AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782847421460
157 pages
Éditeur : Le Passage (14/01/2010)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Il y a les vies que nous aimerions vivre... et celles que nous vivons, faites de compromis, de doutes, de fantasmes : le fils qui fait de la scène pour attirer l'attention de son père, la jeune femme qui comprend que ses opérations de chirurgie plastique n'ont pas réglé ses problèmes, le fan de David Bowie qui perd le sens de la réalité, l'homme qui à force de ratures, de biffures sur son agenda se rend compte que c'est son existence qu'il annule jour après jour, la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
kuroineko
  04 novembre 2018
Décidément, elle me plaît beaucoup, Madame Fives! Après la découverte avec Une femme au téléphone, j'ai enchaîné avec son recueil Quand nous serons heureux. Noir et caustique mais tellement bien fait qu'on en redemande.
Le titre laisse entendre tout de suite que le "quand nous serons" en question, ce n'est pas demain la veille. En une trentaine de très courtes nouvelles, Carole Fives dresse un bilan cru et incisif de la société actuelle. Une sorte d'étude de caractères, un point sur les relations humaines : homme-femme, parents-enfants, collègues, amants, amis, etc. Tout le monde y passe, pas de jaloux, du RMIste à la fan de David Bowie, de l'écrivain pédant à l'employée RH compétente et investie mais... moche.
En seulement quelques mots, elle brosse le portrait de ses personnages et ses mises en situation font mouche. Un point les rassemble : l'écart (le gouffre pour certains) entre la vie qu'ils se voyaient vivre et celle effectivement vécue. Y transparaissent également les diktats standardisant de la publicité, de la mode et de la société de consommation ("Mammoplastie", "After eight"). Et l'évolution des rêves et des existences ne va pas dans un sens positif. Tout comme nombre de relations de couples après quelques années. Alors forcément, ces récits, ça égratigne au passage, ça jette sans fard des quotidiens peu reluisants, peu encourageants, un chouïa déprimant ("Ploucville" ouvre le bal de manière brillante, de ce point de vue).
La réussite des textes vient de la véracité que l'auteure y met. On pourrait reconnaître une collègue, un voisin, sa mère. Ou soi (là aussi, ça peut faire mal, la lucidité).
Pourtant, elle maintient sa plume à la limite de la sinistrose définitive grâce à sa pointe d'ironie, la dérision qu'elle instille dans certaines situations ("Le goût des filles" a une chute savoureuse), son humour certes noir et corrosif. Elle conclue sur une note d'autodérision avec la dernière nouvelle "Tes nouvelles" où une amie commente son recueil et lui conseille de suivre plutôt la tendance développement personnel ou "feel good books".
Surtout, Madame Fives, n'écoutez pas cette soi-disant amie! Restez comme vous êtes et écrivez de même!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
mollymon
  13 octobre 2015
En une trentaine de minuscules histoires Carole Fives coud un patchwork de portraits d''individus qui ont en commun d'être en décalage avec la vie dont ils rêvent et celle qu'ils vivent. Ces nouvelles captent des petits instants de vie qui explorent les relations humaines (surtout homme/ femmes et parent/enfant) dans ce qu'elles ont de plus triste et désespérant. C'est réaliste, chacun de ces personnages pourrait être votre voisin(e), votre ami(e), votre parent(e) ou pourquoi pas vous, moi ou même l'auteur.....
Ce qui sauve ce recueil de la sinistrose c'est l'écriture de Carole Fives : vive, piquante et teintée d'humour, elle arrive à faire sourire malgré la férocité de son propos.
Je trouve assez cruelle l'ironie du titre car on a bien l'impression que pour tous les personnages mis en scène , c'est pas demain la veille qu'ils risquent d'être heureux...
Commenter  J’apprécie          220
LN
  18 octobre 2011
Le bonheur dont il est question dans le titre semble bien loin des protagonistes… Carole Fives nous présente dans ses nouvelles des êtres désenchantés, malmenés par la vie et par les autres, des hommes et des femmes à l'avenir sans espoir. Mais elle peint leur quotidien avec un ton acide et décalé qui évite le naufrage dans un désespoir sans fond, et qui, subtilement amène le lecteur vers une réflexion constructive. La forme courte et expéditive des nouvelles permet aussi de ne pas s'enferrer dans les situations glauques, mais de simplement les effleurer, les suggérer pour mieux les faire chuter en fin de nouvelle.

« C'est pas parce que la vie est dégoûtante qu'il faut encore en rajouter dans un bouquin, merci. » (p. 155) conseille une amie à l'auteur dans le dernier chapitre, lui enjoignant de plutôt écrire des romans comme Anna Gavalda « plein d'espoir ». Carole Fives est une auteure effectivement bien loin des stratégies commerciales, et qui écrit simplement ce qu'elle ressent, dans un acte de partage sans calcul. Elle choisit délibérément de pointer les travers de la société et de nos semblables plutôt que d'édulcorer comme tant d'auteurs contemporains populaires le monde qui nous entoure… Parce qu'on ne peut pas se cacher les yeux éternellement et que viendra un jour où il faudra peut-être revoir notre rapport aux autres…

Ce que j'ai moins aimé :

J'ai lu ces nouvelles en ayant en tête le dynamisme et la gentillesse de Carole rencontrée par hasard un soir de mai. Je n'ai donc pas ressenti le côté plombant des nouvelles, mais je reconnais que leur cynisme pourrait en désarmer certains…

Lien : http://lecturissime.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lilylitblog
  24 août 2016
Bien que racontant des histoires très différentes et mettant en scène des personnages variés, d'âge, de sexe et de milieux sociaux divers, le recueil est d'une grande homogénéité et suit sans coup férir sa ligne directrice, celle d'une critique acerbe de la société contemporaine. En mettant en scène des personnages décidés à tout tenter pour devenir plus heureux, l'auteur joue avec les conventions sociales, appuie là où ça fait mal et met en lumière le pathétique de nos existences.
Le ton est souvent grinçant, parfois triste, à certains égards franchement drôle. Amatrice d'humour noir, j'ai aimé que l'auteur ne prenne pas de gants, n'hésite pas à recourir à la violence, à secouer le lecteur, à le piquer dans son quotidien pour lui révéler l'absurdité du monde du travail, de la construction d'une carrière ou d'une famille, et surtout du regard d'autrui.
Les personnages, dont beaucoup ne sont pas nommés, pas décrits, à peine esquissés, ont pourtant bien le temps en quelques lignes d'installer une situation que l'on comprend rapidement, tant elle retentit avec force et vérité, et de sonner juste. le livre de Carole Fives est comme une bataille navale où le lecteur contemporain ne pourrait éviter de finir touché, coulé. Impossible en effet de ne pas se reconnaître ou reconnaître une connaissance parmi tous ces anti-héros perdus, blackboulés par la vie et prêts à tout pour se sentir mieux. Surtout à faire du mal aux autres, à leur refiler le sentiment de malaise pour se sentir supérieur.
Plus sur le blog :
Lien : https://lilylit.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Mylou
  28 février 2018
Les nouvelles sont clairement très très courtes (trois pages maximum), mais elles racontent énormément de choses, même si bien souvent la fin est frustrante. le rythme est soutenu, ça se raconte très vite.
Toutes ces nouvelles ont en commun la vie, les envies, la réussite, l'entourage toxique et les blessures endurées en silence, le renouveau. Tous ces destins qui devient, sur un simple coup de tete.
Toutes ces histoires sont belles, elles donnent à réfléchir, à se poser deux minutes sur notre vie à nous.
J'ai beaucoup rigolé et clairement il n'y a aucune nouvelle que je n'ai pas aimé. J'ai une petite préférence pour la dernière, cependant.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
kuroinekokuroineko   03 novembre 2018
Ce n'est pas moi qu'ils répliquent mais mes implants, les faux seins, mes fausses lèvres, ma silhouette équarrie.
(...)
Et ces regards qui auraient dû me sauver, sont devenus insoutenables, clairement ils me tuent. Ils me tuent parce qu'ils ne m'apportent pas le bonheur escompté, si chèrement payé. (...) Aucune caresse d'aucun homme sur mon corps remodelé ne saura me consoler des étreintes dont ma disgrâce m'a tenue écartée tant d'années, aucune ne pourra apaiser mon corps affolé.

"Mammoplastie"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Carole Fives (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carole Fives
Nous voici à Auxerre pour un nouvel épisode de "Ma librairie" qui sent bon la rentrée littéraire ! Rendez-vous sur le site Lecteurs.com pour tenter de remporter les livres conseillés par la librairie Obliques ! "Térébenthine" de Carole Fives (Gallimard) "Ohio" de Stephen Markley (Albin Michel) "Mon vieux Guérif" de Léo Malet (La Grange Batelière)
Visitez le site : http://www.lecteurs.com/ Suivez lecteurs.com sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/orange.lecteurs Twitter : https://twitter.com/OrangeLecteurs Instagram : https://www.instagram.com/lecteurs_com/ Youtube : https://www.youtube.com/c/Lecteurs Dailymotion : http://www.dailymotion.com/OrangeLecteurs
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16511 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre