AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072956591
304 pages
Gallimard (14/10/2021)
3.55/5   29 notes
Résumé :

On vient d'assassiner d'horrible façon le chef d'un club de vacances sur l'île de Rhodes. Chargée de l'enquête, la commissaire Viviane Lancier doit jongler avec une cocaïnomane noyée, un chat empaillé, un jardinier décapité, sans compter la mauvaise volonté des témoins, la chaleur écrasante et le buffet des desserts, presque aussi tentant que le physique d'Apollon de son lieutenant.

Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,55

sur 29 notes
5
1 avis
4
8 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

liliba
  18 août 2011
C'est avec un immense plaisir que j'ai retrouvé la commissaire Viviane Lancier, rencontrée l'année dernière dans La commissaire n'aime point les vers. ainsi que l'écriture de l'auteur, vive, alerte, et surtout bourrée d'humour.

Notre commissaire, dont le coeur bat toujours plus que de raison pour le jeune Augustin Monot va devoir passer une semaine dans un club de vacances à Rhodes, non pour des vacances, mais plutôt pour élucider un meurtre, et surtout pour que la mort du King, le directeur du club, ne fasse pas de vagues et n'entraine pas la fermeture du club, dont le grand chef est un ami du "Tout-Puissant", le divisionnaire...

Si vous avez lu La commissaire n'aime point les vers, vous vous souvenez sans doute que Viviane était la seule femme de la brigade et qu'elle manageait ses hommes d'une main de fer, dans un gant de velours. En effet, pour elle "tout était si simple : elle était la femme, ils étaient les hommes. Pourquoi ne comprenait-on pas cela à l'extérieur ? Certes, elle les aimait d'un amour possessif, elle les menait à la baguette, mais était-elle leur maman ? Bon, oui, un peu. Et même un peu plus dans le cas d'Augustin Monot, sa dernière recrue."

Viviane n'a pas changé. Elle est toujours mal dans sa peau et se trouve peu, voire pas du tout sexy, elle est bourrée de complexes. "Un pantalon gris informe, une chemisette blanche à manches courtes que la chaleur de la mi-juillet décorait d'une zone sombre sous les bras, et des mocassins avachis" : voilà sa tenue habituelle et elle se rend bien compte que "le contenu était tout aussi chagrinant que l'emballage : un corps qui paraissait encore plus petit que son mètre soixante et un, plus vieux que ses trente-sept ans, et surtout trop lourd : elle avait repris tous les kilos qu'elle avait réussi à perdre lors de l'affaire du sonnet, trois mois plus tôt. Quant à son visage fatigué où languissaient des yeux gris, il semblait dessiné à la hâte : trop rond, un peu bouffi. Elle avait des cheveux châtains coupés court, mais pas de coiffure. Elle ne se plaisait pas ; à qui aurait-elle pu plaire ?"

Voilà donc les pensées qui l'assaillent pendant que le Tout-Puissant lui décrit sa nouvelle mission. Elle se plaît à rêver, un peu... Ces quelques jours au soleil seront l'occasion d'un tête à tête avec son cher Augustin qui peut s'avérer fort agréable, et cette mission semble être de tout repos... Il partageront le même bungalow, une certaine intimité... peut-être devra-t-elle même lui enduire le dos de crème pour le soulager de coups de soleil...

Dans ses bagages, un seul livre, qu'elle a eu bien du mal à choisir, puisqu'elle a demandé à la libraire un ouvrage de poésie "classique, mais plutôt moderne", "du facile, mais quand même intellectuel"... Elle se retrouve donc avec Alcools d'Appolinaire, car "elle se devait d'emporter quelque belle lecture, qui lui vaudrait la considération du lieutenant Monot". Mais le hasard lui joue des tours, et c'est Willy, un tout jeune policier, qui devra l'accompagner. Dès le début, ce Monsieur Muscle, qui sent le vétiver à plein nez, l'horripile, bien qu'il ait "une personnalité forte, un coeur simple". Elle va lui en faire baver pour un peu se venger...

Viviane se retrouve donc à l'Esprit Club, là où "vos vacances ont l'esprit club", justement. Un club un peu particulier dont la description m'a fait rire aux éclats, surtout quand on sait que l'auteur s'est volontairement immergé une semaine dans un club du même genre afin de peaufiner la rédaction de son roman. Ici, les vacanciers sont les Chéris, les Cocos et les Kikis, les animateurs et animatrices du club. Comme feu King n'arrivait jamais à retenir les prénoms du personnel travaillant pour lui, il les a baptisés selon leur fonction : Coco l'Anime, chargé de l'animation, Coco Clown, qui fait les sketches, mari de Kiki Piqûre, l'infirmière et aussi "Coco Picole qui gère le bar et la boite de nuit, Kiki Muscule, la responsable de la gym, Coco Vent-Debout, le moniteur de voile, Kiki Plouf préposée à la piscine, Coco Tournevis, pour la maintenance et Coco Cuistot, le cuisinier." Les intérimaires quant à eux s'appellent les Hétoilàs. Mais il y a aussi le gardien, surnommé le Turc puisqu'il ne parle que cette langue, et son fils un peu étrange, sourd et muet. C'est ainsi que Irène, la veuve toute fraîche, explique le fonctionnement du club et décrit ses habitants aux deux flics fraîchement débarqués.

Et dire que Viviane va devoir jouer à la touriste avec cet assistant qu'on lui colle dans les pattes ! Ils sont officiellement scénaristes et cherchent à écrire une fiction sur un club de vacances, ce qui va leur permettre de se mêler aux vacanciers, de parler aux animateurs, et de poser discrètement des questions à tout le monde.

Viviane découvre ce qu'est un club et qu'elle ne connaissait que par oui-dire. Sa première impression l'affole : "Des corps. Elle ne vit d'abord que des corps. Des corps et des chairs de toutes les nuances, du blême mortuaire au rouge thermidor. Hébétée, elle se planta sur la terrasse qui surplombait les deux piscines cernées par la masse humaine. Que venaient faire là tous ces Chéris ? Rien. Ils étaient venus avec un objectif précis : ne rien faire. Ils ne nageaient pas, ne s'agitaient pas. Ils étaient." et elle se demande bien comment elle va supporter ce séjour et tous ces gens qui l'entourent. La promiscuité, le copinage lui sont insupportables : "Elle n'avait jamais supporté ces tu, encore moins ceux qu'on élidait. Elle vouvoyait tout le monde dans son travail et là, le premier barbu venu, pour la simple raison qu'il était du bon coté du bar en tee-shirt jaune fluo, allait lui infliger du tu? Elle savait que beaucoup d'estivants, dans les clubs, se faisaient un devoir de se tutoyer. Il ne fallait pas compter sur elle pour de telles familiarités : on commence comme ça, et on finit par dire tu à ses hommes, comme dans les films policiers."

Alors elle est d'une humeur de dogue, notre commissaire. Elle rudoie le pauvre Willy qui veut bien faire, mais commet bêtise sur bêtise, puis se sent coupable : "être la commissaire ne lui suffisait pas, elle éprouvait toujours le besoin de jouer à la commissaire." Elle se jette aussi sur la nourriture, comme toujours sa compensation première en cas de stress (et il n'y a pas ici ses barres chocolatées préférées...). Au buffet : "Des frites ? Viviane avait liquidé son assiette de hors-d'oeuvre et sentit se réveiller un faim impérieuse. On proposait huit plats principaux. Mais le plus alléchant, c'était ces frites. Depuis combien de temps n'en n'avait-elle plus mangé ? Elle avait réussi à reprendre du poids au printemps sans même avoir cédé à la tentation des frites, il y avait là une injustice qu'il était urgent de réparer. Elle en goûterait juste une. Ou deux."Cela ne l'empêche pas de mener discrètement son enquête, même si elle se sent abominablement mal dans ce club, totalement à coté de la plaque, ringarde, alors que le beau Willy, lui, est si à l'aise, si pleinement vivant... Elle se force pourtant et s'inscrit même à la séance de gym et à la natation, courageuse petite commissaire...

Mais elle est là pour résoudre une énigme et en bonne professionnelle, elle ne l'oublie pas. Elle se fait expliquer par Irène l'histoire du club, les habitudes de chacun, les faits et gestes des uns et des autres ce fameux jour où l'on retrouva le King mort, une fois qu'on se fut rendu compte que ça n'était pas une blague, mais un vrai cadavre... La veuve n'est pas éplorée, c'est le moins qu'on puisse dire. Elle est lucide, sait très bien que King la trompait avec des Kikis ou des Hétoilàs, pas plus tard que la semaine précédente d'ailleurs, elle savait son mariage peu réussi et déclare avec lucidité à Viviane : "on a pour moi un peu de pitié et beaucoup de méfiance : j'étais la plus grande cocue du royaume, mais j'étais la femme du roi". Mais elle ne semble pas coupable, elle avoue d'ailleurs au cours d'une conversation : "Puisque mon mari est décédé le premier, il n'y aura plus d'héritage : vous ne trouverez jamais de veuve plus attristée que moi par la mort d'un époux."

Il faut dire que le roi en question semble avoir été un drôle de type : "Il était comme ça, mon mari : lui, le roi, et, en dessous, la cour et les nains." Il régnait en despote sur ses sujets-salariés, et avait même décidé tout récemment, après avoir refait les comptes du club, que les dépenses devaient être réduites. Des licenciements venaient d'être annoncés... Viviane va devoir bientôt suspecter tout le monde : l'assistant du King, qui reprend la charge du club et ne cache pas sa fierté ("Coco devenu co-chef ! Presque roi !"), mais aussi tous les autres, dont elle découvre qu'ils se livrent chacun à de petites magouilles pour arrondir leurs fins de mois. Grappillage par ci, trucage par là, les inventaires sont falsifiés, les bons produits gardés pour les collègues et la viande avariée servie aux clients, il semblerait même que de l'alcool et peut-être de la drogue circulent sous le manteau...

L'enquête va se compliquer bien vite, avec quelques morts et disparitions supplémentaires auxquelles personne ne s'attendait et qui font rugir le Tout-Puissant, qui voulait une affaire discrète et rondement menée, et pas une tuerie... La commissaire se fait remonter les bretelles par sa hiérarchie, elle est censée calmer le jeu et plutôt dissimuler les indices, que remue-t-elle donc comme boue pour que les morts fleurissent aussi vite que les fleurs sous ces cieux ensoleillés qui devraient être aussi paradisiaques que le vente la publicité ?

Viviane commence à en avoir
... Suite sur Les Lectures de Liliba
Lien : http://liliba.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nekomusume
  31 octobre 2021
Tout d'abord merci à Babelio et aux éditions Folio pour m'avoir fait parvenir ce livre.
J'ai découvert la commissaire directement dans ce 2ème tome mais ce n'est pas très important pour l'histoire. Il est très facile de comprendre ses rapports compliqués avec sa hiérarchie, avec ses hommes et son manque d'estime d'elle-même. Elle ne possède pas un sens du relationnel très développé et fantasme une relation avec un de ses subordonné. Alors lorsqu'on l'envoi sur une île grecque en sa compagnie pour résoudre un meurtre, elle pense plus c'est sa chance. Seulement rien ne se passe comme prevuet elle se retrouve flanquée d'un nouveau venu, sportif, se liant facilement d'amitié, faisant des ravages autour de lui, l'antithèse de ce qu'elle apprécie.
L'enquête se déroule en huis-clos sur l'île transformé en club de vacances, les suspects se multiplient, les mobiles sont nombreux et l'injonction de ne pas faire de vagues et de travailler incognito complique tout.
J'ai bien aimé cette commissaire fragile sur les aspects personnels et forte sur ceux liés à son métier ainsi que son côté cynique par moment.
L'écriture est agréable et il est facile de se laisser entraîner par l'histoire et l'humour.
J'ai moins apprécié la multiplication des cadavres et la surenchère de coupables à la fin.
Toutefois ça reste une lecture divertissante et j'inscris le premier tome dans mes futures lectures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
isabiblio
  12 octobre 2011
La commissaire Viviane Lancier se voit assigner une nouvelle mission par le Tout-Puissant (son directeur) et le ministre de l'intérieur. Elle doit partir illico enquêter avec son Lieutenant favori Monot dans un club de vacances basé sur une île grecque. le Chef du Village a été retrouvé pendu le soir du 14 juillet déguisé en Napoléon. Deux jours avant, nombreux sont ceux qui l'ont entendu se disputer violemment avec sa femme, à priori le "King" accumulait les conquêtes féminines... Mauvaise farce, suicide où meurtre, elle va devoir en déterminer la cause, sans faire de vagues, incognito, car le Président de "L'Esprit Club" n'est autre que le frère d'un ancien ministre. Au moment du départ, ce n'est pas son Lieutenant favori qui embarque avec elle, mais un autre Lieutenant, un athlète musculeux latino. Déjà contrariée de se retrouver dans une ambiance club de vacances avec Karaoké, piscine, boîte de nuit où les corps n'en finissent pas de s'étaler, elle dont le corps "charpenté" ne sait pas résister aux frites...Comment ne pas être sous le charme de cette truculente commissaire tellement loin des clichés "mannequins" servis par les séries télévisées. Même si l'intrique est un peu tarabiscotée, le profil, la verve, la sensibilité du personnage principal mérite le détour. Quand à l "Esprit Club" il a comme un petit air des "Bronzés" de quoi passer un bon moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Prudence
  13 novembre 2021
J'ai beaucoup hésité sur l'impression que m'a faite ce livre, car j'ai souvent oscillé tout au long de la lecture.
La commissaire est ronchon, jamais contente, toujours à contre-temps, pas sympathique du tout, or, c'est le personnage principal.
Le concept des animateurs (GO) du club de vacances qui s'appellent tous Cocos et Kikis, le personnel les Hétoilàs (oui, de hé! toi, là!) et les vacanciers et vacancières les Chéries et Chéris était presque insupportable à la lecture, mais en même cet horripilement que j'ai ressenti était sûrement voulu et très pertinent pour dénoncer l'ambiance débilitante et déshumanisante de ces clubs de vacances. Au final c'était très judicieux et un bon point.
L'histoire est bien, il y a du suspense et c'est bien conçu.
C'est un tome 2, je n'ai pas lu le 1 mais on peut s'en passer, on comprend vite ce qu'on doit comprendre grâces aux rappels qui sont bien amenés.
Ça m'a donné envie de lire d'autres livres de cet auteur pour ma section détente. Mais pitié plus de cocos et kikis!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
YvPol
  02 mai 2011
Retour de Viviane Lancier, après La commissaire n'aime point les vers. Et ça commence tout pareil : Viviane a repris du poids, ne se sent pas vraiment sexy, ni désirable, s'habille n'importe comment et mange de tout en dépit du bon sens, celui qui voudrait qu'elle s'alimentât plus légèrement pour tenter de retrouver une ligne plus fine. Mais Viviane ne résiste pas à un plat lourd et copieux. Beaucoup d'humour dans la première partie du livre, notamment lors de la réception en l'honneur du retour d'Augustin Monot : "Viviane soupira, heureuse. On ne lui avait pas proposé de siège, ses escarpins lui faisaient mal aux pieds, les miettes de macaron grattaient sa gorge, le champagne lui donnait un léger hoquet, le foie gras remontait avec un goût aigre, mais c'était vraiment une belle soirée." (p.22)
Puis, la commissaire et Willy Cruyff arrivent au Club. Lui, très beau, corps d'athlète, toujours prêt à ouvrir la conversation avec les autres, il réussit même à se faire des connaissances dans les files d'attente ! Elle, coincée, complexée, incapable d'aller vers autrui, totalement paralysée à l'idée de passer quelques jours dans un Club de "Bronzés". Comme je la comprends Viviane : je frémis à l'idée de passer une semaine dans un Club, entouré de "cocos" et de "kikis"(respectivement les animateurs et les animatrices), obligé de me coltiner le karaoké, les repas-buffets de maigre qualité ! Et c'est là que le livre à l'instar de son héroïne, devient plus nostalgique ; l'humour est moins tranchant et l'on sent beaucoup plus la véritable détresse de Viviane. Ou alors, c'est moi qui, redoutant cette terrible épreuve et voyant Viviane la vivre si douloureusement, me suis totalement projeté et n'ai alors plus ressenti l'humour de Georges Flipo. Mais si je dis que je trouve ce deuxième tome moins drôle, je ne le considère pas moins bon. Différent, mais ressemblant tout de même. Suis-je clair ?
Dans tout le milieu du livre, la commissaire a du mal à prendre sur elle-même pour avancer. Elle aimerait tant avoir son lieutenant Monot à ses côtés. Monot, l'intellectuel, Monot le littéraire -qui, soit dit en passant, lui lira quelques passages de poèmes érotisants d'Apollinaire au téléphone, puisque pour se mettre à niveau, Viviane se lance dans la lecture de ce poète ! Mais elle n'est pas insensible non plus au charme de Cruyff. Cruyff, le sportif, Cruyff, l'adepte du beau corps. Un intellectuel et un sportif, à eux deux, l'homme parfait pour Viviane. Au(x)quel(s) elle céderait volontiers, mais de concours de circonstances en pudeur mal placée et d'aléas en retenues, Viviane... sautera-telle -si je puis m'exprimer ainsi- le pas ? Vous le saurez, en lisant La commissaire...
Venons-en maintenant à l'intrigue : un vrai casse-tête, digne -ou inspiré- du Mystère de la chambre jaune. Elle tient bien la route, met à jour les pratiques douteuses au sein du Club. Sans être haletante, elle m'a étonné jusqu'au bout : je ne m'attendais pas à cette fin.
Lien : http://lyvres.over-blog.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
YvPolYvPol   12 mai 2011
Viviane soupira, heureuse. On ne lui avait pas proposé de siège, ses escarpins lui faisaient mal aux pieds, les miettes de macaron grattaient sa gorge, le champagne lui donnait un léger hoquet, le foie gras remontait avec un goût aigre, mais c'était vraiment une belle soirée (p.22)
Commenter  J’apprécie          50
voiliervoilier   08 septembre 2015
- Vous savez ce que je lis en ce moment, Augustin ? Du Apollinaire.

Du Apollinaire ou de l'Apollinaire ? Elle avait une chance sur deux de s'être trompée, or la chance et elle... Vivement, elle corrigea le tir.

- Alcools d'Apollinaire.
Commenter  J’apprécie          50
isabiblioisabiblio   11 octobre 2011
Il avait joué la transparence, et elle se méfiait des suspects transparents : tout homme normal avait quelque chose à cacher.
Commenter  J’apprécie          20
isabiblioisabiblio   10 octobre 2011
- Ah, pour un homme, on dit infidèle et pour une femme, on dit coincée ?
Commenter  J’apprécie          21

Video de Georges Flipo (1) Voir plusAjouter une vidéo
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2364 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre