AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 235164221X
Éditeur : Chiflet & Cie (02/01/2015)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 10 notes)
Résumé :
De A comme Angot à Z comme Zeller, de Nothomb à Legardinier en passant par Foenkinos et Philippe Sollers, qu’on les aime ou qu’on les déteste, ce sont nos « best-sellers ».

Mais que racontera le prochain Musso ?
Qu’a révélé Dieu aux frères Bogdanof ? Combien de fautes d’accord contiendra le prochain Pancol ? Qu’est-ce qui va bientôt attendrir Gavalda, désespérer Houellebecq et énerver Jean-François Kahn ? ...

Dans ce livre à hurl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  24 juin 2015
Pascal Fioretto est nègre littéraire. En clair : il écrit pour des auteurs vedettes sans que son nom apparaisse, sans qu'aucune étincelle de gloire rejaillisse sur lui, même si le livre cartonne. Pas grave, dit-il, si les contrats sont bien faits et que le "commanditaire" reste réglo, tout se passe bien. Pas de chicanes sur l'aspect financier, ça compense l'éventuelle frustration qu'il pourrait ressentir à rester dans l'ombre (mais Fioretto ne semble ni avoir le "melon" ni être un frustré) et l'agacement à voir le faux auteur se pavaner d'avoir produit LE chef-d'oeuvre encensé partout. Un boulot comme un autre, somme toute, beaucoup de gens oeuvrent dans l'ombre comme ça.
Tout cela, Pascal Fioretto nous l'a expliqué au salon du livre de Vannes - j'espère restituer ses propos correctement, l'idée générale en tout cas. Il a aussi fait allusion à des cas où l'auteur (le faux, celui qui signe, vous suivez ?) se comporte comme un mufle, et aux moyens de vengeance subtile des nègres. Il suffit de glisser un extrait plagié, d'en informer un pote journaliste, et voilà le travail de sape. Jouissif pour le nègre - et pour le lecteur qui n'aime pas être pris pour un con.
Bref, quand on a lu des pastiches de Fioretto, on ne doute plus de l'existence de cette pratique (et on devine à la prolixité des "auteurs" ou à leur soudain changement de style ceux qui y ont recours). Pascal Fioretto parvient à adopter les styles d'écrivains variés de manière vraiment convaincante, l'exercice rappelle celui des (bons) imitateurs de voix. J'ai lu avec bonheur 'Et si c'était niais', 'L'élégance du maigrichon', 'Moi Pascal F'. Trois romans délirants dont "l'auteur" change à chaque chapitre - se succèdent ainsi dans le premier cité Denis-Henri Lévy, Christine Anxiot, Fred Wargas, Marc Levis, Mélanie Notlong, Jean d'Ormissemo, Frédéric Beisbéger, etc.
L'exercice est un peu différent dans ce 'Concentré de best-sellers' : Pascal Fioretto et Vincent Haudiquet ont imaginé les prochains livres de quelques auteurs de best-sellers, chaque présentation est précédée d'une courte biographie. L'idée est bien sûr d'amuser, donc les bio sont revisitées avec humour, moquerie, et le pastiche est caricatural (plus ou moins). C'est fantaisiste, parfois trop court, parfois facile, souvent très drôle, j'ai beaucoup ri. C'est encore plus savoureux quand on connaît l'auteur pastiché, parce qu'on saisit mieux les clins d'oeil (et il y en a beaucoup, assez subtils donc parfois bien cachés) et parce que l'humour est plus mignon et tendre que teigneux. Les pastiches de Despentes et de Vargas - auteurs que j'apprécie - m'ont bien amusée, par exemple. Au moins autant que les piques à l'égard de people qui me hérissent le poil.
Bref, à lire pour s'amuser, sans snobisme "anti best-sellers", je suis aussi consommatrice de 'têtes de gondole', y a pas de honte à aimer ça. Ni à le dire, on est ici entre lecteurs ouverts et tolérants.
• Bonne nouvelle : le pastiche littéraire est au programme des classes de 1ère, 'Et si c'était niais' est désormais disponible en édition scolaire 'Classiques et Contemporains' - belle consécration pour un nègre littéraire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
paraty62
  08 février 2015
Un concentré de bonne humeur pour les mordus de littérature !
J'ai postulé à cette masse critique Babelio pour ce livre car la couverture m'intrigué. Je ne savais pas à quoi m'attendre concernant le contenu. Etant d'une nature curieuse, je me suis donc lancée et je ne le regrette pas. J'ai plusieurs ris toute seule et me suis surprise à vouloir partager quelques bons mots présents dans ce livre.
D'abord il y a plusieurs catégories comme par exemple : les auteurs qui donnent la pêche, les obligatoires, les difficiles, les précieux, les auxiliaires de vie...
Puis par auteur : une biographie loufoque et un extrait de leur prochain " best-seller" qui ressemblent tellement à leur style et leurs tics de langage qu'on pourrait croire qu'il l'on écrit...
Voici des exemples qui m'ont bien fait rire :
* Anna Gavalda :
livre pour filles qui en ont gros sur le coeur
prochain best-seller : Elle seule savait le consoler
* Katerine Pancol :
livre pour femmes dans les transport en commun
prochain best-seller : La tranquille audace des mouches bleues du jardin du Luxembourg
* Fred Vargas :
livres pour amateurs de flics qui n'aiment pas la police
biographie : Frédérique Audoin-Rouzeau naît à Paris en 1957, juste après sa soeur jumelle qu'elle avait prise en filature ....
Bref, je pourrais continuer encore longtemps comme ça. Je n'ai qu'un conseil : acheter ce livre ! Il plaira aux lecteurs passionnés comme moi qui y trouverons des références à des auteurs qui les feront rire, mais aussi je l'espère aux néophytes qui découvrirons des auteurs de manière ludique et rapide en piochant dans ce livre qui fut une vraie bonne découverte pour moi.
Lien : http://lemondedeparaty62.ekl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AliceNeverland
  03 janvier 2015
Quand j'ai reçu ce livre de la part Hugo&Cie, je ne savais pas trop à quoi m'attendre. Un « annuaire » des 80 grands auteurs de l'année 2014 ? Quelle utilité ? Et puis j'ai découvert ce qu'était un pastiche..
Il faut véritablement prendre ce livre au second degré. Qui n'a jamais relevé les tics stylistiques, narratifs, que l'on retrouve chez certains auteurs ? Dès le premier, Guillaume Musso, rangé dans la catégorie des « livres pour filles chez le coiffeur », et dont Pascal Fioretto et Vincent Haudiquet évoquent avec humour le thème récurrent chez l'auteur de « l'amour plus fort que la mort« , j'ai su que j'allais rire et sourire à chaque page !
En résumé, nos auteurs ici ce sont tout simplement amusés à nous faire découvrir les futurs best-sellers des auteurs les plus connus/vendus en France. Ils en ont relevé leurs tics d'écriture, et à partir de cela ils nous livrent ici les quatrième de couverture que l'on pourrait attribuer à leur prochain roman. Et que c'est réaliste !
On sent que les auteurs se sont amusés à la rédaction, et ils nous amusent ainsi superbement en retour. J'ai adoré Récréation de Stéphanie Meyer, j'ai eu de la pitié pour Jean-Loup Chiflet à la lecture de son prologue, et j'ai rigolé en voyant le SAV à la fin de l'ouvrage. La page 69 (tout jeu sur cette page est volontaire je pense !) m'a fait rire jusqu'à la maison d'édition en bas. Tout est bien calculé, bien dosé pour ne pas être ni trop, ni pas assez.
Je pense que la plupart des auteurs mentionnés prendront avec le sourire les références qui leurs sont faites. Dans ma position de lectrice, je me suis sincèrement bien amusée, et j'ai même apprécié me rendre compte que certaines manières d'auteurs que j'avais relevées étaient ici référencées. Des pastiches vraiment agréables à la lire et qui feront mouche à coup sûr !
Lien : https://aliceneverland.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Missbouquin
  02 mars 2015
Les deux auteurs font preuve d'un vrai talent divinatoire, en publiant des extraits des futurs romans de quelques têtes d'affiche de la littérature contemporaine française ... On se régale de ces extraits qui prouvent à la fois leur connaissance et leur analyse des oeuvres, ainsi que la médiocrité ambiante des publications françaises ...
Commenter  J’apprécie          100
Fleitour
  08 juillet 2015
je prends ma plume de Tadorn pour vous dire tout le bien que je pense
de "concentré de Best-Sellers"
Belle boite en fer blanc sans doute du Vincent Saupiquet les dernières fabriqués sur vannes .
Je me suis intoxiqué sur Drucker d'autres comme Fred Vargas ont du s'étrangler pas bon pour elle
Michel un best-seller !!! très fort
l'autre surprise , de taille , la place que Virginie Despentes redonne au couple mythique du roman français Simone de Beauvoir Et jean Sol Patre , " elle est kiffante cette petite " ces mots précédant d'autres plus crus ; tout n'est pas facile à digérer .
l'appétit venant en mangeant suivent Michel Onfray , alain Soral ,Dieudonné,Eric Nauleau , ,la littérature nécéssite de solides estomacs
et même si le tout est "poilant" Dieudonné M'bala M'bala , lec " tout doit disparaitre " vous prépare une bonne gastro .
Et pour guérir d'une bonne cuite Tatiana de Rosnay dans la catégorie Livres pour femmes en cure à la Bourboule et vous pourrez méditer sur "Karine Bancol : le mystère de sa coiffure "
Bon appétit

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   21 juin 2015
Patrick Poivre naît en 1947, à Reims, dans la Marne, ce qui déclenche en lui une passion immédiate et immodérée pour la Bretagne. Précoce dans tous les domaines, il devient bachelier à quinze ans, giscardien à seize, dégarni à dix-sept... puis, en vrac, diplômé de Sciences Po, journaliste, don Juan. A vingt-deux ans, un après-midi qu'il s'ennuie, il rajoute "d'Arvor" à son nom. Nommé présentateur du journal de 20h de 1975 à 2008, il trouve néanmoins le temps de rapporter un bébé d'Irak sans le déclarer à la douane, d'interviewer Fidel Castro sans qu'il ne s'en rende compte, de participer à quelques retentissants procès médiatiques sans tous les perdre et d'écrire une cinquantaine d'ouvrages (anthologies, essais, romans, etc.) ainsi qu'une dizaine d'autobiographies à lui tout seul sans mettre toutes les citations entre guillemets. Son hyperactivité effraie l'Académie française, qui préfère ne pas l'élire en son sein.
Bibliographie : impossible de citer tous les ouvrages auxquels Patrick a participé de près ou de loin. Retenons qu'en littérature, PPDA est surtout connu pour ses romans émouvants et ses portraits ressemblants, tellement bien documentés que certains esprits chagrins lui reprochent de les avoir recopiés dans des ouvrages existants (comme si Patrick avait le temps de lire les livres des autres).
(p. 30)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
ZilizZiliz   22 juin 2015
Bernard-Henri Lévy naît en Algérie, en 1948, puis s'installe à Neuilly, qui a l'avantage d'être plus proche du Flore. A Paris, il fait de brillantes études en philosophie et marketing et réalise que, comme l'écrit Deleuze, "plus le contenu de pensée est faible, plus le penseur prend d'importance". Fort de cette Weltanschauung révolutionnaire, il invente la "nouvelle philosophie", dépose le concept, déboutonne sa chemise, se fait une permanente et passe à la télé. Le succès est immédiat et pas que chez les coiffeurs. Touche-à-tout de génie, il écrit aussi bien (ou aussi mal selon les anciens philosophes aigris) des pièces de théâtre, des essais, des romans, des articles et des cartes postales de partout. Visionnaire, il aide François Mitterrand à se faire élire, en 1981, en cessant de le conseiller dès 1976. Tout comme ses fameux décolletés, son sens du contact humain est vertigineux : une rencontre de quelques heures avec le chef afghan Massoud lui suffit pour devenir aussitôt son ami de vingt ans. Critiqué, démenti, entarté, jamais Bernard-Henri ne se décourage. Toujours il reprend sa plume et la route des pays ravagés par la guerre, et chacun de ses livres est un événement salué comme il se doit par une critique nullement intimidée ni par son bras, qu'il peut avoir long, ni par ses idées, qui savent rester courtes.
(p. 56)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
ZilizZiliz   23 juin 2015
Maxime Chattam est mis au monde, en 1976, dans le Val-d'Oise par une infirmière au crâne cornu dans un hôpital aux murs suintant de sang. Durant son adolescence, alors qu'il s'appelle encore Maxime Drouot, rien ne laisse présager de ce que sera son destin. Il prend des cours de comédie, découvre les Etats-Unis et la littérature dans les polars américains. C'est au cours d'un atelier de 'creative writing' satanique qu'il apprend ses premiers trucs démoniaques comme ne pas résumer en un paragraphe ce qui peut se dire en au moins un chapitre, ni en un livre ce qui peut se décliner en une trilogie. Après l'avoir vu jouer, Robert Hossein lui suggère de plutôt écrire. Il rencontre Michel Lafon qui lui fait signer un contrat chtonien avec son sang. Maxime s'enferme alors dans une pièce éclairée seulement par six bougies noires, s'installe à son bureau qu'il a placé au centre d'un pentagramme tracé à même le sol et commence à écrire sous le regard fatigué d'un hibou qui en a vu d'autres. [...]
(p. 104)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
ZilizZiliz   23 juin 2015
Parce que la chair est triste et que sa liseuse est en panne, Michel [Houellebecq] fait tourner une machine de blanc et se met à son nouveau livre : l'histoire de Vincent et Pascal, deux écrivaillons fatigués avec lesquels il s'est lié d'amitié dans un bordel de Bangkok, un soir où ils se sont retrouvés tous les trois par hasard dans la même mineure. [...] Michel veut être "Romain Gary à l'envers" et signer sous son nom des livres qu'il n'a pas écrits. Vincent et Pascal acceptent de rédiger le prochain faux Houellebecq : l'histoire d'un type qui a vendu à Google un système de localisation par satellite du point G de toutes les femmes de la planète. Pendant qu'ils écrivent le livre de Michel, celui-ci écrit l'histoire de Vincent et Pascal écrivant sur lui tout en se faisant sucer convenablement par sa femme de ménage marocaine devant le "13 heures" d'Elise Lucet pour changer de Jean-Pierre Pernaut. Tandis qu'il se branle devant "Questions pour un champion", Michel se fait assassiner par une Femen. Au "Grand Journal", la polémique fait rage.
(p. 167)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ZilizZiliz   25 juin 2015
Franz-Olivier Giesbert naît en 1949, aux Etats-Unis, dans une seule ville, car à cette époque il n'est pas encore partout. Il grandit en Normandie où sa famille possède des parts dans le journal 'Paris-Normandie'. On lui propose le poste de rédacteur en chef adjoint qu'il refuse en prétextant d'obscures raisons d'éthique et de déontologie. Il s'installe à Paris où, très vite, il connaît et tutoie tout le monde. Passant de la rédaction du 'Nouvel Observateur' à celle du 'Figaro' qu'il quitte pour diriger 'Le Point', il en profite pour dîner à la table des puissants et écrire des essais politiques dans lesquels il révèle tout ce que les hommes de pouvoir lui ont confié sous le sceau du secret pour être sûrs qu'il le répéterait. [...] Durant ses rares loisirs, il rédige des romans d'une main (polars, amour, maladie...) tout en taillant les oliviers de sa maison provençale de l'autre. En tant que membre éminent du jury du prix Renaudot il arrive à FOG de couronner des écrivains, mais aussi, à l'occasion, un Beigbeder ou une Despentes. (p. 174)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Lire un extrait
Videos de Pascal Fioretto (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Fioretto
Pascal Fioretto lit un extrait de L'élégance du maigrichon
autres livres classés : pasticheVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14591 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre