AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La fureur et l'ennui (8)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
zorazur
  29 novembre 2018
Ce livre est grandiose. A partir d'une intoxication savamment distillée par un journaliste véreux en perte de vitesse et de notoriété, tout un pays va s'acharner sur l'image d'une pauvre fille qui devient la brebis émissaire des peurs et des frustrations.
Le démarrage du roman ne paie pas de mine. On ressent une impression de déjà-vu au récit des déhanchements érotico-malsains de cette paumée qui rêve d'une vie stable, d'une maison, d'une respectabilité impossible. Sérieusement, on a envie de laisser tomber l'histoire, juste au moment où le récit s'emballe enfin quand une video douteuse de quelques secondes prise par une caméra de télésurveillance est diffusée. Non seulement le récit, mais le style prend de l'ampleur et l'auteur donne enfin toute la mesure de son talent, entraînant son lecteur dans les abîmes d'une ville ruisselante de chaleur et de crasse et dans les méandres de la conscience – ou de l'absence de conscience, de ses héros. le récit s'emballe et l'opinion s'emballe, celle des foules hystériques suspendues au journal télévisé avec toute son indignation et tout son voyeurisme. On passe à la dimension supérieure, et on se dit qu'au fond ce livre est un monument d'humanité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
beeshop
  19 décembre 2008
Sydney, post 11 septembre.





Gina Davies alias la poupée est une danseuse nue au Chairman's Lounge, une fille un peu paumée qui grâce à son métier accumule petit à petit l'argent qui lui permettra de devenir propriétaire. Cet argent elle le garde chez elle dans une cache du plafond et aime se couvrir le corps avec, il lui manque encore quelques billets afin d'être entièrement recouverte et d'avoir enfin atteint son but.

Un soir elle rencontre Tariq, il passe la nuit ensemble et au matin elle se réveille seule. Tariq à disparu et la vie de la poupée va basculer.



Cinq bombes sont découvertes. Sur les écrans, la même image passe en boucle : un homme, une femme, Tariq et la Poupée, les deux principaux suspects...



Les médias s'emballe, montent des images d'archives dont l'interprétation les rendent obscènes, interrogent ses amies, débattent sur des faits non avérés, fait monter l'angoisse et la psychose. Cette peur qui semble vouloir justifier tout les excès d'interprétation, d'accusation. L'opinion public à son bouc émissaire, sa coupable, son monstre, enfin un nom sur ce mot horrible : terroriste.

La lutte antiterroriste post 11 septembre donne droit à tout les abus, la présomption d'innocence n'est plus qu'un lointain souvenir.



La poupée n'a qu'un seul choix, la fuite. Comment expliquer son innocence quand votre sort est déjà scellé ? On l'a jeté pâture, même si certain semble commencer à douter de sa culpabilité les ordres sont clair, on ne recule pas. La population ne comprendrai pas mieux vaut un sacrifice pour donner l'impression que la situation est maîtrisée que reconnaître les erreurs, l'emballement médiatique. La population veut des coupables elle en aura.



Ce livre est dérangeant, glaçant, il montre ce que l'angoisse, la peur du terrorisme, de l'autre, de la différence, le racisme peut induire. Nous assistons impuissant à l'amalgame terroriste – étranger – arabe – musulman, des dangers et de l'horreur que ce type de raccourci peut provoquer.



Des questions demeurent, la surpuissance des médias est-elle au détriment de l'humain ? La peur du terrorisme justifie telle tout les moyens et le non respect des lois élémentaires de présomption d'innocence ?


Lien : http://mespetitesidees.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
jfponge
  29 novembre 2015
Une descente aux enfers pour Gina Davies, danseuse nue ("pole dancer") de son état dans un bar de Sidney. Surnommée "La Poupée" en raison de sa jeunesse et de sa beauté troublante, elle affole les mâles sans jamais se laisser toucher. Partie de rien, elle amasse petit à petit sa pelote, qu'elle cache sous son matelas, dans l'espoir d'acheter un jour la villa de ses rêves et faire enfin partie de la "bonne société". Un rêve de midinette, qui va se briser après une nuit d'amour torride avec un séducteur de passage, dont un journaliste en mal d'audience a décidé de faire un terroriste des plus dangereux. La chasse va commencer, dans cette mégapole glauque et apeurée, soumise aux diktats des médias. Un roman noir, très noir, un regard terriblement lucide sur la machine à broyer les âmes qu'est devenue notre civilisation.
Commenter  J’apprécie          10
Hectorette
  13 mai 2010
Une fois de plus,je lis un auteur australien pas gai; effectivement, à part Kenneth Cook, pour l'instant tous les livres d'écrivains australiens et néo-zélandais que j'ai découverts, sont plutôt du genre déprimants. Richard Flanagan ne fait donc pas exception à la règle. J'étais prévenue, puisque j'avais déjà lu de lui, et apprécié, Dispersés par le vent.

Ce deux romans sont peu réjouissants, mettant en scène deux femmes aux destins tragiques. Certes les époques sont différentes, les lieux aussi (la Tasmanie pour Dispersés par le vent, Sydney pour La fureur et l'ennui) mais elles se ressemblent, en lutte contre les préjugés.

L'héroïne ici, c'est la Poupée, stripteaseuse dans une boîte de nuit à la mode de Sydeny; elle se produit chaque soir afin d'entasser les dollars qui lui permettront de s'acheter un appartement, une vie normale et une dignité. Elle y est presque mais une seule aventure d'un soir va tout faire basculer. Il suffira d'une nuit passée avec un beau jeune homme soupçonné d'être un dangereux terroriste pour que les médias s'emballent et que la Poupée se retrouve traquée comme une bête sauvage. Aucune échappatoire possible, à part la mort. Mais la Poupée, bien que proie facile, est maligne et ne renonce pas si vite. Elle erre dans les rues de Sydney, pensant que tout ce battage médiatique autour d'elle, qu'on appelle désormais la Veuve noire, va se tasser; mais non, elle est partout, sur tous les écrans de télé, dans tous les postes de radio. Elle doit agir et va agir...

Richard Flanagan a été inspiré, comme beaucoup, par le 11 septembre 2001, la paranoïa que cela a entraîné, ainsi que l'avidité de certains "journalistes" avides de scoops morbides.
Pour tout dire, j'ai préféré Dispersés par le vent, moins actuel. Cela dit, une fois plongée dans le roman,celui-ci a rempli son contrat: l'affaire est bien menée, avec un bon rythme, des rebondissements bien que l'on sente que l'issue risque d'être fatale. Un roman efficace qui met en scène les travers du genre humain. Peu d'espoir, peu d'illusions: une fois que le lecteur a intégré ce principe, il peut lire avec "plaisir" l'épopée malheureuse de la Poupée.

Richard Flanagan est donc pour moi, un écrivain à suivre; peut-être un jour écrira-t-il quelque chose de moins désespéré, ça pourrait être intéressant...
Lien : http://leslecturesdesophie.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Horizonbleu
  18 février 2016
No real interest,what we may call a pageturner,which doesń't mean quality
Commenter  J’apprécie          01
nescio667
  03 juin 2012
Alors qu'une véritable fièvre sécuritaire s'empare de toute l'Australie, fièvre qui enflamme les médias et les policiers comme si un terroriste se cachait à chaque coin de rue, une jeune femme, danseuse dans un bar de Sydney, vit sa petite vie tranquille, comme déconnectée des réalités du monde qui l'entoure. Gina, surnommée 'La Poupée' par ses amis et collègues, ne vit et ne travaille que pour se sortir de sa condition de danseuse. Bien sûr, quelques achats compensatoires et compulsifs de robes hors de prix ou de sacs à main Gucci lui donnent pour un moment l'impression d'être quelqu'un d'autre, mais, au fond d'elle-même, elle sait qu'elle n'est que cette danseuse de bar obligée d'être trop gentille avec des mecs qui la dégoûtent, cette danseuse de bar à l'existence sans histoire, mais sans joie aussi? et sans importance sans doute. Une vie humaine perdue parmi tant d'autres au coeur d'une société renfermée sur elle-même, apeurée et dédiée au seul profit. Aussi, lorsque 5 bombes sont découvertes dans sa ville, La Poupée en entend-elle à peine parler. Car aussi vite ses yeux avaient-ils effleuré cette nouvelle dans le journal qu'elle survolait, aussi vite se sont-ils posés sur ce beau jeune homme qui passait et une conversation se fut-elle engagée. Amant d'une nuit, le jeune Tariq (mais était-ce son vrai nom?) disparut aussi rapidement de l'existence de la Poupée qu'il y était entré. Celle-ci ne s'en formalisait d'ailleurs pas outre mesure. Jusqu'à ce qu'elle découvre ses images d'elle -oh, à peine pouvait-on la reconnaître- accompagnant Tariq à l'entrée de son immeuble, images diffusées par toutes les télés du pays, juste après que le-dit appartement ait été fouillé de fond en comble par la police. Comment et pourquoi la police avait-elle relié Tariq aux 5 bombes découvertes quelques heures plus tôt, La Poupée ne le saurait jamais. Elle commença simplement par conserver ses oeillères et faire le gros dos, semblant croire que si elle ne s'intéressait pas à l'actualité, celle-ci ne s'intéresserait pas à elle, qu'elle pourrait, comme toujours, vivre en périphérie. Bien sûr, elle voulut aller trouver la police, pour s'expliquer, dire qu'il s'agissait là d'une méprise, qu'elle n'avait rien à voir avec ces bombes, mais à chaque fois, la file d'attente était trop longue devant le guichet ou le type avant elle lui faisait peur. La Poupée repoussa et repoussa encore ce moment de la confrontation avec la réalité, ne voyant pas que cette dernière allait la rattraper.
En 2008, avec son roman 'Callisto', Torsten Krol lançait un véritable cri d'alarme des dérives entraînées par les lois hyper-sécuritaires votées après le le 11 septembre aux Etats-Unis. Sur un mode déjanté et plein d'humour, il nous contait la manière dont un jeune paysan candide d'une petite bourgade de l'Amérique profonde allait finir par être traité comme un vulgaire et dangereux terroriste. Les auteurs du lynchage de la Poupée sont les mêmes que ceux du roman « Callisto » : les médias avides de scoops et peu enclins à vérifier leurs infos avant de jeter des innocents en pâture, et des flics seulement intéressés par la petite gloire qu'ils pourront retirer d'une arrestation. La Poupée, du début à la fin, est seule et bien trop faible. Elle a tort de se renfermer, de croire que l'orage finira bien par passer. Elle a tort de vivre dans sa bulle, de se complaire dans son in-importance et de repousser sans cesse. Mais ce ne sont là que de bien maigres défauts, qui pourraient être imputés à une grande partie de la population mondiale. Et qui vont être facturés bien trop chers à La Poupée.
Désespéré et désespérant, 'La Fureur et l'Ennui' l'est assurément d'un bout à l'autre, au point qu'il me fut parfois obligatoire de m'en séparer, de le laisser de côté quelques heures pour penser à autre chose. Si la passivité de la Poupée peut énerver et donner envie de se jeter dans l'intrigue pour lui prendre la main et la conduire jusqu'au commissariat le plus proche, c'est plus sûrement l'attitude révoltante des médias marchant main dans la main avec une partie des responsables policiers qui révulse le plus. Que ceux qui ont lu 'L'honneur perdu de Katharina Blum' ne pensent surtout pas qu'ils aient déjà tout lu en matière de manipulation de l'opinion. Ce roman, parce qu'il s'inscrit dans notre actualité politique et technologique, va tristement beaucoup plus loin. Il fait de chaque être humain une quantité négligeable au regard de desseins bassement tordus qui les dépassent et démontre par l'absurde comment l'obsession sécuritaire, loin de protéger les êtres, annihile lentement et sûrement ce qui fait d'eux des humains. Salutaire, mais bougrement difficile à avaler donc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
nescio667
  03 juin 2012
Alors qu'une véritable fièvre sécuritaire s'empare de toute l'Australie, fièvre qui enflamme les médias et les policiers comme si un terroriste se cachait à chaque coin de rue, une jeune femme, danseuse dans un bar de Sydney, vit sa petite vie tranquille, comme déconnectée des réalités du monde qui l'entoure. Gina, surnommée 'La Poupée' par ses amis et collègues, ne vit et ne travaille que pour se sortir de sa condition de danseuse. Bien sûr, quelques achats compensatoires et compulsifs de robes hors de prix ou de sacs à main Gucci lui donnent pour un moment l'impression d'être quelqu'un d'autre, mais, au fond d'elle-même, elle sait qu'elle n'est que cette danseuse de bar obligée d'être trop gentille avec des mecs qui la dégoûtent, cette danseuse de bar à l'existence sans histoire, mais sans joie aussi? et sans importance sans doute. Une vie humaine perdue parmi tant d'autres au coeur d'une société renfermée sur elle-même, apeurée et dédiée au seul profit. Aussi, lorsque 5 bombes sont découvertes dans sa ville, La Poupée en entend-elle à peine parler. Car aussi vite ses yeux avaient-ils effleuré cette nouvelle dans le journal qu'elle survolait, aussi vite se sont-ils posés sur ce beau jeune homme qui passait et une conversation se fut-elle engagée. Amant d'une nuit, le jeune Tariq (mais était-ce son vrai nom?) disparut aussi rapidement de l'existence de la Poupée qu'il y était entré. Celle-ci ne s'en formalisait d'ailleurs pas outre mesure. Jusqu'à ce qu'elle découvre ses images d'elle -oh, à peine pouvait-on la reconnaître- accompagnant Tariq à l'entrée de son immeuble, images diffusées par toutes les télés du pays, juste après que le-dit appartement ait été fouillé de fond en comble par la police. Comment et pourquoi la police avait-elle relié Tariq aux 5 bombes découvertes quelques heures plus tôt, La Poupée ne le saurait jamais. Elle commença simplement par conserver ses oeillères et faire le gros dos, semblant croire que si elle ne s'intéressait pas à l'actualité, celle-ci ne s'intéresserait pas à elle, qu'elle pourrait, comme toujours, vivre en périphérie. Bien sûr, elle voulut aller trouver la police, pour s'expliquer, dire qu'il s'agissait là d'une méprise, qu'elle n'avait rien à voir avec ces bombes, mais à chaque fois, la file d'attente était trop longue devant le guichet ou le type avant elle lui faisait peur. La Poupée repoussa et repoussa encore ce moment de la confrontation avec la réalité, ne voyant pas que cette dernière allait la rattraper.
En 2008, avec son roman 'Callisto', Torsten Krol lançait un véritable cri d'alarme des dérives entraînées par les lois hyper-sécuritaires votées après le le 11 septembre aux Etats-Unis. Sur un mode déjanté et plein d'humour, il nous contait la manière dont un jeune paysan candide d'une petite bourgade de l'Amérique profonde allait finir par être traité comme un vulgaire et dangereux terroriste. Les auteurs du lynchage de la Poupée sont les mêmes que ceux du roman « Callisto » : les médias avides de scoops et peu enclins à vérifier leurs infos avant de jeter des innocents en pâture, et des flics seulement intéressés par la petite gloire qu'ils pourront retirer d'une arrestation. La Poupée, du début à la fin, est seule et bien trop faible. Elle a tort de se renfermer, de croire que l'orage finira bien par passer. Elle a tort de vivre dans sa bulle, de se complaire dans son in-importance et de repousser sans cesse. Mais ce ne sont là que de bien maigres défauts, qui pourraient être imputés à une grande partie de la population mondiale. Et qui vont être facturés bien trop chers à La Poupée.
Désespéré et désespérant, 'La Fureur et l'Ennui' l'est assurément d'un bout à l'autre, au point qu'il me fut parfois obligatoire de m'en séparer, de le laisser de côté quelques heures pour penser à autre chose. Si la passivité de la Poupée peut énerver et donner envie de se jeter dans l'intrigue pour lui prendre la main et la conduire jusqu'au commissariat le plus proche, c'est plus sûrement l'attitude révoltante des médias marchant main dans la main avec une partie des responsables policiers qui révulse le plus. Que ceux qui ont lu 'L'honneur perdu de Katharina Blum' ne pensent surtout pas qu'ils aient déjà tout lu en matière de manipulation de l'opinion. Ce roman, parce qu'il s'inscrit dans notre actualité politique et technologique, va tristement beaucoup plus loin. Il fait de chaque être humain une quantité négligeable au regard de desseins bassement tordus qui les dépassent et démontre par l'absurde comment l'obsession sécuritaire, loin de protéger les êtres, annihile lentement et sûrement ce qui fait d'eux des humains. Salutaire, mais bougrement difficile à avaler donc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
aventuresheteroclites
  07 novembre 2010
Je l'ai lu assez rapidement, ce qui est plutôt bon signe, mais l'ai trouvé inégal. le titre français ne rend pas du tout justice au sujet du roman, cette descente aux enfers du personnage principal, attention aux attentes de lecture faussées (pourquoi certains traducteurs se croient obligés de changer le titre!).

J'ai aimé la cavale de la Poupée dans Sydney est haletante, on la suit, on sent sa panique, sa course folle et le temps qui est compté. La construction en crescendo est réussie.
Lien : http://aventuresheteroclites..
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1655 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre