AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702156398
Éditeur : Calmann-Lévy (19/08/2015)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Le 23décembre 1933, Marie Laumont, jeune cantatrice nancéienne, prend le train du retour après un récital à Paris. Au kilomètre 25, c’est la catastrophe: son train est percuté par un autre rapide et déraille. Avec des dizaines d’autres passagers, Marie est prise au piège de l’amas de ferraille. Très vite, les sauveteurs comprennent qu’il faudra une grue pour lever la locomotive sous laquelle se trouvent prisonnières la jeune femme et la petite Suzette.
L’atte... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
hibernatus88630
  03 juillet 2016
L'Illustration du 30 décembre 1933: «Dans la nuit brumeuse, un train bondé de voyageurs est arrêté. Un autre sur­vient, se jette dessus, écrasant les cinq dernières voitures. Tel est le schéma brutal de la catastrophe de Lagny- Pomponne, qui, Pavant-veille de Noël, a fait près de deux cents morts et trois cents blessés.» La terrible collision a eu lieu à Pompon­ne, entre Vaires-sur-Marne et Lagny, sur le réseau est, dans la nuit du 23 au 24 décembre 1933. La locomotive du train tamponneur, le rapide Paris-Strasbourg, tel un marteau, est arrivée à la vitesse de 30 m/sec. sur la file des wagons stoppés de l'express de Nancy. Les voitures, qui étaient à caisses de bois, montées sur châssis métallique, ont été pulvérisées en des milliers d'éclats meurtriers. Des cinq voitures tamponnées, il ne restait plus que des boggies aux essieux tordus. Vision hallucinante dans le petit matin du 24 décembre, tandis que les sauve­teurs continuaient à rechercher morts et blessés et qu'une grue commençait le dé­blaiement des décombres afin de déga­ger les voies. Les corps des victimes furent transpor­tés jusqu'à la gare de l'Est où la salle des bagages fut transformée en chapelle ardente. le président de la République, Albert Lebrun, vint se recueillir devant les cercueils alignés des 200 victimes. Les causes de cette terrible catastrophe ferroviaire furent difficiles à établir. Inobservation des signaux ou défaillan­ce du délicat appareillage électrique? Faute humaine ou faute mécanique? Les techniciens ne purent se prononcer avec certitude. Par contre, l'opinion publique fut unani­me à condamner le type de wagons, for­més de caisses en bois sur châssis métal­lique. L'express tamponné était consti­tué par de telles voitures. le rapide tam­ponneur ne remorquait que dés wagons métalliques: aucun de ses voyageurs ne fut tué. La démonstration était cruelle, mais évidente. La presse dénonça le retard pris par les compagnies ferroviaires dans l'adoption des wagons entièrement métalliques. Pour des raisons quelque peu sordides d'économies, la France affichait un net retard sur des pays comme les Etats- Unis ou l'Allemagne. Un effort fut fait pour combler ce retard, notamment après la création de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), en 1937-1938. L'emploi des anciennes voi­tures de bois ne fut plus réservé qu'aux trains ne dépassant pas 60 km/h. Mais il était bien tard.
Elise, oui, je me permets de l'appeler ainsi, car je l'ai rencontrée, lui ai posé toutes les questions possibles, je l'ai appréciée, car , elle fait chanter ma ville: Nancy
Ici avec "l'étrange destin de Marie", elle fait un travail de fourmi pour nous donner tous les détails possible de cette catastrophe certes, mais aussi de la folle guerre de 14-18 et notamment de la bataille de Verdun; Elise fouille l'histoire dans ses romans et n'a pas peur de se salir pour comprendre par exemple la vie des mineurs, elle va au fond d'une mine, d'ailleurs j'ai prêté ce livre à une amie qui a reconnu la rue de son père mineur de fond , bien sûr elle fut très touchée de mettre à nu ce métier très dur et maintenant disparu
Merci Elise, un très beau roman
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mimi5751
  24 septembre 2015
Je viens juste de le terminer.
Et vraiment je l'ai trouvé formidable. Facile à lire et l'histoire est bien conçue.
On retrouve les personnages de Villa Sourire. Justine et son mari Philippe, Marie Amélie, Valentine et son mari Luigi mais aussi Rodolphe et sa femme Odile. Mais le plus important est le docteur Jacques André qui était le
soupirant de Marie Amélie. Et nous apprenons le fin mot de l'histoire : pourquoi le docteur Jacques n'a pas retrouvé Marie Amélie suite à de graves problèmes mais aussi nous retrouvons la petite Marie qui zézayait et qui chante merveilleusement grâce à Justine et à Philippe et qui est amoureuse.
Alors dépêchez vous de le lire pour connaitre le fin mot de l'histoire et savoir si Marie va retrouver son amour et Marie Amélie aussi.
Commenter  J’apprécie          50
annemarieroux
  17 avril 2018
4e de couverture :
Le 23décembre 1933, Marie Laumont, jeune cantatrice nancéienne, prend le train du retour après un récital à Paris. Au kilomètre 25, c'est la catastrophe: son train est percuté par un autre rapide et déraille. Avec des dizaines d'autres passagers, Marie est prise au piège de l'amas de ferraille. Très vite, les sauveteurs comprennent qu'il faudra une grue pour lever la locomotive sous laquelle se trouvent prisonnières la jeune femme et la petite Suzette.
L'attente est interminable. Un médecin, Jacques, maintient le contact avec Marie, essaie de la réconforter. Célibataire endurci, hanté par le sentiment de sa culpabilité dans la mort tragique de sa mère, l'ancien chirurgien de la Grande Guerre n'a rien de commun avec la toute jeune femme luttant pour sa survie. Pourtant, l'épreuve terrible que traverse Marie ravive ses propres traumatismes, au risque de le faire sombrer dans le désespoir. Et si au contraire cette catastrophe était l'occasion pour lui d'oser l'avenir et d'exorciser ses démons?
Journaliste, productrice et animatrice de l'émission littéraire Au
fil des pages sur RCF, romancière fidèle à ses attaches lorraines, Élise Fischer a composé avec L'Étrange Destin de Marie un bouleversant roman, un hymne à la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Miss9
  13 juillet 2017
Je me suis vraiment attachée aux personnages et à cette famille merveilleuse.
Le titre parle du destin de Marie mais en réalité l'histoire parle aussi d'un autre destin: celui de Jacques. Jacques le chirurgien qui assista Marie-Amélie dans Villa Sourire. Il l'avait demandée en mariage mais la guerre les avait séparés et malheureusement elle n'avait plus eu de nouvelles. Avec ce tome-là, on sait maintenant pourquoi.
J'ai trouvé l'histoire très belle, prenante et bien trouvée. de plus, elle part d'un fait réel et on sent l'auteure fort bien documentée.
Commenter  J’apprécie          41
AttrapeReves
  01 septembre 2018
Ce roman se situe après Villa Sourire, mais peut tout à fait se lire de manière indépendante. Marie, jeune cantatrice espoir, doit se rendre à Strasbourg pour interpréter la Traviata. Prenant le train à la veille de Noël, le 23 décembre 1933, elle décide de faire escale à Nancy pour revoir sa famille. Arrêté entre Lagny et Pomponne, son train est heurté par l'express Paris-Strasbourg, et Marie se retrouve sous les décombres, blessé et sans autre échappatoire que d'attendre les secours.
Inspirée de faits réels, l'intrigue nous emmène dans les souvenirs de Marie, de Jacques, le docteur qui vient la secourir et Marie-Amélie.
Sans prétention, ce roman est comme une bulle qui suspend le temps et j'ai aimé faire un tour dans le passé, découvrir des lieux chers à mon coeur (Nancy, la Place Stanislas, la Cathédrale, la Place Carrière,...), vivre l'histoire d'amour mystérieuse entre Jacques et Marie-Amélie et frémir devant les horreurs de cet accident ferroviaire tragique.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
HarioutzHarioutz   08 février 2016
Jacques éprouva des scrupules à continuer d'interroger Marie. Certes, lui parler la maintenait en éveil, entretenait en elle le désir de vivre, mais il savait aussi qu'il agissait égoïstement. Il pensait davantage à lui. Son empressement auprès d'elle n'était pas désintéressé. Ce n'était pas forcément le médecin qui s'affairait auprès d'une blessée. C'était un homme. Rien qu'un homme.
La honte le submergea jusqu'au dégoût et le laissa désemparé alors qu'un soleil d'hiver perçait l'épais brouillard. (p.143).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
thisou08thisou08   26 octobre 2017
-- En fait, je crois, j'en suis même certaine, que nous sommes complémentaires. J'ose penser que les femmes ne sont pas moins intelligentes que les messieurs. Elles ont autant de capacités intellectuelles et artistiques qu'eux. Vous n'êtes pas d'accord avec moi ?
-- Je ne dirai pas le contraire.
Commenter  J’apprécie          40
HarioutzHarioutz   11 février 2016
Il posa un regard attendri sur elle, puis sur le lit tendu de draps blancs.
Un lit, une couche.
Là, où un couple s'étreint et creuse une rivière d'amour jusqu'à ce que la femme donne vie.
Le lit.
Lieu de souffrance aussi qui accueille le corps pour l'ultime veillée avant qu'il ne soit descendu dans les entrailles de la terre. (p.223-224).
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Élise Fischer (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Élise Fischer
Elise Fischer présente son rapport à la lecture. Elle explique comment, selon elle, le lecteur doit s?approprier l?histoire. En savoir plus sur « Sur le fil » : http://bit.ly/2i4htZN
Des coups de c?ur aux coups au ventre, Lena a tout vécu. C?est en prison, accusée de la mort d?un mari tyrannique, qu?elle libère les mots et les souvenirs de sa vie tumultueuse marquée par l?exil, l?univers du cirque, une passion amoureuse et la violence conjugale. Un roman poignant qui met en lumière une cause toujours de triste actualité.
1960, Nancy. Dans sa cellule de prison, Lina attend sans illusions l?issue de son procès. C?est au parloir, grâce à sa visiteuse, s?ur Marie-Bernadette, toute de patience et de douceur, que Lina peut malgré tout libérer sa parole, sa mémoire, et remonter le fil de son histoire : son enfance sous le soleil du Sud, sa vie de bohème dans les cirques, sa folle passion pour un danseur juif allemand pendant l?Occupation. Jusqu?à sa rencontre avec René? Parce qu?il lui avait montré un visage avenant, parce qu?il semblait réellement épris, elle, la jolie saltimbanque, a accepté de s?unir à lui. Mais comment se relever de l?épreuve quotidienne des coups, de l?humiliation, de la honte ? Un jour, à bout, elle l?a laissé mourir?
Un roman intense et plein d?espoir sur la dignité des femmes.
+ Lire la suite
autres livres classés : nancyVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
289 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre