AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Rosenthal (Autre)
ISBN : 2253042021
Éditeur : Le Livre de Poche (01/02/1995)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 331 notes)
Résumé :
Jane, jeune étudiante anglaise qui vit à Paris, découvre que l'homme de sa vie, un Américain du nom d'Ellis, n'est pas le poète sans le sou qu'il prétend être, mais un agent de la C.I.A. Par dépit, elle épouse Jean-Pierre, un jeune médecin idéaliste comme elle, qui l'emmène en Afghanistan. Ils vivent là en soignant les résistants dans la Vallée des Lions, au cœur du Panshir. Mais Jean-Pierre n'est pas le médecin dévoué que l'on croit. Le cauchemar commence alors pou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
gouelan
  31 août 2015
Jane se retrouve dans une aventure au coeur de l'Afghanistan, parmi les résistants de la Vallée des Lions. Elle accompagne, en tant qu'assistante, son amant Jean-Pierre, un jeune médecin.
On découvre avec elle la vie des femmes afghanes, pauvres, sans éducation, soumises à leurs maris et se débrouillant comme elles peuvent dans ce pays bombardé par les Russes. le choc des cultures est immense entre l'Européenne et ces femmes. Pourtant le rapprochement se fait et une complicité s'installe.
C'est un voyage au coeur de ces montagnes, sublimes et désertiques, où les garçons sont éduqués dès leur plus jeune âge à haïr l'ennemi et à devenir de farouches rebelles. Les femmes ne peuvent que pleurer leurs enfants morts au combat ou déchiquetés par les mines ennemies. Elles voient l'ennemi comme une catastrophe naturelle, qu'elles supportent courageusement, sans se plaindre. L'important dans ce pays n'est pas de vivre sur cette terre, mais de mourir en héro pour son peuple, les mains couvertes de sang de l'ennemi, et les femmes n'ont pas droit à la parole.
La mission de Jean-Pierre n'est pas celle que l'on croyait et celle-ci entraînera Jane dans un cauchemar. Elle usera de toute sa ténacité et profitera de la complicité d'Ellis, son ancien amant, agent de la CIA pour se dépêtrer de ce piège.
Quand les hommes préfèrent le succès au bonheur, qu'ils soient Afghans, Russes ou Américains, rien ne peut les arrêter. Chacun veut le pouvoir pour soi, tandis que les femmes n'ont pas grand-chose à y gagner. Une dictature russe est-elle préférable pour elles à une dictature islamiste ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
piccolanina
  04 mai 2018
Je me suis posée mille questions à la lecture de ce livre qui ne peut laisser indifférent au sort des Afghans . Voilà plus d'une semaine que je me nourris d'articles concernant ce pays et je suis sidérée !
Est-ce innocemment que l'auteur a choisi ce décor pour conter les amours bousculées de la naïve et inconstante Jane par les vents d'Est et les vents d'Ouest ?
Est-ce un présage au devenir de l'Afghanistan de voir s'affronter , en ces lieux , Jean-Pierre , taupe du KGB , et Ellis ,espion de la CIA , afin de " posséder " la belle Jane ?
Pourquoi le Panshir ?
Cette province où la rudesse du sol égale ses hommes intolérants , obscurs et phallocrates , sous le couvert d'une religion rigide .
Peut-être parce qu'un homme sort du lot : le commandant Massoud , connu sous le surnom de " LION DU PANDJCHIR "
Qui était-il réellement?
Dérangeait-il tellement qu'on l'a assassiné ?
Que l'on épouse ses idées ou pas , il faut reconnaître que beaucoup le considèrent comme un être d'exception !
Je prendrai quelques exemples qui parlent :
_" Massoud , l'homme qui rêvait de paix " ( Hubert Leclerc ,
07/ 10 / 2001 ; www. dhmet .be )
_ Christophe de Ponfilly , auteur de " Massoud l'afghan ",
qui fut journaliste et grand ami de celui-ci , écrivit :
" Homme humain , chef de guerre , politicien ouvert et de paix . Lassé par la guerre , qui rêvait de voyager et qui était éperdument amoureux de sa femme et de ses six enfants ( www. leshommessansepaules.com / cristophe de ponfilly )
_ Son fils Ahmad Chah Massoud Junior : " Mon père veillait à notre éducation sans faire de distinction entre elles et moi, il les encourageait même davantage . C'était très inhabituel .
" Je suis reconnaissant à la communauté internationale de son soutien depuis quinze ans . Malheureusement , les Américains ont laissé s'installer un mauvais berger aux affaires . Ils ont échoué à mettre en place une structure politique stable .
Mon père n'aurait jamais laissé des troupes intervenir en Afghanistan . Mais il avait prévenu l'Amérique du risque terroriste et réclamé son soutien .
Ils ont répondu après le 11 septembre . Trop tard . Quinze ans et des milliards de dollars plus tard
( la.croix.com /le fils du commandant Massoud sort de l'ombre )
Si vous désirez en savoir plus sur ce pays si malmené ,
je vous conseille ces sites :
www. les homessansepaules.com
gauchehbdo.ch
ulyces.co/antony loewenstein
courrierinternational.com
afghanistan-libre.org
nouveobs.com
" le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal , mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire " Albert Einstein
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
litolff
  18 octobre 2012
Un roman passionnant de Ken Follett, que j'ai lu il y a longtemps, et que j'aimerais relire maintenant à l'éclairage des évènements récents .
Je me rappelle avoir été scotchée par le suspense, à l'instar des autres thrillers de Ken Follett.
Dans les montagnes tenues par les moudjahidins avant que l'URSS ne s'écroule, Ken Follet parvient à nous montrer la réalité de la résistance Afghane qui se met petit à petit en place sous la bannière de Massoud. Il nous montre aussi la façon qu'avaient les USA et l'URSS de jouer leurs petites guerres dans les autres pays... tout ça avec une histoire d'amour en prime, décidément, Ken Follet sait raconter les histoires !
Commenter  J’apprécie          260
Gwen21
  30 octobre 2012
Pourquoi j'ai adoré ? Déjà parce que Ken Follett est vraiment le maître du genre pour ce type de récit, mêlant avec maestria aventures, enjeux politiques, romance, ambiance prégnante et personnages attachants.
Il se place sur le terrain de la guerre en Afghanistan, un terrain qui convient bien à sa narration souvent manichéenne car là, peu de prise de risques pour lui, on est tous d'accord pour dire qui sont les méchants, les vilains Russes qui font du trafic d'armes avec Massoud. le décor peut donc être planté comme une tente en plein désert.
Le désert justement... de grands espaces dans lesquels les personnages et le lecteur semblent pourtant oppressés et menacés de toute part... Si vous voulez être dépaysé et faire le plein de sensations fortes, n'hésitez pas, jetez vous sur ce roman que vous lirez en une soirée, scotché au fond de votre fauteuil, laissant le gros du danger à un couple de héros que j'ai personnellement identifié sous les traits de Russell Crowe et de Jane Birkin.
Ah, ça y est, je vous sens près à me traiter de folle. Pourquoi cette comparaison ? Je n'en sais rien moi-même. Dès que j'ai découvert que l'héroïne était une étudiante anglaise et qu'elle se prénommait Jane, j'ai immédiatement eu l'image de Jane Birkin qui s'est imposée à moi et n'a plus quitté mon cerveau ! Quant à notre héros aux biceps développés, je venais de visionner "L'échange" de Taylor Hackford et, idem, impossible de me sortir l'acteur de la tête une fois entamé le roman.
Alors, lisez-le et vous me direz à votre tour si c'était une idée si mauvaise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
denis76
  26 février 2018
Thriller d'espionnage.
Afghanistan, 1981. Les Russes envahissent l'Afghanistan, mais se heurtent aux résistants Afghans, et particulièrement à Massoud, qui s'est retiré dans la montagne, dans la vallée du Panshir. C'est la guerre froide, et c'est aussi l'occasion pour les américains d'envoyer un agent de la CIA négocier un marché avec les rebelles.
Ellis accepte cette mission, car il va retrouver la femme qu'il aime, Jane. Mais celle ci est mariée à Jean-Pierre. Or, Ellis et Jane découvrent que c'est un agent du KGB...
.
Ce Follett est spécial pour moi, car il me rappelle l'Afghanistan où j'ai vécu petit, les rues de Kaboul, l'apprentissage du farsi au Lycée Esteqlal, et j'y ai peut être croisé Massoud qui avait ( RIP ) mon âge, et qui a fréquenté ce lycée franco-afghan ! Il a sûrement reçu, comme moi, les coup de baguette de Mr Madjid quand nous étions en retard ; et puis il y avait ma "fiancée" à 6 ans, Afifa, les bouddhas de Bâmiyân, la Khyber Pass, et les fiers Afghans. Il ne fallait pas passer entre le djouil ( caniveau ) et eux, car ils crachaient souvent dedans ! Les femmes étaient, pour bon nombre des citadines afghanes, habillées à l'occidentale.
Mais ça, c'était avant... en 1960, sous Zaher Shah.
Depuis, les Russes ont envahi l'Afghanistan, et Massoud a résisté ;
depuis, les talibans ont envahi l'Afghanistan, et Massoud a résisté...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
denis76denis76   15 novembre 2018
Au premier abord, Massoud ressemblait aux autres : un homme mince, de taille moyenne, vêtu d'un costume kaki et de bottes russes. Ellis scruta son visage. Il avait le peau claire, avec une moustache peu fournie, la barbe naissante d'un adolescent, un long nez un peu crochu. Ses yeux noirs au regard vif étaient entourés de rides profondes qui le faisaient paraître au moins cinq ans de plus que les vingt-huit ans qu'on lui donnait. Ce n'était pas un beau visage, mais on y lisait un air d'intelligence éveillée et de calme autorité qui le distinguaient des hommes qui l'entouraient.

NDL : ce héros afghan, dans ses montagnes du Panshir, a résisté aux Russes ( ! ), puis aux talibans, jusqu'à ce qu'il se fasse piéger bêtement en 2001, deux jours avant l'attentat des Twin Towers américaines.

NDL- 2 : j'ai modifié ma critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
GrouchoGroucho   26 février 2015
.../...
- Les Afghans sont sont des montagnards farouches, déguenillés et fiers, à peine sortis du Moyen-Age. On dit qu'ils sont d'une politesse raffinée, qu'ils sont braves comme des lions et d'une cruauté sans pitié. Leur pays est rude, aride et dénué. Que savez-vous d'eux ?

- Un Afghan, ça n'existe pas, répondit Winderman. Il y a six millions de Pathans dans le Sud, trois millions de Tadjiks à l'Ouest, un millions d'Ouzbeks au Nord, et encore une douzaine de nationalités qui comptent moins d'un million de personnes. Les frontières modernes ne signifient pas grand-chose pour eux : il y a des Tadjiks en Union soviétique et des Pathans au Pakistan. Certains d'entre eux sont divisés en tribus. Ils sont comme les Peaux-Rouges, qui ne sont jamais considérés comme des Américains, mais comme des Apaches, des Algonquins ou des Sioux. Et ils se battraient aussi bien entre eux que contre les Russes. Notre problème est d'obtenir des Apaches et des Sioux qu'ils s'unissent contre les Visages pâles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
piccolaninapiccolanina   26 avril 2018
Mourir dans une guerre sainte était le plus grand honneur que pouvait connaître un musulman , se rappela Jane . Le petit Mousa allait sans doute devenir un saint mineur . Elle était heureuse que Mohammed eût ce réconfort , mais elle ne pouvait s'empêcher de penser avec cynisme : voilà comment les hommes de guerre apaisent leur conscience : en parlant de gloire .
Commenter  J’apprécie          100
BeatsonBeatson   22 février 2015
[à propos de la guerre du Vietnam]L'ennui avec cette guerre, c'est que nous sommes du mauvais côté. Nous sommes les salauds. C'est pour ça que les jeunes fuient le recrutement, c'est pour ça que les Vietnamiens refusent de se battre, c'est pour ça que nous tuons des femmes et des enfants ; c'est pour ça que les généraux mentent aux politiciens, que les politiciens mentent aux journalistes et que les journaux mentent au public.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
piccolaninapiccolanina   26 avril 2018
_Pour quelle liberté Massoud se bat-il ?
_ La liberté de tous les Afghans .
_ Mon oeil, répondit Jane . C'est un musulman intégriste et si jamais il prend le pouvoir , la première chose qu'il fera , ce sera de visser les femmes . Il ne leur donnera jamais le droit de vote : il veut leur reprendre les quelques droits qu'elles ont . Et comment crois-tu qu'il traitera ses ennemis politiques , étant donné que son héros c'est l'ayatollah Khomeyni ? Est-ce que les savants et les professeurs seront libres ? Est-ce que les homosexuels et les lesbiennes auront la liberté sexuelle ?Qu'arrivera-t-il aux hindous , aux bouddhistes , aux athées et aux frères de Plymouth ?
_ Tu penses sérieusement , dit Ellis , que le régime de Massoud sera pire que celui des Russes ?"
Jane réfléchit un moment . " Je ne sais pas . La seule chose certaine , c'est que le régime de Massoud serait une tyrannie afghane au lieu d'une tyrannie russe . Et ça ne vaut pas la peine de tuer des gens pour remplacer une dictature étrangère par une dictature locale .
_ Les Afghans n'ont pas l'air de ton avis .
_ Pour la plupart , on ne leur a jamais posé la question .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Ken Follett (66) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ken Follett
Dans le cadre de la conférence de presse de la Foire du Livre de Bruxelles 2014, notre équipe est partie à la rencontre de Ken Follett, grand représentant de la littérature anglaise mise à l'honneur durant cette édition. @ Foire du Livre de Bruxelles / HELB
autres livres classés : afghanistanVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Le pays de la liberté

Dand l'église du village qui prend position contre Sir George Jamisson?

Jimmy Lee
Mack Mc Ash
Harry Ratchett
Dermot Riley

9 questions
28 lecteurs ont répondu
Thème : Le Pays de la liberté de Ken FollettCréer un quiz sur ce livre
.. ..