AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Fanny Liabeuf (Autre)
EAN : 9782376863939
116 pages
Editions ActuSF (19/11/2021)
4.06/5   8 notes
Résumé :
En 1860, à Baltimore, né l'étrange Benjamin Button. Lors de sa venue au monde, il a l'apparence d'un homme de 70 ans... Et plus étrange encore, au fil des années, il semble rajeunir. Texte phare et dérangeant de Francis Scott Fitzgerald (Gatsby le Magnifique), il sera sublimé par les illustrations de Fanny Liabeuf dans cette nouvelle édition.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
gloubik
  28 novembre 2021
Je n'avais jamais osé sauté le pas et lire un texte de Francis Scott Fitzgerald. Mais cette année sera une année à part, je pense. Car c'est ma troisième découverte d'un écrivain réputé pour autre chose que de la littérature dite de l'imaginaire. Hé oui ! Cette année a été pour moi l'occasion de découvrir Colette, Proust et Fitzgerald. Trois grands écrivains que je pensais bien ne jamais lire.
Et là, en cette fin d'année, je découvre que les éditions ActuSF publient une version illustrée de L'étrange histoire de Benjamin Button. Encore une fois c'est totalement par hasard... mais ce n'est pas en fouillant les numéros des journaux des années 1920 :-) Non. Mais ActuSF a proposé ce petit volume en Service Presse à ma moitié. Je ne pouvais pas passer à côté. Un peu de sérieux.
Maintenant, qu'en est-il du livre ?
Les très nombreuses illustrations de Fanny Liabeuf (alias Naïky) sont superbes. Chacune, ou presque, bénéficie d'une page entière. Certaines sont en couleurs. C'est sans hésiter que je découvrirai le travail de cette graphiste dans d'autres ouvrages. À suivre, donc.
Et la nouvelle ? Oui. Je la désigne par le label de nouvelle et non novella. Car le texte n'occupe que 33 pages dans le volume (format poche) de Tales of the jazz publié par l'auteur en 1922. Peut-être un peu long pour une nouvelle mais indubitablement trop court pour une novella. Mais ceci n'enlève rien à ce texte charmant.
Il peut être surprenant de découvrir que l'histoire commence en 1860, soit 36 ans avant la naissance de l'auteur. Il semble qu'ainsi, l'auteur se complique la vie en décrivant une société américaine qu'il n'a pas connue. Mais cette date a l'avantage de faire vivre la jeunesse du héros dans les années 1900-1920 période que l'auteur connais bien puisqu'il s'agit des ses propres années de jeunesse, et je subodore une part d'autobiographie dans certain éléments de la vie de B. Button : fils de commerçant, difficultés scolaires, etc. Mais la ressemblance s'arrête là.
Je mettrai un petit B-mol à mon enthousiasme. La nouvelle est centrée sur Benjamin. Rien que de très normal. Mais du coup, les personnages secondaires sont trop effacés. Sa mère en particulier. Son épouse également. Et que dire de l'épouse de son fils dont on ne sait qu'une chose : elle existe. Bref. le personnage féminin le plus présent est sans doute la nounou qui s'occupe de lui pendant ses dernières années de vie à rebours.
En bref : À lire absolument. Et plutôt qu'une édition quelconque (Librio par exemple. Dix fois moins chère, il est vrai) achetez celle d'ActuSF pour profiter des illustrations de Fanny Liabeuf.
Lien : http://livres.gloubik.info/s..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
FungiLumini
  11 décembre 2021
J'avais vu le film « L'étrange histoire de Benjamin Button » qui m'avait beaucoup plu, et en grande amatrice de littérature anglaise/américaine, j'avais envie depuis longtemps de découvrir ce grand classique. D'habitude, je lis en version originale, mais l'édition illustrée des éditions ActuSF m'a convaincue de passer le pas avec la traduction. Pour avoir déjà découvert certains titres de chez ActuSF Graphic (L'hypothèse du lézard ou encore La Fille aux mains magiques), je connaissais la grande qualité des ouvrages de cette collection ! le livre comporte de nombreuses illustrations noir et blanc, quelques-unes en couleurs, une mise en page au top, un signet en tissu, une couverture rigide et un cahier graphique à la fin. Bref, un petit bijou !
Benjamin Button est une personne à part : il est né vieux et rajeunit au fil du temps. L'auteur nous montre une vision originale de la vie et du temps qui passe, qui va cependant poser pas mal de problèmes à notre protagoniste, mais aussi amener des pistes de réflexion intéressantes au lecteur. On s'attache tout de suite à Benjamin, un personnage très atypique, dont la vie le sera tout autant ! Cette nouvelle nous conte les jalons marquants de son existence insolite.
Le père de Benjamin refuse d'accepter la différence de son fils, lui mettant des vêtements d'enfants qui paraissent ridicules sur le vieillard qu'il est, ou encore lui donnant uniquement des jouets de bébé pour s'occuper. Cette différence est le point central du texte, parfois source d'éloges, parfois de mépris, souvent d'incompréhension par ceux qui entourent Benjamin. Il est intéressant de voir comment son caractère évolue au fil du temps : la patience et le sérieux étant ces premières qualités, qui deviennent ensuite fougue et impulsivité !
Un des éléments qui m'a marquée dans cette lecture , et qui montre l'âge de ce texte (publié pour la première fois en 1922), est l'absence totalement de la mère de Benjamin et la quasi-absence des autres femmes dans sa vie : madame Button vient d'accoucher d'un vieillard et on ne voit que la réaction du père, qui ne se pose d'ailleurs pas la question de comment va sa femme (qui vient quand même d'accoucher d'un adulte si on en croit la description de l'auteur !) ou de comment elle vit émotionnellement la situation. Elle ne sera plus mentionnée, étant d'office incluse dans « le couple Button ». Des éléments qui font sourire aujourd'hui, mais qui montrent aussi au combien les mentalités ont évolué !
Le texte est court (je l'ai d'ailleurs dévoré en 1h30), et chaque chapitre est richement illustré : avant chaque partie, une horloge montre le temps qui passe, mais en sens inverse, et une ombre de Benjamin se dirige vers le début du chapitre. La plupart des illustrations prennent une page complète et nous immerge dans cette autre époque, dans ces autres moeurs. Une immersion qui se prolonge avec un carnet de croquis préparatoire à la fin.
Une édition de grande qualité d'une nouvelle classique de littérature américaine. Un texte court et original ancré dans son époque, avec un protagoniste des plus atypiques. de magnifiques illustrations couleurs ou noir/blanc et une mise en page au top font de cet ouvrage un petit bijou !
Lien : https://livraisonslitteraire..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Dup
  08 décembre 2021
Alors démarrons par ce qui fâche : cette étrange histoire ! Parce que oui, le pitch est quand même assez génial. Cet homme qui nait vieillard et qui va rajeunir au fil du temps qui passe. Oui, je sais, tout le monde a déjà vu le film, mais pas moi... comme d'hab dirai-je ! Alors je me suis dit que j'allais pallier à cette lacune en lisant ce roman.
Bon, en fait de roman, il s'agit là d'une nouvelle, pire, d'une petite nouvelle, lue en même pas 1/2 heure. Frustration, déception énorme. Mais même en faisant abstraction de ce point qui me fâche à chaque fois, le texte en lui même m'a paru bien creux. Passé la surprise de cette naissance, de la rencontre du père avec son fils de 70 ans, et de ces premiers instants de vie... le reste est un défilement rapide de périodes clés qui mettent juste en évidence le décalage que va subir Benjamin.
Son intérêt pour les femmes nait à 55 ans, il en a 50 lorsqu'il épouse sa femme de 30 ans. Ils sont en phase pendant une dizaine d'années, chacun ayant alors la quarantaine. Puis le rapport d'âge s'inverse. Il part alors trois années à la guerre où il s'illustre, pour s'occuper...
La suite sur le blog ;)
Lien : https://www.bookenstock.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lauryn
  04 décembre 2021
Cette nouvelle, adaptée au cinéma, raconte l'histoire d'un homme né vieux, et qui vit sa vie à rebours. le sujet est traité d'un ton assez léger, avec des réactions très critiquables de la part de la famille du héros, mais très dans le ton XIXe. Pour moi, c'est d'ailleurs une critique de la bonne société de l'époque, voulue par l'auteur. Richement illustrée, cette édition est très belle et d'un format intéressant pour entrer dans une bibliothèque.
La suite sur mon blog :
Lien : https://lauryn-books.blogspo..
Commenter  J’apprécie          50
MilleetunepagesLM
  20 mars 2022
Le commentaire de Cathy :
Cette histoire que nous propose l'auteur, j'en avais entendu parler, mais je n'avais jamais lu ni vu le film qui en avait été tiré.
Cette version que je viens de découvrir est d'une grande qualité, le texte court est agrémenté d'illustrations très réussies.
L'histoire se déroule à Baltimore en 1860, Mr et Mme Roger Button attendent leur premier enfant.
Lorsque l'enfant naît, il a l'apparence d'un homme de 70 ans, cette particularité va déstabiliser cette famille.
Benjamin ne va pas s'arrêter là dans sa singularité, au fil des années qui passent, il semble rajeunir.
Cette histoire est d'une grande originalité, difficile de juger le style de l'auteur pour le peu de texte de cette nouvelle, mais j'ai envie d'en découvrir plus.
L'édition que j'ai eue la chance de lire est un vrai bijou, les illustrations sont d'une grande qualité, je viens de passer un agréable moment de lecture.
Lien : https://lesmilleetunlivreslm..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
FungiLuminiFungiLumini   11 décembre 2021
Ses yeux l’abusaient-ils ou ses cheveux, au cours de ces douze années d’existence, étaient-ils passés du blanc au gris argenté, dissimulés sous la teinture ? Le réseau de rides creusant son visage était-il de moins en moins prononcé ? Sa peau était-elle plus saine et plus ferme, voire légèrement rosie par le froid hivernal ? Il n’aurait su le dire.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Francis Scott Fitzgerald (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Francis Scott Fitzgerald
« L'histoire de ma vie est celle du combat entre une envie irrésistible d'écrire et un concours de circonstances vouées à m'en empêcher. […] Puis, mon roman a été publié. Puis, je me suis marié. Maintenant, je passe mon temps à me demander comment tout cela est arrivé. Selon les mots de l'immortel Jules César : « Tout est dit ; il ne reste plus rien. » (Francis Scott Fitzgerald, « Qui est qui, et quoi? », paru dans le Saturday Evening Post du 18 septembre 1920.)
« […] En mai 1934, Fitzgerald [1896-1940] s'ouvre de son projet subtil à son éditeur, Maxwell Perkins [1884-1947] : « Comme vous le savez, je n'ai jamais rien publié de personnel sous forme de livre parce que j'ai toujours eu besoin de tout le matériel possible pour mes oeuvres de fiction. Toutefois, un certain nombre d'articles et de textes divers ont attiré l'attention d'un vaste public et pourraient le faire de nouveau si nous pouvions trouver, entre le titre et les textes, le lien qui puisse nouer l'humour à un soupçon de sagesse. » […] Perkins ne répond pas. Mais l'idée refait surface deux ans plus tard, en mars 1936, quand Fitzgerald lui propose « un livre de réminiscences, non pas une autobiographie, mais des réminiscences ». […] Fitzgerald, plus précis encore : « Il est plus triste de retrouver le passé et de s'apercevoir qu'il n'est pas à la hauteur du présent que de le voir s'échapper pour demeurer à tout jamais une construction harmonieuse de la mémoire. » Il s'agit donc, dans ce livre des réminiscences, au cours de cette délicate chasse aux papillons, de retrouver, en dépit de la tristesse et contre elle, un passé à la hauteur du présent, un passé qui tienne ses promesses à l'avenir. […] « Il se trouve que la plus grande partie de ces articles sont intensément personnels : alors qu'un journaliste doit trouver un sujet sur lequel écrire son article quotidien ou hebdomadaire, j'ai écrit ces articles uniquement lorsque l'impulsion venait de l'intérieur. En fait, j'ai les mains plus propres pour la non-fiction que pour la fiction. » […] le projet « Mains propre » était resté lettre morte. Que vive Un livre à soi. » (Pierre Guglielmina, Qu'est-ce qu'un « livre à soi »?)
« […]  […] Jamais la foi dans le destin de l'homme n'avait atteint les sommets auxquels elle est parvenue dans les années 1890 - rarement cette même foi a plongé aussi bas qu'aujourd'hui. Lorsque nous observons autour de nous un rapide déclin des idéaux de conduite, il existe nécessairement une cause fondamentale pour l'expliquer. Il est impossible d'être vicieux dans le vide. Quelque chose de sérieux (que seuls les évangélistes professionnels, les romanciers de gare et les politiciens corrompus prétendent comprendre) affecte le monde. Il faudra un coeur solide pour nager à contre-courant dans ces eaux troubles et ne pas être, comme ma génération, un peu cynique, un peu las et un peu triste. […] - doit-on s'étonner que nous redoutions presque d'ouvrir les journaux le matin de peur d'y découvrir une nouvelle dérive de la civilisation, une nouvelle infamie dans cette chambre obscure que nous appelons le coeur humain ! C'est sur ce monde que nos enfants ouvrent aujourd'hui les yeux. […] […] si mon enfant est un meilleur homme que moi, il viendra me voir enfin pour dire, non pas : « Père, tu avais raison concernant la vie », mais plutôt : « Père, tu avais complètement tort. » Et quand ce moment viendra, et il viendra, puis-je être assez juste et sage pour dire : « Bonne chance et adieu, car j'ai possédé autrefois ce monde qui t'appartient, mais je ne le possède plus. Suis ta voie à présent, avec vaillance dans le combat, et laisse-moi en paix, au milieu de tous ces torts passionnés que j'ai aimés, car je suis vieux et ma tâche est accomplie. » (Francis Scott Fitzgerald, « Attendez d'avoir des enfants à vous ! », paru dans Woman's Home Companion, juillet 1924)
« Crack-up (titre original de ce texte [Craquer]) signifie certes « craquer nerveusement », mais aussi, « rire » ou « faire rire ». Fitzgerald a certainement ce double sens en tête […] » (Note de Pierre Guglielmina)
0:04 - Craquer 13:51 - Générique
Référence bibliographique : Francis Scott Fitzgerald, Un livre à soi, traduit par Pierre Guglielmina, Éditions Les Belles Lettres, 2017
Image d'illustration : https://www.npr.org/2015/01/10/376118599/west-of-sunset-imagines-f-scott-fitzgeralds-last-years-in-hollywood
Bande sonore originale : Gotama - Inner Silence
Site : https://gotama-music.bandcamp.com/track/inner-silence
#FrancisScottFitzgerald #Craquer
+ Lire la suite
autres livres classés : sfffVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Gatsby le Magnifique

Comment s'appelle le personnage principal qui est également le narrateur du roman ?

Gatsby le Magnifique
Nick Carraway
Tom Buchanan
Francis Scott Fitzgerald

10 questions
543 lecteurs ont répondu
Thème : Gatsby le magnifique de Francis Scott FitzgeraldCréer un quiz sur ce livre