AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2849750131
Éditeur : Fage éditions (01/10/2005)

Note moyenne : 4.4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Henri Focillon (1881-1943). Entre 1910 et 1920, Henri Focillon s'attache à l'étude de l'art d'Extrême-Orient. Trois publications en attestent, dont Hokousaï, éditée en 1914. La pensée de Focillon qui se cristallisera plus tard dans la Vie des formes (1934) et L'Art d'Occident (1937) est déjà opérante dans cet ouvrage consacré à Hokusaï. Si la plupart des pages du livre sont consacrées à des anecdotes biographiques, pour Focillon l'objectif est de proposer pour l'art... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Lune
  10 février 2016
Hokusai, peintre et dessinateur japonais (1760-1849) est un des artistes les plus connus dans le monde occidental.
Illustrateur de livres (premier dessinateur d'images en noir et blanc), créateur d'estampes luxueuses pour des particuliers, auteur de la série des "trente-six vues du mont Fuji", il a aussi travaillé à partir de la poésie.
Il a influencé notre art et particulièrement les impressionnistes.
Ce livre présente une introduction à l'art japonais.
Il raconte la biographie de Hokusai, sa formation artistique, ses recherches, son travail d'illustrateur de romans, ses voyages et sa passion de la nature, sa maladie trop tôt advenue.
Son art d'inspiration populaire, son humour, l'évolution de ses dessins, sa vocation et ses réflexions de peintre ("Traité du Coloris" 1848), ses estampes éblouissantes sont développés et nous permettent de pénétrer plus avant l'oeuvre de cet artiste de formes et de mouvements poétiques.
L'ouvrage comporte de nombreuses reproductions et nous emmènent d'un univers à un autre, le monde d'Hokusai s'ouvre à nous, fascinant, émouvant, poétique. Un très beau livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Franz
  13 juin 2018
Pénétrer le mystère des choses.
L'étude consacrée en 1914 par l'historien d'art Henri Focillon à hokusaï marque immédiatement l'esprit par la qualité d'écriture, la richesse et la précision du vocabulaire, le balancement souple de la phrase et la clarté du propos. Seize pages liminaires de reproduction en couleur d'oeuvres d'Hokusai plongent d'emblée le lecteur dans un bain de joie et de jouvence. Henri Focillon enrichit son texte, lors d'une seconde édition en 1925, d'une préface habitée d'un esprit de synthèse porté par un souffle poétique. Il y est question de « sorbets de tons » dans les miniatures persanes, d'interprétation « tantôt galvanique, tantôt sereine » de la nature par hokusaï, lui-même peintre des « profondeurs cachées ». Des phrases volontairement évasives concentrent une vision de l'art particulièrement pertinente : « Pour s'emparer de la vie, il ne faut pas se répandre mais se concentrer. Pour en signifier le secret et le charme, il faut user, non de développement mais de suggestion ». L'auteur clôt superbement sa préface : « et dans son nom même, il me semble entendre le choc d'un flot qui vient heurter la plage et s'y résout en pluie étincelante – Hokousaï ! ». Ensuite, le premier volet étudié concerne la représentation de l'espace dans l'art japonais (l'exemple de Susson Shukei est pertinent avec ses « degrés d'éclairage » qui « semblent creuser la concavité des cieux) et de l'appropriation dans l'estampe de la perspective occidentale. La gravure et la mise en couleur des estampes sont étudiées à travers un va-et-vient didactique entre le Japon et l'Europe. Hokusai s'inscrit dans un contexte technique et culturel déterminant. Il en exprime l'esprit à travers une oeuvre forte, vive, détachée de « toute esthétique intellectualiste ». Henri Focillon va ensuite évoquer la vie de l'artiste depuis sa naissance jusqu'à sa mort en l'intriquant à la trivialité du quotidien, à un milieu populaire, au monde flottant, source et modèle d'une production picturale monumentale ancrée dans son époque mais la sublimant pour se satelliser dans l'atemporalité des oeuvres archétypales. L'art d'Hokusai est étudié à travers le dessin, la composition, le mouvement, la gravure, l'estampe, la couleur, l'approche formelle éclairant l'oeuvre du maître mais plus globalement l'art japonais. Les postfaces de Sadao Fujihara et de François-René Martin relativisent la portée de la pensée de Focillon et complètent intelligemment un ouvrage biographique remarquable par son propos et ses illustrations ainsi que par la densité d'une réflexion déjà articulée autour de la vie des formes. Avec Hokusai, Henri Focillon ne pouvait espérer trouver meilleur modèle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
MimimelieMimimelie   28 juin 2019
« Le dessin, pour être précieux au Japon, dit le narrateur, doit être fait sans aucune reprise du trait, sans aucun repentir. On attache même une certaine importance à la rapidité du faire, et le compagnon du peintre a été regarder l'heure à la pendule, quand l'artiste a commencé ! »
On pourrait être tenté de croire que ce souci est purement personnel et de circonstance et que nous avons affaire à un exotique dépaysé, heureux de montrer sa virtuosité à des barbares. Mais nous verrons que l'art japonais, loin d'être hostile aux tours de force, nous en fournit au contraire d'innombrables exemples et qu'Hokousaï exécuta des prodiges d'adresse, dignes du plus artiste des bateleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
stekasteka   06 septembre 2014
Mais si, pour installer ses paysages, il fit intervenir des éléments d'emprunt dans leur composition et dans leur structure, il demeura fidèle par ailleurs à l'inspiration naturaliste, à l'étude attentive d'un univers sur lequel passent les apparences éphémères des saisons et des heures. (...) Il demeura pour les autres une leçon de sincérité.
Commenter  J’apprécie          60
MimimelieMimimelie   26 juin 2019
C'est par la justesse de la mise en place, par l'exactitude et la fermeté du dessin linéaire que les maîtres japonais sont parvenus à équilibrer les plans et à donner l'impression, non d'une pure arabesque décorative, mais de
volumes concrets.
Commenter  J’apprécie          50
JacopoJacopo   04 juin 2019
En comparant les arts graphiques au Japon et en Europe, on est tenté de répéter après quelques auteurs que les maîtres de l'Extrême-Orient ont négligé la troisième dimension et que c'est là le caractère le plus significatif de leur manière. A la vérité, ils l'ont interprétée d'une certaine façon, opérant une réduction de l'espace dont les résultats sont rarement arbitraires.
Commenter  J’apprécie          10
JacopoJacopo   04 juin 2019
Les oeuvres japonaises nous étaient révélées à l'époque où des génies audacieux réagissaient contre les harmonies traditionnelles des maîtres, durcies par le temps ou devenues fumeuses. A partir de l'exposition universelle de 1878, les leçons de l'art japonais aidèrent dans une certaine mesure nos peintres à renouveler leur inspiration et nos habitudes visuelles.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Video de Henri Focillon (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Focillon
Henri FOCILLON – Éloge De La Main
autres livres classés : estampes japonaisesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
854 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre