AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207063891X
Éditeur : Gallimard Jeunesse (06/10/2011)

Note moyenne : 4.32/5 (sur 385 notes)
Résumé :

Poursuivi par les démons de son passé, Vango repart à l’aventure. À la fin des années trente, suspendu au sommet des gratte-ciel de New York, il affronte ses ennemis avec le moine Zefiro, et retrouve la piste de celui qui a détruit sa famille. Sa quête le fait passer tout près de la belle Ethel,l’amour de sa vie, lors de la chute du dernier grand dirigeable qui manque le blesser à jamais. Il croit alo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
Foreverbooks
  14 février 2012
Wouaah! J'ai enfin fini ce dernier roman de la saga Vango signé Timothée de Fombelle et je me sens... un peu triste. Au long de ces 2 jours de lecture intense, j'aimerai vous parler de tellement de choses, mais il faut d'abord que vous sachiez ce que j'ai ressenti en lisant ce magnifique bouquin. En le lisant, notre seule envie est d'avancer, avancer encore pour savoir la suite. On retient notre respiration jusqu'à devenir rouge tomate. Et puis, on arrive bientôt à la fin de la deuxième partie et on se demande: Mais qu'est-ce que je fais? Pourquoi j'avance aussi vite? Alors on ralentit le rythme le plus possible et on mâche les mots des millions de fois pour nous imprégner d'eux. À la dernière page, on se sent heureux de connaître le dénouement mais triste de savoir qu'il n'y aura pas de suite. Alors voilà, il y a peu de romans du même genre qui, même sans l'avoir lu, nous donne autant de sentiments.

On va découvrir au fur et à mesure la vie des parents de Vango, son identité et donc la cause de la chasse permanente qu'il subit. Chaque destin est très complet, cependant j'aurai aimé connaître la suite de certaines vies, comme celle d'Eckener, qui disparaît peu après les dernier voyage du dirigeable qui nous est raconté, ou encore celle de la Taupe et d'Andreï, de Mme Boulard et son fils. Est-ce un manque de temps ou tout simplement l'envie de nous laisse nous, simple lecteurs, imaginer par nous même? Bref, l'auteur laisse chaque personnage écrire leur histoire avec autonomie.

Le livre de Timothée de Fombelle est organisé en 3 parties très distinctes, que je vous laisserai découvrir au moment de votre lecture, car oui! il faut le lire. J'ai trouvé ce deuxième tome plus sombre que son grand frère, et, en y réfléchissant bien, plus sombre aussi que la saga de Tobie Lolness. Dans le premier tome, au début, on connaissait encore le petit Vango innocent et aventurier. Puis venait la partie où notre jeune héro devait fuir, fuir sans se retourner, où le malheur commençait à être semer tout au long de son chemin.. le second tome reprend cette deuxième partie puis, on découvre une autre facette déjà abordée en surface dans le premier tome: la guerre. On y voit surtout la résistance, les morts, les familles déchirées, les escroqueries et les doubles agents, les crimes et les trahisons.

Comme je l'ai écrit dans le paragraphe précédent, le thème le plus abordé dans ce dernier tome de la saga est la seconde guerre mondiale, un sujet mille fois travaillé par d'autres auteurs. Ce sujet aurait pu être lassant car pas très original mais là, j'ai adoré. Découvrir les personnages courageux de la résistance est très intéressant. J'ai eu l'impression de retrouver le roman de Marc Levy, «Les enfants de la liberté», que j'avais dévoré et que parlait, lui aussi, de résistance et d'injustice.
On retrouve les personnages que nous avions adoré ou détesté qui nous font voyager en entre Paris, Londres et Moscou, nous font faire encore d'autres voyages avec le dirigeable d'Hugo Eckener, maintenant décoré avec les couleurs des nazis. Ethel, le padre Zefiro, Mademoiselle, le commandant Eckener sont encore du voyage. Puis encore d'autres, qui m'avaient moins marquée dans le premier tome prennent un rôle décisif dans l'histoire. Timothée de Fombelle nous réserve bien des surprises en nous décrivant un peu plus chaque personnage. La Taupe est un des héroïne sur la quelle je m'étais le plus trompée.
Tous les personnages évoluent, grandissent selon leur condition de vie, les épreuves qu'ils ont à traverser. Je vous ai parlé plus haut de corruption. Chaque personne a son point faible, une personne qu'il veut absolument protéger. Souvent, quand on parle de personne qui fait du mal, vous imaginez un individu forcément méchant, mauvais quoi. L'auteur nous rappelle que beaucoup sont contraints par quelqu'un de plus fort grâce au chantage.

J'ai adoré le quatuor Esquirol, Puppet, Eckener et Zefiro. Des amis de longue date à l'énorme ingéniosité. Ils échafaudent de ces plans! Je pense que nous rêvons tous d'avoir un sang froid et un courage tel que le leur. Viktor Voloï me fit, encore cette fois, bien froid dans le dos. À travers ce personnage, je me suis posée cette question: Timothée de Fombelle a-t-il du mal à tuer ses personnages? Cependant, cela rend l'histoire bien plus réelle, donc intéressante, mais nous laisse pourtant une larme au coin de l'oeil et un goût d'amertume sur la langue.

Le cour des évènements peut nous faire vois à quel point le destin peut être cruel avec les meilleurs. On peut passer juste à côté de la personne aimée, de la quête que nous avons cherché toute notre vie. Tous est mesuré à la seconde près. L'auteur a une mémoire et une imagination incroyables. J'ai eu l'impression que chaque petit détail faisait la différence et que chaque personnage, même la plus insignifiant, avait droit à sa petite biographie et pouvait réapparaître n'importe où tel un fantôme.

J'ai longtemps pensé que Vango était un être à part, capable d'agir toujours avec sans froid, presque sans émotions. Il m'apparaît comme un personnage mystérieux qu'il est impossible de découvrir d'un seul coup. Il fallait creuser longtemps pour transpercer. Comme l'histoire est écrite à la troisième personne, on ne lit pas dans ses pensées. Pourtant, quelques bribes s'en échappent et parviennent jusqu'à nous pour nous éclairer un peu sur ses faiblesses, ses envies et ses peurs.

L'écrivain nous fait découvrir les lieux avec une telle netteté qu'il m'est arrivé de me demander, s'il n'avait pas visiter le monde et ses secrets pour nous raconter son histoire. Ce dernier tome a été plus sombre que son précédent et, d'après moi, que tous les autres livres signés Timothée de Fombelle, Je le décrirai presque comme plus adulte, enfin, moins innocent quoi! Mais non, ce ne serait pas vrai. Ces aventures charmeront autant petits et grands.

La plume de Timothée de Fombelle garde son côté poétique. Elle nous fait rire avec des petites remarques, des petits gestes fait de rien. Elle nous remplit aussi les yeux de larmes dans les moments décisifs et lourd de sens. Elle décrit si bien les sentiments de chacun sans les expliquer pour autant et leur donne leur personnalité. C'est une qualité que j'aime beaucoup chez Timothée de Fombelle, capable de faire de ses personnages de véritable personnes animées.

Je finirai par le seul point négatif que j'aurai pu trouver, et je vous assure que j'ai du chercher! Il s'agit du temps qui passe, J'ai eu beaucoup de mal à comprendre combien de temps se passait entre chaque action. J'avais l'impression qu'il s'écroulait un jours ou deux et tout d'un coup m'apercevait qu'il s'était en réalité passé des mois...

Comme vous avez pu le constater, ma conclusion est que ce livre est magnifique et que j'ai adoré (il n'est donc pas un coup de coeur pour rien!). Il a son style qu'on adore et des idées très intéressantes. On a envie de continuer notre lecture et qu'elle ne finisse jamais. Certains livres, si on devait tous les comparer, ne surpasseraient pas «Vango, un prince sans royaume» car ils manquent de ce petit quelque chose de personnel ou peut-être un bon traducteur!
Lien : http://forever-books.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
Le_zeppelivre
  29 juin 2015
Cela fait déjà un moment que j'ai lu le premier tome de Vango. J'avais apprécié sans avoir adoré, alors j'ai un peu traîné des pieds avant de lire le second tome. Je n'aurais pas dû mettre autant de temps parce que j'ai eu du mal à m'y remettre, ayant oublié une bonne partie de l'histoire. Pourtant finalement, j'ai préféré cette suite au premier opus.
Ce deuxième roman s'ouvre peu après la fin du premier. Vango est partie se réfugier aux Etats Unis, Ethel est rentrée en Ecosse et Hugo Eckener résiste difficilement au Chancelier du Reich Adolf Hitler. Déjà que le premier tome m'avait parfois perdue, là j'ai été enseveli par plein de détails que j'avais oubliés. J'ai finalement réussi à reprendre le rythme, mais le début a été laborieux.
Je vais un peu répéter ce que j'avais dit sur les personnages : je ne m'y suis pas vraiment attachée, pas à Vango en tout cas : je trouve qu'il ressemble à tous les héros des romans de Timothée de Fombelle, à Tobbie de Tobbie Lolness comme à Ilian du Livre du Perle. C'est dommage car finalement je ne me suis attachée à aucun personnage, même si j'ai une préférence pour Andreï et la Taupe.
Cette saga est un très grand jeu de piste qui s'étend sur toute la planète entière et sur plusieurs années : États Unis, Ecosse, Russie, Caucase, France... Les personnages se croisent, se séparent et se retrouvent à un tout autre endroit au moment le plus inattendu.
J'aime toujours autant l'ambiance des années 1930 très bien retranscrites grâce à forces détails. Ce roman traite de beaucoup d'événements historiques en parallèle des aventures de Vango : la montée du nazisme, l'apogée des zeppelins, le règne de Staline, la Seconde Guerre mondiale... avec toujours ces personnages historiques qui croisent des personnages de fiction. Il ne manque pas non plus d'humour avec deux trois scènes très cocasses! Et bien sûr, l'écriture de Timothée de Fombelle est toujours très très agréable à lire, très poétique et pourtant très fluide. Un régal.
Les différents éléments un peu confus du début commencent enfin à s'assembler. On en apprend enfin davantage sur les origines de Vango et de ses parents. J'ai bien aimé la fin, en particulier la scène au restaurant. Cependant, même si ce final a apporté une réponse à mes questions, j'aurais quand même voulu en savoir un peu plus sur ce qu'il advenait des autres personnages, par exemple Andreï.
Pour conclure, j'ai préféré ce second tome au premier qui m'a agréablement surprise. Une duologie en somme très agréable à lire!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Eniaa
  03 octobre 2015
Dans ce second volume nous retrouvons Vango aux États-Unis, suspendu aux grattes-ciels vertigineux comme à ses falaises d'enfance. Accompagné de Zefiro, Vango est toujours à la recherche des ennemis qui ont brisé sa vie. Sa quête de vengeance et de vérité l'emmènera encore une fois dans un voyage à travers le monde où il recroisera les personnes qui ont marqué sa vie dans un contexte historique toujours plus inquiétant.
Bon, comme dirait l'autre "y a pas à tortiller", ce tome est tout aussi bluffant que le premier. Timothée de Fombelle développe son histoire et donne toutes les réponses que j'attendais à la fin du tome précédent tout nous offrant une aventure incroyable.
Je m'étais déjà attachée à certains personnages durant le premier tome et ça a été un plaisir de tous les retrouver et d'en apprendre beaucoup plus sur leurs origines, leur histoire et leur personnalité. Durant ce voyage sans interruption à travers le monde, ils se croisent et se perdent de vue avant de se trouver à nouveau, leurs destins s'influencent et se mêlent de façon curieuse et ils grandissent au contact les uns des autres.
Nous retrouvons également les lieux les plus marquants du premier tome, notamment les îles Éoliennes et un nouveau Zeppelin, mais ces deux espaces ont évolué de façon dramatique, le Zeppelin étant désormais un véritable emblème du régime nazi et l'île du monastère invisible apparemment à l'abandon. Cette transformation des deux endroits qui, selon moi, ont été les plus importants dans le premier tome illustre bien la tournure plus sombre que prennent les événements qui contraignent Vango à toujours fuir sans se retourner, les risques étant plus élevés que jamais.
Le thème de la Seconde Guerre Mondiale était déjà bien présent dans le premier tome mais il prend toute son ampleur dans ce volume puisque Vango et ses amis vivent des années très difficiles : celles de l'Occupation. Timothée de Fombelle traite particulièrement bien ce thème, surtout dans un roman jeunesse. Sans tomber dans la mièvrerie, il évite de trop exposer le lecteur à certaines horreurs tout en laissant entendre les risques encourus par les résistants. Il fait donc preuve d'une certaine délicatesse, ce que je trouve assez rare dans les romans qui abordent ce thème difficile à traiter.
Enfin, et c'est probablement l'un des points les plus importants de ce second tome, l'auteur nous dévoile le passé de Vango et tous les éléments du puzzle s'assemblent parfaitement, ce qui est presque étonnant lorsqu'on réfléchit à la complexité de l'intrigue construite dans ce roman. Je suis encore une fois très agréablement surprise par le talent de Timothée de Fombelle pour nous offrir autant d'éléments sans jamais s'essouffler.
Cette histoire restera dans ma mémoire pour un moment, aidée par le style poétique de l'auteur et par sa capacité à construire un roman riche en tous points. Vango est une oeuvre jeunesse à ne surtout pas rater !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Coeur-dune-lectrice
  31 mai 2013
Ce second tome m'a beaucoup moins plu que le premier, pour différentes raisons.
Je souligne d'abord un fait : il y a TROP de personnages. Vraiment trop. En fait, on retient bien le caractère et le rôle que chacun joue dans l'histoire. le problème est ailleurs : du fait des nombreux changements de points de vue, de lieux et de personnages d'un chapitre (et même d'un sous chapitre) à l'autre, on se perd entre les lieux, les prénoms, les liens de parenté, d'amitié etc. Bref, on s'emmêle, et cela donne l'impression qu'il y a trop de personnages différents.
Je dirai donc qu'il faut être concentré au maximum pour lire ce livre, ce qui n'est pas l'idéal pour les gens comme moi, qui lisent au lit le soir après une longue journée.
Deuxième point négatif, parfois l'histoire traîne en longueur. On s'ennuie à certains passages. C'est vrai qu'on ne peut pas dire que le livre manque d'action, mais je trouve certains moments trop longs.
Or mis ces deux points faibles, la lecture de cette saga reste toujours très agréable. Nous sommes tout de suite (re)plongés dans l'univers et l'ambiance de Vango, tout plein d'émotions et de lourds secrets. On retrouve notre Vango, plus déterminé que jamais, enfoncé tous les jours un peu plus dans cette folle spirale infernale avec ses poursuivants.
Des personnages se révèlent, affirment leur personnalité, comme Avignon ou la Taupe, ou plus encore l'Irlandais ou le mystérieux Vautour ... (Je ne spoilerai pas !)
Bref, un roman remplit d'aventures et de rebondissements, de passions et de secrets. J'adore toujours autant la façon dont Timothée de Fombelle écrit ses textes, à la manière d'un scénario de théâtre. J'aime ses fins de chapitre à l'ambiqué, qui nous pousse toujours plus loin dans notre lecture (même si j'ai trouvé cette moins présente que dans le tome 1).
Et par dessus tout, la fin est juste sublimissime. Moi qui n'aime pas les happy end trop joyeuses, ni les fins tristes, ni les fins qui nous laissent sur notre faim (aha !), bref, moi qui suis très difficile à satisfaire de ce côté là, je n'ai en aucun cas été déçue par celle-ci, juste parfaite, foudroyante, jolie, nickelle.
Vango I love you, and I'll never forget you.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lebazarlitteraire
  13 février 2017
En 1918, une curieuse petite barque dérive et s'échoue en pleine nuit sur les îles Eoliennes, au large de la Sicile. A son bord, Mademoiselle, une jeune femme mystérieuse, accompagnée d'un tout jeune garçon d'à peine 3 ans, le petit Vango. Pendant plusieurs années, ils vont vivre en paix sur leur île. Mademoiselle parle au moins cinq langues, dont le russe, l'anglais, l'allemand, le grec et le français. Vango, petit chat sauvage, libre comme l'air sur cette île, n'en sera pas moins érudit, avec l'apprentissage de Mademoiselle.
Plusieurs années plus tard, on retrouve Vango au seuil de Notre-Dame, entouré de plusieurs novices, qui vont bientôt être ordonnés prêtres, tout comme lui. Il est à peine âgé de 20 ans. Mais la cérémonie est écourtée, par deux troupes d'hommes qui le pourchassent. le commissaire Boulard et ses policiers, qui veulent l'arrêter pour un meurtre. Des russes inconnus qui cherchent le jeune homme depuis des années.
C'est fini pour Vango, les fantômes de son passé l'ont rattrapé et vont le traquer pendant une bonne dizaine d'années. Vango ne sait rien de son passé et de ses origines, que Mademoiselle ne lui a jamais révélés, disant ne se souvenir de rien, et pourtant il sait que cela doit être de lourds secrets, vu les bataillons lancés à ses trousses. Où qu'il aille, Vango est menacé et se retrouvera face à des hommes qui veulent le tuer.
Dans sa quête pour retrouver d'où il vient et échapper à ses poursuivants, le jeune homme va traverser toute l'Europe, et même faire un tour du monde en Zeppelin. Malgré les ennemis, il se fera également des alliés redoutables, comme Eckener, Ethel, Zefiro ou encore La Taupe. le puzzle de son passé va se révéler pièce par pièce et mener le garçon sur des chemins qu'il ne pensait pas un jour devoir affronter.
Dès les premières pages, j'ai ressenti le même engouement que pour Tobie Lolness. Immédiatement, j'ai su que j'allais adorer ce nouveau récit et être transporté. Ça n'a pas loupé et je suis définitivement une fan (en retard) de Timothée de Fombelle.
Il faut être honnête, ce roman a énormément de points communs avec son précédent et aurait pu me rebuter. On se retrouve face à une même configuration : un petit garçon, dont les parents sont morts, recueillis par une gentille famille/élevé par une jolie demoiselle. En grandissant, il comprendra que son passé recèle des mystères et tentera de les découvrir. Mais, il devra aussi être en fuite constante, à cause d'ennemis qui le traqueront sans relâche. Il sera aidé par des amis et découvrira peu à peu ce qu'est son passé. Evidemment, Tobie Lolness est une histoire imaginaire de petits êtres vivants dans un arbre, tandis que le récit de Vango se déroule en plein chaos de la Seconde Guerre mondiale. le fond de la trame est le même, tandis que la forme diffère.
Mais au lieu de me rebuter, comme peuvent le faire certains romans que je lis qui sont trop proches, je me suis laissée porter par le tout et ai retrouvé la plume enchanteresse de Timothée de Fombelle. J'aime toujours autant sa façon de faire des allers et retours dans la vie de son personnage principal, pour nous révéler petit à petit la vie mystérieuse de son héros. Encore une fois, cette technique périlleuse est maitrisée d'une main de maître et envoute le lecteur plutôt que de le perdre. L'humour fin et encore plus abouti que dans le précédent roman, fait également partie du charme de sa plume.
Et, vin di diou, j'avais les yeux encore une fois plein de larmes en refermant le livre !
Pour découvrir d'autres oeuvres de l'univers de Fombelle, rendez-vous sur notre site !
Lien : http://lebazarlitteraire.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
LeFigaro   20 octobre 2011
L'imagination débordante de l'auteur insuffle à ses pages un rythme fou. Comme à son habitude, Timothée de Fombelle chahute la chronologie, sollicite à fond ses personnages, hume goulûment l'air des époques qu'il croque avec vivacité. De la littérature jeunesse qui respire et qui vivifie. À recommander sans modération.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
saphira44saphira44   21 décembre 2012
Il avait posé la question au hasard, sans savoir. Mais cette curiosité le décevait rarement. Il y avait toujours quelque chose à remonter de cet hameçon qu'il lançait parfois. "Et elle ?" Même le plus vertueux de ses moines pâlissait. Et Zefiro était ému de ces yeux tout à coup brouillés, comme l'eau d'un marais, par cette ligne qu'il jetait.
Elle. Pour chacun, même pour Zefiro, les quatre lettres correspondaient à un être précis, parfois très lointain, un rêve, une ombre ou un regret.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MargotmatouMargotmatou   17 novembre 2012
Si l'on supprime la reine dans un nid d'abeilles, la colonie dépérit. On dit que la ruche devient bourdonneuse. Elle se terre et retourne à l'état sauvage.
Depuis la disparition de Zefiro, les moines avaient le bourdon. Ils vivaient dans la peur. Ils avaient abandonné leur monastère, laissé la nature effacer lentement leurs empreintes et s'étaient réfugiés dans cette galerie souterraine. Pippo était chargé de jouer les Robinson fous si un visiteur égaré survenait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MeduzanticMeduzantic   14 octobre 2015
- Et elle ? Pourquoi tu ne me parles pas plutôt d'elle ?
(...) Il avait posé la question au hasard, sans savoir. Mais cette curiosité le décevait rarement. Il y avait toujours quelque chose à remonter de cet hameçon qu'il lançait parfois. "Et elle ?" Même le plus vertueux de ses moines pâlissait. Et Zefiro était ému de ces yeux tout à coup brouillés, comme l'eau d'un marais, par cette ligne qu'il jetait.
Elle. Pour chacun, même pour Zefiro, les quatre lettres correspondaient à un être précis, parfois très lointain, un rêve, une ombre ou un regret.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MeduzanticMeduzantic   14 octobre 2015
Chaque tour de Manhattan était un monument à la gloire d'un homme. Des années plus tôt, un petit mécanicien du Kansas, Walter Chrysler, s'était construit une tour de près de trois cents mètres pour rappeler au monde entier qu'il était devenu un seigneur en moins de vingt ans. New York dessinait une forêt de pierre et de brique, née de toutes ces légendes.
Commenter  J’apprécie          30
lilimarylenelilimarylene   14 janvier 2013
Tous les chagrins sont méprisants, imprenables, perchés à des hauteurs que personne ne peut rejoindre. Peut-être a-t-on trop peur qu'une consolation efface ce qu'il reste des souvenirs.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Timothée de Fombelle (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Timothée de Fombelle
Retrouvez toutes les chansons dans GEORGIA, tous mes rêves chantent : un conte musical sensible et tout en nuances, écrit par Timothée de Fombelle et illustré par Benjamin Chaud. Disponible en livre-cd et en digital le 04/11 : https://va.lnk.to/Georgia
Mis en musique par l'Ensemble Contraste, raconté par Cécile de France et chanté par Alain Chamfort, Emily Loizeau, Albin de la Simone, Amandine Bourgeois, Raphaële Lannadère, Rosemary Stanley, Pauline Croze, Ben Mazué, Babx? Projet en soutien à SOS Villages d?enfants.
Paroles de Timothée de Fombelle et de Ben Mazué - Musique de Guillaume Porcelet (© Gallimard Jeunesse, French Flair Entertainment, Universal Publishing, Contraste Productions - Interprètes : Ben Mazué et tous les artistes, Ensemble Contraste & invités - Avec l?aimable autorisation de Columbia Records - ? Contraste Productions)
Clip réalisé par Jérémie Schellaert et production : Contraste Productions.
Plus d'infos : http://bit.ly/2epwQbC
+ Lire la suite
autres livres classés : aventureVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre " Vango " de Lola

Où la première scène se passe-t-elle ?

Londres
Paris
Berlin
Venise

17 questions
96 lecteurs ont répondu
Thème : Vango, tome 1 : Entre ciel et terre de Timothée de FombelleCréer un quiz sur ce livre