AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Pevel (Traducteur)
EAN : 9782352942474
318 pages
Éditeur : Bragelonne (24/10/2008)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 43 notes)
Résumé :
«Benzédrine, expliqua Bond. Je vais en avoir besoin pour garder l'esprit clair ce soir. Cela rend un peu trop sûr de soi mais ça aussi, ça peut aider.»
Il remua son verre de champagne de sorte à mêler la poudre blanche à un tourbillon de bulles. Puis il but le mélange d'une longue gorgée. «On ne sent pas le goût, dit Bond, et le champagne est excellent.»
A la demande de M, Bond affronte sir Hugo Drax aux cartes. Ceci afin de donner au millionnaire et c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
greg320i
  12 avril 2014
Entourloupe dans l'azimut ! Quèsaco ? Mais le titre de mon livre en français ,bon sang . Si, ne rigoler pas mais c'est bien vrai et vérifiable: Allez faire le rapprochement et la signification, vous gagnerai mes félicitations au passage.
Alors là évidemment un titre comme ça ,cela jette un froid direct n'est ce pas? Mais bon ,, ne boudons pas le plaisir tant qu'il n'est pas consommé : une réplique qui peut s'appliquer en cuisine . Notre cuisinière dès lors ici se nommera Bond ...James BOND, et croyez-moi il en sous la gâchette le cachotier anglais . Semelles crêpes et automatique comme outil pour sa spécialité fumante exsudant les balles en rafale .
Bond n'est pas encore embrasé des baisers de la Russie car il s'agit du troisième volet situé entre " Requins et services secrets " et " Les Diamants sont éternels "
Il s'agite donc bel et bien dans son costume d'espion comme un poisson dans son aquarium: mais quel homme, quel prestance ! Je vois déjà les jaloux et entrevois les pâmassions féminines devant le gentleman N° 007 .
A part ça, ça raconte quoi ?
Désolé pour le suspense mais cela démarre fort ... mal ! Si vous êtes allergique aux cartes, passez le chemin direct car la partie de Poker ( Bridge ? ) prend hélas 100 pages bien inutilement avec tout le décor et les bla-bla qui vont avec. Quand on songe que l'ouvrage n'en fait pas 300 (pages)du reste , je vous laisse calculer les zestes restant pour le qualifier et l'honorer .

Un Bond pas Bon ? Un Bond qui ne raque pas son prix littéraire ? Un 007 qui nous racket sa réputation ? " Ne jetez pas la pierre, Pierre ! "
Avis mitigé de ma part car s'il n'est pas mauvais , on regrette le début impromptu qui ne constitue rien pour la suite .

Suite qui,heureusement avec grand soulagement, s 'améliore dès lors, se bonifie et prend les devant . ( HAA enfin !)
Ian Fleming visionnaire et sans doute fan de Tintin le teigneux rouquin et son chien partant pour l'espace, nous délivre quelques années après lui sa propre histoire de fusée comme thème abordé .
Mais s'eût été oublié la perfidie de l'ennemi ici prénommé Sir Hugo Drax , maléfique traitre en diable de son pays car originel en fait d'Allemagne :pensez donc qu'il voudra se venger ( nous sommes dans les années 50 de la guerre rappelez-vous )
Un admirable rebondissement, une originalité salutaire qui décolle le roman et l'orne comme il se doit pour le faire paraitre sur le podium . Ajouter la belle Gala Brand - le personnage féminin - de circonstance, of course ! ( mais qu'on aurait aimé un tantinet plus 'chaude',,) et notre James pourra prendre tout son potentiel charmeur et salvateur pour tenir ses admirateurs tel que moi dans sa ligne de mire pendant des heures.

Alors êtes-vous prêt à azimuter vous aussi ? Vous entourloupez-vous déjà de salive le titre bizarroïde ? Suivrez vous les aventures futurs de notre beau héros de sa majesté ? Pour moi la réponse est déjà fondé , ma mission consistera juste à les trouver ! Opération recherche en cours ... Ian Fleming 2014 objectif livres .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          246
Unhomosapiens
  14 janvier 2019
Lu par pure curiosité. Pour avoir une comparaison avec les films. C'est d'ailleurs le seul roman de Fleming que j'ai lu. je ne peux m'empêcher de comparer avec le cinéma et ma critique sera donc biaisée. Tout ce qui fait le charme de Bond au cinéma (de Connery à Craig) est absent du personnage du roman. Ici, l'espion est un gros lourdaud, certes toujours en action, mais un brin hypomane, ce qui fatigue un peu le lecteur. Peu de moments de répit.
De plus, tout cela est assez daté et la mentalité véhiculée par le personnage est assez désagréable. Avec les femmes, les hommes qui ne sont pas d'action... C'est en revanche, un bon témoignage de l'époque des années 50, la guerre froide... Mais on peut s'en passer, à mon humble avis.
Commenter  J’apprécie          203
Kenehan
  06 mars 2015
Challenge Variétés 2015
Catégorie : Un livre traduit d'une autre langue (Anglais)
Exit Roger Moore et sa petite virée spatiale, ses rayons laser ou son carnaval à Rio. Exit également Michael Lonsdale et son désir de créer un paradis eugénique depuis l'espace. Exit Requin et son sourire d'acier. Exit James Bond et...ah non, lui il est toujours là !
Vous l'aurez compris, Moonraker n'est pas Moonraker. C'est peut-être le roman qui diffère le plus d'avec son adaptation (pour le moment puisque je n'ai pas encore tout lu) cinématographique. Ainsi, Moonraker à la sauce 70's n'a pour ainsi dire rien de commun avec Moonraker à la sauce 50's.
Mon introduction parfaitement paraphrasée, je vais pouvoir me pencher un peu plus sur le roman d'Ian Fleming. Publié en 1955, troisième aventure du plus célèbre des espions, Moonraker est la première des missions dont l'action se déroule exclusivement sur l'île de Grande-Bretagne. Tout commence lorsque M demande un service à son agent fétiche : 007. Hugo Drax, un milliardaire, tricherait aux cartes et dépouillerait ces bons messieurs de la haute société britannique dans l'un des clubs les plus privés de Londres. Si James Bond est aussi bien un expert en femmes qu'en gastronomie, il n'est pas mal non plus en ce qui concerne les jeux (on se souviendra de Casino Royale dont la mission principale était justement de gagner une partie de baccara). L'affaire réglée, Hugo Drax continu de titiller notre bon M. En effet, le milliardaire Drax a conçu le Moonraker, un missile sur le point d'être testé et dont les performances technologiques permettrait au royaume de Sa Majesté d'être en mesure de faire exploser n'importe quelle capitale du monde (arme dissuasive quand tu nous tiens !). le roman est structuré en trois parties : Lundi, Mardi/Mercredi et Jeudi/Vendredi. le temps ainsi découpé va ponctuer la mission de Bond.
J'ai eu du mal avec ce roman. Qu'il diffère du film ne me dérange pas le moins du monde. En revanche, je me suis un peu ennuyé, notamment dans la première partie. Même si Ian Fleming est loin d'en mettre plein les yeux comme peuvent le faire les films de la saga, les romans offraient quelque chose d'assez réaliste et une ambiance très 50's pas désagréable. le problème c'est que je ne suis pas du tout un afficionado des jeux de cartes. Alors assister à une partie pendant tout un chapitre m'a non seulement ennuyé mais également perdu. Heureusement, le reste du roman se rachète avec courses-poursuites, enquête sur le terrain, ennemis redoutables etc.
James Bond en tant que personnage n'est pas des plus attrayant ici. Il pense beaucoup à sa retraite, il parait blasé et fatigué vis-à-vis de son boulot, il est malheureux en amour (il faut dire qu'il multiplie les déceptions depuis "Casino Royale"), bref être espion chez Ian Fleming n'est pas si glamour que ça. La solitude et le secret pèse sur notre homme approchant la quarantaine. Je suis curieux de voir l'évolution du personnage dans les prochaines missions.
L'édition digitale de Bragelonne propose toujours une traduction qui se veut plus fidèle, complète et moderne. Cela dit, leur travail de réédition s'est arrêté avec le prochain roman et ensuite je devrais me pencher sur les éditions de la collection "Bouquins" de Robert Laffont.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Davalian
  26 août 2014
Après deux romans de grande qualité, Ian Fleming nous offre avec Moonraker (ou joies de la traduction française : Entourloupe dans l'azimut) une aventure quelque peu différente et bien moins complexe que les précédentes. Mais avant d'aller plus loin, autant se le répéter une dernière fois : oublions ici le film (qui fut conçu lors de sa réalisation comme une caricature est-il utile de le rappeler).
Le démarrage est surprenant, car tout lecteur que nous sommes nous avons droit à une visite guidée des services secrets britanniques et même du service des « double zéro » ! Voir Bond dans son travail quotidien (hors missions à travers le monde) est plutôt déroutant même si Au service secret de sa majesté (le film) nous a quelque peu préparé. Quel choc de découvrir 007 ainsi… surtout pour le voir songer à sa retraite et avouer puis confirmer être motivé par l'appât du gain. le côté humain de Bond va d'ailleurs se renforcer de deux manières imprévues. le croyez-vous capable de faire preuve d'admiration, de rechercher un modèle et d'avoir du mal à gérer des émotions contradictoires ? Vous savez ce qu'il vous reste à lire pour connaître la réponse... Pour vous décider, une dernière surprise de taille vous attendra !
Le reste du récit est plus discutable. La première partie fait étrangement penser à Casino Royale, sauf que cette fois-ci il est question de bridge. L'aspect technique est sans doute intéressant mais il faudra le réserver aux personnes qui maitrisent ce jeu. Dommage, car la tension est palpable… La seconde partie (conçue comme une enquête policière classique) manque furieusement de pêche. N'importe quel lecteur aura vite compris de quoi il en retourne, sauf que Bond semble étrangement s'obstiner à ne rien voir venir. Les révélations de la fin n'étonneront donc personne et feront franchement sourire pour ne pas dire plus. Elles s'appuient pourtant sur une base intéressante, mais trop c'est trop !
Le côté psychologique attribué à Bond, la présence rafraîchissante et bienvenue d'une Gala Brand, le style de Fleming, sa capacité à faire monter la tension (même si le tout est cousu de fil blanc), permettent de faire oublier des éléments bien décevants. Si cette troisième aventure n'est pas la meilleure de la saga, elle offre des moments que les adeptes doivent avoir lus !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          123
tristantristan
  24 avril 2018
Il est assez impressionnant de voir comment James Bond, pour Ian Fleming, à la différence du heros à l'écran, est complètement humain, prend beaucoup de coups et aussi de la drogue et n'est pas le " tombeur" absolu que Albert Broccoli nous à présenté sous les traits de Roger Moore ou de Sean Connery. Certes, il ne s'agit pas ici de " grande" littérature mais le roman se laisse lire agréablement.D'autant plus, si l'on prend en compte la personnalité de l'auteur, "grand bourgeois", ami des gens qui, à son époque, comptaient et qui s'est littéralement tué à la tâche en écrivant sans relâche malgré un état de santé précaire, faisant ainsi montre d'une attitude suicidaire ( dixit son épouse in Guillaume Evin "James Bond est éternel")
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
OutOfTimeOutOfTime   08 octobre 2019
- James !
C'était une voix claire, aiguë, un peu inquiète. Pas celle qu'il attendait. Il leva les yeux. Elle était à quelques pas de lui. Il remarqua qu'elle portait un béret noir légèrement incliné sur l'oreille. Elle semblait troublante et mystérieuse comme une de ces femmes qu'on voit passer à l'étranger, seule dans une décapotable, une femme inaccessible, une femme plus désirable que toutes celles qu'on a connues. Une femme qui s'en va retrouver un autre qu'elle aime. Une femme qui n'est pas pour vous.
Il se leva et ils se serrèrent la main. Elle se dégagea la première. Elle ne s'assit pas.
- J'aurais aimé que vous soyez là demain, James.
Elle le regardait gentiment, mais d'une façon un peu évasive.
- Demain matin ou demain soir ?
- Ne soyez pas ridicule, fit-elle en riant et en rougissant. Je voulais dire au palais.
- Que comptez-vous faire ensuite ? s'enquit Bond.
Elle le regarda longuement. Avec tendresse ? ou avec regret ?
Puis elle tourna la tête. Bond en fît autant. Il vit, à une centaine de mètres, un jeune homme grand, aux cheveux blonds et courts. Il leur tournait le dos et se promenait de long en large pour tuer le temps.
Bond se retourna vers Gala. Elle soutint honnêtement son regard.
- C'est l'homme que je vais épouser demain après-midi, fit-elle placidement. Il s'appelle Vivian et il est inspecteur de police.
- Oh ! je vois, fit Bond avec un sourire contraint.
Il y eut un moment de silence pendant lequel leurs yeux se quittèrent.
Et pourquoi avait-il espéré plus ? Un baiser. Le contact de deux corps effrayés, enlacés au milieu du danger. Il n'y avait rien eu de plus. En outre, elle avait une bague de fiançailles. Pourquoi s'était-il imaginé qu'elle ne la portait que pour tenir Drax à distance ? Comment avait-il pu croire qu'elle partageait ses désirs et ses projets ?
''Et maintenant, qu'est-ce que je vais faire ?'' se demanda Bond. Il haussa les épaules pour se débarrasser de la douleur cuisante de l'échec, cette douleur tellement plus forte que le désir de la réussite. Il lui fallait trouver une belle sortie, un mot de la fin : laisser ensemble ces deux jeunes vies et emporter ailleurs son cœur de pierre. Sans regret. Sans fausse sensiblerie. Il devait s'en tenir au rôle qu'elle s'attendait à le voir jouer. L'homme du monde mâtiné de dur. L'agent secret. L'homme qui n'était qu'une silhouette.
Elle le regardait avec une certaine inquiétude, impatiente peut-être de se voir débarrassée de cet étranger qui avait tenté de forcer l'accès de son cœur.
Bond lui sourit gentiment.
- Je suis jaloux, dit-il. J'avais fait d'autres projets pour nous, demain soir.
- Qu'est-ce que c'était ? demanda-t-elle en lui rendant son sourire, heureuse que le silence eût été rompu.
- Je voulais vous emmener dans une ferme, en France, dit-il.
- Désolée de ne pouvoir vous faire ce plaisir, mais il y en a tant d'autres...
- Oui, c'est vrai, dit Bond. Eh bien, adieu, Gala !
Il lui tendit la main.
- Adieu, James !
Pour la dernière fois, il frémit au contact de sa main, puis ils se tournèrent le dos et s'en allèrent, chacun vers son destin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
KenehanKenehan   04 juillet 2020
Triomphante, elle trouva une ophrys abeille et la cueillit.
- Vous ne feriez pas ça si vous saviez que les fleurs crient quand on les cueille, dit Bond.
Elle se tourna vers lui.
- Que voulez-vous dire ? demanta-t-elle en soupçonnant une plaisanterie.
- Vous ne savez pas ? (Il sourit.) Un indien, un certain professeur Bhose, a rédigé un traité sur le système nerveux des fleurs. Il a mesuré leur réaction à la douleur. Il a même enregistré le cri d’une rose que l’on cueillait. C’est sans doute le son le plus déchirant au monde. J’ai entendu quelque chose d’approchant quand vous avez cueilli cette fleur.
- Je ne vous crois pas, répondit-elle en regardant la racine arrachée. Et puis, ajouta-t-elle avec malice, je ne vous imaginais pas du genre à faire du sentiment. C’est bien à votre service qu’on fait appel quand il faut tuer, non ? Et pas seulement des fleurs. Des gens.
- Les fleurs ne ripostent pas.
Gala regarda son ophrys.
- Par votre faute, j’ai l’impression d’être une meurtrière. Ce n’est pas très gentil de votre part. Mais, admit-elle à contrecœur, je vais me renseigner sur cet Indien et si ce que vous dites est vrai, je ne cueillerai plus une fleur de ma vie. Et qu’est-ce que je vais faire de celle-là, maintenant ? A cause de vous, c’est comme si son sang me coulait sur les mains.
- Donnez-là moi. A vous croire, les miennes dégoulinent déjà de sang. Un peu plus ne changera rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DavalianDavalian   26 août 2014
Le commandant Bond. James Bond. Évidemment, un jeune fat comme il y en a tellement dans les services secrets. Il était sans doute capable de tirer juste et de parler des langues étrangères, et il connaissait un tas de tours qui pouvaient être utiles en pays inconnu. Mais à quoi pouvait-il servir ici, où il n'y avait pas de belles espionnes à courtiser ? Car cela était ne faisait aucun doute ; c'était un beau garçon. (Gala Brand fouilla automatiquement dans son sac pour y prendre son poudrier. Elle s'examina dans le petit miroir et se repoudra le nez.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
OutOfTimeOutOfTime   05 octobre 2019
Pourquoi ne vous baignez-vous pas aussi ? L'eau est sans doute diablement froide, mais ça vous fera du bien, après toute une matinée dans l'air confiné de cette coupole de ciment.
- Vous croyez que je peux ? J'ai terriblement chaud. Mais qu'est-ce nous allons porter ?
Elle rougit en songeant à son slip et à son soutien-gorge de nylon presque transparent.
- Qu'est-ce que ça fiche ! répliqua Bond d'un ton dégagé. Vous avez sûrement des petites choses en dessous, et moi, j'ai un caleçon. Nous serons tout à fait convenables. D'ailleurs, il n'y a personne. Et je vous promets de ne pas regarder, assura-t-il, bien décidé à ne pas tenir parole.
(Il l'entraîna dans une autre anfractuosité de la falaise.) Déshabillez-vous derrière ce rocher ; moi, je vais me cacher là-bas, derrière l'autre. Allons. Ne faites pas la bête. Cela fait partie de notre travail.
Sans attendre la réponse, il passa derrière un rocher élevé, tout en ôtant sa chemise.
- Entendu, fit Gala, soulagée de ne pas avoir eu de décision à prendre.
Elle se glissa derrière son rocher et se mit à déboutonner lentement sa jupe. Quand elle jeta un coup d’œil inquiet de l'autre côté, Bond était déjà loin sur le banc de gravier entrecoupé de flaques d'eau. Il était mince et brun. Son caleçon bleu avait quelque chose de rassurant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
claire725claire725   15 octobre 2012
L'inspecteur avait un large sourire.
- Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois.
L'inspecteur arriva près de lui.
- Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort commandant, dit-il.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Ian Fleming (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ian Fleming
#jamesbond #guillaumeevin #m6
LA BIOGRAPHIE DU PLUS CÉLÈBRE AGENT SECRET
On connaît son nom. On connaît son numéro. Mais connaît-on l'homme qui se cache derrière l'espion de Sa Majesté ? Que sait-on vraiment du personnage né de l'imagination foisonnante d'un dandy anglais misogyne nommé Ian Fleming ?
007 aime les petits déjeuners copieux, regrette d'avoir dû abandonner son Beretta .25, pense que la femme idéale sait faire l'amour aussi bien que la béarnaise, déplore devoir tuer dans l'exercice de ses fonctions… mais s'en accommode aisément pour l'Angleterre.
Méfiant par nature, il ne se lie pas facilement, sauf quand sa mission l'exige. Méticuleux, parfois cynique, il se montre professionnel en toutes circonstances. Non seulement l'un des meilleurs éléments du MI6, mais l'un des plus dévoués.
S'appuyant sur les douze romans et deux recueils de nouvelles d'Ian Fleming, Guillaume Evin rouvre le « dossier 007 » et nous offre la première biographie – non autorisée – du héros au tuxedo. Une personnalité complexe, vulnérable et attachante, à qui bien des hommes rêvent de ressembler… et que bien des femmes rêvent de séduire.
*
Guillaume Evin, journaliste et « bondologue » reconnu (Bons baisers du monde, Dunod, 2020) lève le voile sur l'un des héros de fiction les plus célèbres de tous les temps, incarné pour la 25e fois au cinéma dans Mourir peut attendre.
+ Lire la suite
autres livres classés : james bondVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ian Fleming, in english in the text !

Espions, faites vos jeux ?

Casino Royale
Casino Imperial

5 questions
29 lecteurs ont répondu
Thème : Ian FlemingCréer un quiz sur ce livre

.. ..