AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021181715
Éditeur : Seuil (03/09/2015)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 6 notes)
Résumé :
À la mort de leur père, Marinella et Alessandra se retrouvent dans l’appartement de leur enfance. Avec ses murs verts et ses recoins mystérieux, il évoque une jungle où résonnent des cris d’animaux sauvages. C’est le cadre idéal pour un règlement de compte entre ces sœurs jumelles que le deuil révèle telles qu’elles sont vraiment : deux prédatrices assoiffées de vérité et de vengeance. Mais il n’est pas dit que la plus forte parvienne à l’emporter. Haletant et boule... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
missmolko1
04 décembre 2015
Lu ou plutôt dévoré dans l'après-midi, Cris, murmures et rugissements est ma première rencontre avec l'auteur italien Marcello Fois.
On y fait la connaissance de deux soeurs qui se retrouvent pour une occasion bien particulière :
"Alessandra était sa jumelle, raison pour laquelle Marinella n'avait pas besoin de la voir pour la sentir derrière elle.Elle percevait clairement sa gêné, car c'était sa propre gêne. Dans cet appartement s'était éteint leur père, celui-la même qui les avait abandonnées enfants, et n'avait plus donné signe de vie."
Ce roman est un huis-clos vraiment très réussi. le lecteur passe par tous les sentiments. le rire car c'est l'occasion pour les soeurs de se disputer :
"" Réponds à ma place", s'exclame Alessandra en lui tendant l'appareil. Marinella s'en saisit, hésitante.
"Moi ? Qu'est-ce que je dois dire ?
-Ce que tu veux ! Ah, dis que je ne peux pas parler, que j'ai une soeur égoïste qui, malgré mes efforts, refuse de me comprendre....
- Non, elle ne peut pas parler, vous savez, elle a une soeur égoïste qui, malgré ses efforts, refuse de la comprendre....On a raccroché."
Alessandra se jette sur le téléphone et se le réapproprie, étonnée que Marinella l'ait prise au sérieux.
" Allô...allô ? On a vraiment raccroché. Mais qu'est-ce qui t'a pris ?
- Je t'ai obéi...
-Tu dois être contente. C'était peut être un coup de fil professionnel, mais tu t'en fiches...Par les temps qui courent, le travail est précieux...
- Tu m'as demandé de répondre et tu m'as dit exactement quoi...
- J'ai dit ça comme ça...Tu l'as fait exprès !
- J'ai suivi tes instructions à la lettre, tu devrais être satisfaite....
- Ça, c'est bien toi ! Tu désobéis même quand tu obéis en apparence. Il y avait dans ce que j'ai dit une nuance que tu as préféré négliger....""
Mais aussi l'agacement car parfois les deux soeurs sont difficilement supportables ou encore la tristesse et la nostalgie. Les répliques fusent telles une pièce de théâtre.
Je suis conquise par l'auteur, son écriture est jolie et le roman se lit très vite.Ses personnages sont très bien travaillés, Marinella et Alessandra sont jumelles, elles se ressemble donc mais pourtant elles sont très différences, ont des vies opposés, des points de vue qui divergent et des souvenirs différents.
Je pense me pencher sur ses autres écrits prochainement.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Nico8
08 février 2017
Cris, murmures et rugissements est le premier livre de Marcello Fois que j'ai lu. Cette première expérience s'est avérée plutôt bonne, je n'exclus donc pas de lire un plusieurs autres livres de cet auteur.
Nous nous trouvons ici avec deux soeurs qui, après le décès de leur père, se rendent dans sa maison. celle qui, logiquement, doit leur revenir. Toute la scène se passe à l'intérieur de cette maison. Comme j'aime les huis clos, cela ne m'a posé aucun problème, bien au contraire.
Dans une ambiance que j'ai trouvée tantôt angoissante, tantôt confidentielle, mêlée de mystère, les deux soeurs vont discuter mais surtout s'affronter ! Entre Marinella et Alessandra, deux visions des choses opposées vont se faire face. J'ai aimé suivre leurs dialogues. Très vite nous pouvons cerner la personnalité des deux protagonistes. Il y a, si l'on peut dire, la forte et la faible. Ou bien encore, la gentille et la méchante.
Entre règlements de comptes, provocations, reproches, pointages du doigt... Je me suis demandé si Marinella et Alessandra sauraient retrouver un peu de fraternité. Puis, au fil des pages, Les deux soeurs se laissent aller à quelques révélations et confidences...
C'est un roman intéressant que j'ai bien aimé mais je trouve que la couverture est assez hors-sujet !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mireille.lefustec
11 janvier 2017
Comme le titre français n'est pas la traduction du titre italien et ne lui ressemble pas : (" l'importanza dei luoghi comuni"),
j'ai sorti les deux ouvrages de la médiathèque !!

Deux soeurs, jumelles, de quarante-huit ans, se retrouvent dans l'appartement de leur père décédé. Semblables physiquement, mais de personnalités opposées.
L'une, Alessandra, décidée et directe est une femme exubérante tandis que l'autre, Marinella, calme et réfléchie, n'est as reconnue dans ses recherches de physicienne.
Le papier peint de la salle à manger est un protagoniste important. "en se reflétant sur le papier vert foncé, la lumière évoquait un marécage, ou plutôt une jungle reproduite in vitro, si bien que tous les sons_gargouillements de tuyaux, glissement de rideaux, sifflements de courants d'air_ pouvaient être rapportés à des hyènes, des singes ou des serpents."
Ce papier peint vert, asphyxiant, pas à pas se transforme en toile de fond d'une forêt pleine d'animaux sauvages dont les appels de défi et de lutte s'entendent résonner dans le vide.
Le bruit des combats entre prédateurs correspond au défi des deux femmes qui, dans ce lieu commun, neutre et partagé, mettent à plat leurs souvenirs d'un père absent.
Les lieux communs sont importants parce que forgés grâce à la synthèse de la sagesse populaire.
L'essence de ce roman, bref, est un affrontement, un duel.
Aucun mot n'est superflu, donc chacun est important.
je pense qu'il restera dans ma mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
fleya
24 janvier 2017
Lu en une soirée, ce livre m'aura laissé une impression d'angoisse... L'écriture est belle, les personnages bien creusés, ... J'ai trouvé la tournure des phrases et des situations proche d'une pièce de théâtre. La volonté de l'auteur est clairement d'installer une atmosphère étouffante et oppressante et le résultat est là. Je ne suis pas sûre d'avoir apprécié la lecture. Je pense que c'est un livre à lire quand le moral est bon... d'un côté la quatrième de couverture m'avait prévenue! Qu'attendre de plus d'un huis clos!
Commenter  J’apprécie          50
de
23 avril 2016
Le poids des silences compacts
Le père mort. Des soeurs jumelles dans l'appartement (re)trouvé de l'enfance. Des silences, des non-dits. La géographie des lieux et des sentiments. La froideur de l'une. le silence de l'autre. « Un silence compact figea cet instant. On aurait dit qu'il n'y avait plus de phrases, qu'il n'y avait plus de mots nécessaires pour ces phrases, ni de lettres nécessaires pour ces mots ». Une voisine. Une visite cachée. Sommes-nous nos lieux ? Une autre histoire, d'autres histoires.
Se taire. Dire. « Contrairement à ce que tu penses, les confidences ne sont pas faites pour attirer la pitié. Elles servent uniquement à prononcer devant quelqu'un ce qu ‘on se dit depuis toujours sans produire de son… ». La mémoire, ces passés recomposés. Qu'est-ce qui suffit ?
Trois femmes, des cris, des murmures, des silences, des rugissements, l'ombre portée d'hommes absents.
Une question en marge de ce roman. Et si les personnages avaient été des jumeaux, quelles auraient été les vérités, les mensonges et les vengeances ?
« L'obscurité mélancolique d'une autre fin d'après-midi les submergea lentement »

Lien : https://entreleslignesentrel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations & extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
patatarte2001patatarte200101 décembre 2015
" Réponds à ma place", s'exclame Alessandra en lui tendant l'appareil. Marinella s'en saisit, hésitante.
"Moi ? Qu'est-ce que je dois dire ?
-Ce que tu veux ! Ah, dis que je ne peux pas parler, que j'ai une soeur égoïste qui, malgré mes efforts, refuse de me comprendre....
- Non, elle ne peut pas parler, vous savez, elle a une soeur égoïste qui, malgré ses efforts, refuse de la comprendre....On a raccroché."
Alessandra se jette sur le téléphone et se le réapproprie, étonnée que Marinella l'ait prise au sérieux.
" Allô...allô ? On a vraiment raccroché. Mais qu'est-ce qui t'a pris ?
- Je t'ai obéi...
-Tu dois être contente. C'était peut être un coup de fil professionnel, mais tu t'en fiches...Par les temps qui courent, le travail est précieux...
- Tu m'as demandé de répondre et tu m'as dit exactement quoi...
- J'ai dit ça comme ça...Tu l'as fait exprès !
- J'ai suivi tes instructions à la lettre, tu devrais être satisfaite....
- Ça, c'est bien toi ! Tu désobéis même quand tu obéis en apparence. Il y avait dans ce que j'ai dit une nuance que tu as préféré négliger...."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
missmolko1missmolko104 décembre 2015
- Laisse-moi deviner. On disait : l'une est vraiment du genre a réussir, l'autre semble se sacrifier inutilement pour obtenir ce en quoi elle croit, mais elle a la scoumoune...
- N'utilise pas de mots vulgaires, tu sais bien que je ne les supporte pas.
- Quoi ? Scoumoune?
- Oui, ça...
- Ça n'a rien de vulgaire.
- Ah non? Alors tu peux me dire quand ce mot est entre dans le vocabulaire des gens convenables ? Hein?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
patatarte2001patatarte200101 décembre 2015
Elles imaginèrent par exemple que la voisine adorait la lampe et que leur père la lui avait offerte. Elles virent la femme protester, objectait que c'était un souvenir de famille. Et leur père lui dire de l'accepter, affirmer qu'il ne faut pas accorder trop d'importance aux objets, car, à moins de s'user tant que nous sommes en vie, ils ont la mauvaise habitude de nous survivre. Dans le récit de ces traces, la voisine refuse encore...Mais quelques heures après, au retour de ses courses, elle trouve la lampe devant sa porte.Les objets prennent le chemin que veulent les gens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Nico8Nico805 février 2017
Je croyais tout. Je croyais que le monde avait pris fin et, une seconde après, que tout allait recommencer. Je croyais qu'il y avait une vie après la vie et que nous serions alors récompensés de nos souffrances. Je croyais que tu étais forte et invincible. Je croyais que les martiens m'avaient vraiment attachée au lit, car je pensais que si je devenais ta victime, que si mon but consistait à ne pas avoir de but, alors j'aurais une chance de survivre... Comme ces animaux qui se rendent compte qu'ils n'ont aucune chance contre les prédateurs et qui s'inventent mille défenses inoffensives.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
missmolko1missmolko104 décembre 2015
Que le destin était obstiné, voire pédant. Alessandra le savait bien, car elle était elle-même un agent du Destin dans le monde. Elle se considérait comme la seule personne sur terre a comprendre sans l'ombre d'un doute la marche des choses. On aurait dit une employée connaissant son chef de service sur le bout des ongles. Pour elle, les choses se produisaient ainsi qu'elles devaient se produire, parce qu'elles étaient conçues dans ce but même. Point final. Il existait quelques part un endroit immense ou l'on stockait les événements avant de les distribuer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Video de Marcello Fois (2) Voir plusAjouter une vidéo

Marcello Fois : Ce que tu m'as dit de dire
Appuyé contre une rambarde en bord de mer, à Duino, en Vénétie Julienne, Olivier BARROT parle du livre de Marcello FOIX "Ce que tu m'as dit de dire" et de son auteur.
autres livres classés : drame familialVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
861 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre