AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Fabrice Flipo (Autre)
EAN : 9782373090956
160 pages
L'Echappée (08/10/2021)
4/5   1 notes
Résumé :
Le mythe de l’immatérialité du numérique est enfin en train de s’effondrer. Il s’avère que ce secteur est le plus mauvais élève de tous, notamment sur le plan des émissions de gaz à effet de serre : pire que l’aviation, à tous points de vue. Mais de quoi parle-t-on exactement ? Et quelles en sont les conséquences ?

En s’appuyant sur une étude exhaustive des rapports scientifiques sur le sujet, Fabrice Flipo définit avec précision le... >Voir plus
Que lire après La numérisation du monde : Un désastre écologiqueVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Cet ouvrage est écrit par Fabrice Flipo l'un des spécialistes sur les questions de sobriété numérique. le titre de ce nouvel ouvrage « La numérisation du monde » défini bien son sujet, avec un sous-titre qui annonce tout de suite ou l'auteur veut en venir : « un désastre écologique ». L'auteur prends la hauteur et le recul nécessaire pour traiter son sujet, la conclusion est sans appel, en l'état actuel la numérisation du monde ne peut pas fonctionner. L'auteur s'attarde à démontrer que si on laisse faire les acteurs du numérique la situation écologique sera pire qu'avant. le numérique n'est pas la solution aux problèmes écologiques, au contraire.

Pour effectuer sa démonstration, M. Flipo déroule son plan selon 5 chapitres claire avant d'aboutir à une très belle conclusion avec des propositions concrètes.

L'intérêt de cet ouvrage c'est qu'il traite du sujet de façon transversale en invoquant des psychologues, sociologues, économistes et de nombreuses études écologiques.

L'auteur commence par définir nos modes de vie qui ont un impact sur notre consommation, elle diffère selon nos catégories socio-professionnel mais aussi nos goûts personnels (Chapitre 1). Dans le Chapitre 2 l'auteur nous démontre que les produits numériques sont mis en avant dans le discours publique. Il invoque l'auteur James C. Scott et son « texte public ». le Crédoc participe à l'insémination d'un discours pro-numérique. Dans le chapitre 3 on apprend comment les acteurs développent leur réseau. L'économie de réseau consiste à financer de gros investissement (télécom puis câble, ADSL, 4G, Fibre optique, maintenant la 5G). Au final ce sont les consommateurs qui paye via des abonnements (offre triple play etc). Nos box et smartphone sont en réalité en leasing pour financer les coûteux investissements. Tout est fait pour que de nombreuses personnes payent un abonnement et que l'outil devienne indispensable. Comme une marche inéluctable au progrès technologiques ou il n'y aurait pas de limite à la croissance et aux capacités.

L'ouvrage décolle à partir du Chapitre 4, car on comprends ou l'auteur veut en venir. le numérique est incompatible avec les équilibre de la planète en raison de 4 dynamiques à l'oeuvre : « la consommation croissante du secteur numérique, son efficacité énergétique, qui réduit sa consommation relative mais alimente l'effet rebond, puisque ces gains sont rentables et dégagent des profits à investir ailleurs; l'effet globalement positif du numérique sur la croissance économique mondiale, d'où une consommation d'énergie en hausse; et, enfin, des effets ambivalent sur les autres secteurs mais qui vont généralement de pair avec des gains énergétiques, à nouveau, et donc avec des consommations croissantes. ». En résumé le numérique permets bien des économies d'énergie mais ces gains sont annihilés par l'effet rebond et l'investissement des économies réalisé en vue d'augmenter la production et la croissance.

Dans le chapitre 5 l'auteur fait un état des lieux sur les rapports de force. Les acteurs du numérique, que ce soit les GAFAM ou les constructeurs de matériels ont fait d'important progrès depuis les dernières études de l'auteur en 2013, mais ces gains sont annihilés par la croissance du numérique (effet rebond). Malgré la prise de conscience des acteurs du numérique sur les enjeux climatique, il ne faut pas attendre de leur part une diminution des émissions. La croissance verte et le développement durable ne peuvent pas fonctionner. Les ONG écologiques sont évoqués dans ce chapitre mais les propositions sont faibles au rayon du numérique et pas à la hauteur des enjeux. Les propositions concrète sont surtout évoqué en conclusion.

La conclusion est brillante car l'auteur sait ramasser son sujet de façon concise et nous démontre qu'il a parfaitement cerné tous les enjeux. le problème n'est pas que numérique mais il dépend aussi de nos modes de vies. Quel type de société voulons nous ? Jusqu'où voulons nous aller dans la numérisation du monde ?
Pour lutter contre l'envolé numérique il propose de limiter certains services, beaucoup trop consommateur, comme les objets connectés à foison, la voiture autonome, limité la 4K, abandonné le 8K, limité l'IA à certains projets, limité le développement de la 5G et l'idée d'une 6G etc
Il propose également des quotas d'émission liés à un prix global du carbone, davantage de recyclage des matériaux, un développement de la voiture low-tech et la dénumérisation des voitures, une garantie de 10 ans sur le matérielle et 20 ans sur le software, mais aussi l'écoconception pour que les programmes sont mieux conçus, davantage optimisé.
Sa mesure phrase pour le matériel serait d' « obliger les entreprises qui mettent un produit sur le marché à émettre un document certifié par un tiers de confiance (association de consommateur) évaluant les effets écologiques et sociaux de la généralisation du produit. ».
Ils proposent aussi un ancrage plus local du numérique et moins de publicité. Il encourage les communs qui devrait utiliser les mêmes armes que les marketeur pour la mise en réseau des initiatives et leur diffusion. Pour les communs il faut se méfier d'un enfermement trop communautaire qui aurait tendance à exclure.

J'ai beaucoup apprécié ce livre, très actuel, et très au fait des enjeux. Il permets de prendre de la hauteur. Ma critique finalement et qui justifie mon 4/5 c'est qu'on peine à croire que les mesures soient facilement réalisable. C'est l'État et les institutions, donc les politiques, qui sont aux manettes pour encourager la majeur partie des propositions de l'auteur. En face de l'état on a des mastodontes capitalistes qui ne se laisserons pas faire. L'auteur le dit bien il faudrait changer de système – quitter le capitalisme pour un nouveau projet social, vers plus d'égalité mais sans uniformité. Cette ouvrage est un vrai travail universitaire avec de nombreuses notes ce qui est très agréable et ouvre la voie sur une connexion avec d'autres domaines, notamment dans les champs économique et politique.
Commenter  J’apprécie          10


Videos de Fabrice Flipo (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabrice Flipo
Conférence dans le cadre des Congrès scientifiques mondiaux TimeWorld : TimeWorld expose et anime la connaissance sous toutes ses formes, théorique, appliquée et prospective. TimeWorld propose un état de l'art sur une thématique majeure, avec une approche multiculturelle et interdisciplinaire. C'est l'opportunité de rencontres entre chercheurs, industriels, universitaires, artistes et grand public pour faire émerger des idées en science et construire de nouveaux projets. https://timeworldevent.com/fr/ ------------------------------------------------------------------------ Fabrice Flipo est philosophe, Professeur à l'Institut Mines-Télécom BS et chercheur au Laboratoire de Changement Social et Politique (Université de Paris Cité). Ses travaux portent sur l'écologisme, les grandes idées politiques, le changement social et politique ainsi que sur le cas plus spécifique de l'écologie du numérique. Il est notamment l'auteur de le développement durable et ses critiques (Bréal, 2022), L'impératif de la sobriété numérique (Matériologiques, 2020).
Conférence : Qu'est-ce que la sobriété ? Le 16 novembre 2023 au Cnam à Paris lors du congrès mondial TimeWorld Energie.
A l'heure de la planification écologique, au regard notamment des objectifs climatiques, l'énergie est au coeur des discussions. Dans les mesures gouvernementales en effet, les points clé portent sur les sources d'énergie (renouvelable ou nucléaire), l'efficacité énergétique (isolation des bâtiment, numérique etc.) et la sobriété. Cette dernière demeure toutefois relativement incomprise, souvent confondue avec l'efficacité, qui consiste à consommer moins de ressources pour un même bien ou service. Qu'implique-t-elle exactement ? Est-elle vraiment nécessaire ? Est-elle compatible avec la croissance économique qui est recherchée en même temps ? Dans quelle mesure engage-t-elle des questions de justice ? Concrètement, peut-on demander un investissement similaire de la part des plus riches et des plus pauvres ? L'exemple des négociations internationales sur le climat montre plutôt le contraire : c'est sur les questions de justice que portent les principaux blocages.
+ Lire la suite
autres livres classés : écologieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (13) Voir plus



Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
254 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre

{* *}