AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Peur blanche (37)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
lyoko
  30 mars 2017
Ken Follett nous met sous tension avec ce roman relativement bien documenté.
L'espionnage industriel touche beaucoup de secteurs et entre autre le domaine pharmaceutique. Mais quand on peut se procurer des substances toutes prêtes.. pourquoi essayer de copier quand il y a juste a se servir.

Un roman assez sympathique dans l'ensemble , mais qui n'a rien de transcendant. On reste dans du classique et du déjà vu. Mais la plume de Ken Follett reste ce qu'elle est, c'est a dire bien plaisante à lire.
un bon moment de détente avec ce roman.

Mais je trouve Ken Follet bien meilleur avec ses romans historiques que ses policiers ou ses romans d'espionnage.
Commenter  J’apprécie          612
denis76
  18 novembre 2018
Voici le Ken Follett le plus contemporain ( 2004 ) : un virus mortel, le Madoba, a été imprudemment sorti du laboratoire de Stanley Oxenford, en Ecosse. Antonia Gallo, chef de la sécurité du laboratoire, mène l'enquête dans l'angoisse...
.
Gaz moutarde, grippe espagnole, HIV, ebola, etc... Tout ça fait très peur, et pendant feu-le service militaire, nous avions une trop brève instruction concernant les risques NBC ( nucléaire-biologique-chimique ).
.
Pourquoi "Peur blanche" ? Je pense que c'est parce que l'action se passe à Noël, et qu'il y a beaucoup de neige, "blanche" ( ! )... Les enquêteurs, mais aussi sûrement les voleurs, sont ralentis par la neige, provocant un surcroît de suspense...
.
C'est un thriller biologique un peu trop romantique, mais le romantisme n'est-il pas très utile, dans ce monde de fous ?
En effet, parallèlement à cette sombre enquête, Stanley, veuf, est partagé entre sa famille et un nouvel amour.
C'est un choix difficile, auquel j'ai été moi-même confronté, et la réussite des deux projets de front est malheureusement très difficile, quand les choses sont dites à demi-mots....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          585
pdemweb1
  09 septembre 2014
Souvent un roman policier permet de grandir culturellement, car l'auteur prends le prétexte du polar pour nous communiquer son savoir.
Ce n'est pas le cas de ce roman..., l'information semble être repris de Wikipédia. La recherche ne semble pas profonde.
Le suspens n'est pas non plus au rendez vous, Les personnage sont des caricatures....
Ken Follet a publié d'autres livres, heureusement pour lui !
Commenter  J’apprécie          292
zabeth55
  06 mars 2015
Mon premier Ken Follett et je suis assez mitigée.
Le vol d'un virus dans un laboratoire met en danger la population. Tout se passe une nuit de Noël, et une famille entière est durement éprouvée.
Il y a de bons ingrédients pour une bonne histoire, mais je suis restée un peu en dehors à cause de trop d'invraisemblances et du côté un peu mièvre parfois.
Bon, ceci dit, j'ai quand même était prise à certains moments, plus intenses que d'autres, où la tension et l'angoisse montaient.
Il faut absolument que je lise un autre livre de cet auteur pour me faire une idée plus précise.
Commenter  J’apprécie          277
Witchblade
  16 février 2017
Livre lu dans le cadre du challenge ABC 2016-2017.

De cet auteur, je n'avais lu qu'un livre, il y a 15 ans, dont j'ai oublié le titre mais qui m'avait marqué par son style et son histoire se déroulant durant la Seconde Guerre Mondiale. Grâce à ma belle-mère, je peux en lire un second.

Celui-ci n'a rien d'un thriller historique, il s'agit plutôt d'un thriller scientifique qui m'a ainsi permis de renouer avec le style de cet auteur. Par contre, pendant les 200 premières pages, l'histoire n'est pas intense en émotions ni en rebondissements contrairement à « Sanglornis Prima » ou « L'opération Hadès » où nous n'avons pas le temps de souffler de bout en bout du roman. Nous suivons différents personnages qui vont nous inclure dans leur quotidien en période de Noël. L'histoire se déroule en Grande-Bretagne, au sein d'un laboratoire spécialisé dans les virus les plus redoutables. Un échantillon va disparaître malgré la sécurité renforcée de ce complexe. Toni, la responsable de la sécurité, va tout faire pour retrouver cet échantillon et éviter une catastrophe mondiale.

Les chapitres sont très courts car l'ensemble de l'histoire se déroule sur 48h dont 12h en huis clos. le roman est donc découpé par demi-heure, puis par quart d'heure, où nous voyons différentes tranches de vies défilées suivant les personnages principaux. L'écriture est néanmoins très agréable, ce qui m'a permis de lire la première partie (200p) en une journée sans effet de lourdeur. Je retournais à chaque fois avec plaisir et curiosité dans ma lecture. L'auteur prend ainsi le temps de mettre en avant les travers d'une famille d'intellectuels où tout n'est pas rose car tout le monde peut se faire avoir par de belles paroles et ne pas juger au mieux les conséquences de ses actes... Par contre, la fin m'a paru ultra-violente où on voit tout la stupidité des gens qui ont fait un mauvais choix et tout le courage (même insensé) des autres.

Comme vous l'aurez compris, ce roman a été une bonne lecture car la répartition entre l'action et la conclusion ne m'a pas paru adéquate par rapport à l'histoire. Sur un roman de 440p, l'histoire ne se lance vraiment qu'à la moitié. Un peu déçue à cause de ça ainsi que de la violence des dernières pages, même si quelques fois aux informations, on n'entend guère mieux. Heureusement que je ne relis jamais les 4ème de couverture car après lecture, celui pour ce roman est un peu faussé et décalé par rapport à l'histoire réelle. Je pense néanmoins retenter l'expérience de cet auteur avec un de ses thrillers historiques qui font plus l'unanimité. J'ai quand même bien apprécié son style d'écriture ainsi que sa façon de traiter ses personnages, tout en nuances mais qui, suivant les orientations, vont plus vers le noir ou vers le blanc. Je vous conseille néanmoins de découvrir ce roman que vous soyez amateurs ou non de cet auteur car il est très surprenant et ne se limite pas qu'à un seul style de roman. On apprend ainsi quelques informations sur les biorisques et les virus.

Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
tousleslivres
  08 janvier 2013
Mon premier Ken Follett !!!
L'année passée, je m'étais dit qu'il fallait que je lise « Nuit Blanche » à l'occasion des fêtes de fin d'année, c'est chose faite maintenant.

Je ne sais pas si j'aurais vraiment du commencer par lire ce titre, mais bon, c'est fait. J'ai trouvé l'histoire assez simple : Un flacon d'un virus le plus meurtrier qui existe est volé dans le laboratoire d'Oxenford Médical : le Madoba 2 . En effet, dans ces locaux, des chercheurs travaillent sur les virus les plus dangereux qu'il soit. Quand ce flacon disparaît, c'est la panique total, c'est Toni, l'agent de la sécurité chargée de ce labo qui va mettre tout en oeuvre pour retrouver ce virus et les malfrats. Si ce virus tombait entre les mains de criminels, se serait des milliers de personnes qui mourraient dans des conditions atroces, car il n'y a pas de vaccin, aucune issue, il est fatal ! Car pire que la peste noir qui a sévit au IXXème siècle.

Toni va enquêter et elle va s'aventurer dehors alors qu'une tempête de neige ballais l'Écosse et que les routes ne sont pas praticables, les chasses neige ne sont pas encore passés. Elle va découvrir que la famille Oxenford est entre les mains des voleurs. En effet les voleurs ont pris en otage toute la famille qui c'était réunie pour fêter Noël, mais c'est sans compter sur certains membres de cette famille qui vont eux aussi se défendre...

Une nuit de Noël à 300 à l'heure. 48 heures qui passent en un rien de temps... J'ai trouvé l'histoire assez simple, mais en même temps le suspens est au rendre-vous, il n'y a rien de superflu, Ken Follett est allé à l'essentiel avec ce roman, il aurait peut-être pu aller plus loin avec certains personnages pour faire durer encore plus le dénouement que j'ai trouvé assez facile... la fin est légère...
L'auteur aurait pu donner plus d'explication sur les motivations du voleur, le fils du directeur du labo, ce fils qui se fait entraîner par les terroristes, on sait juste qu'il fait ça pour rembourser une très grosse somme d'argent qu'il a perdu au jeux...
Lien : http://tousleslivres.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
Bruno1
  18 mars 2015
Je n'avais pas encore lu de roman de Ken Follet alors je ne peux pas comparer Peur Blanche par rapport à la qualité de ses autres polars.
En tout cas, j'ai trouvé que tout était bien calibré, peut-être même trop. Comme un professionnel qui maîtriserait son sujet tellement bien qu'on finit par dire "Ouais, pas mal mais peut mieux faire"... A force de concrétiser des bons romans, peut-être que nous, les lecteurs, sommes devenus extrêmement exigeants envers nos auteurs ? Ou peut-être manque t'il un soupçon d'audace ou de génie supplémentaire pour que l'on crie au chef d'oeuvre ?? Je ne sais pas.
En tout cas, c'est PROMIS, je vais lire un autre roman de cet auteur pour me faire une idée plus précise.... See you soon :D
Commenter  J’apprécie          181
Nadouch
  23 février 2019
Un virus mortel a été volé dans un labo de recherche en Écosse. Branle-bas de combat pour la responsable de la sécurité, très proche par ailleurs du patron du labo, qui reçoit tous ses enfants pour Noël...
Voilà pour la mise en place. Et puis plus rien.
Une intrigue d'une platitude navrante, des personnages creux, un style à l'eau-de-rose (oui, on a le temps de tomber amoureux alors qu'une catastrophe épidémiologique se prépare, on peut "se noyer dans le brun de ses yeux", et tout à l'avenant...).
Il ne se passe strictement rien de surprenant ni d'intéressant, moi qui aime le Ken Follett des romans historiques tombe de très haut avec ce titre (d'ailleurs ça ne fait pas peur du tout, le titre est lui-même trompeur).
A oublier !
Commenter  J’apprécie          161
umezzu
  20 septembre 2017
Ken Follett a longtemps été un maître du thriller sortant quasiment chaque année un nouveau roman. Outre quelques intrigues liées à l'histoire (le réseau Corneille par exemple...), il s'est essayé à la fiction scientifique. Peur blanche entre dans cette catégorie.
Un terrifiant virus stocké dans des conditions ultra-sécurisées a disparu. En plein hiver, alors que dehors il neige, la responsable de la sécurité va devoir maîtriser la situation coûte que coûte.
Les manipulations des scientifiques ont toujours constitué un bon terreau pour l'imaginaire des romanciers. Avec Follett au commandes, on pouvait s'attendre à un thriller rythmé. Et bien, ce n'est pas vraiment le cas. le récit est stéréotypé, les situations se laissent deviner, les personnages semblent sortir d'un catalogue. le style de Follett est toujours là, mais Peur blanche constitue une de ses oeuvres (très) mineures.
Commenter  J’apprécie          140
Christelle83230
  21 janvier 2017
Ken Follett est souvent une valeur sûre en littérature. Ici, pas de dérogation à la règle.
Le personnage de Toni est attachant, avec du caractère et à la psychologie plutôt bien travaillée. le personnage de Kit est lui son opposé.

L'écriture est simple mais efficace et le lecteur est partie prenante de l'intrigue. Tous les ingrédients d'un ouvrage à succès sont ici réunis : suspens, rancoeurs et représailles sur fond de sentimentalisme.

Le suspens est ici à son paroxysme.
Commenter  J’apprécie          120


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le pays de la liberté

Dand l'église du village qui prend position contre Sir George Jamisson?

Jimmy Lee
Mack Mc Ash
Harry Ratchett
Dermot Riley

9 questions
32 lecteurs ont répondu
Thème : Le Pays de la liberté de Ken FollettCréer un quiz sur ce livre