AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782075107693
64 pages
Éditeur : Gallimard Jeunesse (04/10/2018)

Note moyenne : 4.54/5 (sur 109 notes)
Résumé :
Alors que son père est à la guerre, Rosalie se lance
dans une mission secrète.
Hiver 1917. Rosalie a cinq ans et demi. Son père est au front et sa mère travaille à l’usine. Alors, même si elle n'a pas encore l'âge, Rosalie passe ses journées à l’école, dans la classe des grands.
On croit qu’elle rêve et dessine en attendant le soir. Mais Rosalie s’est fabriqué une mission, comme celles des véritables soldats.
Elle est capitaine et elle a ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (49) Voir plus Ajouter une critique
victoryhelene
  12 octobre 2019
Un album qui marie l'écriture sobre de Timothée de Fombelle et les illustrations délicates d' Isabelle Arsenault.
Rosalie n'a que 5 ans mais ses rêves de petite fille sont remplacés par la guerre qui gronde au loin, une guerre qui lui a enlevé son père, mobilisé sur le front, comme d'autres milliers de pères, maris et frères. En 1917, cette petite fille n'a que cette guerre comme souvenir. Il est loin le monde des fées, des princesses, des chevaliers et des dragons... A l'arrière, c'est essentiellement l'absence, mais aussi l'inquiétude et l'attente, des vies bouleversées.
D'autant que Rosalie est seule, sa mère est obligée de travailler en usine et elle se retrouve toute la journée à l'école. le maître revenu du front amputé d'un bras accepte de la garder au fond de la classe où tout le monde l'oublie. Mais elle a son précieux cahier, son trésor, dans lequel elle protège ses projets, ceux qu'elle imagine en tant que capitaine d'une armée.
Tout en pudeur et délicatesse, Timothée de Fombelle évoque la première guerre mondiale à travers les yeux d'une petite fille, une guerre subie et dissimulée derrière les mots de sa mère, derrière les mensonges et les non-dits bienveillants de tous les adultes qui l'entourent. C'est une écriture qui met en lumière le courage et la volonté d'une petite fille face à cette guerre qu'elle n'imagine même pas, une jeunesse qui veut vivre.
Les dessins presque en noir et blanc sont paradoxalement sombres et doux. La tristesse domine mais les quelques touches de couleurs ajoutent de l'espoir, c'est la flamboyance rousse de la chevelure de Rosalie, l'ardeur du feu qui crépite et réchauffe la salle de classe...
Ce livre n'est donc pas des plus joyeux, surtout avec son final bouleversant, mais il aborde tout de même avec finesse une période cruelle.
Un album qui évite les images brutales, les violences traumatisantes...mais qui suggère habilement la guerre et ses conséquences.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          253
prune42
  07 juillet 2019
En 1917, Rosalie, cinq ans et demi, passe ses journées à l'école, bien qu'elle soit trop jeune pour y aller, car sa mère doit travailler depuis le départ de son mari à la guerre. La petite fille et sa mère sont tristes mais grâce aux lettres envoyées par le père, elles gardent espoir. Un jour, une lettre arrive et la maman de Rosalie paraît encore plus abattue que d'habitude. Rosalie, qui a appris à lire seule à l'école, cherche comment percer le secret de cette lettre.
Ce petit album quasi en noir et blanc hormis quelques touches de couleur, rapide à lire, aborde avec beaucoup de pudeur la Première Guerre Mondiale et comment une petite fille vit l'absence de son père parti à la guerre.
Ce livre est plein de pudeur et de retenue, la guerre est abordée mais plus par des allusions qu'ouvertement.
Rosalie est une petite fille très émouvante, intelligente, à qui on s'attache facilement, elle suscite beaucoup de sympathie de la part du lecteur.
Les dessins sont sobres, réalisés avec des couleurs sombres, ils évoquent la mort, la tristesse, l'absence, ils sont bien en accord avec le texte.
J'ai apprécié aussi la fin de cet album qui se termine sur une note apaisée malgré tout.
Par contre, j'hésite quant à l'âge du lectorat pour lequel je recommanderais ce livre : jeune public, adultes ? Sans doute pas de trop jeunes enfants car l'histoire est quand même bien triste pour des enfants en bas âge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
Under_the_Moon
  01 avril 2019
Rosalie passe ses journées à l'école, alors qu'elle ne fait que dessiner. Normal, elle n'a que 5 ans. Et son père étant parti au front, sa mère doit travailler à l'usine d'obus.
Au retour de l'école, elle écoute sa mère lire des lettres de son père, dans lesquelles il dit toute son impatience de revenir dans sa campagne et retourner à son quotidien de pêche et de chef de famille.
Des histoires un peu trop belles au goût de Rosalie. Puis un jour, elle apprend...
Les illustrations d'Isabelle Arsenault collent parfaitement à la douceur, au ton du souvenirs d'enfances de l'histoire.
Capitaine Rosalie est très habillement raconté et met en scène plusieurs thématiques opposées qui montrent comment entre la première et la dernière page, Rosalie passe de l'enfance innocente au monde des adultes. On trouve par exemple des images d'héroïsme rêvé de la guerre face à la réalité, l'imagination de l'enface et le principe de réalité, et surtout, le plus intéressant à mon sens : le paradoxe du mensonge et de la vérité.
Grâce à tout cela, Timothée de Fombelle donne réfléchir à toutes ces choses que l'on cache aux enfants, pensant les protéger, alors que ces enfants, s'ils n'ont pas accès aux mêmes moyens pour s'exprimer, comprennent pourtant instinctivement ce qui se passe.
Une lecture très rapide que j'ai appréciée, même si j'ai trouvé la fin un peu trop facile...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Analire
  28 janvier 2019
Un grand merci aux éditions Gallimard jeunesse grâce à qui j'ai pu découvrir ce magnifique album jeunesse.
Écrit par Timothée de Fombelle et magnifiquement illustré par Isabelle Arsenault, il raconte l'histoire de la jeune Rosalie. Rosalie est une enfant de la guerre, dont le père est parti au front et la mère réquisitionné dans une usine à munitions. Rosalie se retrouve seule toute la journée et contrainte d'attendre sa mère au fond d'une classe d'un petit village.
Capitaine Rosalie, comme elle se nomme elle-même, est une petite fille très clairvoyante, qui, malgré son jeune âge, comprend parfaitement ce qui est en train de se passer dans le monde entier. C'est une jeune fille très courageuse, dotée d'un caractère bien trempé, mais elle reste quand même une petite fille, idéaliste et rêveuse.
Les planches sont tout simplement sublimes, et je pense que c'est le gros point fort de ce livre. Dessinées dans des couleurs sombres, avec une touche d'orangée, elles nous plongent parfaitement dans un contexte de grande guerre. Seule la couleur orangée donne une lueur d'espoir dans un monde bien trop noir.
Évidemment, au vu de la thématique abordée, à savoir la Première guerre mondiale, l'atmosphère générale du livre est pesante. Pesante dans le sens où la guerre est dans toutes les têtes, elle est présente dans le quotidien de chacun, personne ne peut l'ignorer, même pas les jeunes enfants. On ne peut rester insensible face à une telle histoire. La force et le talent de Timothée de Fombelle, réside dans le fait de créer des émotions, un contexte, une atmosphère particulière, un personnage attachant, une histoire multi-cibles, accessibles à la fois aux enfants et aux adultes… le tout en une soixantaine de pages seulement. C'est admirable, je ne peux qu'applaudir cet exploit, et celui d'Isabelle Arsenault, bien évidemment. Ensemble, ils ont réussi à créer un petit livre remarquable, touchant et impactant : bravo !
Un magnifique album, pleins d'émotions et d'humanité, qui ne vous laissera pas indifférent. Préparez vos mouchoirs et lisez-le !
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
Pixie-Flore
  16 avril 2019
"Capitaine Rosalie" c'est un album jeunesse plein d'émotions, de détermination, de devoir de mémoire. C'est ces enfants qui n'auront jamais connu leur père, mort inutilement pour des intérêts qui n'étaient pas les leurs ; c'est ces enfants à qui on ne dit pas les choses de peur de les fragiliser alors qu'ils portent sur leurs épaules déjà bien des choses. Cette petite Rosalie, comme beaucoup d'enfants, est forte face au monde des adultes.
Les mots de Timothée de Fombelle font mouche et les illustrations d'Isabelle Arsenault sont superbes. Ils s'associent avec talent dans cet album.
Commenter  J’apprécie          130


critiques presse (6)
Ricochet   14 janvier 2019
Texte et illustration vibrent à l’unisson pour entraîner le lecteur jusqu’à la victoire finale qui n’est pas celle que l’on croit !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Culturebox   12 décembre 2018
Rosalie s'est fixé une mission : apprendre à lire. Son arme à elle pour découvrir une vérité trop difficile à dire pour les adultes… avec les illustrations d'une grande douceur de la dessinatrice québécoise Isabelle Arsenault.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Telerama   20 novembre 2018
Hiver 1917. Sagement assise au fond de la classe des grands, Rosalie s’est inventé une mission secrète qui lui permettra, tragiquement, de découvrir la vérité d’une guerre apparemment si loin de son village… L’esprit de l’enfance, sa force et son courage sont tout entiers dans ces pages.
Lire la critique sur le site : Telerama
LeFigaro   07 novembre 2018
Il y a une grande force qui se dégage des lignes écrites par Timothée de Fombelle. Une force de vie incarnée par le personnage de Rosalie. La fillette, croquée avec délicatesse par Isabelle Arsenault, a le don de marquer le lecteur par sa candeur et son courage. Un récit poignant sur la petite et la grande histoire de la Première Guerre mondiale.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Culturebox   22 octobre 2018
Confirmation s'il en faut du talent de ce grand auteur pour la jeunesse, ici mis en valeur par les illustrations sensibles et très belles de la dessinatrice québécoise Isabelle Arsenault.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Lexpress   08 octobre 2018
C’est la Grande Guerre et la petite Rosalie a une mission secrète de la plus haute importance. Vraiment ? Timothée de Fombelle et Isabelle Arsenault nous font vibrer avec leur nouvelle héroïne, Capitaine Rosalie.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
victoryhelenevictoryhelene   12 octobre 2019
Elle me montre un dessin au dos du papier, un trait de charbon qui dessine un paysage. Une forêt au loin et la terre retournée, juste devant, avec des soldats cachés dans des trous. Je reconnais la manière de dessiner de mon père. Je l'ai vu trois fois quand il est revenu en permission pour se reposer de la guerre. Il ne parlait presque pas mais il me serrait dans ses bras et il dessinait des chevaux sur la buée de la vitre. Je m'endors en pensant aux chevaux qui ruissellent sur la fenêtre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
AnalireAnalire   20 janvier 2019
Ma chérie, je pense à vous. Je sais que Rosalie est sage. Et que le maître d'école est content de l'avoir. Et toi, je sais que ton travail est fatigant. Tu aimerais passer plus de temps avec ta petite fille. Mais quand je mets un obus dans le canon, je me dis toujours que c'est peut-être toi qui l'as fabriqué à l'usine. Comme si tu étais à mes côtés dans la bataille. Oui, les dames nous aident en travaillant si dur dans ces usines, et les enfants nous soutiennent en prêtant leurs mamans et en les attendant sagement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ColibrilleColibrille   27 octobre 2018
Les taches de rousseur sous mes yeux, les animaux que je dessine sur la page, les grandes chaussettes jusqu'aux genoux, tout cela n'est que du camouflage. On m'a dit que les soldats se cachent avec des fougères cousues sur leur uniforme. Moi, mes fougères sont des croûtes aux genoux, des regards rêveurs, des chansons que je fredonne pour avoir l'air d'une petite fille.
Commenter  J’apprécie          60
ColibrilleColibrille   27 octobre 2018
J'ai un secret.
On croit que je dessine dans mon cahier, assise sur le petit banc, sous les portemanteaux, au fond de la classe. On croit que je rêve en attendant le soir. On m'appelle Rosalie. Et le maître d'école passe à côté de moi quand il fait la dictée à ses élèves. Il pose sa main sur mes cheveux.
Mais je suis un soldat en mission. J'espionne l'ennemi. Je prépare mon plan.
Capitaine Rosalie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
HistoiresdenlireHistoiresdenlire   07 novembre 2018
Et chaque jour, ma mission avance. Chaque jour, je suis à mon poste, Capitaine Rosalie, au fond de la classe, en embuscade sous les manteaux. Je regarde les inscriptions sur le tableau noir comme si c’était un plan de bataille. J’essaie de me souvenir de tout. Je recopie des petites choses dans les dernières pages de mon cahier.

Personne ne s’occupe de moi. Les grands m’ont oubliée. je suis devenue un manteau gris accroché au milieu des autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Timothée de Fombelle (53) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Timothée de Fombelle
Vous pouvez dès à présent regarder le replay de notre rendez-vous "Livres en Live" avec Timothée de Fombelle diffusé le 23 juin 2020 sur les pages Facebook des librairies du groupe Furet du Nord et Decitre
Dans cette rencontre menée par Fabrice Baumann, libraire Decitrepro, Timothée de Fombelle évoque son nouveau roman "Alma" , le destin d'une jeune fille noire à l'époque de la traite négrière.
Tous les livres des auteurs à retrouver ici : https://www.furet.com/auteur/1179108/Timothee+de+Fombelle?order=dctr_publication_date&dir=desc
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre " Vango " de Lola

Où la première scène se passe-t-elle ?

Londres
Paris
Berlin
Venise

17 questions
126 lecteurs ont répondu
Thème : Vango, tome 1 : Entre ciel et terre de Timothée de FombelleCréer un quiz sur ce livre

.. ..