergé par les détails les réflexions trop nombreuses sur la Divine Comédie et que le manque de rythme m'ont fait décroché plusieurs fois.
Cependant, si vous êtes amateur d'énigmes, et de la Divine Comédie, laissez-vous tenter, car vous seriez peut-être plus conquis que moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ClubromanhistoriqueClubromanhistorique   05 septembre 2015
Mais Giovanni dut bientôt admettre qu'il ne s'agissait pas seulement des positions de l'Église. C'était un monde qui se refermait et un nouveau qui s'ouvrait, la société était devenue matérialiste avant même d'attendre l'autorisation explicite de l'Église catholique. Leur époque était ainsi. Elle était lasse des idéologies, on n'était plus guelfe ou gibelin, blanc ou noir, augustinien ou aristotélicien, mystique ou nationaliste… Il y avait plutôt un air de résignation à l'existant et on tendait à vivre au jour le jour. Une nouvelle oligarchie de l'argent s'était formée à partir de l'ancienne aristocratie et, après la grande ouverture du siècle précédent, la société se figeait à nouveau. Les démocraties communales, querelleuses mais ouvertes, cédaient la place aux nouveaux régimes oligarchiques des rares familles, anciennes et nouvelles, qui se serraient autour d'un seigneur ; le culte de la personnalité occupait l'espace vide des grands systèmes. Les poètes se regroupaient en cercles bucoliques qui ne s'occupaient plus de politique, ils cultivaient de petits domaines, se gratifiaient de leur appartenance à une aristocratie des lettres. On allait vers un monde laïque et indifférent aux grandes questions, un monde dominé par les affaires et voué à l'immanence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ClubromanhistoriqueClubromanhistorique   05 septembre 2015
– Le poète avait une extraordinaire capacité affabulatoire, en discutant avec lui on entrait un instant dans un autre monde. Un rêveur. Il disait que l'histoire a un cours nécessaire, même si les projets humains individuels ne le servent pas toujours et retardent ce qui doit être et sera inévitablement. "L'Italie sera un seul organisme, disait-il, on y parlera une seule langue, elle fera partie d'un même grand empire chrétien qui embrassera toute l'Europe, de la péninsule Ibérique à Constantinople, et la Respublica christiana sera finalement unie sous des lois communes, comme au temps de Charlemagne. Pour que cela se produise, avait-il poursuivi, il faut deux conditions : que les Capétiens et la France soient redimensionnés par rapport à la partie germanique de l'Empire, et que l'Église perde son pouvoir temporel, son règne terrestre, pour redevenir exclusivement un grande guide spirituel… La dérive des nations, disait-il encore, ne promet rien de bon, seulement des conflits inépuisables, si elle n'est pas subordonnée à une institution centrale qui assure l'universalité du droit." Beau rêve, en théorie, mais il ne se réalisera jamais : l'Empire germanique et la France, par exemple, ne pourront jamais être d’accord, et le roi capétien et celui d'Angleterre sont là pour entrer en guerre au coeur même de la France… Les poètes ne font qu’inventer des mondes impossibles, mais ça c'est le monde, le seul monde réel, celui dans lequel nous vivons et auquel d'une façon ou d'une autre nous devons chercher à nous adapter…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
polacritpolacrit   05 mars 2018
Et pourtant, il lui sembla, s'il devait en sortir vivant, que c'était une expérience riche de sens caché, comme il arrive parfois, dans la vie, qu'on avance à tâtons, qu'on s'arme dans l'obscurité du chemin d'un destin provisoire; et on se souhaite, en avançant à l'aveugle, de sortir tôt ou tard à la lumière, de retrouver son chemin. Ainsi est la forêt du monde.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Francesco Fioretti (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Francesco Fioretti
LE LIVRE SECRET DE DANTE Un roman de Francesco Fioretti Traduit de l'italien par Chantal Moiroud
Est-ce vraiment la malaria qui a tué Dante comme tout le monde le croit ? Ou quelqu?un avait-il des raisons de désirer sa mort et de faire disparaître avec lui un secret particulièrement gênant ?
La fille du poète, un ancien templier et un jeune médecin décident de mener une double enquête pour faire la lumière sur ce qui s?est réellement produit.
En se lançant sur les traces des assassins présumés, ils vont découvrir que le poète avait un grand nombre d?ennemis. Les trois amis n?ont pas d?autre choix que de trouver la clé cachée dans La Divine Comédie et de découvrir pourquoi les 13 derniers chants du Paradis ont disparu... Ils ne se doutent alors pas qu?ils sont à la recherche de l?un des plus grands mystères de la chrétienté.
Avec pour arrière-plan la crise politique et économique du Trecento, le Livre Secret de Dante mêle brillamment faits historiques et personnages fictionnels, tissant ainsi la trame d?un grand thriller ésotérique.
Originaire de Sicile, Francesco Fioretti fait des études de lettres à Florence avant d?enseigner en Lombardie et dans les Marches. En 2012, il obtient un doctorat à l?université d?Eichstätt, en Allemagne, avec une thèse sur le Stilnovo de Dante et de Guido Cavalcanti. Son premier roman, le Livre Secret de Dante, a très vite figuré parmi les meilleures ventes italiennes, il atteint aujourd?hui les 500 000 exemplaires vendus et a été traduit dans une dizaine de pays.
? Un exploit de Francesco Fioretti, grand spécialiste de Dante, qui joue avec les énigmes de la Divine Comédie.? Corrierre della Sera
? Entre secrets et coups de théâtre...? Vanity Fair
? Ce roman nous donne envie de relire La Divine Comédie.? Libri
? Des révélations bouleversantes.? Secolo
? Entre thriller historique et saga, est aussi la reconstitution d?une époque.? La Repubblica
+ Lire la suite
autres livres classés : thriller historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1732 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..