AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791095360414
136 pages
Éditeur : L'Antilope (24/08/2017)
3.33/5   15 notes
Résumé :
« Mon amour, mon amour, ô mon amour, maintenant je crie en plein visage. Vas-tu pleurer, vas-tu revenir, délaisser tes ombres et me sourire, répondre à cette attente infernale, m'empêcher de sombrer de trop de solitude ? Je voudrais lacérer ton épaule, cracher un venin verdâtre, t'anéantir de mes pensées, souffler sur ma douleur, t'aimer intensément. Tu entends, tu entends ? »Sur le trajet vers l'inéluctable, se croisent les pensées de l'homme brun et de la femme ro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
LiliGalipette
  18 septembre 2017
Un wagon plein d'hommes et de femmes. Un enfant isolé. Un narrateur qui raconte tout ce qu'il voit. Une femme rousse qui évoque le puissant souvenir de son amant. Un homme brun qui n'a jamais porté l'étoile. Des plaintes en yiddish. Des injures en allemand. Des odeurs atroces. Des cadavres. Un voyage vers l'oubli. « Je sais maintenant qu'on ne reviendra pas, il faudrait un miracle pour retourner là-bas, se réveiller du cauchemar, l'indicible se rapproche, nous avons été projetés dans un autre monde, fait de nuit de soif et de froid, on ne saura plus rien de nous. » (p. 24 & 25)
Le chant d'amour de la femme rousse est bouleversant. Il capte des bribes de la tragédie environnante et n'en devient que plus puissant. « Sors-moi de cet enfer, aide-moi, souviens-toi, mon amour. » (p. 44) La frénésie sensuelle qui s'empare de sa mémoire se heurte à l'abjection qui roule vers l'Allemagne. le souvenir de la jouissance est désespéré. La polysémie du titre est troublante : transport vers la mort et transport amoureux. La rencontre d'Éros et Thanatos est un combat de titans. « Mon amour, mon amour, je t'aimerai dans les retraites secrètes où te conduiront la haine et la désillusion, l'injustice, l'ignorance, je t'aimerai dans la tourbe, la boue, le sang, la vermine, la pestilence. » (p. 87) Dans ce cantique délirant de sensualité et de terreur, il y a la certitude de la disparition et de l'inéluctable. Avec eux viennent les regrets et naissent des rêves qui ne fleuriront jamais.
J'ai lu des dizaines de textes sur la Shoah, écrits par des survivants, des descendants ou des artistes. Transport est une merveille du genre, si tant est que l'on puisse parler de genre pour cette littérature née de la destruction et de l'urgence. Il n'y a pas d'accusation, pas de dénonciation, juste la capture sur le vif d'une humanité en souffrance et en mouvement vers nulle part. Son désespoir et son anéantissement donnent la mesure de ce qui attend l'homme. « Qu'allaient-ils faire de nous ? Qu'allaient-ils faire d'eux ? » (p 104) le premier roman d'Yves Flank se lit dans un souffle suspendu, retenu, bloqué. Parce qu'expirer, c'est déjà lâcher la main de ceux qui sont montés dans ce wagon.
Si vous êtes sensible à cette littérature et à cette tranche d'histoire, je vous recommande l'époustouflant À pas aveugles de par le monde de Leïb Rochman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
19chantal
  09 avril 2018
Quatre parties pour ce court roman de 133 pages.
1) le cri de l'homme brun assis au fond du wagon : très factuel, il décrit le calvaire des déportés dans les wagons . Deux personnages semblent plus forts que les autres, l'homme brun et la femme rousse.
2) le cantique de la femme rousse : comme un appel au secours, "sors-moi de cet enfer", "mon amour, mon amour", la femme rousse revit son histoire d'amour.
3) le récit de l'homme brun qui n'a jamais porté l'étoile : il revit sa vie d'avant, les deux mois précédents,la dénonciation et son arrestation, Drancy, la longue attente et le départ.
4) Les rêves de l'homme brun qui n'a jamais porté l'étoile : il rêve (dans le wagon ?) jusqu'à la faiblesse extrême.
Entre réalité, souvenirs et rêves, Yves Flank nous livre un récit étrange, poignant.
Commenter  J’apprécie          10
4lens
  14 décembre 2017
Peut-on dire aujourd'hui qu'on n'a pas aimé un livre sur la Shoah ? La langue y est malheureusement pour moi très factuelle. J'ai eu du mal à croire aux plaintes de chacun. Encore moins à celles de la femme rousse. On est très loin de Imre Kertesz.
Commenter  J’apprécie          40
8deCarreau
  20 janvier 2018
Commenter  J’apprécie          00
davidrofesarfati
  12 août 2017
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
LeMonde   08 décembre 2017
« Transport », premier roman d’Yves Flank, est un huis clos dans un wagon à destination d’un camp de la mort. Eprouvant et lumineux.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeMonde   08 décembre 2017
Transport est un chant funèbre psalmodié par des morts comme une prière charnelle, un mouvement du corps vers la vie, vers le plaisir, vers la lumière.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
michelekastnermichelekastner   01 novembre 2017
Au début, je ne savais rien. Je ne connaissais personne. Assez tôt, plusieurs m'ont dit ne parle pas à la première personne, ne dis pas "je", tu n'es pas seul au monde. Intéresse-toi aux autres. Alors je faisais des tentatives. Plusieurs fois par jour, selon l'occasion. J'allais vers eux, pour de bon. Je ne parle pas des formules de politesse, bien que finalement là aussi les contacts se nouent. Pour se faire accepter c'est assez efficace. Accepter dans ce cas, c'est un bien grand mot, flairer est pus adapté. Je me laissais sentir comme un animal, et après je croyais qu'ils allaient me laisser tranquille. La loge de la concierge embaumait la soupe de légumes. Elle avait un poêle à charbon, un tapis, un ou deux chats, la radio, un réveil tic-tac, des photos de paysages et une boule de verre avec de la neige à l'intérieur à côté de la tour Eiffel. A l'entrée de l'immeuble, la loge se trouvait à droite, après l'escalier. Je ne sais pas ce qui lui a pris de dénoncer les gens, de les accabler, de répandre de mauvaises rumeurs, de sourire aux policiers, de leur offrir à boire pendant qu'on nous emmenait, tout en caressant ses chats. A partir de quand la haine croise-t-elle la vie des gens ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
19chantal19chantal   10 avril 2018
Pourtant, elle était si gentille, cette concierge sans âge, on se saluait plusieurs fois par jour, je faisais une remarque aimable"Ah, madame Feulard, vous êtes gaie aujourd'hui", elle me gratifiait d'un demi-sourire, gardait le silence, parfois le lui rapportais le pain, caressais ses chats, lui donnais des "étrennes"chaque fin d'année, glissais les remarques habituelles sur le temps, toute cette politesse sans accroc qui me faisait passer partout pour un homme simple, courtois et sans histoires, serviable et français dans l'âme, partageant avec ses élèves son goût de l'histoire de Clovis à Pétain, en passant par Jeanne d'Arc et la révolution.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
19chantal19chantal   10 avril 2018
Sors-moi de cet enfer, aide-moi, souviens-toi, mon amour. J'aurais dû emmêler ma peau à ta peau, noyer mes yeux dans tes cheveux, te caresser à chaque instant du jour, de la nuit, coller mes lèvres à tes lèvres sous la pluie, te bercer de poèmes, accompagner tes larmes, fleurir ta mélancolie, éloigner les sorcières, j'aurais dû échanger nos rêves, nos sangs, à la vie à la mort, t'emporter dans les prairies de mon enfance, j'aurais dû t'offrir des parfums d'Orient, des fleurs immortelles, des bijoux d'argent, des vins flamboyants, j'aurais dû partager l'ivresse et la solitude, et arrêter le temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
19chantal19chantal   10 avril 2018
L'Eglise catholique prétendait depuis deux mille ans que j'étais déicide, je croyais depuis la réhabilitation du capitaine Dreyfus que la République avait repris le dessus, mais le fond de l'air était vicié, il fallait bien se débarrasser de quelque chose ou de quelqu'un pour pouvoir à nouveau respirer. Et les concierges,ça nettoie, ça débarrasse.
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   18 septembre 2017
« Je sais maintenant qu’on ne reviendra pas, il faudrait un miracle pour retourner là-bas, se réveiller du cauchemar, l’indicible se rapproche, nous avons été projetés dans un autre monde, fait de nuit de soif et de froid, on ne saura plus rien de nous. » (p. 24 & 25)
Commenter  J’apprécie          10

Video de Yves Flank (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yves Flank
Payot - Marque Page - Yves Flank - Transport
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4139 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre