AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782809828160
350 pages
Éditeur : L'Archipel (05/03/2020)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 42 notes)
Résumé :
Mats Krueger, psychiatre renommé qui vit désormais à Buenos Aires, est contraint de surmonter sa phobie de l'avion quand sa fille Nele, avec qui il a perdu contact depuis des années, lui annonce qu'elle est sur le point d'accoucher.
Quand il prend place à bord du vol qui doit le mener à Berlin, il ne se doute pas encore qu'il aura à affronter le pire - ni les turbulences ni les trous d'air n'en seront la cause... Peu après le décollage, Mats reçoit un appel ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
le_Bison
  03 avril 2020
« - Votre mission, docteur Krüger, si vous voulez sauver la vie de Nele, consiste à activer la bombe psychique qui se trouve à bord. »
Musique.
Genre générique de film, genre mission impossible, genre Lalo Schiffrin.
C'est pour l'ambiance.
Un esprit confinement, c'est pour le côté anxiogène.
Enfermé dans un avion, vol long courrier Lufthansa, Buenos Aires - Berlin. Une jolie hôtesse de l'air, grande et blonde, m'accueille. les seins généreux, le tailleur bien lissé, genre allemande.
Rangée 7, place A.
A l'avant de l'appareil.
Envie d'une blonde allemande, genre Paulaner, me propose-t-elle, avant de m'enfoncer dans mon siège, l'esprit peu serein à traverser l'Atlantique, les pieds en l'air, la tête dans les nuages.
A son bord, plus de six-cent passagers.
Une confiance aveugle dans un pilote, ou dans une carlingue de métal.
Difficile de dire la folie des hommes à poursuivre le rêve d'Icare.
La vie peut dépendre de si peu de chose, comme par exemple d'un psychiatre reconnu dans ce même avion.
Un coup de téléphone, profitez-en, la liaison est offerte par la compagnie.
Un inconnu au bout du fil.
Un cri dans la nuit... Ou dans l'immensité du ciel.
A vouloir tutoyer les anges...
A s'en brûler les ailes...
Cas d'école classique, tuer 600 personnes ou sauver sa fille.
Le compte à rebours a commencé à 10.000 pieds, une dizaine d'heures pour faire s'écraser l'avion. Mais comment retrouver le kidnappeur de sa fille, alors qu'on est coincé dans ce foutu avion, le regard perdu à travers le hublot, le soleil pointé vers l'Est.
Quand la moralité flirte avec la mortalité.
Elle est mignonne tout de même cette hôtesse de l'air, il n'y aurait pas un salon privé dans lequel je pourrais m'entretenir avec elle. C'est dans le confinement de ce lieu que toute la psychologie et la psychiatrie vont devoir jouer un rôle... de déclencheur.
Aussi puissant qu'une bombe dans la soute à bagages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          303
Srafina
  02 mars 2020
Niveau polar, ceux qui me connaissent, savent que je suis allergique au gore, sanguinolent et terrifiant. Je préfère le polar psychologique, les enquêtes bien menées et palpitantes.
Quand j'ai reçu ce service presse j'ai été bien servi, (merci les éditions l'Archipel et Mylène), un polar comme j'aime.
Le docteur Krüger, éminent psychiatre allemand, vit à Buenos Aires et doit rejoindre sa fille qui est sous le point d'accoucher. L'angoisse émerge dans le livre quand Nele, sa fille se fait enlever par un personnage carrément perturbé, obsédé par des considérations animalières qu'il veut appliquer à Nele. Malheureusement ce pauvre bougre est manipulé par un cynique maître-chanteur, qui menace Krüger de laisser mourir sa fille dans les mains de son kidnappeur s'il n'obéit pas à sa demande de faire crasher l'avion dans lequel il se trouve.
Krüger a lui même la phobie de l'avion, mais par amour pour sa fille, il surmonte plus ou moins son handicap et met tout en oeuvre pour s'en sortir et protéger les passagers tout en cherchant à sauver sa fille.
La narration s'alterne entre les différents personnages, Krüger, Nele et Feli (jeune psychiatre que Krüger a contactée pour faire des recherches sur l'enlèvement de Nele).
L'histoire est palpitante, les rebondissements nombreux, les personnages bien campés. Krüger tout en étant psychiatre est un homme fragilisé par ses propres démons. Nele se retrouve dans une situation très particulière d'accouchement entre gérer la folie de son kidnappeur et l'arrivée de son « petit coeur ». Feli est quand à elle l'élément qui fait tenir Krüger dans son combat pour sa fille.
L'alternance des chapitres avec les protagonistes donne un sentiment d'urgence et d'angoisse qui porte le livre.
J'ai beaucoup aimé l'écriture de Sebastian Fitzek que je découvre comme auteur. C'est palpitant, on n'a pas envie de lâcher la lecture, un chapitre en entraînant un autre. L'auteur nous distille certains éléments véridiques sur les risques de crash d'avions, de tests psychologiques pour le personnel navigant qui sont en cours de décisions politiques, on se souvient du crash d'avion récent provoqué par un copilote dérangé psychologiquement.

C'est son douzième roman et je le note pour de prochaines lectures
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
LaBiblidOnee
  07 avril 2020
Il n'était pas dans ma PAL, mais je n'ai pas pu résister lorsque je l'ai aperçu dans vos lectures. Un psy dans un avion, c'est tout ce dont j'ai besoin pour apprendre à me raisonner. Ou alors le contraire, tout ce dont j'ai besoin pour convaincre mon mari de NE PLUS me faire monter dans ces boites en ferraille. En plus, j'ai un ami qui bosse dans des usines qui fabriquent les pièces qui servent aux Airbus et… Non, je ne veux pas vous faire peur, vous qui croyez en la technologie humaine. Ou en la chance / la magie ? Bref, n'écoutant que ma curiosité déraisonnable pour ce psy effrayé qui me ressemble, j'ai donc sauté dans l'appareil avec mon aviophobie en bandoulière, allant à l'encontre de tout ce que mon être me criait. Après tout, au diable « les varices » (13 heures de vol aidant), comment ce roman pourrait me faire plus peur que ce que ressens déjà ?

Et puis une fois embarquée avec Mats (le psy), l'auteur ne m'a plus laissé l'occasion ni l'envie de faire demi-tour. le rythme enlevé de son écriture et la régularité de sa construction y sont pour beaucoup, les histoires de fous qui s'entremêlent dans les chapitres ont fait le reste. Fitzek sait faire monter la tension et la curiosité sans que le stress de la situation ne nous prenne à la gorge ni ne nous fasse faire des cauchemars. On se pose des questions, mais tout vient à point à qui sait attendre, et l'histoire avance à la vitesse de croisière idéale pour absorber les turbulences. Une fois installés, en ayant pris soin d'éviter le siège 7A, il suffit de tourner les pages et de se laisser porter par l'auteur, qui sait parfaitement où il nous emmène et comment nous y emmener. A ce stade, pas besoin de petite pilule qui fait dormir - mais je ne suis pas contre un petit apéro pour me détendre pendant le décollage, Chéri, merci.

« - Votre mission, docteur Krüger, si vous voulez sauver la vie de Nele, consiste à activer la bombe psychique qui se trouve à bord.
_ Que je… quoi ? lâcha Mats. »

Ok, rectification. Un psy n'est peut-être pas ce qu'il me faut dans cet avion, finalement… En plus de l'altitude qui menace de faire exploser ma tête, de la vue en dessous de moi qui me donne le vertige, des trous d'air qui promènent mon coeur dans tout mon corps, j'ai maintenant un problème philosophique à régler avec Mats - le psy : Un inconnu au téléphone lui donne le temps du vol pour manipuler une ancienne patiente, stabilisée mais pas guérie, afin qu'elle face s'écraser l'avion dans lequel nous sommes. Sinon il tue sa fille. Enceinte. Photos à l'appui. Et toutes ces questions qui tournent dans ma tête me donnent la migraine : Quel mobile peut donner envie à quelqu'un de tuer une femme enceinte et/ou 600 passagers ? Ca fait quand même un peu peur de vivre sur terre parmi ces grands malades, en sachant qu'ils peuvent être n'importe qui. Parce que visiblement, Mats le connaît. Que lui a-t-il fait ? Est-ce personnel ? Non, 600 passagers, ce n'est plus personnel. Alors pourquoi une arme psychique ? Plus facile à faire entrer ? Moins risquée pour l'instigateur ? Bien entendu, demander l'aide de la police n'est pas une option, car le gars du téléphone a engagé les moyens qu'il fallait dans l'aventure pour tout contrôler…

Alors là, on fait quoi, nous ? On tue 600 passagers inconnus, ou on laisse sa fille se faire tuer pour sauver les autres ? Je reformule : On se tue nous-mêmes avec les 600 passagers pour sauver une femme et son bébé avec qui il n'a plus de contact ? Ou on ne cède pas mais on tue la femme et l'enfant, la chair de la chair de Mats ? Allez, Mats, c'est toi le psy : réfléchis mais vite !

« Il ne put s'empêcher de penser à la déclaration de Genève, sorte de serment d'Hippocrate moderne auquel se soumettaient les médecins aujourd'hui. Il l'avait prononcé avec solennité.
Je considèrerai la santé et le bien être de mon patient comme ma priorité.
Je n'utiliserai pas mes connaissances médicales pour enfreindre les droits humains et les libertés civiques, MÊME SOUS LA CONTRAINTE.
Je fais ces promesses solennellement »…

*****
Ce fameux test de philosophie, dit du tramway, n'est pas nouveau. Il est notamment très utilisé dans la vie de tous les jours, par exemple pour le paramétrage de nos futures voitures autonomes (Pour éviter une vieille dame traversant hors passage piéton, la voiture va-t-elle choisir de faire un écart percutant deux enfants sur le trottoir ?), ou encore dans les questions morales d'enjeu international (doit-on torturer une personne pour obtenir des informations qui sauveraient des tas d'innocents ?). Mais il est toujours un peu faussé lorsqu'on répond à froid dans l'absolu, dans le confort de civil à l'abri.
Revisité sous forme de thriller, il montre que la réponse humaine à un acte inhumain ne peut pas toujours être logique et morale. La question demeure entière à chaque fois : Que ferions-nous dans le feu de l'action ? Eh bien il faudra lire ce thriller pour le découvrir… Car je ne parlerai pas, même sous la torture !!

« Je ne peux tout de même pas t'aider à sauver une seule et unique vie pour qu'à la fin, si on ne la retrouve pas, tu sacrifies un avion entier ! »

Message personnel à Chéri : Ai survécu au vol LEA 23. Par contre mon amour, le prochain vol que tu veux me faire prendre, ce sera à la Barracuda : Un bon coup sur la tête, ni-vu-ni-connu-j-t-embrouille, à l'ancienne. Sinon, ce sera sans moi.
Allez maintenant, s'il te plaît, j'ai besoin de revenir dans ma zone de confort : Attrape-moi un GRISHAM, vite !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          163
musemania
  04 avril 2020
Le talent de Sebastian Fitzek qui a distillé une bonne dose de tensions n'est plus à démontrer. Or dans son dernier thriller, « Siège 7A », il fait monter en puissance le suspens et se joue de ses lecteurs en maintenant tout du long un rythme soutenu. J'ai adoré!
Le docteur Krüger est un psychiatre allemand qui vit à Buenos Aires. Lorsque sa fille unique Nele est sur le point d'accoucher, il est prêt à se rendre à son chevet. Mais ce qu'il n'avait pas prévu, c'est qu'elle allait se faire enlever et qu'un jeu machiavélique allait se mettre en place.
Manipulations, faux-semblants, jeu de piste : voici quelques thèmes que vous pourrez retrouver dans cette lecture. Au fil des pages, c'est bourré de surprises avec des cliffhangers, vous empêchant de suspendre votre lecture. En plus d'y avoir beaucoup d'actions, Sebastian Fitzek s'emploie à donner de la substance à ses personnages et à travailler intelligemment l'aspect psychologique de son histoire.
Avec des rebondissements en série, les chapitres sont alternés entre trois personnages principaux : le docteur Mats Krüger, sa fille Nele et le docteur Feli, une amie également psychiatre. Si vous être phobique de l'avion, vous partagerez beaucoup en compagnie de Mats mais vous risquez aussi de frémir à la lecture de ce huit-clos bluffant. On y apprend également des choses sur cette peur ainsi que sur des faits réels touchant le milieu de l'aviation.
En regardant mes bibliothèques et mes carnets de lecture, je me suis rendue compte que je ne lisais pas beaucoup, pour ne pas dire quasi rien, en matière de littérature noire allemande. Pourtant, cette dernière compte de bons noms comme celui de Sebastian Fitzek. Je l'avais découvert par son livre « le briseur d'âmes », il y a déjà très longtemps, puisque sa parution date de 2013. Mais quelle erreur ai-je fait de ne pas l'avoir plus suivi car je me suis régalée avec « Siège 7A ». Je devrai, sans conteste, combler cette lacune.
Un tout grand merci aux éditions de L'Archipel pour leur confiance.
Lien : https://www.musemaniasbooks...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
RChris
  17 mars 2020
7A c'est le siège le moins sûr dans un avion. C'est celui que Mats avait réservé (avec trois autres) pour que personne ne l'occupe. Obligé de faire un voyage de Buenos Aires à Berlin, il avait étudié les risques -celui de mourir en voiture est ainsi 104 fois plus élevé que celui de mourir en avion-. Il avait suivi un stage pour vaincre sa phobie de l'avion, sans grand succès alors que le site "peur de l'avion" affiche pourtant 95 % de réussite.
Mats, psychiatre à Buenos Aires, doit rentrer en Allemagne car sa fille Nele doit accoucher. Il est alors contacté par téléphone pour lui annoncer que sa fille a été kidnappée et mourra ainsi que son enfant s'il ne manipule pas une des passagères, qui fut sa patiente. Mats est confronté au dilemme de devoir ou non respecter le serment d'Hippocrate qu'il a prononcé : "je considérerai la santé et le bien-être de mon patient comme ma priorité"...
Fitzek ne fait pas de série avec un personnage récurent, ce sont des one shot avec une inspiration chaque fois renouvelée. Il sait ficeler son histoire pour que notre attention soit maintenue par une myriade de suspens, en deux lieux.
Quelle imagination pour trouver des scénarii toujours plus alambiqués ! Nous ne saurons pas d'où lui viennent ses idées puisque, dans une longue note finale, il dit : "Et j'ai plus souvent l'impression d'être un observateur extérieur, lui-même surpris par le développement de l'histoire, que le créateur de leurs (més)aventures".
C'est un roman tendu du début à la fin. L'auteur nous manipule comme est manipulé le personnage principal. Nous sommes secoués dans le tambour d'une lessiveuse ou comme dans un avion en pleine zone de turbulences, livrés à notre aviophobie et nous ne pouvons nous raccrocher à rien car les pistes sont souvent fausses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
LaBiblidOneeLaBiblidOnee   07 avril 2020
La psychologie est vouée à l'échec, parce que nous avons l'absurde intention de comprendre notre cerveau en nous servant de notre cerveau.
Commenter  J’apprécie          41
LaBiblidOneeLaBiblidOnee   06 avril 2020
Souvent, la voix constituait un miroir de l'âme bien plus révélateur que les yeux.
Commenter  J’apprécie          80
le_Bisonle_Bison   03 avril 2020
Rangée 7, Place A.
La place la plus dangereuse de l'appareil, à en croire les résultats du test effectué dans le désert du Nouveau-Mexique. La Mort assurée en cas de choc frontal.
Et quel avion foncerait à reculons dans une montagne ?
Une place au hublot, en plus.
Ce qui augmente les risques de cancer de la peau.
Commenter  J’apprécie          100
le_Bisonle_Bison   01 avril 2020
Il y a deux sortes d'erreur. Celles qui te pourrissent la vie. Et celles qui y mettent fin.
Commenter  J’apprécie          173
le_Bisonle_Bison   29 mars 2020
Le risque de mourir en voiture est 104 fois plus élevé que celui de mourir en avion.
Et la probabilité de vomir après avoir entendu sa fille kidnappée hurler au téléphone est de 100%.
Commenter  J’apprécie          157
Videos de Sebastian Fitzek (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sebastian Fitzek
Commandez les coups de coeur de nos libraires sur filigranes.be !
Les livres dans l'ordre : "À vendre ou à louer" de Valentine de le Court, Éditions Mols "Et les vivants autour" de Barbara Abel, Éditions Belfond "Toute la violence des hommes" de Paul Colize, Éditions HC "Siège 7A" de Sebastian Fitzek, Éditions L'Archipel
autres livres classés : PhobiesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Passager 23" de Sebastian Fitzek.

Quel est le nom du bateau ?

Roi des mers
Sultan des mers
Roi des océans
Sultan des océans

10 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Passager 23 de Sebastian FitzekCréer un quiz sur ce livre
.. ..