AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La reine Alice (13)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
petitours
17 février 2011
Avec la même distance étonnée que celle de Lewis Carroll, l'Alice de Lydia Flem raconte sa plongée au coeur du nonsense. Au fond, n'est-ce pas cela la maladie ? Un monde à l'envers où l'on ne reconnaît rien et où, dérouté, sans carte ni boussole, on est bien forcé d'"épouser le déséquilibre" ?

Source : le Monde
Lien : http://www.lemonde.fr/livres..
Commenter  J’apprécie          111
isabiblio
02 novembre 2011
Le jour où Alice est confrontée à la maladie, elle bascule de l'autre côté du miroir. Telle l'Alice de Lewis Caroll, elle associe les personnes de son quotidien à ceux du célèbre conte. Ainsi le Ver à Soie, le Blanc Lapin et Cherubino Balbozar deviennent ses plus fidèles soutiens pendant ses allées venues chez le Grand-Chimiste. le Troll et la Fée Praline lui concoctent ses remèdes et autres mets pas toujours appétissants. La Reine Rouge, le docteur Farfadet, les Tours et autres cavaliers vont la soumettre à rude épreuve, mais heureusement le Stylographe et la Licorne veillent au bon déroulement de son passage au Pays des miroirs. L'auteur par sa formidable imagination, des jeux de mots magiques nous livre une fable étonnante sur le combat que mène Alice contre la maladie, elle n'est pas nommée mais tous les indices indiquent le cancer. En traversant le miroir, Alice puise le courage, l'imagination, la fantaisie pour faire de la malchance une part de chance à saisir. Comment ne pas penser à ceux qui passent par toutes ces étapes et qui doivent trouver la force pour aller delà de la souffrance. Ce roman est une belle échappatoire, une façon fantaisiste d'affronter la maladie, un encouragement. Comme l'auteur le résume si bien « Puiser dans le dénuement, l'impuissance, la souffrance et la peur, une nouvelle liberté. ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
mimipinson
11 mars 2011
Lydia Flem, tout comme Alive a fait sa traversée du miroir. Dans un récit touchant, drôle, tendre, caustique, fantastique au sens premier du terme, poétique, féerique, elle va évoquer la maladie sans jamais lui donner son vilain nom.
Pour parler de ce parcours du combattant, Lydia Flem fait appel à Lewis Carroll en donnant vie à des personnages fantasques qui vont accompagner Alice.

Lydia Flem pose un regard décalé, mais juste et réaliste sur ce que vit un ou une malade au quotidien. Il n'y a jamais de voyeurisme, au contraire, on se surprend à sourire dans les situations qui d'ordinaire ne s'y prêtent pas. Tous y sont métaphore, images, jeux de mots

Je ne peux m'empêcher d'y voir un message ; en effet Lydia Flem est psychanalyste….Et si dans ce conte, elle nous signifiait qu'en fin de compte, la maladie avait un sens ?

Ce livre se lit très facilement, les chapitres y sont courts. L'écriture est dynamique, tonique.Des illustrations sont insérées au milieu du texte, accompagnées d'extraits. J'ai trouvé que cela apportait une touche supplémentaire d'originalité à un texte qui n'en manque pas.
J'ai aimé la fraicheur, la pudeur, et le réalisme de ce texte. Il peut être lu par celles et ceux qui traversent le miroir : cela ne peut être pour eux qu'une bouffée d'oxygène. Il devrait être lu par les autres pour l'extraordinaire leçon de vie qu'il constitue.
Ce fut un bonheur que de le lire .Ce serait un bonheur d'autres aient envie de le lire, et le dégustent autant que moi .Un coup de coeur à partager


Lien : http://leblogdemimipinson.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Elisanne
18 mars 2011
J'ai découvert par l'intermédiaire d'une critique d'un ami écrivain ce livre vrai bijou de sensibilité, d'intelligence, d'élégance folle, d'espièglerie, d'humour,
La reine Alice” de Lydia Flem,
(psychanalyste à qui l'on doit des ouvrages sur Freud, Casanova…)
cette traversée du miroir, ce basculement,ce face à face..

Je vous livre une partie de la critique …

Lien : http://malcontenta.blog.lemo..
Commenter  J’apprécie          50
vayhair
07 avril 2011

L ‘auteure belge et psychanalyste a choisi la forme du conte en hommage à Lewis Caroll et son « Alice au pays des maerveilles » pour raconter son combat contre le cancer.
Le mot de la maladie n ‘est jamais cité mais elle dit tout sur son parcours de lutte avec des hauts et des bas : séances de chimio thérapie , douleurs , atmosphère des couloirs d'hôpitaux , fatigues.
Elle a traversé le miroir en se découvrant gravement malade avec la présence d'une petite boule sous le doigt.
« J ‘ai tout perdu mes cheveux , mon appétit , mes forces , mon sommeil , mon stylo , mon chat »
Mais aussi elle évoque les personnages du conte de Lewis Caroll comme Blanc Lapin , Lady Cobalt qui lui parlent avec légèreté de choses graves .
Fiction et réalité se croisent dans ce « roman « à l'écriture magnifique.
On y trouve aussi des évocations littéraires , cinématographiques et photographiques ( quelques photos artistiques d'objets prisés par l'auteure en fin de volume)
Un livre à recommander pour sa facture intense , grave et tendre sans oublier l ‘humour que Lydia Flem manie avec brio.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
aranzueque-arrieta
01 mai 2012
La Reine Alice
Lydia Flem
Seuil

La vie d'Alice bascule en un instant.
En se regardant dans la glace, elle passe de l'autre côté, dans la Maison du Miroir.
Comme le lui dit la Reine Rouge, Alice souffre de la Reine des maladies.
Accompagnée de sa chatte Dinah, du Lapin Blanc, du Ver à Soie, de Chérubino Balbozar et d'autres personnages fantastiques, Alice avance ou recule sur l'échiquier de ce nouveau monde qui tourne à l'envers.
La Licorne lui offre un Attrape-Lumière avec lequel elle capte des moments de vie, des tableaux tout au long de sa maladie.
Elle rend visite au Grand Chimiste qui lui impose un traitement lourd et épuisant. Elle va aussi dans le centre de Lady Cobalt où elle se soumet à 88 expositions aux rayons, comme les 88 constellations, pour éradiquer la maladie.
Alice perd cheveux, cils et sourcils, mais elle met un point d'honneur à garder sa féminité, à rester coquette en recouvrant son crâne chauve de rubans aux mille et une couleurs.
Son traitement terminé, elle pénètre dans la Forêt du Pas à Pas de la Convalescence jusqu'au moment où elle traverse une nouvelle fois le miroir.

Lydia Flem, membre de l'Académie Royale de Belgique, fait un récit délicat de son combat contre le cancer. le roman aurait pu s'appeler Alice au Pays du Cancer.
En reprenant le personnage de Lewis Carroll, l'auteur adopte résolument les codes du conte, se donnant ainsi une grande liberté créatrice.
La Reine Alice est semé de références littéraires qui vont de Lewis Carroll, bien sûr, au Mille et une nuits, en passant par Augustin ou Cervantès. Les géants de Don Quichotte incarnés dans les moulins à vent deviennent pour Alice la Reine des Maladies.
La Dame à la Si Triste Figure ou la Dame aux Rubans - les surnoms sont nombreux - fait de son mieux pour ne pas sombrer dans l'abîme.
Lydia Flem emprunte aussi à la fable son dessein didactique pour relater librement son expérience. La plupart des chapitres se nomment Chimio 1, Chimio 2, etc. comme pour rire de douleur.
En tant qu'ancienne psychanalyste, elle joue et se joue des symboles et quoi de mieux que le conte, ses symboles et ses personnages extraordinaires pour s'en amuser.
Le rapport à l'écriture et à la création est joliment abordé avec son stylo d'enfance, tantôt trop bavard de paroles, tantôt pas assez loquace. Elle entretient avec lui une relation tumultueuse.
L'ironie et l'humour caractérisent ce livre entre détresse et espoir. C'est un récit intime, sensible et délicat.
Cependant, malgré toutes ces qualités, l'écriture - exceptés quelques belles réflexions et envolées lyriques (notamment le chapitre le Labyrinthe des Agitations Vaines) - est trop fragmentée et la pléthore de questions rend la narration souvent fastidieuse. Il s'agit évidemment d'un choix délibéré de l'auteur, mais c'est surtout une vraie maladresse stylistique; une parmi tant d'autres...
Le roman reste un livre plein de bonnes idées, mais...

http://faranzuequearrieta.free.fr
Lien : http://faranzuequearrieta.sk..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
janemar
23 janvier 2012
« Quelque chose avait basculé,
Un instant plus tôt rien n'était arrivé, un instant plus tard tout était bouleversé »….

Alice (la narratrice ?) passe de l'autre côté du miroir. Sans nommer jamais la maladie, si ce n'est que par son traitement. Elle transforme chapitre après chapitre, sa maladie en l'associant au conte de Lewis Caroll. Les personnages d'Alice aux pays des merveilles entrent en scène et tout au long de son traitement, seront ses compagnons. Objets, animaux, personnages fantastiques et irréels, mais ils deviennent les soutiens indéfectibles, durant les séances de chimio, pendant les visites chez Lady Cobalt.

Extraordinaire livre – témoignage. Mais au fait est –ce un témoignage ? Merci à l'auteur de ces « petits chapitres », nets, précis, à travers la brume du pays des Merveilles, car parfois, lorsqu'on est « passé par là », on a besoin de souffler de retrouver la respiration calme et sereine pour pouvoir continuer à lire. Pour moi, les « Ver à Soie, Licorne et Grincheux » se nommèrent « Jeanne, Marielle, Annie, Pierre et les autres…. Et ils furent des compagnons indispensables au voyage si périlleux…

Seule la partie chez Lady Cobalt, semble présenter quelques essoufflements mais dans l'ensemble ce livre est vraiment d'une densité extrême, et je le recommande très vivement à tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
thisou08
19 mai 2017
Je me suis appliquée, j'y ai mis beaucoup de bonne volonté, mais je n'ai pas réussi à traverser le miroir avec Alice.
Et je le regrette, croyez-moi.
D'autres y arriveront peut-être, sûrement même...
Commenter  J’apprécie          10
Lisalivres
17 octobre 2011
Il m'attendait ... ce livre ... mal posé sur un rayon de supermarché .
J'ai reconnu le nom de l'auteur et n'ai pas su la laisser là dans ce lieu bruyant qui ne lui convenait pas .
Je l'ai emmené avec moi et il m'a rempli de force et de douceur .
Il m'a soutenue dans un moment difficile , me donnant envie de l'offrir à mes proches .
L'expérience du cancer de l'auteur mais surtout les moyens qu'elle met en place pour traverser l'épreuve nous emmenant avec elle avec la découverte toujours renouvelée que la Vie est à la fois forte et fragile , pleine de lumière et d'ombre , de bruits et de musique . Avec la délicatesse en prime et le soutien de Pesoa
Commenter  J’apprécie          10
michallekconstance
25 mai 2011
Lydia Flem signe ici un roman majeur sur le cancer. Mes clients n'en veulent pas car "un roman sur le cancer", ça ne semble guère divertissant. Il faut de la détermination pour démultiplier les adjectifs élogieux, et ça marche parfois. Ce livre est parfait en tous points, sa musique est envoutante et inquiétante tout en étant merveilleuse et enchanteresse. Un aller-retour dans la nuit humaine, une plongée dans la souffrance, c'est vrai, l'auteur est réaliste car décrit impeccablement les étapes d'un être aux prises avec cette maladie. Mais les mots, son véhicule, nous transportent bien au-delà de l'épreuve et de la douleur jusqu'au fil ténu qui nous relie à l'existence et en souligne la beauté puissante et paisible. A ne rater sous aucun prétexte en somme.
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La littérature belge

Quel roman Nicolas Ancion n'a-t-il pas écrit?

Les ours n'ont pas de problèmes de parking
Nous sommes tous des playmobiles
Les Ménapiens dévalent la pente
Quatrième étage

15 questions
51 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature belgeCréer un quiz sur ce livre