AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749133181
Éditeur : Le Cherche midi (07/05/2014)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 383 notes)
Résumé :
Birmingham, États-Unis. Ex-Miss Alabama, Maggie Fortenberry a pris une grande décision : elle va mettre fin à ses jours. Elle n'est ni malade ni déprimée, son travail dans une petite agence immobilière est plutôt agréable, mais elle a trouvé malgré tout seize bonnes raisons d'en finir, la principale étant peut-être que, à 60 ans, elle pense avoir connu le meilleur de la vie.
Maggie a donc arrêté la date de sa mort et se consacre désormais en toute discrétion ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (127) Voir plus Ajouter une critique
latina
  19 octobre 2015
Après « Beignets de tomates vertes », assistez au défilé des petits secrets pas bien méchants de Miss Alabama.
Quelle bouffée d'air frais, que ce roman sudiste et fier de l'être ! A travers l'histoire du suicide constamment reporté de Maggie (ce qui me fait penser au roman de Backman : « Vieux, râleur et suicidaire : la vie selon Ove »), je suis parvenue à m'extraire de la réalité pour atteindre celle d'une femme foncièrement gentille et pleine d'humour.
Que c'était marrant ! Oui, cela m'a fait rire de voir cette femme d'une soixantaine d'années, ancienne miss Alabama, réfléchir avec une conscience scrupuleuse à toutes les étapes de son futur suicide. Atteinte d'une naïveté congénitale, elle ne peut que se heurter au quotidien et à ses semblables, dont la savoureuse méchante de service, et pourtant, c'est une douce bousculade.
Ses collègues et amies (elle est agent immobilier) forment avec elle une fine équipe vouée au souvenir de leur cheffe bien-aimée, la bonne et extravagante Hazel.
Sans oublier la touche mystère, celle du propriétaire de la grande maison là-haut sur la colline, décédé il y a longtemps, mais dont Maggie et sa copine découvrent le secret...
Humour et bonnes manières face à la méchanceté crapoteuse et au spleen, je recommande !
Bref, que du positif, sans niaiserie aucune. Frais et drôle, une parenthèse bienvenue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          583
Marple
  18 mars 2017
Fondamentalement optimiste et abordant avec légèreté des thèmes graves comme le suicide ou le sens de la vie, voilà un livre qui fait du bien ! Il m'en a fait en tout cas à moi.
C'est l'histoire d'une ancienne Miss Alabama devenue presque vieille, qui n'a pas eu exactement la vie qu'elle voulait, se sent seule et décide d'en finir. Sauf que tout ne se passe pas exactement comme prévu... et, avec une couverture aussi acidulée que celle-ci, vous imaginez bien qu'on n'est pas dans un roman sombre avec une fin tragique...
Bien sûr, ce n'est pas de la grande littérature. Mais j'ai été séduite par cette histoire rafraichissante et par ce rappel que la vie, même imparfaite, même radicalement autre que celle qu'on se rêvait, même un peu ratée, vaut la peine d'être vécue. Pour le printemps, pour l'automne, pour les amies casse-pieds, pour toutes ces petites choses qui donnent le sourire.
Comme ce livre me l'a donné à moi ! Je me rends compte en écrivant ce commentaire qu'on n'est pas loin du développement personnel, qui pourtant m'agace souvent par son côté donneur de leçon. Là, pas du tout. Etait-ce le bon moment pour moi ? ou tout simplement le bon livre, mieux écrit et plus entraînant que d'autres ?
Challenge Multi-Défis 16/52
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          532
Eve-Yeshe
  22 février 2016
Maggie Fortenberry, ancienne Miss Alabama a décidé de mettre fin à ses jours. Elle n'est ni malade ni dépressive, mais la soixantaine semble lui peser. Son travail dans une agence immobilière ne l'emballe plus tellement, même si elle s'entend bien avec ses collègues.
Elle nous fournit seize raisons prouvant qu'il faut en finir avec la vie et met en place son scénario, solde ses comptes, distribue ses vêtements, met son appartement en vente. Mais, un imprévu survient et elle doit remettre son projet à plus tard : son amie Brenda l'invite à un spectacle de Derviches tourneurs.
Et bien sûr, il y aura des imprévus à répétition pour retarder l'échéance..
Ce que j'en pense :
J'ai décidé de lire ce livre car les critiques étaient plutôt sympathiques, et il me fallait une lecture facile dans une période de vie difficile. Donc, je n'avais pas envie de faire trop travailler mon cerveau.
Certes, j'ai trouvé l'histoire amusante, et l'héroïne sympathique au début. Une ancienne Miss qui est passée à côté de sa vie, à côté de l'amour car il voulait devenir Miss America et se retrouve agent immobilier en compétition avec une autre agence tenue par Babs, une femme exécrable, prête à tout pour vendre, souffler les contrats aux autres de façon malhonnête.
D'abord, les seize bonnes raisons pour mettre fin à ses jours m'ont pu convaincue : "pas de vieillesse (pas de prothèse du genou ou de la hanche), plus besoin de se teindre les cheveux, plus de décisions à prendre, plus de mauvais plateaux-télé, plus de rendez-vous chez le dentiste ou le médecin, plus de surprises désagréables... " !!!
Ses amies Brenda, une femme noire inscrite aux boulimiques Anonymes et qui s'empiffre de crèmes glacées en cachette et veut devenir maire de la ville, et Hazel, femme de petite taille (1m02) très dynamique et toujours positive, sont sympathiques.
On a d'un côté les bons, de l'autre la méchante, un squelette dans le placard d'un riche manoir, les jumeaux Edward et Edwina dont on comprend très vite le pseudo mystère…
J'avais aimé le film « Beignets de tomates vertes » tiré du roman de cette auteure d'où l'envie de me laisser tenter. Fannie Flagg avait un thème de départ qui aurait pu être drôle, elle a tenté d'évoquer les problèmes raciaux, le statut des Noirs, mais elle a préféré rester dans le superficiel. C'est sûr qu'on n'a pas trop envie de vivre dans la peau de Maggie..
Bref, je l'ai terminé parce que je voulais laisser une chance à Fannie Flagg de me convaincre mais j'ai trouvé ce livre fade, « cucul la praline » comme disait ma grand-mère. Certes j'avais besoin de lecture facile pour reposer mes neurones, cela a marché, j'ai dû en faire travailler deux (neurones) et il y a quand même 340 pages…
Il faut dire que je dégustais en même temps « le gueuloir, perles de correspondances » de Flaubert et cela n'a pas dû arranger les choses.
Je conçois très bien que ce livre puisse être considéré comme un doudou. Ce n'est pas mon genre de littérature donc, la prochaine fois je prendrai un polar pas trop trash pour me détendre….
Note : 5/10
Lien : http://eveyeshe.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          473
Kittiwake
  22 juillet 2015
Même si elle affiche une soixantaine superbe, l'ex miss Alabama a décidé de tirer sa révérence. Elle a 16 bonnes raisons pour ça
1. Pas de vieillesse ( pas de vieillesse, ni prothèse du genou ou de la hanche)
2. Plus besoin de s éclaire teindre les cheveux
3. Plus de décisions à prendre
4. Plus de mauvais plateaux-télé
5. Plus de rendez-vous chez le médecin et le dentiste
6. Plus de surprises désagréables
7. Plus besoin de répondre aux e-mails
8. Fini, Babs Bingington
9. Fini, les insomnies
10. Plus besoin de gagner sa vie
11. de payer factures et impôts
12. Fini, les embouteillages
13. Plus de regrets
14. Plus de nouvelles déprimantes a la télé
15. Plus de mauvaises nouvelles du tout
16. Plus de soucis
Et seulement deux pour ne pas passer à l'acte : le printemps et l'automne. Et le 3 novembre, c'est décidé , il n'y aura pas de prochain printemps. Tout est organisé pour ne causer aucun souci à son entourage, on ne retrouvera pas son corps, elle fait don de tout ce qu'elle a, elle va juste disparaître au fond de la rivière avec 2 poids de 5 kg attachés aux chevilles.
Oui mais voilà, ça, c'est le tout début du roman, et l'on se doute bien que l'auteur ne peut pas nous débarrasser de son héroïne dans le premier chapitre. Et en effet le projet est mis à mal par des événements que dans son souci de tout régler avant de partir, Maggie ne peut pas ignorer.
Malgré ce thème du suicide, ce roman peut faire partie de cette catégorie qu'outre-Manche on appelle les "feel-good" car les personnages ont ces petits travers qui les rendant sympathiques et attachants et
l'on sent bien que les méchants seront châtiés. L'on sent une vraie solidarité entre ces compagnes que la vie a réuni autour d'un même job.
Fanny Flagg essaie tout de même à la fois de soutenir notre attention de lecteur, tout en retardant le projet funeste de Maggie et de nous faire ressentir un (petit) frisson avec un cadavre dans le placard (travailler dans l'immobilier peut réserver quelques surprises).
C'est très plaisant, peut être un peu moins que Beignets de tomates vertes, qui est pour moi une histoire culte (aussi bien écrite que filmée), mais cela reste une lecture idéale pour l'été (en fait qu'elle que soit la saison).



Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          412
ssstella
  03 mai 2016
Un livre vraiment réjouissant sur une ancienne Miss Alabama qui prépare son suicide.
Voilà... tout de suite... vous êtes choqués, vous vous dites que j'ai mal choisi mes mots, "réjouissant" et "suicide" ne vont pas ensemble... une histoire de suicide ce n'est pas gai. Eh bien, détrompez-vous ! Ici, situations comme personnages donnent le sourire... un bon moment de lecture sans prise de tête. Un régal d'humour tout en finesse et en élégance.
Ah ! l' élégance ! Maggie a toujours été comme ça, elle s'est toujours contrainte à être élégante en toutes circonstances... d'abord, pour dignement représenter l'Alabama et son titre de miss, puis par habitude. Une élégance vestimentaire, mais aussi dans toutes ses attitudes... elle recule toujours son suicide parce qu'elle ne veut pas que les projets de ses amis en soient perturbés, ni qu'aucune chose ne soit en désordre... jusqu'à remplacer les pièges à fourmis sous l'évier autant de fois que son suicide est reporté.
Mais pour se suicider il faut aussi lâcher prise, alors en attendant son heure, elle va, petit à petit, laisser tomber certaines obligations qu'elle s'imposait.
Non, vraiment je maintiens... réjouissant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330

critiques presse (1)
LaPresse   21 août 2014
Le résultat, qui compte plusieurs autres mystères pas piqués des vers, n'est pas triste pour un sou, comme pourrait le laisser penser la prémisse. C'est optimiste, amusant, teinté de doux-amer. Délicieux. Et confortable.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
fanfan50fanfan50   30 septembre 2014
Oui, elle avait adoré habiter dans un cinéma, mais elle se posait aujourd'hui des questions. Et si c'était à cause d'une telle éducation qu'elle avait tant de mal à affronter la réalité ? Elle avait lu quelque part que les quatre premières années de l'enfance étaient déterminantes, et donc elle avait dû en être affectée.
Maggie avait grandi à la glorieuse époque du Technicolor, avec ses belles comédies musicales, leurs chansons entraînantes et leurs foules ravissantes ; des films dans lesquels, à la fin, le garçon embrassait toujours la fille. Bien qu'elle fût une enfant unique, née de parents âgés, Maggie n'avait jamais été seule. Elle avait eu pour amis et camarades de jeu les stars de Hollywood, qui l'avaient comblée de bonheur. Puis, un jour, la télévision était arrivée et, comme tant d'autres petits cinémas de quartier, le Dreamland avait définitivement fermé ses portes. La famille s'était installée dans un appartement ordinaire, ce que Maggie avait mal vécu.
Dans le monde réel, il n'y avait ni bande sonore ni popcorn, ni confiseries ni lumière rose la nuit, et le scénario était plus difficile à suivre. Le nouvel emploi de son père, dans un magasin de chaussures, n'était pas très bien payé, et ils avaient été obligés d'emménager dans un triste appartement, plus confiné que le précédent. Maggie s'était sentie perdue et angoissée, dans ce monde étrange, encore inconnu. Elle n'en avait rien dit à ses parents, mais elle avait la désagréable impression qu'une erreur avait été commise, qu'elle n'était pas là où il fallait. Sa place, elle devait la trouver par un après-midi chaud et lourd du mois d'août, alors qu'elle avait dix ans. Pour arrondir les fins de mois, sa mère travaillait comme aide-couturière, et elle l'avait emmenée à un essayage chez une dame de Mountain Brook. Maggie n'était encore jamais allée dans cette partie de la ville et, lorsqu'en haut de Red Mountain elle avait aperçu Crestview, le majestueux manoir Tudor perché au sommet, elle en avait eu le souffle coupé. C'était comme un château dans le ciel, tout droit sorti d'un film merveilleux. Puis, quand elles étaient descendues de l'autre côté de la colline, qu'elle avait découvert Mountain Brook, avec ses rues arborées, ses façades couvertes de lierre et ses longues pelouses ondoyantes, elle avait eu la sensation d'être une enfant kidnappée qu'on ramenait chez elle. Elle avait découvert l'environnement qui lui convenait, et ses angoisses se dissipèrent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
KittiwakeKittiwake   21 juillet 2015
16 excellentes raisons de sauter dans un rivière

Pour
1. Pas de vieillesse ( pas de vieillesse, ni prothèse du genou ou de la hanche)
2. Plus besoin de s éclaire teindre les cheveux
3. Plus de décisions à prendre
4. Plus de mauvais plateaux-télé
5. Plus de rendez-vous chez le médecin et le dentiste
6. Plus de surprises désagréables
7. Plus besoin de répondre aux e-mails
8. Fini, Babs Bingington
9. Fini, les insomnies
10. Plus besoin de gagner sa vie
11. De payer factures et impôts
12. Fini, les embouteillages
13. Plus de regrets
14. Plus de nouvelles déprimantes a la télé
15. Plus de mauvaises nouvelles du tout
16. Plus de soucis

Contre

1. Le printemps à Mountain Brook me manquera
2. L'automne à Mountain Brook me manquera
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
ssstellassstella   01 mai 2016
- Aujourd'hui, c'est à celui qui sera le plus débraillé. Ça leur plaît, de faire négligé. À cause de ce feuilleton, là, "Deux flics à Miami". Depuis qu'on a eu ça à la télé, plus personne ne se rase. Je vous jure, ce que les gens sont bêtes ! À suivre n'importe quelle mode, comme des moutons. Aucune personnalité. La prochaine fois, on aura un feuilleton sur les nudistes, et je vous promets que, deux jours après, tout le monde se promènera à poil dans la rue.
- Ah, je ne veux pas voir ça, dit Brenda, en riant. Déjà que je n'arrive pas à me regarder nue, alors les autres...
Ethel fit la grimace.
- Je vais vous dire une bonne chose. Si ça arrive, et que les bonshommes font du jogging avec leur intimité au vent, je m'en vais frapper chez saint-Pierre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
PalmyrePalmyre   05 janvier 2015
Écoutez, ma chère, on en a si peu, des atouts, dans la vie - surtout nous, les femmes... Alors, quand vous disposez d'un sésame pour une porte, il faut l'ouvrir. C'est ce qui arrive ensuite qui est réellement important, et il n'y a pas de honte à exploiter ce que le bon Dieu a choisi de nous donner.
Commenter  J’apprécie          240
jeunejanejeunejane   04 juin 2016
Volontairement, elle avait perdu tout contact avec la plupart de ses vieux amis. Il était plus simple de ne pas les voir. Sans doute les décevait-elle autant qu'elle se décevait elle-même, et ils étaient trop gentils pour le lui dire.
Commenter  J’apprécie          260
Videos de Fannie Flagg (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fannie Flagg
Hello tout le monde ! 5 livres à vous présenter en ce dimanche pluvieux :)
MON BLOG : http://cherlecteur.fr
➤ Livres cités : - La dernière réunion des filles de la station service, Fannie Flagg, Le Cherche- Midi - Moi, Peter Pan, Michael Roch - Six of Crows, Tome 1, Six of Crows, Leigh Bardugo, Anath Riveline, Milan - Carry on, Rainbow Rowell, Pocket Jeunesse - Caraval, Tome 1, Caraval, Stephanie Garber, Bayard Jeunesse
➤ Liens utiles : - Treky : https://www.youtube.com/channel/UCyQg...
➤ Retrouvez-moi sur : - Twitter : @CherLect - Instagram : cherlecteurvirgule - Facebook : https://www.facebook.com/pages/BrodyB... - Blog : http://cherlecteur.fr - Snapchat : brodybooks
➤ Contact : cherlecteurvirgule@gmail.com
+ Lire la suite
autres livres classés : alabamaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Beignets de tomates vertes

Quel est le prénom de la chroniqueuse qui publie la si savoureuse "Gazette de Weems" ?

Penny
Dot
Ellie
Alice

10 questions
93 lecteurs ont répondu
Thème : Beignets de tomates vertes de Fannie FlaggCréer un quiz sur ce livre
. .