AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 233006053X
Éditeur : Actes Sud (06/04/2016)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 35 notes)
Résumé :
Dans un couloir du métro parisien, Anne, la soixantaine bourgeoise mais progressiste, vole au secours de Destiny, jeune femme arrivée du Nigéria dans des circonstances tragiques. Elle entre peu à peu avec elle dans une relation où son tropisme humanitaire d’Occidentale bien-pensante rencontre parfois ses limites, au fil d’une confrontation avec la résilience et la rébellion profondes, elle va réapprendre le sens du verbe « aider » qu’une seule lettre sépare du verbe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Josephine2
  19 avril 2018
Superbe, magnifique, puissant, généreux. Voilà mon sentiment lorsque je referme ce livre. Je l'ai depuis sa sortie dans ma PAL. Je viens de le déterrer de la pile.
Pierrette FLEUTIAUX nous décrit la vie de deux personnages qui vivent en parallèle. de temps à autre, les parallèles se rejoignent. Vous allez me dire que ce n'est pas possible et pourtant si, dans la vie, c'est possible.
Anne va croiser la route de Destiny. Un parcours chaotique va s'en suivre entre ces deux femmes de culture et de peau différentes. Ce que j'ai aimé dans ce livre, c'est la façon que Pierrette FLEUTIAUX a de raconter les problèmes de compréhension entre ces deux femmes d'univers et de cultures opposés.
Anne avec ses convictions, ses préjugés va devoir apprivoiser Destiny qui, certes, à des problèmes, mais n'a pas renoncé à sa dignité ni à sa fierté. Un exemple : Destiny va « offrir » sa fille aux services sociaux. Anne sera indignée par ce discours avant de se rendre compte, qu'effectivement, un enfant est un cadeau que l'on se doit de protéger quelle que soit la personne qui s'en occupe.
Leur affection suivra un chemin chaotique et décousu, tout comme leur histoire, qui finira par un très bel attachement. Anne ne lâchera pas Destiny. Elle l'accompagnera, mais apprendra également de Destiny.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
Fleitour
  01 avril 2017
Que sait-on vraiment de tous les migrants qui accostent sur les rivages de l'Europe, migrants ou survivants à leurs traversées chaotiques, venus sur des barques de fortune, chargés parfois de leur famille, enfants et bébés.
Que sait-on de leurs parcours, des obstacles surmontés, du racket, des prix prohibitifs réclamés, des mois de galère, rien ou presque rien, ou si peu..
"Anne prend le bras de la future mère, elle a le sentiment que la femme n'a pas besoin de son aide, elle regarde sa protégée...p8 " Ce sont les premiers mots, les premières pensées d'Anne bientôt mamie, qui ouvrent ce récit, appelé Destiny, du nom de la dame, africaine, et qui ne parle qu'Anglais.
Dans ce livre de Pierrette Fleutiaux, Anne tend une main à Destiny, à une femme enceinte qui se trouve mal, puis hésite, revient sur ses pas. C'est en l'accompagnant à l'hôpital qu'elle prend la mesure des problèmes que rencontre destiny depuis 4 mois, depuis qu'elle est en France, elle a un mari des enfants.
Elle a promis de revenir la voir le lendemain. Pas possible, pourquoi? les problèmes commencent...
" Il n'y a rien dans la vie d'Anne, qui puisse lui servir de point de comparaison, qui puisse lui servir à comprendre vraiment, de l'intérieur la vie de cette femme."p17
Ce récit est ce long apprentissage, de la vie de cette jeune femme, qui distille des informations fragmentées, invérifiables, mais essentielles pour avancer et lui donner les moyens de survivre.
Dialogues et écoutes enclenchent une relation chaotique fragile, faite de malentendus où il faut surmonter les doutes, les déceptions, les coups durs.
Pas à pas, comme la traversée dans un labyrinthe, la lumière et la sortie se dérobent sans cesse, patience, Anne et Destiny apprendront à se déjouer des pièges, une expérience singulière se dessinera au fil du temps dans l'émotion et la fatigue sous le regard de Glory la petite fée née en France.
La simplicité de l 'écriture et la lucidité du récit donne à ce livre Destiny, une force de vie, une bouffée d'oxygène dans l'air malsain que nous respirons parfois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
trust_me
  02 juin 2016
Anne tombe sur Destiny dans un couloir du métro. Elle la dépasse, s'arrête, puis revient vers elle. « La femme appuyée contre le mur est jeune, noire, enceinte et semble en souffrance ». Dans un anglais approximatif, Destiny explique qu'elle se rend à l'hôpital. Anne, sans se poser de question, décide de l'accompagner. le début d'une étrange relation entre une sexagénaire un peu bobo et une migrante d'origine nigériane, arrivée d'Italie après un long et douloureux périple. Anne ne sait pas, ne comprend pas pourquoi elle va revoir Destiny le lendemain de leur première rencontre. Certes, elle lui en a fait la promesse, mais il lui serait facile d'oublier cette promesse. Pourtant, quelque chose la pousse, une sorte d'altruisme mêlé de fascination pour cette femme dont elle admire le parcours. le bébé vient au monde et Anne est toujours là. Destiny ne manifeste pas vraiment d'affection envers sa bienfaitrice, elle cherche un toit, fait appel chaque soir au 115, se débrouille comme elle peut. Au fil des semaines, la dépression la gagne, les crises se succèdent, l'internement devient inévitable. L'enfant lui est retiré mais Anne ne l'abandonne pas. Malgré sa propre vie, sa propre famille, les vacances qui l'éloignent de Paris. Elle vient aux nouvelles, apporte son soutien, modestement et avec une certaine retenue.
Un roman qui dresse le portrait sans concession d'une relation aussi particulière que fragile. Aucun angélisme dans cette rencontre, dans ces rapports à la fois bienveillants et distants. On se demande si l'attitude d'Anne relève de la charité chrétienne, d'une volonté de se donner bonne conscience. On se demande pourquoi elle fait subitement de Destiny sa « protégée » et pourquoi cette dernière, sans aller jusqu'à mordre la main qui lui est tendue, ne montre jamais de signe de reconnaissance.
Anne est parfois traversée par des pensées négatives, venant à se demander si son « amie » ne cherche pas uniquement à profiter de sa bonté. Elle ne poussera d'ailleurs jamais cette bonté jusqu'à inviter la migrante chez elle : « Son appartement lui paraît trop étroit pour la contenir, pour contenir Destiny et son énorme cargaison de malheur. Il lui semble que si Destiny entrait dans son appartement, celui-ci, tel un bateau surchargé, pourrait sombrer. Elle voit littéralement Destiny posant le pied dans l'entrée et aussitôt les murs tanguer, le parquet s'incliner. »
En fait, le lien entre les deux femmes reste impossible à définir et c'est dans cette complexité permanente que le roman prend toute son ampleur et déploie une image d'équilibre instable où, sans fard et sans surjouer, chacune trouve sa place en toute sincérité. Un très beau texte qui, au-delà de la question des migrants et de « l'accueil » qui leur est réservé dans nos contrées, traduit magistralement l'aspect fluctuant, inquiet et incertain de la plupart des rapports humains.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
fuji
  23 juin 2016
Les couloirs du métro peuplés et bruyants déversent ses flots comme le fleuve charrie son limon.
Anne rentre, juste pressée de retrouver l'intimité de son chez elle, quand sa route croise celle de Destiny enceinte et en apparente difficulté au milieu de cette marée humaine.
Anne s'arrête et accompagne Destiny jusqu'à l'hôpital en lui promettant de revenir lendemain.
Très vite Anne prend conscience d'une multitude de choses qui lui font ressentir que la barrière entre elles deux, n'est pas celle de la langue, mais plutôt celle des codes de la vie qu'elles n'ont pas en commun.
Elle traque, au départ de cette relation, tout ce qui peut faire lien et repousser les zones d'ombres qui enveloppent toute personne qui migre.
Destiny a un point de repère la gare de Lyon et un sésame le 115...
A partir de là, avec émotion mais sans pathos, le lecteur suit l'auteure, comme un néophyte suivant un plongeur dans les profondeurs de l'océan.
Car c'est véritablement une plongée dans la vie d'une personne où il est très difficile de démêler l'écheveau des réalités et des fantasmes.
La vie de Destiny se révèle à Anne, comme une poupée gigogne, impossible qu'un tête à tête, dans un café ou un restaurant ait la normalité que nous lui connaissons tous. Non, la vie de Destiny est loin très loin de nos stéréotypes.
Anne avec bienveillance et respect doit réinventer un langage, car l'aide à apporter n'est pas seulement matérielle. Comment faire, reste la question sous-jacente.
De plus Anne découvre qu'il y a de multiples réseaux d'aides et que c'est un véritable labyrinthe.
C'est une véritable cartographie des migrants qui se dessine sous nos yeux, avec son universalité mais toujours par le prisme des singularités de Destiny, car Destiny est elle et pas une autre, pas interchangeable.
Toute la beauté de ce récit réside dans cette grande humanité de Pierrette Fleutiaux, ce respect qu'elle montre, avec une multitudes de détails où sans fard elle avance dans ce lien à l'autre, à la fois si différent et si semblable à nous. 
Elle met également en exergue la force qu'il faut déployer pour traverser cet océan qu'il soit fait d'eau, d'hommes et de tracasseries administratives pour arriver à survivre.
Un beau regard nous est offert pour nous faire avancer tous vers plus d'humanité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
claraetlesmots
  13 juin 2016
Dans les couloirs du métro parisien, Anne retraitée blanche et française des beaux quartiers est chargée de sacs d'achat pour la future naissance de sa petite fille. Appuyée contre un mur, une jeune femme noire enceinte semble mal en point. Continuer son chemin ou s'arrêter ? C'est ce qui s'inscrit dans l'esprit d'Anne. Elle la dépasse mais revient sur ses pas. Un acte de bonne conscience, l'envie ou le besoin d'aider celle qui en a besoin? La jeune femme Destiny s'exprime dans un anglais approximatif, patiné de mots qui comme des cailloux retracent son parcours. Mais nous n'en sommes pas là. Anne réussit à la comprendre et à l'accompagner à l'hôpital. Elle lui promet de revenir le lendemain.
Pourquoi cette promesse ? Pour souffler un peu d'espoir à Destiny ? Pour lui faire comprendre qu'elle se préoccupe d'elle ? Depuis son Nigéria natal, Destiny à vingt-sept ans a parcouru des kilomètres, fuit les armes et le hommes menaçants. Elle a payé de son corps son passage en Italie ballotée sur un bateau avec d'autres migrants. Et là voici maintenant en France. Exclue, abonnée à la misère mais elle croit en son prénom. Tout sépare ces deux femmes " que s'imaginait donc Anne ? Qu'elle avait à faire à une gamine ignorante à prendre par la main et guider ! Ne sait-elle pas que celle-ci a des années de tourments derrière elle, des années d'enfer ? Oui, elle le sait, mais non, elle ne sait pas vraiment. Il n'y a rien dans la vie d'Anne, qui puisse lui servir de comparaison, qui puisse lui servir à comprendre vraiment, de l'intérieur, la vie de cette femme."
Destiny met au monde Glory, Anne entreprend des démarches qui jusque là lui étaient inconnues. Car Destiny n'a aucun endroit où loger, n'a pas d‘argent. Anne aimerait ou voudrait en qualité de celle qui aide en savoir plus, que Destiny lui soit reconnaissante pour les vêtements et l'argent donnés, la nourriture achetée. de Paris, Destiny connaît le "CentQuinze" mais pas la Tour Eiffel. Malgré les vacances familiales où la jeune femme s'estompe de son esprit, Anne revient toujours vers Destiny sans trop comment s'y prendre.
Car Destiny est fière, rebelle, elle veut faire venir ses deux autres enfants, trouver un emploi, ne veut pas se faire d'ami, sombre dans le dépression… Autant de quoi noyer Anne dans un océan de perplexité.
De cette relation fragile avec ses incompréhensions mutuelles, Pierrette Fleutiaux nous rappelle que l'aidant n'a pas tous les droits, que Destiny si elle ne déverse pas des torrents de gratitude possède sa liberté bien à elle. Et ces deux femmes vont s'apprivoiser avec leurs différences et chacune d'elle va gommer ce qu'elle ne peut pas comprendre de l'autre et s'enrichir.
Dans cette cartographie complexe des rapports humains, Pierrette Fleutiaux nous offre un regard lucide : des moments de complicité aux petites pensées égoïstes par instinct de protection d'Anne ou encore les mensonges de Destiny "Vérité et mensonge ne sont pas des concepts de référence très utiles quand on côtoie les miséreux du monde". Anne et Destiny s'ancrent en nous et nous questionnent à la façon d'un miroir.
Un livre rare et essentiel avec une sincère humanité car il fait partie de ces lectures qui mettent à mal les préjugés et nous interrogent. Un coup de coeur entier et total !

Lien : http://claraetlesmots.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Josephine2Josephine2   16 avril 2018
Page 151-152
Il y a beaucoup de choses qu’Anne pourrait faire pour Destiny, beaucoup de choses qu’elle ne fait pas. Elle pourrait la prendre comme femme de ménage à la place de la jeune Roumaine qu’elle emploie quelques heures par semaine. Clandestine, elle ne pourrait être déclarée. La jeune Roumaine, elle, est européenne et a les papiers nécessaires. Il faudrait la congédier pour que Destiny puisse prendre sa place. Sa situation est bien meilleure que celle de Destiny, néanmoins précaire : elle attend que son jeune fils soit inscrit dans une classe spécialisée, qui accueille des enfants ne parlant pas encore le français, pour le faire venir. Elle ne se plaint jamais mais parfois Anne voit combien ses traits sont tirés, ses yeux inquiets. Elle ne voit son fils que de loin en loin, il habite chez la grand-mère en Roumaine. S’il part, la grand-mère sera seule.

Anne n’a pas proposé quelques heures de ménage à Destiny.

Son appartement lui paraît trop étroit pour la contenir. Pour contenir Destiny et son énorme cargaison de malheurs.

Il lui semble que si Destiny entrait dans son appartement, celui-ci, tel un bateau surchargé, pourrait sombrer. Elle voit littéralement Destiny posant le pied dans l’entrée et aussitôt les murs tanguer, le parquet s’incliner.

Elle craint de les trouver un jour devant sa porte, elle et toute sa famille : cinq personnes. Et d’avoir à les héberger, à les faire vivre. Cinq personnes.

Ce mot « fraternité » dans la devise nationale. Il l’intimide, l’embrouille. Elle ne le comprend pas. Ce mot est sans limite définie, c’est un gaz volatil qui peut se répandre indéfiniment dans l’espace, il donne le vertige, comme lorsqu’on se penche sur le bord de la nuit étoilée.

Anne aurait pu acheter un ordinateur à Destiny, un vélo, l’emmener en vacances ave elle. Elle aurait pu aller la voir en chacun de ses centres d’hébergement, mieux, elle aurait plu la prendre chez elle.

Chez elle, elle n’est pas seule. Il y a des enfants qui y ont leur chambre, leurs jouets, il y a un homme surtout. Anne ne peut imaginer Destiny de l’autre côté de la cloison de leur chambre.

Ses rêveries, dans la rue, en attendant le métro ou le bus, vont comme suit : elle gagne une très grosse somme au loto, elle lui achète un appartement, qui sera à elle quoi qu’il arrive, et voilà, elle est débarrassée d’un gros souci, elle a le cœur léger, c’est magique.

En réalité, elle ne joue pas au loto. Une ou deux fois, elle a acheté un billet en pensant à Destiny. Rien. Des rognures grisâtres pour les billets à gratter, ou un numéro aberrant pour les billets à numéros. Et une sourde colère. Voilà tout ce que le hasard consentait à Destiny : ces miettes de papier, ces chiffres idiots.

Devant la porte du bar-tabac, un mendiant. Pensant à Destiny toujours, elle ne donnera rien à ce mendiant inconnu, ce mendiant anonyme. Mieux vaut garder ses pièces pour Destiny. Donner à cet homme, c’est voler Destiny. Même raisonnement avec tous les mendiants.

Destiny : son excuse. Sa belle excuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Josephine2Josephine2   16 avril 2018
Page 178
« You saved my life », dit enfin Destiny.

Vous avez sauvé ma vie.

Anne va protester, mais, les yeux au loin, tranquillement, Destiny répète : « you saved my life ». Et Anne comprend qu’en effet il est question de vie et de mort, de mort et de vie, et que le respect lui impose de se taire. Un instant de silence, en hommage à ces choses mystérieuses qui les dépassent, elle Destiny, elle, Anne.

On entend les cris et rires des enfants, le soleil leur chauffe les bras, Victor au loin joue au ballon avec ses fils. La réalité revient autour d’elle.

Glory est toujours sur son cheval à ressort, à le secouer de ses petites mains. Anne lui adresse un petit sourire, Glory fait de même en retour. Et comme Destiny et elles ont quitté leurs manteaux et lainages, tant il fait chaud maintenant sur le banc, et que leurs bras nus sont côte à côte, elles observent ces bras, comparent leur couleur, vraiment blanche pour l’une, sombre et luisante pour l’autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Josephine2Josephine2   16 avril 2018
Page 147 – 148
… Sur la table, leur commande : le chocolat de l’une, le coca de l’autre. Soudain : « You want to eat something ? » demande Anne sur une intuition. Touché ! «Yes, I am hungry », dit Destiny vivement. Elle a faim. “And you, you don’t want to eat ? ajoute-t-elle. Et vous, vous ne voulez pas manger ?

Anne répond qu’elle a déjà déjeuné. Il est cinq heures de l’après-midi tout de même ! Quelque chose comme de la perplexité passe dans le regard de Destiny. Et comme ce qui est apparu là ne disparaît pas, Anne explique le rythme des repas dans ce pays. Repas du milieu de journée, repas du soir. Horaires à peu près réguliers. Il n’est ni midi/une heure, ni sept/huit heures, donc elle n’a pas faim.

Destiny est stupéfaite : dans son univers, on mange quand il y a à manger, la nourriture se saisit quand elle passe.

Cependant elle est assez avertie des bizarreries de ce monde de riches qu’elle côtoie pour dissimuler sa stupéfaction.

Anne, quant à elle, réfléchit à vive allure. Malgré tout son intérêt pour Destiny, elle n’a aucune envie de rester devant elle une bonne demi-heure à observer son regard suspicieux braqué sur l’assiette, la fourchette qui semble tâter la texture de l’aliment, ce qui sera accepté, ce qui sera refusé. Et cette suspicion étendue jusqu’aux serveurs, envers lesquels Destiny semble nourrir une sorte de méfiance à priori : craint-elle d’être empoisonnée ? A-t-elle été traitée de haut, voire de très haut, par des individus de la même engeance ?

Anne annule la commande et emmène d’autorité Destiny au McDonald’s voisin. Bingo ! Car ici, dans ce paradis des pressés, des pas bien riches ou des mal-lisants, on peut faire sa commande dans difficulté, le menu proposé est en images, on voit ce qu’on mange, what you see is what you get. Et, cette fois, par d’installation autour d’une table.

Instruite par une expérience antérieure – Destiny mangeant à peine, la serveuse suggérant d’emporter les restes, le sourire de Destin alors – Anne suggère l’option «à emporter ».

Cinq repas complets, dont elle pourra nourrir toute sa famille ce soir.
Destiny rayonne, son regard va du haut du mur où sont affichées en couleurs alléchantes toutes les sortes de burgers proposés et leurs accompagnements, et redescend vers le comptoir où s’affairent des jeunes gens aimables, plusieurs sacs sont remplis, « Do yo want ice-creams ? » demande Anne au dernier moment, « Yes, yes, for the kids, s’écrie-t-elle, they love ice-creams ! »

Comprenez : mes gosses adorent les crèmes glacées, mais je n’ai pas les moyens de leur en offrir, donc ils n’en mangent jamais. Eh bien ils en mangeront cette fois, et avec des smarties dessus, ou des éclats de caramel, ou des rayons de soleil, des lueurs de lune, des fragments d’étoiles, des diamants, des perles, Destiny rayonne de plus en plus fort, le taux de radiations qu’elle émet affolerait un compteur Geiger de la joie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
KikiliKikili   13 mai 2016
La multitude d'Anne : toutes les entités qu'elle abrite, floues, trouées, se déformant au moindre choc, la personne qu'elle n'est pas, qu'elle pourrait être, voudrait être, ne voudrait pas être, ne sait être, croît être, et d'autres venues du dehors, une foule vaguante, pas plus sans doute que chez quiconque. ou plus peut-être, comment savoir.
Commenter  J’apprécie          50
nnbnnb   24 juillet 2016
La belle excuse.
Ceci, concernant Anne : quand elle croise une mendiante accroupie dans ses jupes sur le trottoir, elle pense à Destiny. quand elle entend à la radio l'effroyable odyssée d'un navire de migrants en perdition, elle pense à Destiny. Quand elle apprend que les subventions aux associations caritatives vont être réduites, elle pense Destiny. Quand elle regarde à la télévision un documentaire sur les Restaurants du coeur, elle pense à Destiny.
Destiny est le nom d'un flux de pensées qui circulent sans arrêt dans le cerveau, ce flux n'est pas le seul, il en rencontre d'autres, entre en interaction avec eux, s'en sépare, reprend son cours, c'est la vie d'un cerveau, tel qu'il cahote aujourd'hui dans les rues de nos villes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Pierrette Fleutiaux (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierrette Fleutiaux
Pierrette Fleutiaux - Loli le temps venu .Pierrette Fleutiaux vous présente son ouvrage "Loli le temps venu" aux éditions Odile Jacob. Préface Françoise Héritier. http://www.mollat.com/livres/fleutiaux-pierrette-loli-temps-venu-9782738130259.html Notes de Musique : 04 New Life - Free Music Archive
autres livres classés : migrantsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1743 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre
. .