AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Élise Argaud (Éditeur scientifique)
EAN : 9782743621827
90 pages
Éditeur : Payot et Rivages (12/01/2011)

Note moyenne : 4/5 (sur 24 notes)
Résumé :

"Naturellement, toute vie est un processus de délabrement progressif, mais les coups qui confèrent sa dimension spectaculaire à ce travail - les coups massifs et brusques qui proviennent, ou semblent provenir, de l'extérieur -, ceux dont on se souvient, sur lesquels on rejette la faute et qu'on confesse, dans les moments de faiblesse, aux amis, ne font pas sentir instantanément leur effet."Écrit en 1934, alors que Francis Scott Fitzgerald a trente-huit a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Cronos
  13 décembre 2019
90 pages divisées par deux pour cette édition bilingue, court mais intense. Des réflexions dans lesquelles je me retrouve parfois que ce soit dans « Veiller ou dormir » ou dans « L'Effondrement ».
J'ai mis plus de temps à penser qu'à lire ce livre, ce qui est positif évidemment, et je continue de le faire en écrivant cette modeste critique.
Les mots de l'auteur ont su m'aider, là où je ne les trouvais pas, il me fait me poser des questions que je ne m'étais jamais poser.
Au-delà de l'aspect intime qui donne un écho particulier au livre à mes yeux, Francis Scott Fitzgerald nous livre une introspection réussie entre pessimisme et réalisme. J'aurais presque envie de parler de nihilisme mais j'ai trop de lacunes en philosophie et sûrement le mot de Cioran m'incite à penser ça.
Ce fut un beau compagnon d'insomnie et je le garde à portée de main.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
LireEcouterVoirLireEcouterVoir   03 mars 2016
De toute évidence, vivre c'est s'effondrer progressivement. Les coups qui vous démolissent le plus spectaculairement, les grands coups soudains qui viennent - ou semblent venir - de l'extérieur, ceux dont on se souvient, ceux qu'on rend responsables de tout et dont on parle à ses amis dans les moments de faiblesse, ceux-là tout d'abord ne laissent pas de trace. Mais il existe un autre genre de coup, celui-ci venu de l'intérieur, et dont on s'aperçoit trop tard pour y remédier. Irrévocablement s'empare alors de vous la révélation que jamais plus vous ne serez celui que vous avez été
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
IvanoviaIvanovia   25 avril 2011
it occurred to me simultaneously that of all natural forces, vitality is the incommunicable one. In days when juice came into one as an article without duty, one tried to distribute it – but always without success; to further mix metaphors, vitality never “takes.” You have it or you haven’t it, like health or brown eyes or honor or a baritone voice. […] “Ye are the salt of the earth. But if the salt hath lost its savour, wherewith shall it be salted” (Matthew 5-13)

il m'apparut au même moment que, de toutes les forces naturelles, la vitalité est la plus incommunicable. Les jours où l'énergie nous envahit comme un article détaxé, on essaie de la diffuser – chaque fois en vain ; pour mélanger un peu plus les métaphores, la vitalité ne "prend" jamais. On en a ou on n’en a pas, de même que la santé, les yeux marrons, l’honneur ou une voix de baryton. […] "Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ?" (Matthieu, V, 13) (Traduction : Elise Argaud. Traduction de Louis Segond pour le fragment biblique.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
IvanoviaIvanovia   25 avril 2011
This is what I think now: that the natural state of the sentient adult is a qualified unhappiness. I think also that in an adult the desire to be finer in grain that you are, “a constant striving” (as those people say who gain their bread by saying it) only adds to this unhappiness in the end – that end that comes to our youth and hope.

Voilà ce que je pense aujourd’hui : que l’état naturel de l’adulte doué de sensibilité est un malheur mitigé. Je pense également que chez l’adulte le désir d’affiner son caractère, "l’effort permanent" (comme disent ceux qui gagnent par là leur pain), ne fait en fin de compte que renforcer ce malheur – une fin qui met un terme à la jeunesse et à l’espoir. (Traduction : Elise Argaud)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bruno_CmBruno_Cm   30 juin 2014
Il me sembla par un après-midi de mars avoir perdu absolument tout ce que j'avais voulu - cette nuit-là, pour la première fois, je me mis en chasse du spectre de la femme qui, un court moment, fait paraître tout le reste insignifiant.

It seemed on one March afternoon that I had lost every single thing I wanted - and that night was the first time that I hunted down the spectre if womanhood that, for a little while, makes everything else seem unimportant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bruno_CmBruno_Cm   30 juin 2014
... le principe de Shaw : "Si vous n'obtenez pas ce que vous voulez, autant vouloir ce que vous obtenez."
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Francis Scott Fitzgerald (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Francis Scott Fitzgerald
En 2005 a paru Dictionnaire égoïste de la littérature française , immense succès immédiat critique et public. Chroniqué par tous les médias en France et beaucoup même à l'étranger, ce livre qui n?avait pas d?équivalent a reçu cinq prix littéraires. Il est aujourd?hui devenu un classique.  Le Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale est consacré aux littératures des autres pays du monde. Et non pas « étrangers ». Un article l?explique, l?auteur ne croit pas à la notion d?étranger, surtout en matière de littérature. Nous ne sommes pas seuls au monde, et aucun lecteur français n?a été constitué par l?unique lecture de livres français. de même, aucun lecteur n?est constitué par l?unique lecture des livres de son temps. Un lecteur est de tous les temps et de tous les pays. Et c?est ainsi que ce livre comprend aussi bien Eschyle (le plus ancien) que Gabriel García Márquez (le plus récent). Pour « égoïste », cela signifie que l?auteur ne parle que de choses qui, en bien ou en mal, l?intéressent, le passionnent, l?éveillent, et non à partir d?on ne sait quels canons de la littérature.  Le « DELM » comprend, comme son frère aîné, quatre types d?articles : sur des auteurs (Karen Blixen, Jorge Luis Borges, F.S. Fitzgerald, Yukio Mishima, Elsa Morante, Platon, Gertrude Stein?), des ?uvres ( Amant de Lady Chatterley (L?) , Guépard (Le) , Petit Livre rouge (Le)? ), des personnages (Ali-Baba, Lady Bracknell, Mademoiselle Else, le prince André, Arturo Ui?), des notions (« Bonheur », « Enterrements d?écrivains célèbres », « Imagination », « Verbes réfléchis »?). Il a, en plus, des « express » (« Esthétique Express », « Machiavel Express »?). On y retrouvera tous les grands noms célèbres, et on y découvrira des méconnus délicieux. On y trouvera un esthétique, et des anecdotes qui sont peut-être un peu plus que des anecdotes, comme Joyce en train de dicter Finnegans Wake à Beckett qui répond « entrez » à un visiteur, Beckett écrivant le mot par mégarde et Joyce lui disant : « Laissez. » Allègre, partial, drôle, sérieux, brillant, inattendu. Un livre qui donne envie d?en parler avec l?auteur. Venez converser avec Charles Dantzig...
En savoir plus sur le "Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale" : https://www.hachette.fr/livre/dictionnaire-egoiste-de-la-litterature-mondiale-9782246820741
+ Lire la suite
autres livres classés : effondrementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Gatsby le Magnifique

Comment s'appelle le personnage principal qui est également le narrateur du roman ?

Gatsby le Magnifique
Nick Carraway
Tom Buchanan
Francis Scott Fitzgerald

10 questions
488 lecteurs ont répondu
Thème : Gatsby le magnifique de Francis Scott FitzgeraldCréer un quiz sur ce livre