AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2365384102
Éditeur : Rebelle Editions (22/11/2016)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 48 notes)
Résumé :
Méfiez-vous des rêves ! Ils sont parfois trompeurs.
************************************
Élève au lycée français de Prague, Mila fait chaque nuit ce rêve étrange et rassurant d’un manoir perdu au fin fond de la lande écossaise. Elle y rejoint une amie chère à son cœur.
Un jour, elle révèle à sa classe l’existence du manoir. Le soir même, le rêve qu’elle croyait immuable s’en trouve bouleversé : une domestique disparaît, tandis que l’une de ses c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
Aelynah
  16 novembre 2016
J'ai découvert ce roman lors de sa précédente parution.
Ma première impression, à l'époque, a été pour sa couverture. C'est encore le cas aujourd'hui avec la nouvelle qui reprend les symboles qui m'avaient attirée, car là encore c'est le manoir qui m'a séduite. Son côté château hanté, sombre et empli de secrets inavouables a été le déclic à mon envie d'en savoir plus. Cette ambiance était renforcée par ce voile de brume et cette luminosité trouble qui semble nous enjoindre de les rejoindre.
Tout d'abord j'ai beaucoup aimé la manière de l'auteure de nous mettre dans l'ambiance par des phrases courtes et pleines d'images. On se sent rapidement entouré du décor et de l'atmosphère au côté d'Elsa, notre héroïne ou de Mila notre narratrice.
Elsa, notre héroïne, se retrouve pour un weekend invitée chez son amie Bridget en Écosse au manoir familial des Heltington.
Au delà du dépaysement touristique, il y a celui aussi de l'ambiance. Nous passons d'une classe d'étudiants de Prague à la campagne écossaise, nature sauvage et indomptée.
Une fois découvert le manoir du roman on ne peut que se sentir happée par son atmosphère. Les descriptions détaillées sans être trop lourdes nous amènent à nous croire en pleine ballade touristique du pays.
En cela les notes de bas de page sont un bon plus pour nous instruire rapidement de détails architecturaux, locaux ou idiomatiques. J'avoue avoir apprécié cette visite guidée au fil des notes.
La suite de l'histoire va continuer à nous entraîner dans ses méandres. La noirceur cachée derrière le décor va nous apparaître. Et nous serons alors happés par l'action. Quel est donc le secret de ce manoir et de ces occupants?
D'un autre côté, nous nous attachons aussi à la vie de notre narratrice, Mila. Car, la vie de Mila n'est pas celle de toutes les jeunes filles de son âge. Orpheline, elle vit à Prague chez sa grand mère. Cette dernière est de cette génération à avoir connu le rideau de fer et sa chute. Elle a même aidé des compatriotes de l'est à s'enfuir à l'ouest. C'est aussi une grande artiste avec ses lubies et ses absences artistiques.
Ses amis, que nous rencontrons à l'occasion d'un club d'écriture sont un mélange étonnant de la jeunesse actuelle, fils ou fille à papa, excentrique, métissé avec des caractères plus ou moins affirmés. du moins de ce côté-ci du miroir.
Ils nous surprendront tous à bien des égards dans la suite de cette histoire. Comme quoi il ne faut jamais se fier aux apparences que les gens veulent se donner et essayer de voir outre.
J'ai trouvé très intéressant au début, le parallèle entre la vie réelle de Mila et Tiffany, les auteurs de la nouvelle que nous découvrons au fil des pages et leurs personnages.
Nous suivons deux histoires en une et donc deux récits différents.
On pourrait cependant se dire aussi qu'à suivre deux histoires on risque de se perdre dans l'une ou l'autre. Mais Ena Fitzbel a su trouver la solution pour nous garder attentif. Elle a su nous tenir en haleine grâce au suspens laissé par les interrogations de fin de chapitres. À tel point que l'on regrette un instant de retrouver les autres personnages et de laisser celui-là dans la peine, le danger ou simplement dans l'action inaccomplie.
Et puis ... le choc! Les deux histoires ne semblent plus faire qu'une et nous sommes scotchés par ce rebondissement.
Le mélange s'est fait telle des blancs en neige dans du chocolat fondu. Tout en douceur, nous les avons vu se fondre l'un dans l'autre et ce n'est qu'une fois la recette finie que nous avons observé ce mélange surprenant et délectable.
En fait je me suis tellement bien investie dans ma lecture que lorsque ma "raison" (sous-titré mon Chéri) m'a rappelé l'heure tardive et le travail du lendemain et que j'ai du éteindre pour dormir un peu, j'ai eu un doute. Et si je me réveillais là-bas avec eux ? Surprenante réaction à une lecture prenante ne trouvez-vous pas?
Par la suite cependant j'ai cru me perdre. Les protagonistes étaient eux-mêmes tout en étant quelqu'un d'autre. Des éléments de science-fiction sont venus se mêler au fantastique du début. Heureusement le style de l'auteure restant le même je me suis baignée dans ce mélange sans m'y noyer.
La science fiction n'étant pas mon domaine de prédilection j'ai donc nagé à la surface de ces chapitres, regardant la suite de ce roman au travers de mon masque de plongée :) et non plus imprégnée en profondeur.
Les héros du début devenant tour à tour figurant puis héros à nouveau, de nouveaux personnages sont aussi apparus et malgré cela et cet atmosphère futuriste je me suis rendue compte que ma lecture restait agréable et divertissante.
Car tout comme les personnages j'ai moi aussi évoluée au fil de ce récit. Pas de la même manière bien évidemment mais je me suis laissée bercer par l'écriture de notre auteure pour ne plus voir la trame mais tout simplement l'image.
Au départ je n'avais de cesse de trouver des explications aux événements et les réponses venant, la compréhension aussi parfois j'ai pu appréhender l'idée que je ne trouverais pas la fin moi même comme dans certain roman. Alors j'ai laissé Ena Fitzbel me guider dans son monde sans plus me poser de questions et ma lecture ne s'en est trouvée que plus facile.
Pourtant un point m'a parfois gênée dans ma lecture, même si j'en comprends l'usage ce sont les expressions idiomatiques de certains personnages. Il est intéressant d'apprendre des expressions imagée issues de pays qui ne sont pas les nôtres, hélas parfois leur trop grande utilisation complique la lecture. le besoin de consulter à chacune d'elle les notes de bas de pages coupe alors un peu trop le fil et nous sort du chemin de lecture.
Au contraire, un point fort de ce roman : les descriptions de l'auteure sur l'ambiance, les décors ou les personnages. Ni trop lourdes, ni trop simples elles nous emportent dans le récit sans nous y noyer. On finit ainsi par s'y attacher et en vouloir plus. Les scènes d'action semblent se dérouler devant nos yeux et notre coeur bat la chamade avec celui du personnage.
En conclusion je dirais donc que pour un premier roman l'auteure a su nous imposer un style personnel et léger. le passage du fantastique à la science fiction puis à un retour au fantastique est cependant déroutant de prime abord mais sans être au final gênant pour la suite de la lecture. L'imagination fertile de l'auteure sait nous emporter dans son sillage et j'avoue avoir eu une petite préférence pour les parties en Écosse. L'ambiance du manoir, l'atmosphère, les personnages plus natures y sont probablement pour quelque chose. de plus le final est surprenant et laisse ouverte la porte à de nombreuses questions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Saiwhisper
  02 décembre 2016
La quatrième de couverture m'avait avertie : « Un manoir pour refuge » correspondait tout à fait à mon genre de lecture, notamment à cause de sa thématique du surnaturel. Effectivement, j'ai rapidement été envoutée par cette histoire originale et addictive. L'idée des deux récits m'a beaucoup plu. D'ailleurs, je n'ai pas noté de longueurs et étais captivée par les révélations qui s'enchaînaient. Il faut avouer que l'auteure m'a ballottée de surprise en surprise ! Je suis systématiquement tombée de haut, notamment en ce qui concerne Baba et Kenneth... Menée par le bout du nez, j'ai pris grand plaisir à suivre cette histoire qui, même si on ne parle pas de réincarnation, me faisait songer à "Please save my earth", un manga/animé que j'ai adoré. On a cette idée de rêve et d'identité : on essaye de deviner quel lien a chaque personnage avec le manoir. Je n'ose pas trop en dire, car le résumé révèle déjà assez l'intrigue, toutefois sachez que voir les différents points de vue est très intéressant. de plus, les chapitres sont fluides, prenants et remplis de mystère.
Les personnages m'ont plu, toutefois j'ai eu du mal à cerner Tif, la meilleure amie de l'héroïne. Je n'ai pas sa conception de l'amitié et n'ai pas adhéré à ses sautes d'humeur. Mais je reconnais que sa présence ajoute un certain peps à la narration. En effet, cette chère Tif a la réplique facile ! Elle arrive aisément à lancer des répliques acerbes qui m'ont fait sourire ou m'offusquer seule devant mon livre (je ne compte plus les "oh, la vache, c'est cruel mais bien envoyé" que j'ai annoncé à haute voix)... le nombre de personnages peut paraître affolant, mais si on n'interrompt pas trop sa lecture et si l'on se réfère à la liste des personnages, on finit vite par comprendre qui est qui. J'étais un peu perdue au début à cause du changement de lieu et de narration, cependant j'ai fini par m'y faire au bout de quelques chapitres.
Ena Fitzbel propose un récit atypique où rêve et réalité se frôlent et vont jusqu'à déboussoler les personnages et le lecteur. Je n'avais jamais lu un roman pareil, mais j'ai vraiment apprécié la découverte ! de plus, le style d'écriture est très agréable, en particulier au niveau des descriptions qui sont soignées et bien écrites. La seule chose qui m'a un peu déçue, c'est l'une des scènes de la fin, avec le train. C'était assez bizarre et digne d'un cauchemar... Heureusement que l'un des personnages a expliqué ce qu'il s'était passé, car j'avais trouvé ce passage déboussolant. Je ne sais pas si j'aurais introduit ce côté SF, car le texte était déjà très riche... Malgré cela, les derniers chapitres sont hauts en rebondissements et donnent envie d'avoir la suite sous le coude. Je me pose plein de questions sur le comportement de Michael et de Tif... Ainsi, il me tarde de découvrir la suite afin de voir si mes suppositions sont justes ou si l'auteure va encore une fois réussir à me surprendre et me tenir en haleine. Je ne peux que vous recommander de découvrir les mystérieuses aventures de Mila et ses compagnons... Merci encore aux éditions Rebelle pour ce service presse qui m'a beaucoup plu.

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
gabrielleviszs
  10 mars 2014
Je voulais remercier l'auteure, Eva Fitzbel de m'avoir proposé de lire son livre. J'ai accepté en ayant d'abord lu le résumé qui m'intriguait et je m'imaginais déjà ce qu'il pouvait y avoir dans l'histoire, mais sachez que même si j'ai réussi à découvrir certains points, beaucoup de surprises dont je n'aurais pas du tout imaginé ont été dévoilés tout au long du livre. Par contre, je suis allé voir la couverture sur le net et je dois dire que je n'en raffole pas plus que cela, le visage de la jeune femme sur le devant me parait très étrange, mais la 4ème met en bouche et donne envie d'en connaitre les détails.
Nous nous retrouvons dans une histoire où le rêve prend le pas sur la réalité, ce qui risque de poser quelques problèmes pour les personnages qui sont irrésistiblement attiré par ce qui s'y passe. le rêve semble si fort, il à une telle emprise sur les personnages qu'à force je me suis posé une question : Et si le rêve était la réalité et donc la réalité un simple songe ? Difficile de trouver le vrai du faux pendant un bon moment et même arrivé à la fin, je me pose toujours cette même question. La manière dont les mots sont assemblés pour former des phrases fluides, laissant découler l'intrigue, montrant ainsi les décors avec ce qu'il faut de descriptions, peut-être un peu trop au niveau du jardin, mais cela passe vite et j'ai été happée dans l'histoire sans me rendre compte que la fin était proche, trop proche. Je vais en parler immédiatement, comme cela je ne reviendrais pas dessus, j'ai trouvé la fin trop rapide à mon gout, pas assez détaillé, et surtout personnellement, je suis resté comme deux ronds de flans en lisant les toutes dernières phrases. Comment est-ce possible ? Ce phénomène, aurait pu être mieux expliqué. Une fin trop rapide, par contre très peu prévisible, voire pas du tout.
Concernant les mots utilisés, j'ai été surprise de voir bon nombre de mots/dialectes belge et au moins, j'aurais appris quelques expressions, surtout avec le vocabulaire de Gianluca. Ce personnage est drôle, il tente de faire le brave et y parvient tout de même, même si le fait de se retrouver dans le manoir et de revenir dans un présent avec des séquelles de ce rêve qui semble si présent. Je vais continuer avec l'héroïne, Mila, une jeune lycéenne à Prague qui m'a fait penser à une jeune femme ne voulant pas affronter la réalité et donc la perte de ces parents, il y à de cela quelques années. Elle à crée un monde où elle peut être quelqu'un d'autre et tenter de vivre une vraie vie, entourée d'amour. Non pas qu'elle manque d'amour d'une manière générale, elle vit chez sa grand-mère violoniste de surcroit, mais cette dernière donne toujours des concerts et elle n'est pas forcément ce que Mila attend de la vie, malgré le profond attachement entre les deux femmes. Mila à une amie du prénom de Tif, enfin je dirais plutôt son surnom. Entre la première qui aime écrire des histoires et la seconde qui dessine magnifiquement bien, elles vont écrire une nouvelle à quatre mains pour leur groupe de lecture qui va se dérouler dans le fameux manoir. C'est là que tout va se compliquer, embarquant ainsi leurs amis du groupe de lecture dans le même rêve.
Il y à beaucoup de personnages des deux cotés et chacun à son importance et j'aime cela. Il n'y à pas de personnages secondaires qui ne servent à rien, tous font avancer l'histoire et apportent un petit plus à l'intrigue. le seul hic, c'est que l'auteure ne s'attarde pas assez sur eux et parfois, nous nous retrouvons à nous poser des questions, comme par exemple un léger problème pour savoir qui se retrouve en qui. Un jeu qui pourrait être fort intéressant si nous avions plus de détails sur leur personnalité et habitude et donc nous amener à nous dire, tiens c'est elle ! le fait de changer les prénoms ET de leur donner un autre caractère m'a un peu perdu, je l'admets, il m'a fallu un peu de temps pour remettre en place les personnages. Une fois que vous les avez tous, rien de plus facile pour les suivre.
Quelques protagonistes m'ont plu : Elsa d'abord, une jeune fille londonienne qui va rejoindre son amie Bridget au fameux manoir et dont leurs vies sont totalement à l'opposé. Elle se cherche encore, ne se sent pas à sa place dans le domaine et encore moins avec la famille de Bridget et pourtant elle va tout faire pour rester et va apprendre à connaitre Kenneth. Lorsque j'ai su qui il était, heureusement que j'étais assise, parce que vu comment ce personnage à été impliqué dans la réalité, je n'aurais jamais cru que c'était lui ! (Non, non, je ne dirais pas qui c'est, parce qu'il faut chercher tout de même pour comprendre et ensuite vous saurez pourquoi il réagit ainsi avec Elsa). Michael est un jeune lycéen dans le même établissement que Mila, Tif et Cie. Il parait aux premiers abords le beau gosse par excellence, celui par qui toutes les filles ne jurent que par lui. Plus nous avançons dans l'intrigue et plus il m'a fait penser que c'était un rôle qu'il jouait et en le voyant dans le manoir d'une certaine manière, je pense qu'il est plus à l'aise dans ce monde et non dans l'autre. Il est un mystère à lui tout seul et lorsqu'il laisse enfin une part de lui se dévoiler, cela me conforte dans l'idée que ce que nous montrons n'est pas la réalité. Par contre certains personnages m'ont agacé, Mila déjà m'a paru égoïste, malgré tout ce qu'elle à vécu, cela ne justifie pas ce qu'elle veut faire et Tif m'a paru exécrable comme amie. Qui aurait des pensées pareilles sur sa meilleure amie ? Autant j'ai aimé le personnage un peu godiche de Marie, autant j'ai détesté le caractère de peste de Fanny ! Mais au moins, aucun d'entre eux ne m'a été indifférents!
Il y à d'autres personnages tout aussi intéressants, comme Alice qui fera tout pour s'en sortir et dont les épreuves qu'elle va subir va la renforcer et montrer aux autres ce dont elle est capable, sans passer par le chemin tracé. Je vous laisse découvrir les autres. Je dois avouer que je ne suis pas une adepte de la science-fiction, ayant déjà lu un ouvrage qui mêlait les deux genres que nous retrouvons ici et qui m'avait laissé sans réels sentiments. Ce qui n'est pas le cas pour celui-ci, bien au contraire. Ce qu'il faut retenir, c'est que cette histoire mêle agréablement la fiction, le fantastique et la science-fiction avec allégresse. Pas de créatures de la nuit, mais d'autres créatures dont peu parlent, un univers complexe travaillé, pas encore assez je dirais, mais une très bonne ébauche pour une suite à ce tome. Il y à peu d'actions, mais il se lit plutôt bien dans l'ensemble. L'originalité est présente, l'envie d'en savoir plus même le livre fermé est toujours là et malgré les quelques manques de descriptions et d'émotions pour certains personnages, j'ai apprécié ma lecture. Aimer, détester, ressentir des émotions, il ne m'a pas fait pleurer ni rire aux éclats, mais il m'a J'ai ressenti bien plus de choses du coté des protagonistes du manoir que de ceux du lycée, peut-être que je préfère imaginer plutôt que vivre ?
Mon avis complet : http://chroniqueslivresques.eklablog.com/un-manoir-pour-refuge-ena-fitzbel-a106864982
Lien : http://chroniqueslivresques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Aelynah
  03 septembre 2014
J'ai découvert cette auteure et son roman à l'occasion d'un concours sur une page Facebook. Ma première impression a été pour sa couverture. Au delà du visage de la jeune femme c'est le manoir qui m'a séduite. Son côté château hanté, sombre et empli de secrets inavouables a été le déclic à mon envie d'en savoir plus. Cette ambiance était renforcée par ce voile de brume et ces quelques lumières rares qui semblaient nous enjoindre de les rejoindre.
Je remercie donc Nathalie Chapouille qui m'a permis, en servant d'intermédiaire, de découvrir plus avant ce roman.
Tout d'abord j'ai beaucoup aimé la manière de l'auteure de nous mettre dans l'ambiance par des phrases courtes et pleines d'images. On se sent rapidement entouré du décor et de l'atmosphère au côté d'Elsa, notre héroïne ou de Mila notre narratrice.
Elsa, notre héroïne, se retrouve pour un weekend invitée chez son amie Bridget en Écosse au manoir familial des Heltington.
Au delà du dépaysement touristique, il y a celui aussi de l'ambiance. Nous passons d'une classe d'étudiants de Prague à la campagne écossaise, nature sauvage et indomptée.
Une fois découvert le manoir du roman on ne peut que se sentir happée par son atmosphère. Les descriptions détaillées sans être trop lourdes nous amènent à nous croire en pleine ballade touristique du pays.
En cela les notes de bas de page sont un bon plus pour nous instruire rapidement de détails architecturaux, locaux ou idiomatiques. J'avoue avoir apprécié cette visite guidée au fil des notes.
La suite de l'histoire va continuer à nous entraîner dans ses méandres. La noirceur cachée derrière le décor va nous apparaître. Et nous serons alors happés par l'action. Quel est donc le secret de ce manoir et de ces occupants?
D'un autre côté, nous nous attachons aussi à la vie de notre narratrice, Mila. Car, la vie de Mila n'est pas celle de toutes les jeunes filles de son âge. Orpheline, elle vit à Prague chez sa grand mère. Cette dernière est de cette génération à avoir connu le rideau de fer et sa chute. Elle a même aidé des compatriotes de l'est à s'enfuir à l'ouest. C'est aussi une grande artiste avec ses lubies et ses absences artistiques.
Ses amis, que nous rencontrons à l'occasion d'un club d'écriture sont un mélange étonnant de la jeunesse actuelle, fils ou fille à papa, excentrique, métissé avec des caractères plus ou moins affirmés. du moins de ce côté-ci du miroir.
Ils nous surprendront tous à bien des égards dans la suite de cette histoire. Comme quoi il ne faut jamais se fier aux apparences que les gens veulent se donner et essayer de voir outre.
J'ai trouvé très intéressant au début, le parallèle entre la vie réelle de Mila et Tiffany, les auteurs de la nouvelle que nous découvrons au fil des pages et leurs personnages.
Nous suivons deux histoires en une et donc deux récits différents.
On pourrait cependant se dire aussi qu'à suivre deux histoires on risque de se perdre dans l'une ou l'autre. Mais Ena Fitzbel a su trouver la solution pour nous garder attentif. Elle a su nous tenir en haleine grâce au suspens laissé par les interrogations de fin de chapitres. À tel point que l'on regrette un instant de retrouver les autres personnages et de laisser celui-là dans la peine, le danger ou simplement dans l'action inaccomplie.
Et puis ... le choc! Les deux histoires ne semblent plus faire qu'une et nous sommes scotchés par ce rebondissement.
Le mélange s'est fait telle des blancs en neige dans du chocolat fondu. Tout en douceur, nous les avons vu se fondre l'un dans l'autre et ce n'est qu'une fois la recette finie que nous avons observé ce mélange surprenant et délectable.
En fait je me suis tellement bien investie dans ma lecture que lorsque ma "raison" (sous-titré mon Chéri) m'a rappelé l'heure tardive et le travail du lendemain et que j'ai du éteindre pour dormir un peu, j'ai eu un doute. Et si je me réveillais là-bas avec eux ? Surprenante réaction à une lecture prenante ne trouvez-vous pas?
Par la suite cependant j'ai cru me perdre. Les protagonistes étaient eux-mêmes tout en étant quelqu'un d'autre. Des éléments de science-fiction sont venus se mêler au fantastique du début. Heureusement le style de l'auteure restant le même je me suis baignée dans ce mélange sans m'y noyer.
La science fiction n'étant pas mon domaine de prédilection j'ai donc nagé à la surface de ces chapitres, regardant la suite de ce roman au travers de mon masque de plongée :) et non plus imprégnée en profondeur.
Les héros du début devenant tour à tour figurant puis héros à nouveau, de nouveaux personnages sont aussi apparus et malgré cela et cet atmosphère futuriste je me suis rendue compte que ma lecture restait agréable et divertissante.
Car tout comme les personnages j'ai moi aussi évoluée au fil de ce récit. Pas de la même manière bien évidemment mais je me suis laissée bercer par l'écriture de notre auteure pour ne plus voir la trame mais tout simplement l'image.
Au départ je n'avais de cesse de trouver des explications aux événements et les réponses venant, la compréhension aussi parfois j'ai pu appréhender l'idée que je ne trouverais pas la fin moi même comme dans certain roman. Alors j'ai laissé Ena Fitzbel me guider dans son monde sans plus me poser de questions et ma lecture ne s'en est trouvée que plus facile.
Pourtant un point m'a parfois gênée dans ma lecture, même si j'en comprends l'usage ce sont les expressions idiomatiques de certains personnages. Il est intéressant d'apprendre des expressions imagée issues de pays qui ne sont pas les nôtres, hélas parfois leur trop grande utilisation complique la lecture. le besoin de consulter à chacune d'elle les notes de bas de pages coupe alors un peu trop le fil et nous sort du chemin de lecture.
Au contraire, un point fort de ce roman : les descriptions de l'auteure sur l'ambiance, les décors ou les personnages. Ni trop lourdes, ni trop simples elles nous emportent dans le récit sans nous y noyer. On finit ainsi par s'y attacher et en vouloir plus. Les scènes d'action semblent se dérouler devant nos yeux et notre coeur bat la chamade avec celui du personnage.
En conclusion je dirais donc que pour un premier roman l'auteure a su nous imposer un style personnel et léger. le passage du fantastique à la science fiction puis à un retour au fantastique est cependant déroutant de prime abord mais sans être au final gênant pour la suite de la lecture. L'imagination fertile de l'auteure sait nous emporter dans son sillage et j'avoue avoir eu une petite préférence pour les parties en Écosse. L'ambiance du manoir, l'atmosphère, les personnages plus natures y sont probablement pour quelque chose. de plus le final est surprenant et laisse ouverte la porte à de nombreuses questions.

Lien : http://aelynah.skyrock.com/3..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Emyline
  20 décembre 2013
Tout d'abord, je remercie l'auteure de m'avoir contacté pour lire son roman à paraitre. C'est avec plaisir que j'ai accepté et me suis plongée dans cette histoire, une histoire très intrigante et envoutante, qui m'a rapidement embarquée. J'en ressors ravie.
Mila et son amie Tif sont inscrites à un atelier de dessin-écriture dans leur lycée, le lycée français de Prague. Mila écrit, et Tif illustre. Ce jour-là, qui ouvre le récit dans le prologue, leur professeur leur lit une nouvelle intitulée Un manoir pour refuge, la nouvelle de Mila et Tif, et leur montre les illustrations qui en ont été faites. Personne ne se doutait de ce que cela allait causer...
Dans la nouvelle, une jeune fille londonienne, Elsa, rejoint son amie Bridget dans son manoir, le manoir des Heltington, situé près de Glasgow en Ecosse. Si au départ on pense que les deux histoires, celle de Mila et celle d'Elsa, sont bien distinctes, ce n'est en fait pas du tout le cas, au contraire. Et ce qui s'avérait n'être qu'une petite histoire toute simple tourne vite à l'étrange et devient dangereuse lorsque tout le groupe d'amis se retrouve dans ce monde. J'ai vraiment apprécié ces deux histoires entremêlées avec brio, c'est fluide et bien indiqué, de ce côté il n'y a aucun soucis de compréhension.
Le récit se complique bien vite car la nouvelle, qui à la base était un rêve que Mila revivait chaque nuit, se retrouve peuplé des amis de la jeune fille, coincés chaque nuit dans la peau de personnages depuis qu'ils ont entendu l'histoire. Mila et Tif pensaient être les seules touchées, mais elles vont bien vite comprendre que tous ceux qui ont assisté au cours, leurs camarades de classe, se sont également retrouvés piégés. Leurs amis vont avoir leur importance dans l'histoire, ce qui est une bonne chose je trouve. D'ailleurs, chaque personnage à son importance, quel qu'il soit. L'un après l'autre, ils interviennent pour mener à bien l'intrigue. L'histoire suit surtout les personnages dans le rêve, une fois que les vrais personnages ont réalisés qu'ils vivaient vraiment leur rêve. D'ailleurs, ce qui se produit dans le rêve à des répercussions sur la réalité, ce qui risque de causer des problèmes.
Alors que Tif et, peu à peu, plusieurs de leurs amis, essaient de quitter le rêve, Mila elle voudrait y rester car elle s'est attaché à Kenneth, un homme qui est lui aussi un « voyageur », mais ne vient pas de la même ville que Mila et joue le rôle du frère de Bridget. Bien évidemment, rien ne sera simple et les personnages feront face à plusieurs déconvenues.
C'est un récit fluide, qui alterne entre le point de vue de Mila dans la réalité et ce qu'il se passe en « Écosse » avec Elsa. Je regrette juste un peu le fait que les personnages restent à distance de nous. J'ai apprécié l'histoire, ça c'est sûr, mais je ne me suis pas attachée aux personnages, et je trouve cela dommage. La profondeur qu'il leur manque aurait rendu le texte encore plus passionnant.
L'histoire mêle du fantastique, de la science-fiction, des voyages entre univers, via des portails et des corps d'emprunts créés par des extraterrestres qui laissent leur véritable corps à l'abri sur leur planète. Mais des êtres humains se sont retrouvés dans ces corps d'emprunts. le manoir est l'une de leurs bases, des villes holographiques créées sur Terre, et les terriens se retrouvent là-bas, hypnotisé par un dessin bien particulier.
L'intrigue se complique au fur et à mesure que les pages défilent. Au bout d'un moment, j'avais du mal à comprendre, mais mon envie de connaître la suite et la fin m'ont fait continuer ma lecture sans problème. Derrière ce fil conducteur qui traite de villes holographiques et de corps d'emprunts, il y a aussi une intrigue familiale concernant les parents de Mila. La jeune fille vit avec sa grand-mère, et on ne sait rien de ses parents, mis à part qu'ils ne sont plus là.
Concernant la fin... elle est bien construite, intéressante quoi qu'un peu rapide je trouve. Un peu plus de détails sur la façon dont le problème a été réglé, sur les changements dans la vie réelle, etc., aurait été une bonne chose je pense. Là j'ai un peu eu l'impression d'avoir raté un épisode.
Cela dit, l'histoire reste vraiment intéressante et originale, j'ai beaucoup apprécié l'idée de base qu'a eu l'auteure, c'est vraiment bien trouvé, et je conseille ce roman à qui que ce soit qui serait tenté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
sariahlitsariahlit   17 janvier 2014
À des miles à la ronde s'étend la verte prairie. Ici et là, des fleurs jaunes et violettes disputent le terrain à quelques troupeaux de moutons. Seule une route goudronnée vient troubler la quiétude de cette lande vallonnée. Elle mène droit au manoir. Mais à mesure qu'elle s'en approche, elle se recouvre de bosses qui secouent le véhicule. Puis la mélodie celtique se met à grésiller, et Édouard éteint la radio.
-Si je puis... attirer l'attention de... mademoiselle, dit sa voix hachée par les soubresauts de la voiture, nous ne pouvons... pas continuer notre programme... musical. Nous... ne captons plus les stations.
Tant mieux ! se réjouit Elsa intérieurement. Je commençais à en avoir marre de cette flûte criarde.
-C'est... regrettable, lui répond-elle dans un ultime élan pour braver les cahots imposés par la route de plus en plus raboteuse.
-Si je puis... vous agréer, mademoiselle, poursuit le chauffeur aux sourcils broussailleux et au regard de jais, je lui proposerais... volontiers un disque de musique... celtique.
-Oh ! Je ne voudrais... pas vous... importuner, réplique-t-elle avec appréhension. Vous risquez... de l'endommager avec... toutes ces secousses.
-Si je puis... ajouter... mademoiselle fait... montre d'une grande... sagesse...
Ouf ! Sauvée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gabrielleviszsgabrielleviszs   30 novembre 2016
Elle ouvre la porte et s’apprête à sortir de ma chambre sans répondre, puis se ravise.
— Je t’en supplie, Mila. Dis à tes camarades d’être prudents. Pour ta sécurité, je préfère ne rien t’expliquer. Mais je t’en conjure, modère ton amie Lynn ou qui que ce soit !
Elle tourne les talons et me laisse seule avec toutes mes interrogations. J’allume mon portable pour combler le vide qui s’installe en moi. Pourquoi quitterais-je ce rêve alors que Kenneth commence enfin à s’intéresser à moi ? Ce n’est pas juste ! Et de quels dangers parle-t-elle ? S’il ne s’agit que d’égratignures ou de simples ecchymoses, je pourrai m’en accommoder.
Des bips m’indiquent l’arrivée de six SMS. Ils sont tous de Gianluca. Je les parcours rapidement. Décidément, quel acharné ce gars ! Un seul retient mon attention : « ProblemAvecFanny.ElleNeSeRéveillePlus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gabrielleviszsgabrielleviszs   10 mars 2014
« Alors, Alice cesse ce combat déloyal et se laisse tomber sur le sable. Les bras en croix, le visage levé vers le ciel, les yeux fermés, elle inspire profondément. Elle ne veut plus regarder son corps mutilé. Elle ne veut plus voir cette mer sanguinaire. Seule résonne en elle cette petite voix qui lui répète : « Tu es plus forte qu’eux. Ne les laisse pas influer sur ta propre réalité.
Commenter  J’apprécie          50
gabrielleviszsgabrielleviszs   10 mars 2014
« Si vous êtes attiré par le look jeans pattes d’éléphant, l’écharpe qui ramasse la poussière et la chemise qui sort du pantalon, alors vous remarquerez peut-être Michael. Ce gars de terminale qui tourne la tête à toutes les filles du lycée. Moi, personnellement, je suis complètement immunisée contre ce genre de charmeur : un blondinet qui vous lance des regards insistants au travers de petites lunettes rondes d’intellectuel… Je crois que Tif a succombé le jour où ce Michael lui a demandé du feu pour allumer sa cigarette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gabrielleviszsgabrielleviszs   30 novembre 2016
À la longue, je n’y attache plus grande importance. C’est Tif, ma meilleure amie, avec son cœur d’artichaut et son look gothique. Ah, j’oubliais ! Elle a opté pour une garde-robe « film d’horreur » depuis son entrée au lycée : veste, legging et bottes noirs, avec une touche de rose pour ses mitaines et ses chaussettes. Ajoutez à l’ensemble un teint pâle, des lèvres peintes en rouge, des yeux bleus ourlés de khôl et de longs cheveux noirs lissés : vous obtenez la fille « trop belle » qui fait peur aux garçons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : rêvesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1055 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre
.. ..