AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2280419629
Éditeur : Harlequin (02/10/2019)

Note moyenne : 2.87/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Selon l’expression consacrée, Gina est ce qu’on appelle une « crevette » : chez elle, tout est bon… sauf la tête. Car, si la nature lui a offert un corps à faire fantasmer Cara Delevingne, son visage, lui, ne correspond pas vraiment aux normes habituelles de la beauté. Après une adolescence difficile, Gina s’est endurcie et a appris à assumer son physique. Enfin ça, c’est ce qu’elle croyait jusqu’à ce qu’un jeu l’oblige à embrasser Ford, un policier ultra-sexy et vi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  22 octobre 2019
Ce roman nous promet de venir à bout de nos complexes physiques, d'en refaire le tour, vers un 100 % décomplexée, 100% assumée.
Quand Gina, femme complexée au visage qu'elle juge ingrat rencontre Ford, un policier au charme indéniable, on s'imagine facilement que pour entamer une relation qui part de manière si déséquilibrée renferme son lot de surprises. On s'attend à avoir un minimum d'informations sur les complexes de la jeune femme. de ressentir de l'empathie, de se dire qu'une « moche » qui rencontre un bellâtre, ça ne va pas être du gâteau. Qu'on aura quand même droit à quelques passages de blabla intéressants sur la beauté intérieure, souvent les personnes moins gâtées par la nature sur un plan physique développent des qualités exponentielles.
C'est donc ainsi que j'ai imaginé ce roman quand Babelio me l'a gentiment proposé. En pensant « potentiel ». Et au final, j'en sors déçue et désappointée.
C'est niais a souhait, sans aucun travail philo ou psycho minimum pour créditer cette histoire. Deux êtres opposés physiquement et qui se cherchent à longueur de journée avec des passages sexuels et érotiques à tout bout de champs, lourds et lassants.
« Il posa la main au creux de ses reins sans la pousser, mais tous ses boutons bonjour-j'ai-envie-de-faire-des-cochonneries-avec-toi s'allumèrent ».
Alors oui, de la tension sexuelle on la ressent pleinement au détriment de ce qui nous amène à cette histoire : les complexes et le manque de confiance complètement à la trappe.
Les personnages sont insipides, se cherchent, se fuient, Ford en bon macho adore grignoter des pizzas en regardant des films d'action, Gina, elle vibre pour les kilos de testostérone et de muscles. Que de clichés de seconde zone.
Bref, même s'il y a des dialogues qui rendent vivant le récit, que l'écriture est fluide et simple, on est tout de même bien loin de la littérature que j'affectionne, fraîche ou sensible.
Merci aux éditions Harlequin et à Babelio pour cet envoi gracieux dans le cadre d'une masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          729
Kittiwake
  28 octobre 2019
Après deux romans graves, et plombants, la nécessité d'un peu de légèreté se faisant ressentir comme une urgence, la masse critique privilégiée me proposant Qu'est-ce qu'elle a ma gueule, dont le titre à lui seul augure d'une fantaisie promise apparût comme un peu de lumière dans ce ciel gris d'automne.
Oui, mais voilà, il y a légèreté et légèreté.
L'humour annoncé était bien aux rendez-vous, ceux que se donnent les deux héros de la farce, le superbe flic beau mec, intelligent et musclé, et la nana dont le corps sublime est vite occulté en raison d'un visage dont la proéminence principale luit comme un phare au milieu d'une nuit océanique sans lune. Ce n'est pas pour rien que depuis l'adolescence, le surnom de Tronche de cake la poursuit sans répit.
Ces deux-là ont de plus de graves conflits d'intérêts puisque que la demoiselle est apprentie à des mafieux notoires.
Et donc, au cours d'un mariage dont elle est l'organisatrice, Gina se fait piéger doublement au jeu débile d'une Kisscam, et c'est le début d'un match de Je t'aime moi non plus, où ces deux là se fuient autant qu'ils se désirent (les conséquences physiologiques de cette communication infraverbale sont largement explicitées) jusqu'à consommation (là aussi, déclinaison exhaustive de la trophicité des muqueuses, et des boucles réflexes qui commandent des phénomènes physiologiques pouvant être accessoirement impliqués dans la reproduction, qui occupent un pourcentage non négligeable du nombre de pages du roman).

En conclusion, je remercie Babelio et les éditions Harlequin, de m'avoir permis de me rendre compte que la romance érotique, ce n'est pas pour moi, même après de sombres récits ou Thanatos terrasse Eros.

Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
cicou45
  24 octobre 2019
Tout d'abord, je tiens, comme à chaque fois que je reçois un ouvrage dans le cadre d'une opération Masse critique (privilège pour celle-ci) à remercier Babelio et les éditions Harlequin pour l'envoi de cet ouvrage. J'avoue que que ce n'est pas le roman de l'année ni même celui qui vous fera accepter tous vos défauts et malgré la promesse faite en couverture "100 % assumée, 100 % décomplexée", pour moi cela n'a eu strictement aucun effet.
Régina Luca, dite Gina, organisatrice de mariage a toujours eu des problèmes avec les hommes et ce, depuis son plus jeune âge en raison de son nez mal disproportionné et son visage assez disgracieux et si elle pensait avoir dépassée toutes les moqueries dont elle était l'objet durant son adolescence et être au-dessus des "Tronche de cake" dont on l'affublait sans cesse, il n'en est rien. Cela va au contraire remonter à la surface le jour, où, au cous de l'un des mariages qu'elle a organisé, elle se retrouvera face à face avec le beau flic Ford Hartigan qu'elle devra embrasser, jeu du KissCam oblige et elle doit avouer qu'elle a adoré ça et elle pensait que c'était réciproque mais si elle s'était une nouvelle fois faite avoir. Il faut dire qu'avec deux frères qui trempent dans des affaires un peu louches, elle n'est pas certaine d'être appréciée pour ce qu'elle est (son rêve) mais pour sa famille et conflits d'intérêts.En effet, pourquoi est-ce que ce mec ultra-canon pourrait bien avoir envie d'être avec une fille comme elle. Pour elle, les chances sont quasi-nulles mais ce dont elel est loin de se douter c'est que derrière les apparences (et pourtant elle est bien placée pour le savoir), l'on n'y découvre pas toujours, si l'on prend la peine de s'y pencher un peu, ce que l'on pense...
Un roman bien écrit mais cependant rempli de clichés et si j'ai passé un bon moment à la lecture de cet ouvrage et que je ne peux que vous le recommander (histoire de ne pas trop se prendre la tête de temps en temps et cela fait du bien j'avoue), je n'en garderai pas un souvenir ineffaçable et c'est bien dommage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
coquinnette1974
  22 septembre 2019
Je remercie les éditions Harlequin pour l'envoi, via net galley et en avant première, de la romance Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ? de Avery Flynn.
Selon l'expression consacrée, Gina est ce qu'on appelle une « crevette » : chez elle, tout est bon… sauf la tête.
Car, si la nature lui a offert un corps à faire fantasmer Cara Delevingne, son visage, lui, ne correspond pas vraiment aux normes habituelles de la beauté. Elle a notamment un gros nez, celui de sa famille.
Après une adolescence difficile, Gina s'est endurcie et a appris à assumer son physique. Enfin ça, c'est ce qu'elle croyait jusqu'à ce qu'un jeu l'oblige à embrasser Ford, un policier ultra-sexy et visiblement sous son charme, lors d'une fête de mariage.
Aussitôt, les complexes reviennent en force, et elle se demande ce qu'un mec comme Ford peut bien trouver à une fille comme elle…
Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ? est le premier tome d'une trilogie. Avery Flynn a écrit une #romancebodypositive : 100% décomplexée, 100% assumée !
Cette romance met en scène un beau gosse mais aussi une femme avec un corps magnifique mais ... une sale tronche. Enfin, elle a surtout un gros nez ! Et des yeux globuleux (selon l'héroïne, qui n'est pas super objective car complexée). Pour moi, il n'y a pas de quoi en faire un fromage.. Je ne suis pas certaine qu'en vrai elle soit si horrible que ça.
Mais depuis toute petite la pauvre Regina (alias Gina) en a tellement pris plein la tête qu'elle ne peut pas imaginer une seule seconde qu' un homme puisse l'aimer pour ce qu'elle est ! Car les enfants sont cruels entre eux, mais les adultes aussi ne sont pas toujours très fins :(
Quand Ford a l'air de la trouver séduisante, elle imagine évidemment que tout ceci est une grosse farce et que cet homme incroyablement sexy ne peut pas l'aimer, c'est impossible.
Il y a beaucoup de rebondissements dans ce roman car si Ford est policier, Gina elle vient d'une famille qui... flirte avec la mafia ! Ses frères sont loin d'être clean... Ford va se retrouver à faire une mission qui lui déplaît car il est de plus en plus attiré par Gina malgré les critiques de ses collègues.
Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ? est un roman qui m'a parfois fait bondir. J'avais envie de crier après certains personnages, dont le comportement m'a outré. Gina a peut-être une sale tronche mais est ce une raison pour parler d'elle si méchamment, et la traiter par exemple de tronche de cake ? Voir pire ! Non mais sérieux, tout le monde a le droit d'être heureux dans la vie, même si on n'est pas un top model !
J'ai beaucoup apprécié le personnage de Ford car même s'il a par moment une mission, il reste droit dans ses bottes et on ne peut pas dire qu'il joue la comédie avec la jeune femme. Il est réellement sous son charme car il voit au delà des apparences. Il est touchant, tout comme Gina évidemment.
Même si certains passages et la fin sont prévisibles si on l'habitude de lire ce genre de romance, j'ai trouvé celle-ci vraiment bien ficelée.
Une bonne histoire qui se tient, des personnages sympathiques et une fin comme on les aime : tout est réunit pour les amateurs du genre.
Ma note : 4 étoiles :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
zabeth55
  20 octobre 2019
Ford, un flic au physique avantageux, tombe amoureux de Gina, une organisatrice de mariage au physique plus qu'ingrat, affublée d'un gros nez et soeur de deux malfrats surveillés par la police.
Si ça avait été un téléfilm, j'aurais zappé au bout de dix minutes.
Si ça avait été un livre acheté, j'aurais abandonné après une trentaine de pages.
Mais c'est un livre offert par masse critique privilège et je suis donc allée jusqu'au bout.
C'est tout ce que je n'aime pas en littérature, mais je ne vais pas trop critiquer, il y en a qui aiment.
Le titre d'abord, accrocheur « Qu'est-ce qu'elle a ma gueule »
Le genre, « romance body positive », c'est tout dire !
De plus, personnellement, j'ai souvent du mal avec la littérature anglaise.
Mais je vais tenter de rester un tant soit peu positive en disant que le style est fluide, que Ford et Gina sont plutôt sympathiques et que l'intrigue a soulevé en moi un petit soupçon de curiosité vers la fin.
Commenter  J’apprécie          286
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
mamangel1mamangel1   18 novembre 2019
Elle prit une profonde inspiration, tourna les talons et sortit de la cuisine.Le sol s'était enfin ouvert sous ses pieds, sauf qu'elle n'était pas tombée dans le trou et il était hors de question qu'elle en perde ses manières - même si elle avait été élevée par des criminels.
Commenter  J’apprécie          00
larubriquedolivialarubriquedolivia   16 novembre 2019
S'il entendait par là "fais de beaux rêves frustrés de Ford Hartigan nu", alors, oui, elle en ferait. Heureusement, son instinct de survie s'enclencha avant que cette réplique ne franchisse ses lèvres ; elle se précipita hors de la pièce et gravit les marches de l'escalier quatre à quatre. Elle savait pertinemment qu'elle surfait sur une corde raide avec lui.

Mais elle ne pouvait pas s'empêcher de tomber quand même un tout petit peu amoureuse de lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Marlene_lmedmlMarlene_lmedml   10 novembre 2019
— Finissons-en, murmura Ford, d’une voix lasse.

Elle leva les yeux vers son beau visage à la mâchoire parfaite, aux yeux vert sombre et aux pommettes hautes, et sentit l’humiliation lui chauffer les joues. Personne n’avait jamais dû se moquer de lui de toute sa vie, et il ignorait ce que ça faisait que d’être la risée d’un groupe. Alors qu’elle elle avait été appelée « lapin » pendant longtemps à cause de ses dents en avant. Elle croyait qu’une fois les bagues enlevées tout ça ne serait plus qu’un lointain souvenir, mais c’est alors qu’elle s’était vu affubler d’un autre surnom, bien pire : Tronche-de-Cake. Pourquoi ? Parce que, si elle était bien foutue, son visage, lui, était laid. L’irritation qu’elle ressentait devant toute cette injustice la piqua.

Il fallait effectivement en finir.

— Voilà ce que toute femme rêve d’entendre, ironisa-t-elle tout bas, afin que lui seul puisse saisir. Je refuse de vous embrasser.

Contrairement à elle, il ne chercha pas à dissimuler son agacement, ce qui le rendait encore plus sexy.

— Et pourquoi ça ?

Parce que ! Elle pinça les lèvres avant qu’une idiotie ne les franchisse, ravie d’avoir remporté cette bataille. Comme elle avait l’esprit d’escalier, parvenir à garder la bouche close était une victoire absolue. Lorsqu’il haussa un sourcil interrogateur, elle se hâta d’inventer une explication différente de : parce que vous êtes trop sexy.

— Je travaille, prétexta-t-elle.

Ford inclina la tête et lui adressa une expression typique de flic, ce regard inexpressif qui voulait dire : « espèce de menteuse ».

— Vous ne pensez pas que notre gentil marié, Porter, était en service quand il a rencontré Meg aux urgences après qu’un type qu’il venait d’arrêter l’avait assommé avec un tasseau ? Ce n’est qu’un baiser. Ensuite, ils passeront à une autre victime.

Plutôt que de croiser le regard inflexible de Ford, elle reporta son attention sur l’écran géant qui immortalisait cet instant terriblement gênant.

— Respecte la KissCam, Hartigan ! cria quelqu’un, alors que les encouragements de la foule devenaient plus fébriles.

Et plus forts.

— Un baiser rapide, plaida-t-il d’un ton résolu, qui dissimulait quelque chose de plus vulnérable. Après, ils nous ficheront la paix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
cicou45cicou45   23 octobre 2019
" Elle était en terrain familier. Il était temps qu'on lui rappelle la façon dont le monde fonctionnait. Elle avait passé un mois dans un cocon en forme de "Ford", et elle en avait oublié à quoi ressemblait la vie pour les femmes qui n'étaient pas dans le moule que le société jugeait convenable."
Commenter  J’apprécie          140
cicou45cicou45   22 octobre 2019
_Tu as vu mon nez de profil ? Je suis vraiment la petite-fille de Tommy Gros Nez.
_Beaucoup de personnes ont des grands nez ou d'autres traits qui sont considérés comme des défauts, rétorqua-t-il en se rapprochant très Près d'elle. Ça ne devrait pas modifier la façon dont tu te perçois. J'aimerais que tu sois capable de voir la femme que je vois quand je te regarde."
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Avery Flynn (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Avery Flynn
Finis les clichés de la romance, les héroïnes lisses, mignonnes et dociles ! Découvrez la #RomanceBodyPositive d'Avery Flynn , 100% assumée, 100% décomplexée !
autres livres classés : comédie romantiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Avery Flynn (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15399 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..