AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264072075
Éditeur : 10-18 (16/08/2018)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 52 notes)
Résumé :
Cela fait plus de cinquante ans que la famille Turner habite Yarrow Street, rue paisible d'un quartier pauvre de Detroit. La maison a vu la naissance des treize enfants et d'une foule de petits-enfants, mais aussi la déchéance de la ville et la mort du père.
Quand Viola, la matriarche, tombe malade, les enfants Turner reviennent pour décider du sort de la maison qui n'a désormais plus aucune valeur, la crise des subprimes étant passée par là.

G... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
viou1108
  14 août 2017
Detroit, 2008. En pleine crise des subprimes, les enfants Turner se réunissent pour décider du sort de la maison familiale, vide depuis que la matriarche, Viola, est tombée malade et a emménagé chez Cha-Cha, l'aîné de la fratrie. Pendant plus de 50 ans, cette maison a vu naître les treize enfants de cette famille afro-américaine, les a vus grandir, s'aimer et/ou se disputer, quitter le nid pour en construire d'autres ailleurs. Aujourd'hui, à l'heure où le marché immobilier est en pleine débâcle, deux choses sont certaines : vendre la maison ne rapportera rien faute d'acheteur (hormis les banques vautours), et la garder constitue une ruine puisqu'il faut continuer à rembourser l'emprunt. Dans ces conditions, difficile de mettre tout le monde d'accord. Entre palabres et chamailleries, désintérêt ou tentative de sauvetage pas très nette, on fait plus particulièrement la connaissance de deux des enfants : Cha-Cha et Lelah, la plus jeune. A quelques années de la retraite, Cha-Cha, conducteur de poids lourd, vient d'avoir un accident de la route et se voit contraint de consulter une psychologue. Une relation particulière s'instaure entre eux, qui fera littéralement resurgir un fantôme du passé. Quant à Lelah, la quarantaine, elle se débat avec d'autres démons : son addiction au jeu lui a fait perdre boulot et appartement, et la voilà obligée de squatter sa propre maison d'enfance à l'insu de la famille.
Dit comme ça, ce roman ne serait qu'une saga familiale drôle et touchante, aux personnages attachants. Mais ce serait sans compter sans l'autre grand « personnage » du livre : la ville de Detroit. Dans les remerciements en fin d'ouvrage, l'auteure écrit « qu'on ne peut pas parler de l'histoire de Detroit sans évoquer la discrimination [raciale] dans le logement ». L'histoire des Turner est en effet indissociablement liée à l'évolution de la ville, dans laquelle Francis et Viola, les parents, se sont installés à la fin de la deuxième guerre mondiale, alors que la ségrégation battait encore son plein. S'étant extirpés de leur Arkansas de misère, ils se sont peu à peu hissés de la pauvreté à la classe moyenne. Mais après l'apogée des années 50-70, le déclin industriel frappe la région, qui devient la « Rust Belt » du pays. Précarité, alcool, drogue, violence, la suite est une spirale connue dans laquelle il faut s'efforcer de ne pas s'enfoncer. Jusqu'au crash financier de 2007-2008, qui porte le coup fatal à une ville déjà exsangue.
C'est tout ce pan de l'histoire des Etats-Unis qui est ici dépeint entre les lignes. Un premier roman aux portraits psychologiques qui sonnent très juste (même si l'histoire du fantôme laisse un peu sur sa faim), et au style réjouissant. Auteure à suivre !
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
tynn
  01 octobre 2017
Avec ce genre de titre, on a tendance à imaginer une saga familiale. Et on n'en est pas loin, car la maison Turner a abrité l'éducation de 13 enfants: une bouillonnante tribu afro-américaine de Détroit-Michigan, depuis les années 60.
Mais dans la réalité, les choses sont souvent moins romanesques.
Les enfants sont tous devenus adultes, parfois grands parents, certains toujours sur place quand d'autres se sont envolés vers d'autres destinées. C'est donc une famille réduite qui vit autour de la vieille mère malade que Charles, l'aîné, héberge. La maison d'enfance ne vaut plus rien, son emprunt est astronomique à rembourser, elle va être bradée... une décision en fratrie s'impose.
Mais à 13, c'est très compliqué et sources de conflits et de malentendus.
Une narration touchante et un peu décousue dans le décor d'une ville de Détroit en ruine de son industrie automobile et de la crise du logement de la période des subprimes.
Suivre les différents personnages dans les galères ou inquiétudes du quotidien dresse un diaporama contemporain: chômage, racisme, problèmes financiers, conjugaux, dépendance de la vieillesse, addiction au jeu et à l'alcool, etc...
Quand on rétrécit le champ visuel, c'est une mini société qui interroge sur les racines familiales, sur le poids de responsabilité des aînés, sur l'inconséquence des plus jeunes mais qui met aussi en avant l'entraide, la solidarité indéfectible et l'amour fraternel.
Un livre sur la complexité des liens familiaux, inspiré de l'histoire personnelle de l'auteur, et qui se lit agréablement.
Remerciements à NetGalley
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
KateMoore
  21 octobre 2018
Je voudrais d'abord remercier Babelio via La Masse Critique et les Editions 10/18 pour m'avoir permis de lire cet excellent roman.
« La Maison des Turner » est le premier livre de son auteur, Angela Flournoy. L'histoire se situe à Détroit, au début de la crise des Subprimes, pour une partie. L'intrigue cible, en effet, plus particulièrement, les années 1945 et 2008.
« Au cours des derniers mois, alors que la bulle immobilière éclatait, il (Troy) avait lu des douzaines d'articles au sujet des banques qui pressuraient les propriétaires blacks ou latinos pour les faire hypothéquer, même ceux à qui leur revenu et leur capital auraient dû garantir un prêt. » (page 117).
Francis et Viola Turner ont eu treize enfants. le roman se concentre, plus spécifiquement, sur l'aîné de la famille, Charles dit Cha-Cha et la dernière de la fratrie, Lelah.
Le postulat de départ est, Francis étant déjà mort depuis quelques années, que Viola est devenue trop âgée et malade pour vivre seule dans la maison familiale de Yarrow Street, une shotgun house.
« Une shotgun house correspond au style de la plupart des maisons américaines bâties dans le Sud entre la fin de la guerre de Sécession (1865) et les années vingt. Aujourd'hui encore, c'est le logement individuel le plus répandu dans de nombreuses villes du Sud, ou devenu symbole de pauvreté à partir des années cinquante. Les shotgun houses se caractérisent par une structure rectangulaire, tout en longueur, avec des portes à l'avant et à l'arrière. Les pièces, de trois à cinq, sont placées en enfilade, sans couloir ni vestibule. » (page 92).
Que faire alors de cette maison ? Cette question devient un dilemme parmi les frères et soeurs. Personne n'est d'accord sur le choix car cette maison est remplie de souvenirs….
« Nous vivons et mourons dans des maisons, nous rêvons de revenir dans des maisons, et prenons grand soin de réfléchir à qui en héritera à notre mort. Cha-Cha savait que sa famille n'était pas différente des autres. La maison de Yarrow Street, c'était leur mascotte sédentaire, et ses façades délabrées, les armoiries des Turner. » (page 439).
Angela Flournoy réinvente le grand roman familial à l'Américaine.
Elle arrive, sans jamais perdre le lecteur, à nous raconter les péripéties de cette famille afro-américaine.
Elle nous la rend touchante. Ses mots sonnent juste.
Elle brasse, dans son roman, plusieurs thèmes : la difficulté de trouver sa place dans cette grande fratrie, le temps qui passe, les rivalités, les choix de vie, la maladie….
Dispute entre Lelah et son frère Troy :
« - C'est vrai, j'ai besoin d'aide, dit-elle. Mais regarde-toi ! T'es majeur et vacciné, et tu débarques en pleurnichant, à chercher des réponses de Cha-Cha comme si c'était ton père. Il est mort, ton père, et ça fait un bail. Si t'as une vie merdique, tu peux t'en prendre qu'à toi-même.
Troy se leva aussi. Il dut s'appuyer sur la balustrade pour se tenir debout.
- Tu t'es installée dans cette maison comme un squatter. Comme un putaind'clodo !
Lelah avança sur lui jusqu'à ce qu'ils soient presque nez à nez. Son haleine était épouvantable mais elle ne recula pas.
- Et toi, tu as magouillé pour vendre la maison, ou je ne sais pas quelle combine. Tu ne vaux pas mieux que moi, Troy. Sors-toi vite ça d'la tête,pauv'mec. » (page 385).
« Elle (Viola) attendit que l'assemblée se calme, après que chacun eut parlé. Pour elle rien ne pressait. Ses pensées s'éclaircissaient à chaque instant. Les mots se cristallisaient dans sa tête. Elle pensait à son désir intense de quitter la vieille maison il y avait tant d'années (dans le Sud) ; quand tous trois (Francis, Viola et leur premier fils, Charles) étaient partis pour le Nord… Elle ne s'était pas occupée de tous ses enfants de la même façon, sans jamais avoir eu le loisir de s'inquiéter de savoir si c'était bien ou mal. Chacun à sa manière faisait partie d'elle-même…. Ils avaient envahi ses pensées, occupé son coeur, trop exigé d'elle durant ces soixante-quatre années, mais cela avait valu la peine d'essayer de le leur donner. » (page 471).
Il s'agit, aussi, d'un livre sur Détroit qui se paupérise, livrée aux criminels, aux dealers, aux trafics en tout genre.
« Elle (Lelah) se souvenait de rumeurs et de nouvelles récentes sur le quartier. Cette histoire d'une fillette de quatorze ans qui rentrait chez elle, quand une berline des années quatre-vingt-dix s'était arrêtée à côté d'elle, deux hommes l'avaient jetée dans le coffre, l'avaient violée dans une maison abandonnée et laissée là. Ou cette fusillade avec la police près de Baldwin en février dernier, qui s'était terminée par la mort d'un garçon de six ans. » (page 378).
Cette ville du Michigan a connu ses heures de gloire dans les années 20-30 avec l'industrie automobile. Cette ville industrielle était, après-guerre, celle vers laquelle les noirs du Sud se dirigeaient, espérant moins de ségrégation et, enfin, du travail.
« C'était comme ça que ça marchait depuis que Henry Ford avait commencé à éprouver un intérêt paternel à employer des Noirs, une main-d'oeuvre bon marché : les industriels comptaient sur les ministres du culte là-bas dans le Nord pour les fournir en travailleurs fiables, et ceux-ci se tournaient vers leurs collègues là-bas dans le Sud pour qu'ils les aident à remplir les effectifs. » (pages 83-84).
Si vous voulez creuser un peu plus l'histoire de la déchéance de Détroit aujourd'hui, ses cause et ses effets ; cette ville touchée de plein fouet par la crise des Subprimes en 2008. Je vous conseille un roman traitant exclusivement de ce sujet et très intéressant : « Il était une ville » de Thomas B. Reverdy (sorti en 2015, Edition Flammarion, en livre de poche : J'ai lu).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
sylvaine
  06 décembre 2017
La maison des Turner ! Je viens de tourner la dernière page et je reste songeuse. Une lecture en demi-teinte . La maison de Yarrow Street , dans le quartier Est de Détroit; a beau être spacieuse, imaginer vivant sous le même toit 2 adultes et 13 enfants relève du défi. Bien sur la tribu s'est dispersée, le père est décédé , les enfants ont plus ou moins bien tournés , mais au final n'est-ce pas la ville de Détroit le personnage principal de cette saga familiale ? Détroit de 1944 à 2008 . Détroit la ville industrielle de l'après-guerre où il y avait du travail pour beaucoup, ville vers laquelle migraient les noirs du Sud , ville où chacun espérait moins de ségrégation ...Détroit aujourd'hui après la crise des sub-prime, avant l'élection d'Obama....
Un premier roman de très bonne facture, une approche de la réalité américaine qui échappe au focus de l'actualité, la réminiscence des émeutes de 1967 rendent cette lecture intéressante, par contre la multitude de personnages, la ronde incessante des protagonistes m'ont par moment pesé.
Je remercie très chaleureusement les Editions Escales et Netgalley pour m'avoir permis de rencontrer la famille Turner .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
alainmartinez
  31 janvier 2018
Pour son premier livre, Angela Flournoy, jeune écrivaine américaine, nous offre un grand roman familial.
À travers l'histoire des Turner, famille afro-américaine de treize enfants, l’auteure raconte une histoire américaine avec Detroit comme décor, cette ville du Michigan qui a connu un essor important dans les années 20 et 30 avec l'industrie automobile mais qui, crises après crises, a du mal à se trouver une âme.
En suivant Cha-Cha l'ainé de la fratrie, Lelah la cadette, Viola la mère et les autres, Angela Flournoy aborde les grands thèmes de la société des États-Unis : le racisme, le délabrement des villes, la criminalité. Elle touche aussi des sujets comme le vieillissement, la dépendance, la précarité, la religion, l'alcoolisme, le jeu.
« La maison des Turner » est un roman agréable à lire avec des personnages attachants mais qui manque d'émotions. Un premier roman bien propre qui m'a laissé sur ma faim.
Commenter  J’apprécie          190
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
alainmartinezalainmartinez   30 janvier 2018
Elle dirait quelque chose sur la petite marge qui les séparait tous d’une relative pauvreté, un mauvais mois suffirait, même pour Cha-Cha, avec sa maison de luxe presque payée, qui ne pourrait pas survivre avec sa pension s’il était forcé de prendre une retraite anticipée. Ils tiraient tous sur la corde.
Commenter  J’apprécie          110
TheaBibTheaBib   22 juillet 2017
Les maisons sont plus hantées par des humains que par des fantômes. Les hommes et les femmes accordent de la valeur à la brique et au mortier, associent leur identité aux remboursements effectués à temps. Par les nuits d'hiver glacial, les jeunes mamans traînent leurs bébés agités de pièce en pièce, apprenant à l'occasion par où passent les courants d'air et où craquent les lattes du parquet. Dans la chaude moiteur de l'été, les papas s'asseyent dans la véranda, parfois inquiets, souvent fatigués, mais réconfortés de sentir l'abri d'un toit au-dessus de leur tête. Les enfants maculent les murs de traces de mains sales, trouvent des recoins pour cacher leurs étonnants trésors ou pour se cacher eux-mêmes en cas de besoin. Nous vivons et mourrons dans des maisons, nous rêvons de revenir dans des maisons, et prenons grand soin de réfléchir à qui en héritera à notre mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ThyuigThyuig   23 octobre 2017
- (...)Qu'est-ce que ça change, une grande famille et un boulot minable à Detroit quand ça fait pas deux générations qu'on est sortis des champs ?
L'esclavage. Est-ce qu'on pourrait trouver une façon plus irritante encore de faire comprendre à un noir d'aujourd'hui que ses problèmes étaient insignifiants, qu'il ferait mieux de se contenter du lot minable que la société lui avait consenti ?
Commenter  J’apprécie          60
alainmartinezalainmartinez   22 janvier 2018
L’esclavage. Est-ce qu’on pouvait trouver une façon plus irritante encore de faire comprendre à un noir d’aujourd’hui que ses problèmes étaient insignifiants, qu’il ferait mieux de se contenter du lot minable que la société lui avait consenti ? Cha-Cha trouvait que non. Le raisonnement était faussé : c’était justement parce que le père de son grand-père était né esclave que lui devait attendre davantage de la vie, davantage de son pays, pour au moins rattraper le temps perdu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
autempsdeslivresautempsdeslivres   03 novembre 2017
C’était là l’une des nombreuses différences entre la façon de prier de Tina et la sienne. « Jésus attend ton appel, dis-Lui ce que tu veux » devait être la chanson la plus idiote qu’on ait jamais écrite depuis que les noirs avaient mis la main sur un tambourin, mais Tina adorait cette chanson. Alors que lui voyait la beauté et le profit qu’il y avait à chanter « Chaque heure j’ai besoin de toi », car c’était reconnaître la nécessité d’être toujours en faveur auprès de Dieu plutôt qu’une tentative d’utiliser le Seigneur Tout Puissant comme un drive-in de fast-food ouvert 24h/24, ou une touche de commande instantanée sur un site d’achat à domicile en ligne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Angela Flournoy (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Angela Flournoy
Angela Flournoy lit un passage de son roman "La Maison des Turner" lors de la cérémonie du National Book Award.
autres livres classés : détroitsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
997 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..