AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258091977
Éditeur : Les Presses De La Cite (10/05/2012)
Résumé :
L'adolescence donne des ailes, et la Grenouille rêve : écrire, enseigner, devenir journaliste, sentir battre le coeur du monde et témoigner. Et le théâtre, jouer la comédie, être sur scène ! Les garçons ? Ils ne pèsent pas bien lourd, d'autant que la Grenouille n'est pas la Fouine, la petite soeur délurée.

Mais avant que d'être enfin adulte, il faut encore compter avec l'omniprésence de la grand-mère et les décisions des parents qui, même pleins d'am... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
brigittelascombe
  02 octobre 2012
"Celui qui écoute aux portes et lit un courrier qui ne lui est pas destiné écoute et lit sa propre honte" rouspète La Grenouille, adolescente qui monte en graine, et ne supporte plus Poulette, sa mère intrusive et directive. Cette ambivalence, déjà ressentie dans le rêve de la Grenouille (habillée par sa mère comme une "gretchen"), roman déjà chroniqué, devient plus pregnante dans Les amours de la Grenouille (tome 2 en quelque sorte) dont les premiers émois sont court-circuités par Poulette, qui par souci de bien faire se mêle de tout.
Le lecteur retrouve avec plaisir cette famille ouvrière à rallonge qui habite près de Nancy et déménage à Frouard dans une cité, suite à un avis d'expulsion d'huissier.
Les personnages sont hauts en couleurs. Lise, Lison dite la Grenouille, solitaire, timide et obstinée à la fois,amateur de lecture et d'écriture, obligée de refuser son prix du jury du conservatoire de Nancy et de prendre des cours de sténo voudrait bien émerger de sa "caste" étouffante et rêve d'être actrice ou journaliste. Poulette, sa mère castratrice, manie les interdits et les critiques à la pelle. Riri, le père n'a pas "coupé son cordon" avec Fine son alcoolique de mère.Lili, la cousine "miss hula-hop" frétille comme un gardon.La Fouine la petite soeur délurée pique dans le porte-feuille maternel pour acheter du rouge à lèvres.La Blanc, la meilleure amie, réussit tout sans peine et "avec joie"....
C'est une tribu qu'Elise Fischer (auteur prolifique dont L'inaccomplie a reçu le prix France-bleu Lorraine et le prix Feuille d'or de la ville de Nancy)nous dépeint (avec émotion et sensibilité) là, mais une tribu sans le sou, entre tendresse et haine, plaisir et contraintes.
Les mots sonnent justes, on dirait une auto fiction qui évoque (au point de vue écriture car le milieu social et les relations parents-enfants sont différents) L'esprit de famille de Janine Boissard (qui a mis beaucoup de sa vie dans sa saga).
A souligner aussi la trame historique des années 60 avec guerre d'Algérie qui choque, mariage en Belgique de Baudoin et Paola qui fait rêver et prise de position de la Grenouille qui comprend que le totalitarisme sévit aussi bien à droite qu'à gauche.
Les amours de la Grenouille, agréable à lire, ne laisse pas indifférent car il donne à réfléchir sur la réussite à la force du poignet lorsque le milieu est défavorisé et sur les principes parentaux trop stricts qui peuvent faire bifurquer un destin par manque d'assurance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
leinavaleski
  17 septembre 2012
Ce livre raconte l'adolescence de Lise (surnommée la Grenouille) et suit le rêve de la Grenouille (que je n'ai pas lu) Cela se passe dans les villes où je suis née, où j'ai grandi et où je vis actuellement (moi sédentaire ? pas du tout) Bref ça se passe par chez moi et c'est ce qui rend l'histoire plus touchante.

Au début, j'ai beaucoup aimé la Grenouille mais elle a fini par vraiment m'énerver. Je comprends qu'il faille se soumettre à l'autorité des parents (je n'ai pas vraiment été une ado rebelle) mais quand ceux ci (et surtout la mère) en viennent à te casser tout rêve que tu peux faire, faut se bouger un peu ! Ben non, du début à la fin, Lise va obéir et la fin du roman (qui amène une explication dont je me doutais bien) renforce cette idée de soumission. Cette fin est horrible et trop rapidement réglée : en un paragraphe, Lise comprend et pardonne (dans ma tête, j'ai hurlé “QUOI ?! C'est tout ?!). Cette fin donne toutefois l'impression qu'il y aura une suite et peut être que Lise va un peu évoluer (en espérant que la vie conjugale soit plus intéressante que ce que les paroles de Lise laisse deviner).

J'ai été très déçue du caractère de l'héroïne et attendu en vain qu'elle se prenne en main. Elle en donne parfois l'impressions mais au final, elle aura suivi la voie que ses parents ont tracé pour elle. Elle a tellement de rêves au départ, a tellement d'opportunités de les réaliser (les études, le théâtre, un amour presque parfait, etc.) et tout s'écroule au fur et à mesure qu'elle grandit. C'est peut être plus réaliste mais ça ne fait pas rêver et ça ne m'a pas touchée. Ce comportement de l'héroïne est assez surprenant quand on voit son caractère. Elle croit beaucoup en ses rêves, elle a des opinions sur tout (ou presque) et elle a du tempérament. Mais avec sa famille, elle s'écrase. Les fois où elle ose râler sont d'ailleurs assez étranges car on se demande ce qui lui arrive. Elle est si peu combative que ces scènes en sont presque peu crédibles, surtout qu'elle finit par faire ce qu'on lui dit. Tout cela n'apparaît pas forcément à la lecture mais la fin le fait ressortir.

Le titre semble mal choisi : les amours deviennent le sujet du roman quand on en a bien dépassé la moitié. Et il est difficile de comprendre les sentiments de Lise. D'ailleurs, ce ne sera finalement pas elle qui décidera de l'évolution des relations sentimentales qu'elle a. Que ce soit les premières sorties, le premier flirt, etc, elle subit les évènements plus qu'elle ne les vit. Par contre, il faut dire que c'est très bien écrit et que c'est entraînant. Je n'ai ressenti aucun ennui dans la lecture. Il y a de nombreuses références à la littérature, au cinéma et à l'actualité. Je pense que ça montre la culture de l'auteure et de son héroïne mais celle ci l'utilise peu, hormis dans des discussions avec sa mère ou sa correspondance qu'on ne voit pas, et c'est dommage.

C'était une lecture plaisante car elle se passe chez moi (à une époque où mes parents venaient de naître donc je ne connais pas du tout), l'auteure écrit très bien et il y a pas mal de références à d'autres oeuvres. Toutefois, le caractère et les choix de l'héroïne finissent par énerver tant elle ne semble pas vivre sa propre vie. Avoir autant de rêves et s'asseoir dessus pour ses parents, ce n'est pas le genre d'histoire que j'aime lire, je trouve ça presque déprimant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
thisou08
  16 février 2017
Le début m'enthousiasmait car je retrouvais ma jeunesse et ses repères (Geneviève Taboui par ex).
Mais j'ai vite été révoltée par le choix de ses parents (surtout sa mère) qui l'obligent à vivre une vie qu'elle ne voulait pas.
Ils lui ont coupé les ailes, l'ont condamnée à une vie étriquée alors qu'avec son potentiel, elle aurait pu avoir une vie riche, faire un mariage d'amour fou et non d'amour tiède.
Comment une mère peut-elle s'arroger le droit d'intervenir dans la vie intime de sa fille en subtilisant les lettres de celui qu'elle aime et en lui disant, à lui, que sa fille n'en veut pas !
C'est sûr, de ma vie je ne lui aurais plus jamais adressé la parole. Et je ne comprends pas pourquoi cette histoire me marque, me chagrine, me révolte autant... Freud, qu'en pensez-vous ?
Commenter  J’apprécie          20
papilou
  08 juin 2017
J'ai apprécié cette suite du Rêve la Grenouille dans lequel on suit l'adolescence de l'héroïne Lise (et sûrement de l'auteure). Lise, dont le surnom est la Grenouille, et qui ne veut plus qu'on l'appelle comme cela, ne poursuit pas le lycée comme elle le souhaiterait mais entre dans une école pour apprendre la sténographie et rapporter une paye à la maison (et en laisser une grosse part à ses parents). Lise est déçue de ses études mais se plaît dans son travail à la Caisse des congés payés. Elle rencontre Eliam, le fils d'une de ses collègue et c'est le début d'une belle histoire d'amour où les jeunes gens commencent par s'écrire. Comme ses parents s'opposent à cette liaison, en raison de l'écart entre les classes sociales, Lise utilisera quelques subterfuges pour partager du temps avec lui. Subitement, Eliam cesse de lui écrire. La jeune fille souffre de ce silence mais continue sa vie entre le théâtre et le scoutisme. Je vous laisse découvrir la suite.
Commenter  J’apprécie          10
coquinnette1974
  10 octobre 2015
Ce livre est la suite de le rêve de la grenouille et il est tout aussi réussit :)
Le petite grandit, elle devient une jeune fille, et ses aventures m'ont autant plu.
J'ai trouvé ce roman bien écrit, drôle, bien ficelé et là encore, certains passages m'ont parlé.
Une réussite que ce joli roman :)
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
brigittelascombebrigittelascombe   02 octobre 2012
Celui qui écoute aux portes et lit un courrier qui ne lui est pas destiné écoute et lit sa propre honte.
Commenter  J’apprécie          80
brigittelascombebrigittelascombe   02 octobre 2012
On se croit forte et on est si vulnérable.
Commenter  J’apprécie          120
brigittelascombebrigittelascombe   02 octobre 2012
C'est pas bien ici la Grenouille? C'est pas parce que tu fréquentes du beau monde qu'il faut mépriser le petit peuple!
Commenter  J’apprécie          20
brigittelascombebrigittelascombe   02 octobre 2012
Je venais de réaliser que l'union des mots et des images pouvait éclairer mon quotidien,lui donner du sens.
Commenter  J’apprécie          10
brigittelascombebrigittelascombe   02 octobre 2012
Le bonheur que l'on attend est plus beau que celui dont on jouit.

A. Maurois (Les roses de septembre)
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Élise Fischer (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Élise Fischer
Elise Fischer présente son rapport à la lecture. Elle explique comment, selon elle, le lecteur doit s?approprier l?histoire. En savoir plus sur « Sur le fil » : http://bit.ly/2i4htZN
Des coups de c?ur aux coups au ventre, Lena a tout vécu. C?est en prison, accusée de la mort d?un mari tyrannique, qu?elle libère les mots et les souvenirs de sa vie tumultueuse marquée par l?exil, l?univers du cirque, une passion amoureuse et la violence conjugale. Un roman poignant qui met en lumière une cause toujours de triste actualité.
1960, Nancy. Dans sa cellule de prison, Lina attend sans illusions l?issue de son procès. C?est au parloir, grâce à sa visiteuse, s?ur Marie-Bernadette, toute de patience et de douceur, que Lina peut malgré tout libérer sa parole, sa mémoire, et remonter le fil de son histoire : son enfance sous le soleil du Sud, sa vie de bohème dans les cirques, sa folle passion pour un danseur juif allemand pendant l?Occupation. Jusqu?à sa rencontre avec René? Parce qu?il lui avait montré un visage avenant, parce qu?il semblait réellement épris, elle, la jolie saltimbanque, a accepté de s?unir à lui. Mais comment se relever de l?épreuve quotidienne des coups, de l?humiliation, de la honte ? Un jour, à bout, elle l?a laissé mourir?
Un roman intense et plein d?espoir sur la dignité des femmes.
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox