AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782207302224
192 pages
Denoël (23/10/1976)
4.08/5   6 notes
Résumé :
Sur une Terre stérilisée par la pollution et les mutations atomiques, la dernière des "villes-bulles" avance lentement à la recherche de sources d'énergie, suivie par le peuple des Nomades, hommes et femmes adaptés dès la naissance à un air raréfié. Un collectivisme totalitaire règne sur les deux castes du dôme mobile où les techniciens n'ont plus qu'un rôle dérisoire devant ces merveilleuses machines auxquelles ils ne comprennent plus grand chose et dont les pièces... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
finitysend
  01 octobre 2014
Shéol de Jean-Pierre Fontana chez EONS Productions ( actuellement réédité )
Un univers post-apocalyptique et une dystopie .
Shéol ... :
Les enfers donc pas au sens chrétien du terme , un peu plus vétérotestamentaire , un vocable qui évoque un monde qui ressemble plus à l'Hadès des grecs par exemple , un lieu d'errance éprouvante plus que un lieu de souffrances physiques .
La terre est en fin de course . Elle a été ravagée par les pollutions diverses , ses ressources sont épuisées , des mutations se sont produites .
Les survivants vivent dans des villes bulles qui se dégradent lentement et dont ils ignorent le fonctionnement en profondeur . Ces villes se déplacent lentement ...
Le monde semble donc aller à sa perte.
Ces citées mobiles sont des univers très normatifs ( un peu comme celles des monades urbaines de R.Silverberg. Des endroits relativement confortables où ils faut marcher droit et ne pas trop réfléchir .
A l'extérieur des mutants survivent et poursuivent un modeste chemin , mais un chemin tourné vers l'avenir néanmoins .
Le personnage découvre son univers citadin et les manipulations politiques ... l'arbitraire ..
Contraint d'aller à l'extérieur , il découvre ensuite les mutants.
Dans ce monde de l'extérieur malmené et en perdition , il devra se confronter à de curieux humains très étrangers .
Étrangers de par l'évolution , très vivants , très naturel ... mais « primitifs » au regard de leur technologie.
Ils sont tournés vers l'avenir et bien adaptés à leur environnement .
C'est un univers qui possède un charme certain et qui interpelle le lecteur sur des questions essentielles .
C'est fait avec une force tranquille dans un style très évocateur et assez solide finalement , même si on y trouve pas mal d'ellipses ..
Le charme des mondes en déshérence et des crépuscules prometteurs mais paradoxalement aussi , douloureux et un rien mélancoliques , donc ..
Un roman qui questionne efficacement et en douceur des thèmes comme le statut social , la sexualité , les différences culturelles , le politique ... etc. ..
La fin d'un monde qui est le commencent d'un début , d'une renaissance qui pourrait être néanmoins une fin définitive ( un horizon que le lecteur devra imaginer lui-même ) ...
Une ambiance surannée et un récit qui possède finalement le charme des récit de SF français de l'époque de la guerre froide et de ses angoisses face au risque de conflit apocalyptique et face aux totalitarismes . Un bon texte de littérature populaire .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
gill
  21 mars 2013
Art s'éveille. Il est sans mémoire. A ses côtés, se trouve le mystérieux père Théosophe, dont il a prononcé le nom à son réveil. Pourtant dans la confusion où se débat son esprit, des images apparaissent et ne correspondent pas à ce qu'il croit être.
Il semble être un "usineur", du niveau inférieur de la ville. Mais ne pouvant se résigner à ce constat, il entame une cavale désespérée dans les niveaux supérieurs.
Il y rencontre dans les geôles du pouvoir, Yargol, messager dépêché par sa cellule de travail vers Jarle, le maître souverain de la cité et tombé lors de sa mission dans un mystérieux traquenard.
Il y rencontre Livine, blonde et séduisante fille du souverain qui, sous la menace de le livrer, le contraint de pratiquer avec elle "l'acte obligé"....
Très original, bien écrit, inventif, il a pourtant manqué quelque chose à ce roman de science-fiction pour que je m'y plonge totalement. J'ai eu, tout au long de sa lecture, l'impression de ne pas y être.
C'est un rendez-vous manqué. Mais, persuadé d'avoir eu entre les mains un bon et solide roman de SF, je me promets d'y revenir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
gillgill   18 mars 2013
Lorsqu'il quitta frère Théosophe, Art trouva la ville telle qu'il s'attendait à la découvrir. Évidemment, il y avait eu les nombreux films destinés à faciliter sa réincorporation, mais il ressentait en outre une curieuse sensation de "déjà vu".
Les couloirs métalliques, l'enfilade des portes numérotées, les grilles des boutiques, l'éclairage froid, le plafond à hauteur variable, quelque fois si bas qu'il fallait se courber, d'autre fois tellement haut qu'on ne parvenait plus à le distinguer dans l'éclairage violent des carrefours.
Les gens vaquaient à leurs occupations, le visage fermé et indifférent.
Tous avaient une démarche étrange. Une certaine mélancolie se discernait dans leurs yeux ternes. La tenue de travail, d'un gris sombre, accentuait encore le malaise qui avait pris Art à la gorge.
Il se souvenait des rues animées et chaleureuses, avec leurs passants bruyants et colorés, leur musique presque joyeuse faite d'exclamations, de rires et de chants.
Rien ici n'inspirait le désir de vivre, ni même celui de mourir. Il se souvenait....
(extrait de "Méné, Tékel, Parsin" - ("Compté, pesé, divisé") - première partie du volume paru dans la collection "Présence du futur" en 1976)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
finitysendfinitysend   22 août 2012
À présent , Art se tenait dans le sas . L'entrée venait d'en être verrouillée . À l'intérieur , il y avait juste assez d'air pour qu' Art puisse se préparer à affronter les conditions épouvantables de la surface planétaire . Avec calme , fataliste , il enfila la combinaison qui devait lui assurer deux journées d'oxygène . Deux petites journées de survie .
Commenter  J’apprécie          80
LenocherdeslivresLenocherdeslivres   23 juillet 2018
Art sut qu'il était tout à la fois en dehors et en dedans de lui-même.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Jean-Pierre Fontana (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Fontana
L'imaginaire au féminin - Salon entre les Mondes 2019
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4113 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre