AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070140105
Éditeur : Gallimard (10/01/2013)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 1032 notes)
Résumé :
Un jour, je me suis réveillé avec une inexplicable douleur dans le dos.
Je pensais que cela passerait, mais non.
J'ai tout essayé...
J'ai été tour à tour inquiet, désespéré, tenté par le paranormal.
Ma vie a commencé à partir dans tous les sens.
J'ai eu des problèmes dans ma vie professionnelle, dans mon couple, avec mes parents, avec mes enfants.
Je ne savais plus que faire pour aller mieux...
Et puis, j'ai fini par ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (195) Voir plus Ajouter une critique
LoloKiLi
  21 juin 2014
Moyennement tentée mais néanmoins curieuse comme fille, j'attaquai « Je vais mieux » en attendant de recevoir l'alléchant roman promis par Babelio pour le masse-critique de mai (oui, là c'est ma vie que je raconte).
Hélas, enquiller Foenkinos (c'est pas une contrepèterie, j'en vois déjà qui pouffent) après Alice Ferney (voir critique précédente pour ceux qui auraient envie de suivre), c'est passer d'un déjeuner chez Gagnaire à un plateau télé jambon-beurre-cornichons : sur un malentendu on peut s'adapter mais ça prend du temps (entendons-nous bien, je n'ai rien contre le jambon-beurre-cornichons, j'ai moi-même de très bons amis cornichons). Et du temps, disais-je, je n'en eu que fort peu car par la grâce de Babelio qui me pris sans doute en pitié, l'alléchant ouvrage susmentionné me parvint miraculeusement dès le lendemain, alléluia.

C'est donc page 75 que s'achevait, dans un soulagement définitif, ma dernière expérimentation foenkinienne. Soixante-quinze pages de digressions aimablement inconsistantes qui auront suffi à me convaincre que 1/ j'ai bien fait de ne pas acheter ce bouquin, 2/ je n'ai pas dû louper l'oeuvre du siècle en abrégeant ma lecture.
De toute façon on connait déjà la fin : il va mieux.
Enfin je crois.
Enfin je crois… que je m'en fous un peu.


Lien : http://minimalyks.tumblr.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11018
cicou45
  27 mai 2013
Qui n'a jamais souffert de mal de dos ? Qui encore n'a jamais employé l'expression "j'en ai plein le dos" ?
Eh bien, c'est exactement ce qui arrive ici au narrateur. Alors qu'il a tout pour être heureux : un travail stable dans un cabinet d'architecte, une femme aimante, Elise, et deux grands enfants, le narrateur est subitement saisi par une horrible douleur au dos lors d'un déjeuner avec sa femme et un couple d'amis de longue date, Etienne et Sylvie. le narrateur croit à une crise passagère car cela ne lui était jamais arrivé auparavant mais la douleur persiste. Après avoir passé tous les examens nécessaires dans ce genre de situations (radios et IRM) et lorsque ceux-ci s'avèrent normaux; le narrateur ne veut pas se rendre à l'évidence : il doit forcément y avoir quelque chose d'anormal sur ces clichés car la douleur persiste et continue à le faire horriblement souffrir. Il doit donc se rendre à l'évidence : et si la douleur n'avait rien à voir avec le médical mais relevait du psychologique ?
Le narrateur va donc s'aventurer ici dans une longue quête afin de savoir ce qui ne va pas dans sa vie, quitte à remonter très loin dans le passé et défaire petit à petit tous ces noeuds qui se sont formés dans sont dos et le font se tordre de douleur ?
Mais par où commencer ? Ses parents, son travail, ses enfants, son couple ? Tout va entrer en ligne de mire et âtre analysé avec soin...Mais si cela allait encore plus loin ?
Un roman où le lecteur suite le narrateur au jour le jour dans son cheminement vers le soulagement, avec une évaluation de la douleur de jour en jour, celle-ci s'obstinant malgré tout à jouer au yo-yo.
Une lecture très agréable à lire dans laquelle chacun s'y retrouve un peu avec une écriture fluide et limpide sans lourdeur ! A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          732
jeranjou
  12 septembre 2014
« Oh ! Je vais mieux ! »
Non, il ne s'agit pas de moi. Mais d'un cadeau d'anniversaire…
Oui un roman de Foenkinos. Un auteur que je ne connais pas en chair mais doublement en os.
Contrairement à Pélécanos, également en os mais dont je donnerais cher pour le rencontrer (1)
Bref, entre deux polars, je me suis plongé dans « Je vais mieux » de David Foeinkinos dont le personnage principal, architecte de métier, tombe sur un os !
En effet, un mal de dos atroce lui tombe sans crier gare alors qu'il s'apprête à recevoir le lendemain matin des clients japonais pour une réunion de la plus haute importance.
Que faire alors dans cette situation ?
1) Consulter son médecin ?
2) Chercher un spécialiste ?
3) Ecouter un radiologue ?
4) Courir de toute urgence à l'hôpital ?
Tiens, tiens, mais cela me rappelle quelque chose cette histoire…
Un type qui a mal tout à coup, qui court aux urgences, qui l'envoie faute de place chez le médecin (de garde), qui l'invite à aller voir un spécialiste, qui après l'avoir envoyé chez un radiologue, ne voyant rien sur la radio l'envoie chez un autre spécialiste qui lui-même ne voie rien sur une autre radio. Une véritable histoire de fou... digne d'un roman…
Bizarre, bizarre tout de même cette coïncidence !
Remplacez le mal de dos par un mal de dent et je me suis retrouvé exactement dans la même situation que notre cher architecte cet été.
A chaque fois, un « Désolé, monsieur, mais je ne voie rien sur les radios ! »
Heureusement pour moi, je n'ai pas sombré comme ce pauvre (ex riche) architecte dans le roman de Foenkinos. Je n'ai pas eu besoin de consulter un psy, magnétiseur ou autre spécialiste du Q sans I.
Non, non, moi, je vais mieux (2).
Mais lui, l'architecte, pas du tout. Tel le Titanic, il a coulé, il a sombré.
Comment ? Pourquoi ? Avec qui ? Pendant combien de temps ?
Eh bien non, je ne vous donnerai pas les réponses à vos (oui, « mes ») questions.
Non, je ne parlerais pas même sous la torture, que vous décidiez de ne pas le lire à cause de l'auteur ou bien encore pire que vous stoppiez la lecture à la page 75 pour des raisons d'overdose aux sandwichs aux cornichons (voir la critique de Lolokili qui m'a remémoré des souvenirs de la cuisine anglo-saxonne).
Pour ma part, la première partie du roman m'a plutôt bien captivé, l'analogie troublante entre les évènements du personnage principal et de ma personne, qui plus est masculine, étant surement pour beaucoup dans l'histoire.
Mais malheureusement, la seconde partie du livre m'a paru vraiment tirée par les cheveux. Plus grave encore, j'avais eu l'impression de deviner chaque page avant de la lire et ainsi de pouvoir parcourir la dernière partie à la vitesse du cheval au galop. Sans aucune barrière à franchir.
Certains proclameront logiquement que Foenkinos se boit comme du petit lait !

Pas faux ! Mais personnellement, je préfère de loin un beau morceau de Saint Nectaire fermier avec un bon verre de Bordeaux… A la votre !

(1) Je recommande chaudement « Un nommé Peter Karras » de George P. Pelecanos, grec d'origine.
(2) le chirurgien-dentiste (qui était évidemment en congés durant l'été) a diagnostiqué mon problème, sans gravité je vous rassure. Plus de peur que de mal. Enfin plutôt l'inverse…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          547
born2fly
  14 janvier 2013
Le narrateur mène une vie rangée de père de famille : un travail intéressant dans un cabinet d'architectes, une femme (Élise) qu'il a connue très jeune, deux enfants étudiants sans problèmes. Pourtant, cette existence presque banale va soudain se dérégler. Cela commence par une douleur au bas du dos qui reste inexpliquée malgré divers examens : radios, IRM, consultations diverses chez un ostéopathe, une magnétiseuse et même une prostituée. Rien n'y fait, la douleur se fait toujours plus intense, symptôme de tout ce qui dans sa vie tenait sur des non-dits, des frustrations, des ratages. Dès lors la vie du couple part en vrille : Élise lui annonce qu'elle va le quitter, un collègue se met à le harceler dans le but affiché de l'évincer, ses enfants lui reprochent de n'avoir jamais été vraiment présent pour eux. Déboussolé, il cherche un sens à ce chaos. L'épreuve du mal de dos va pourtant être une voie de rédemption. En bouleversant sa vie routinière, elle lui permet de changer enfin. Délaissant progressivement la loufoquerie de ses premiers livres, David Foenkinos aborde ici avec légèreté des thèmes graves, comme il l'avait fait dans La Délicatesse ou Les Souvenirs. Nul doute que le public qu'il a conquis avec ces deux livres aura plaisir à le suivre encore une fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
Eve-Yeshe
  14 mai 2013
Le héros mène une vie ordinaire, il est marié, a des enfants avec lesquels les relations se sont distendues, son fils est aux USA pour ses études et sa fille vit avec un homme plus âgé qu'elle, et il refuse de nouer des liens avec cet homme qui lui a pris sa fille.
C'est un homme sur lequel tout glisse comme s'il n'avait pas d'affects. Il subit sa vie plus qu'il ne la vit, s'et installé dans une routine avec sa femme à laquelle il ne dit jamais rien de lui-même. C'est un taiseux….
Au travail c'est la même chose, il exécute les tâches qu'on lui demande mais il n'a pas les dents longues, pas l'ambition qui est nécessaire dans la vie actuelle.
Un jour, il se réveille avec une douleur violente dans le dos alors qu'un de ses collègues commence à le harceler au travail en lui donnant de faux documents pour que son exposé soit mauvais et attire des reproches de son patron et va commencer l'escalade au travail où Daiv Foenkinos décrit très bien toutes les étapes de la souffrance au travail (harcèlement) et l'errance médicale, les examens qu'on multiplie : radio puis scanner puis IRM, les bilans biologiques, l'hospitalisation, etc.
Un jour son collègue va un peu trop loin et notre héros le frappe et s'acharne sur lui, la douleur disparait quelques instants pour lieux revenir…
Puis le père de sa femme meurt, alors qu'il tenait beaucoup à lui et à nouveau il ne manifeste aucune émotion, il ne raconte même pas à sa femme qu'il a été licencié. C'est le moment qu'elle choisit pour lui dire qu'elle veut divorcer.
Il a tout perdu, et la douleur occupe tout l'espace (entre chaque chapitre, il note le niveau de sa douleur et son état psychologique dans l'instant.
David Foenkinos parle très bien de la douleur qui envahit tout, qui conditionne chaque instant de la vie du « souffrant », je peux en attester, étant de douleurs chroniques, qui est là tapie dans l'ombre s'atténue pour mieux réapparaitre brutalement l'instant suivant .
Il a très bien saisi aussi la signification de la douleur, dans son cas : il en a plein le dos de sa vie mais n'arrive pas à la changer. Il va essayer de « dénouer » tout cela. le verbe dénouer dans tous les sens du terme, enlever les noeuds qui font les contractures et ceux liés aux différents stades sa vie, réglant ses compte avec tout les monde au passage.
Le « dénouement » est très bien, une surprise nous attend, et le mot dénouement n'a jamais été aussi approprié. L'histoire finit quand on a dénoué les noeuds pourrait-on dire….
Il ne faut surtout pas prendre le héros pour un hypocondriaque qui a la flemme de prendre son destin en main par pure paresse, c'est beaucoup plus profond que cela.
Un livre, qui fait du bien même s'il est un peu long, certains passages sont en effet, trop dilués.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370

critiques presse (5)
LaPresse   18 février 2013
David Foenkinos nous a parlé de cette «comédie sur le mal» écrite comme un polar et qui réunit tous les ingrédients qui ont fait sa marque: la légèreté, le sens du punch et une certaine gravité.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Actualitte   14 février 2013
A l'instar des essais du psychiatre Christophe André sur les pratiques de l'estime et de l'acceptation de soi, David Foenkinos enseigne, mine de rien, comment mieux vivre, le plaisir de l'écriture en plus. Ce livre est une aubaine, rend possible le changement et l'épanouissement personnel.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LeFigaro   25 janvier 2013
La force du roman est de décrire une crise qui est dévastatrice mais aussi très constructive. Des difficultés de son personnage, Foenkinos ne cache rien, mais sa lucidité est tempérée par son humour et sa bienveillance.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LesEchos   24 janvier 2013
On n'est pas parti pour dire du bien de ce roman qui ne va nulle part, accumule les clichés et les situations convenues [...].
Lire la critique sur le site : LesEchos
Bibliobs   21 janvier 2013
Foenkinos préfère mystérieusement s'appesantir sur ce qui a déjà été écrit mille fois. Le couple de son narrateur se délite, comme tous les couples dans tous les romans.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (287) Voir plus Ajouter une citation
KATE92KATE92   11 janvier 2013
Quelques mois plus tard, je rencontrai l’amour à mon tour. Cela avait été d’une grande simplicité. Pendant des années, j’étais tombé amoureux de filles qui ne me regardaient pas. Je courais après l’inaccessible, gangrené par le manque de confiance en moi. J’avais presque renoncé à l’idée d’être deux quand Élise fit son apparition. Il n’y a rien d’exceptionnel à raconter ; je veux dire, ça a été quelque chose d’évident. On se sentait bien ensemble. On se promenait, on allait au cinéma, on évoquait nos goûts. Après tant d’années, cela demeure si émouvant de repenser à cette période de nos débuts. J’ai l’impression que je peux toucher de la main ces jours-là. Et je ne peux pas croire que nous avons vieilli. Qui peut croire d’ailleurs au vieillissement ? Édouard et Sylvie sont toujours là. Nous sommes ensemble pour le déjeuner, et nous aimons aborder les mêmes sujets. La vie n’avance pas sur nous. Rien n’a changé. Rien n’a changé, sauf une chose : la douleur que j’éprouve aujourd’hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
traversaytraversay   04 février 2013
Rien ne rend plus heureux que de plaire à quelqu'un qui nous plait ; la réciprocité devrait être davantage estimée, placée au sommet des joies humaines. Quand on fait une belle rencontre, on redécouvre des trésors poussiéreux qui agonisaient en soi. On réveille ses désirs et ses passions.
Commenter  J’apprécie          540
KATE92KATE92   11 janvier 2013
Sylvie était la femme d’Édouard. Je l’avais rencontrée pendant ma dernière année de lycée. Cela remontait donc à plus de vingt ans. À l’époque, elle avait déjà deux ans de plus que moi ; l’écart d’âge est la seule distance impossible à modifier entre deux personnes. Si j’avais été attiré par elle au tout début, elle avait toujours vu en moi un petit garçon. Elle m’emmenait parfois le samedi visiter des galeries improbables, ou des expositions temporaires que nous étions les seuls à arpenter. Elle me parlait de ce qu’elle aimait et de ce qu’elle n’aimait pas, et je tentais de former mon goût d’une manière autonome (en vain : j’étais systématiquement d’accord avec elle). Elle peignait déjà beaucoup et incarnait à mes yeux la liberté, la vie artistique. Tout ce à quoi j’avais renoncé si vite en m’inscrivant à la faculté d’économie. J’avais hésité pendant un été, car je voulais écrire : enfin disons que j’avais un vague projet de livre sur la Seconde Guerre mondiale. Et puis finalement je m’étais rangé à l’avis général en optant pour une orientation concrète. Sylvie, étrangement, m’avait également poussé vers ce choix. Pourtant, elle n’avait rien lu de moi ; son conseil n’avait donc rien à voir avec une quelconque dépréciation de mon travail. Elle ne devait pas croire en ma capacité à vivre une vie instable, pleine de doutes et d’incertitudes. J’avais sûrement le visage d’un jeune homme stable. Le visage d’un homme qui finirait, vingt ans plus tard, dans un pavillon de banlieue avec un mal de dos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
thegoodgirlthegoodgirl   16 septembre 2016
Cela faisait plus de dix ans que je travaillais chez MaxBacon, un des plus importants cabinets d'architecture. Je m'occupais de la partie budgétaire des projets, ce qui ne m'empêchait pas d'avoir un avis sensible, pour ne pas dire artistique, sur les dossiers. [...] J'éprouvais un certain bien-être à côtoyer le monde anesthésié de la vie d'entreprise. J'avais passé des années formidables dans cette étroitesse sans âme, et cela m'attristait de devoir abîmer ce bonheur-là par la bêtise de la compétitivité. C'était ainsi, le monde avait changé. Il fallait être efficace. Il fallait être productif. Il fallait être rentable. Il fallait se battre pour lutter contre tous les "il faut". On entendait frapper à notre porte la nouvelle génération, affamée par le chômage, et robotisée par les nouvelles technologies. Tout cela générait chez moi beaucoup de stress. L'époque où l'on buvait l'apéro le vendredi soir chez les uns ou les autres me paraissait révolue. Maintenant, on se méfiait. Avoir une relation amicale pouvait presque paraître suspect. Après les années d'insouciance, la vie en entreprise ressemblait à un pays sous occupation, et je ne savais pas si je devais résister ou collaborer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
jeranjoujeranjou   12 septembre 2014
« Franchement, qu’est-ce qu’il te plait chez lui ?
- Sa façon de parler de mes molaires.
- Arrête, sois sérieuse.
- Je ne sais pas ce qui m’a plu chez lui. C’est comme ça, c’est tout.
- Tu ne peux pas aimer un dentiste. Personne ne peut aimer un dentiste. D’ailleurs, on devient dentiste parce que personne ne vous aime… »


Pour l’anecdote, je connaissais un dentiste en Anjou qui m’avait clairement expliqué qu’il avait choisi la carrière de dentiste après un bac C pour l’argent. Uniquement pour l’argent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          267
Videos de David Foenkinos (100) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Foenkinos
Découvrez la bande-annonce du nouveau film de Rémi Bezançon #LeMystèreHenriPick, l'adaptation du best-seller de David Foenkinos. Rendez-vous le 6 mars au cinéma pour enquêter avec Fabrice Luchini et Camille Cottin ! 📖🔍 Le 6 mars au cinéma. L'histoire : Une éditrice découvre un roman extraordinaire dans une bibliothèque qui recueille les manuscrits refusés par les éditeurs. Le texte, signé Henri Pick, devient un best-seller. Pourtant, ce pizzaïolo breton décédé deux ans plus tôt, n’aurait jamais lu de livre ni écrit autre chose que sa liste de courses. Un célèbre critique littéraire va mener l’enquête avec l’aide de la fille de l’énigmatique Henri Pick."
+ Lire la suite
autres livres classés : mal de dosVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

"Je vais mieux" de David Foenkinos

En quelle année le roman "Je vais mieux" de David Foenkinos a-t-il paru?

2007
2009
2011
2013

10 questions
51 lecteurs ont répondu
Thème : Je vais mieux de David FoenkinosCréer un quiz sur ce livre