AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266260367
512 pages
Éditeur : Pocket (07/04/2016)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 372 notes)
Résumé :
Point Clear, Alabama. Après avoir marié la dernière de ses filles, Sookie Poole aspire à un repos bien mérité. Elle aimerait se consacrer enfin à elle, à son couple, faire avec Earle, son mari, les voyages dont elle rêve. Mais elle doit encore compter avec sa mère, l'incroyable Lenore Simmons Krackenberry qui, à 88 ans, épuise les infirmières à domicile les unes après les autres. Si certains de ses coups d'éclat récents peuvent laisser penser qu'elle souffre de déme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (114) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  05 octobre 2017
Sookie, femme comblée peut enfin souffler. Après avoir marié ses trois filles en l'espace de deux ans, dont l'une, deux fois, après avoir accueilli la belle-famille pour les différentes cérémonies ainsi que leurs animaux pour le mariage de la dernière, Sookie ne désire qu'une chose : la paix ! 😊
Mais voilà, comment être au calme lorsque vous avez une mère, Lénore complètement délurée, n'hésitant pas à appeler le Vatican pour prendre des nouvelles du pape, insulter le maire de la ville alors que vous le croisez constamment...😅
Et voilà que pour corser le tout, un appel téléphonique suivi d'un courrier chamboule totalement sa vie. À soixante ans, Sookie découvre qu'elle n'est pas celle qu'elle pensait être. Sa mère, Lénore n'est pas sa vraie mère et, la vraie n'est rien de moins qu'une WASP, l'une des premières femmes pilote lors de la Seconde Guerre mondiale.
Cette découverte déstabilise au départ Sookie avant d'aiguiser sa curiosité. Ce qu'elle découvre au fil de ses recherches lui permet étrangement de murir et de devenir quelqu'un plus sûr d'elle-même.

Un roman dans la droite ligne de la mode des lectures "feel good" où bonne humeur, bon sentiment sont présents. Annie Flagg nous offre ici une épopée familiale au ton frais et humoristique sur fond de tragédie (la seconde guerre mondiale). le lecteur est complètement pris par l'histoire et la rythmique du livre permettant de suivre Sookie dans ses questionnements quant à qui elle est et, Fritzi dans le passé.

Un des éléments les plus intéressants de ce livre vient essentiellement de la différence Lénore vs Fritzi. Deux femmes plus ou moins du même âge, mais aux comportements diamétralement opposés. Lénore enquiquine sa fille et son monde afin de se faire remarquer puisqu'étant plus jeune, elle n'a jamais pu se réaliser en tant que personne. Mariée jeune, fille de bonne famille, Lénore incarne le portait de la femme soumise et obéissante. A contrario, Fritzi incarne la femme moderne et désirant vivre sa vie pleinement, n'hésitant pas à prendre des risques et devenir pilote.

L'autre élément intéressant concerne le contexte historique. Les WASP étaient une unité de femmes pilotes qui avaient pour mission de convoyer les avions des usines aux bases, ou de piloter des avions sous lesquels une cible était accrochée afin d'entraîner les autres pilotes. Annie Flagg redonne vie à ces femmes et à leur courage au travers d'un roman touchant et drôle. Cependant, j'avoue avoir trouvé le traitement quelque peu "mièvre" et "gentillet". Ayant lu La vielle dame qui avait vécu dans les nuages de Maggie Leffler où le récit s'inspire de témoignagnes de WASP, l'histoire était beaucoup moins rose que dans ce livre. Les pilotes masculins n'appréciaient pas de voir des femmes piloter et beaucoup n'hésitaient pas à au mieux les insulter, au pire trafiquer le moteur voire leur tirer dessus lors des exercices de tir....

Pour résumer, malgré la légèreté du ton, ce roman est un excellent dérivatif contre la mauvaise humeur. Les personnages sont attachants, l'histoire captivante et le contexte intéressant.... Bref, à dévorer sans hésitation.👍
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          750
Kittiwake
  03 août 2015
Lorsque le doute est une des composantes de votre personnalité, et que l'une des quelques certitudes qui structuraient votre vie vole en éclat à la réception d'un simple courrier, et qui de plus ne vous était pas adressé, plusieurs options sont au choix, dont celle de partir à la recherche de son passé, de revoir les soixante ans qui se sont écoulés à la lumière des révélations inattendues.
Sookie s'engage dans cette voie. Puisqu'on lui a menti toute sa vie, elle va tout faire pour éclaircir les parts d'ombre de son histoire familiale. Tout en préservant ce qui a été construit, en ménageant ses proches, et particulièrement sa mère, championne des affabulations.
Sookie est un personnage d'emblée sympathique, et qui n'est pas sans rappeler Evelyn, jouée par Katy Bates dans Beignets de tomates vertes. Femme au foyer, à l'âge où les enfants ont quitté le nid et où sonne l'heure des bilans, entre ce que l'on a pas fait et ce que l'on ne pourra plus faire, elle part à la recherche de son passé.
On retrouve les thèmes favoris de Fanny Flagg, la famille et ses secrets, l'amitié, les destins hors du commun, et la rédemption toujours possible.
Ce roman est aussi l'occasion de rendre hommage aux quelques pionnières de l'aviation, qui avaient osé se mesurer aux hommes dans un domaine qui était une chasse gardée, et qui ont même participé lors de la deuxième guerre mondiale, sans que leur effort ait été reconnu.
Ce court voyage en Alabama a été une belle partie de plaisir qui confirme tout le bien que je pense de l'univers romanesque de Fannie Flagg.

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
Bruidelo
  23 novembre 2019
OUF! Sookie, enfin, peut envisager de se remettre à la lecture - ça fait longtemps qu'elle n'a pas lu grand chose d'autre que son horoscope et son magazine Oiseaux et fleurs, accaparée comme elle l'était par l'organisation des mariages de ses filles. Mais gros manque de bol, voilà qu'elle reçoit un courrier en recommandé bien peu compatible avec son intense besoin d'un repos amplement mérité.
C'est bien connu, le malheur du personnage fait le bonheur du lecteur qui lui suit avec plaisir, amusement ou intérêt les découvertes et évolutions du personnage qui s'ensuivent. Le roman de Fannie Flagg lui offre de beaux portraits de femmes, en particulier Fritzi, punchy, cash et affranchie, sans chichi, qui, en 1938, va tomber éperdument amoureuse des avions.
Le personnage de Lenore est plus caricatural: doté d'une forte personnalité (à tel point qu'entre sa délicieuse excentricité et la démence pure et simple, le médecin s'avère incapable de trancher), c'est un vrai parangon de mère étouffante. Mais en fait, ce n'est pas gênant, Fannie Flagg a trouvé un équilibre tout à fait plaisant entre des personnages attachants et quelques passages franchement comiques qui ressemblent presque à des sketches.
Un roman plein de fraîcheur, drôle et tendre, une lecture très agréable qui me donne envie de lire d'autres oeuvres de cette auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
missmolko1
  27 août 2016
La dernière réunion des filles de la station-service est ma première rencontre avec Fannie Flagg. J'ai pourtant plusieurs de ses romans dans ma PAL, mais je ne les avais pas encore sorti. Alors quand du calme Lucette a proposé une lecture commune sur Livraddict, j'ai immédiatement sauté sur l'occasion. Et je ne regrette absolument pas mon choix car ce livre est un coup de coeur.
On suit deux histoires en parallèle : il y a d'abord Sookie, a notre époque qui va apprendre un secret de famille qui va changer a tout jamais sa vie et puis Fritzi, dans les années 40. le livre est assez difficile notamment les 70 premières pages mais une fois ce cap dépassé, il se dévore.
La narration est pleine d'humour et l'on rit franchement a certains passages. Il est d'ailleurs difficile de n'en sortir qu'un :
"En 1968, lorsqu'ils s'étaient mariés, Sookie et Earle avaient souhaité une cérémonie religieuse, très traditionnelle : robe blanche, demoiselles d'honneur en robes et chaussures claires assorties, porteur d'alliances, garçon d'honneur, puis la réception et c'était terminé. Mais aujourd'hui, il fallait en plus penser a un thème.
Dee-Dee avait tenu a un mariage "Vieux Sud", façon Autant en emporte le vent. Elle avait exigé la même robe blanche que Scarlett O'Hara, avec son grand cerceau. Juste avant de partir a l'église, on s'était aperçu qu'elle ne rentrait dans aucune voiture. Qu'a cela ne tienne, on avait loué une camionnette de déménagement, et on l'avait placée a l'arrière.
Lee-Lee et son mari avaient voulu que tout soit rouge et banc : les faire-part, les repas, les boissons et les décorations - en l'honneur de l'équipe de foot de l'université de l'Alabama.
Quand a Cee-Cee, jumelle de Lee-Lee et dernière mariée, elle avait remontée l'allée avec Peek-a-Boo dans ses bras, son chat persan de cinq kilos, a la place du bouquet de la mariée. le berger allemand de l'époux, accoutré d'un smoking, avait servi de garçon d'honneur. Comme si cela ne suffisait pas, ils avaient décidé que le porteur d'alliance serait une tortue. Absolument épouvantable : demandez a une tortue de se presser.
Avec le recul, Sookie pensait qu'elle aurait du mettre le holà quand Cee-Cee et James avaient demandé a tous leurs amis de venir a la réception avec leurs animaux de compagnie. Seulement, elle avait fait le voeu de ne jamais imposer ses vues a ses enfants. le Grand Hôtel allait dépenser une fortune pour faire changer la moquette de la salle de banquets"
C'est un roman touchant, plein de rebondissements du début à la fin et je ne regrette qu'une chose : ne pas avoir lu Fannie Flagg plus tôt.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Zazaboum
  19 octobre 2020
Voici un livre plus sérieux que ne le laisse penser son titre mais il n'est pas dénué d'humour et de situations cocasses.
Deux histoires qui se croisent !
A notre époque, celle de Sookie, presque 60 ans, femme au foyer qui vient de marier sa dernière fille, doute d'elle-même et tente de sortir des tentacules de sa mère.
Au début de la Seconde Guerre Mondiale, celle de la famille Jurdabralinski dont les filles se sont engagées dans les WASP (Women Airforce Service Pilots).
Même si Sookie est parfois énervante et sa mère plus que crispante ce livre est un bel hommage à toutes ces américaines engagées pendant la guerre et dont la reconnaissance n'a été effective qu'en 1977 !
Au final un roman historique léger, amusant et très féministe !
CHALLENGE PAVES 2020
CHALLENGE RECU 5/5
CHALLENGE ABC 2020/2021
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
Souri7Souri7   02 octobre 2017
Elle avait besoin de parler à quelqu’un, quelqu’un en qui elle avait confiance et qui ne répéterait rien à Lenore. Sookie décrocha le téléphone sur la table de chevet et composa le numéro de Dena Nordstrom, sa vieille copine de fac, qui habitait maintenant dans le Missouri. Dena répondit à la première sonnerie.
– Dena, c’est Sookie.
– Sookie ! Bonjour…
– Dieu merci, tu es là. Tu n’imagines pas ce qui me tombe dessus.
– Il est arrivé quelque chose à Earle ?
– Non.
– Aux enfants ?
– Non.
– À ta mère ?
– Non… À moi !
– Qu’est-ce qu’il y a, ma chérie ? Tu es malade ?
– Pas malade, non. Polonaise !
– Quoi ?
– Oh, c’est toute une histoire… Un type qui me téléphone du Texas, qui me dit que je ne suis pas celle que je pense, comme si j’avais le moindre doute. Et hier, on me porte une lettre qui affirme que je suis une enfant adoptée, que Lenore n’est pas ma vraie mère, ni papa mon vrai père. Ça n’est pas tout : j’ai un an de plus que je croyais. Je ne suis même pas Lion. Toute ma vie, je me suis trompée d’horoscope.
– Attends… Tu es sûre de ce que tu avances ?
– Oui, sûre. Octobre, c’est la Balance.
– Non, non… cette affaire d’adoption.
– Tout est écrit là. J’ai les documents sous les yeux. Le 31 juillet 1945, M. et Mme Alton Krackenberry ont adopté une petite fille dénommée Ginger… Jurdbberlnske… enfin, bref, un bébé polonais. C’est moi. Ou c’était moi. Ma vraie mère est native du Wisconsin et, par-dessus le marché, je suis sûrement catholique. C’est des fanatiques du baptême, ces gens-là.
– Oh là là… Et qu’en dit Lenore ?
– Je ne lui en ai pas parlé.
– Et aux enfants, tu leur as dit ?
– Non. Tu es la seule personne, avec Earle, qui soit au courant. Comme tu es mariée à un psychiatre, je savais que tu comprendrais. Je me sens désemparée, trahie. Lenore sait que je ne suis pas sa vraie fille, et quand je pense à tous les trucs qu’elle m’a forcée à faire, toute cette comédie… Elle me donnait mauvaise conscience parce que je ne lui ressemblais pas. Évidemment que je ne lui ressemblais pas, c’est impossible ! Grâce à elle, j’ai depuis l’âge de seize ans ma carte de l’Union des filles de la confédération6. Alors que je ne suis même pas du Sud ! Je suis une Yankee, du Nord ! Le pire, Dena, confia Sookie entre deux sanglots, c’est que je ne suis pas une Kappa non plus.
– Comment ça ? Bien sûr que si !
– Non. C’est une imposture. Je vais devoir me démettre. Si on m’a acceptée, c’est par égard pour Lenore. Il va falloir que je rende mon badge et tout le reste.
– Ne dis pas de bêtises, Sookie, tu es devenue Kappa parce que tu étais appréciée. On a été recrutées ensemble, tu ne te rappelles pas ?
Sookie n’écoutait plus et poursuivit sur sa lancée.
– Mon Dieu, même mon entrée au Selma Country Club était une imposture. J’avais dit à Lenore que je ne voulais pas être une débutante, mais elle n’a rien voulu savoir et je me suis ridiculisée. Qu’iront penser les gens quand ils découvriront que je ne suis ni une Krackenberry ni une Simmons, mais une enfant illégitime, une orpheline polonaise, yankee par-dessus le marché ?
– Eh, une seconde ! Pourquoi serais-tu illégitime ?
– Parce que sur mon acte de naissance, il y a la mention « père inconnu ».
– Oh, écoute, les gens ne se soucient plus vraiment de ce genre de chose, à notre époque.
– Moi si. J’ai l’impression d’être une usurpatrice, une arriviste, une parvenue. C’est à mourir de honte. Je me vois dans le miroir, à l’instant, et je suis rouge tellement j’ai honte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
missmolko1missmolko1   09 mai 2015
En 1968, lorsqu'ils s’étaient mariés, Sookie et Earle avaient souhaité une cérémonie religieuse, très traditionnelle : robe blanche, demoiselles d'honneur en robes et chaussures claires assorties, porteur d'alliances, garçon d'honneur, puis la réception et c’était terminé. Mais aujourd'hui, il fallait en plus penser a un thème.
Dee-Dee avait tenu a un mariage "Vieux Sud", façon Autant en emporte le vent. Elle avait exigé la même robe blanche que Scarlett O'Hara, avec son grand cerceau. Juste avant de partir a l’église, on s’était aperçu qu'elle ne rentrait dans aucune voiture. Qu'a cela ne tienne, on avait loué une camionnette de déménagement, et on l'avait placée a l’arrière.
Lee-Lee et son mari avaient voulu que tout soit rouge et banc : les faire-part, les repas, les boissons et les décorations - en l'honneur de l’équipe de foot de l'université de l'Alabama.
Quand a Cee-Cee, jumelle de Lee-Lee et dernière mariée, elle avait remontée l’allée avec Peek-a-Boo dans ses bras, son chat persan de cinq kilos, a la place du bouquet de la mariée. Le berger allemand de l’époux, accoutré d'un smoking, avait servi de garçon d'honneur. Comme si cela ne suffisait pas, ils avaient décidé que le porteur d'alliance serait une tortue. Absolument épouvantable : demandez a une tortue de se presser.
Avec le recul, Sookie pensait qu'elle aurait du mettre le holà quand Cee-Cee et James avaient demandé a tous leurs amis de venir a la réception avec leurs animaux de compagnie. Seulement, elle avait fait le vœu de ne jamais imposer ses vues a ses enfants. Le Grand Hôtel allait dépenser une fortune pour faire changer la moquette de la salle de banquets.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Souri7Souri7   03 octobre 2017
On cherchait à manger en arrivant à Wilmington, un bon steak bien garni avec tout ce qu’il faut. Le serveur du restaurant, avec son costume de pingouin, nous balance : « Les femmes en pantalon ne sont pas acceptées. » Réaction de Willy : « On accepte les coups de pied au cul ? » Ce qu’elle nous a dit à nous, pas à lui, nous sommes censées être polies en toutes circonstances.
Commenter  J’apprécie          340
KittiwakeKittiwake   02 août 2015
Quand le jour arrive où tes propres enfants te regardent avec d'autres yeux, où ils deviennent plus que tes enfants, mais des êtres à part entière, alors ça vaut la peine de supporter les rides et les kilos en trop.
Commenter  J’apprécie          300
iris29iris29   29 juillet 2018
Elle était ravie de le retrouver. Ils avaient fini leur nuit ensemble au Pink Cloud Hôtel, ce qu'elle regrettait maintenant. Mais , comme elle disait souvent, c'était la guerre, et on n'était jamais sûr de revoir quiconque le lendemain.
Commenter  J’apprécie          180

Videos de Fannie Flagg (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fannie Flagg
Interview de Fannie Flagg.
autres livres classés : alabamaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Beignets de tomates vertes

Quel est le prénom de la chroniqueuse qui publie la si savoureuse "Gazette de Weems" ?

Penny
Dot
Ellie
Alice

10 questions
112 lecteurs ont répondu
Thème : Beignets de tomates vertes de Fannie FlaggCréer un quiz sur ce livre

.. ..