AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2350213846
Éditeur : Naïve (29/01/2015)

Note moyenne : 3.28/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Une nouvelle femme fait son entrée dans la collection de bandes dessinées « Grands destins de femmes » : la philosophe, Hannah Arendt !

Adolescente rebelle, renvoyée du lycée, elle passe son abitur, l’équivalent du bac, en candidate libre. Elle suit ensuite les séminaires de Heidegger dont elle devient la jeune maîtresse, puis ceux de Karl Jaspers qui sera son mentor. Elle fume comme un sapeur, adore cuisinier, voir ses amis, discuter de philosophie,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
BazaR
  17 septembre 2017
Autant l'avouer tout de suite : avant de lire cet album biographique je ne connaissais rien de rien de Hannah Arendt. Seulement un nom entendu il y a quelques années à travers un titre de film. Fustigez mon ignorance si vous voulez, c'est comme ça.
Eh bien pour quelqu'un d'aussi ignorant que moi, cette BD atteint parfaitement l'objectif de faire connaître l'une des femmes les plus importantes du 20ème siècle.
Ainsi voici Hannah Arendt ! Juive d'Allemagne fuyant le nazisme, émigrée aux États-Unis, professeur dans de prestigieuses universités, théoricienne politique, intellectuelle ayant fréquenté le gratin du genre, sujette à polémique – surtout de la part des sionistes – suite à son ouvrage sur le procès d'Adolf Eichmann, et clopeuse professionnelle.
Une vie incroyablement bien remplie, et qui pourtant m‘est apparue simple. Je veux dire par là que, une fois les difficiles péripéties liées à ce satané Hitler derrière elle, les auteurs nous dévoilent une femme qui veut simplement vivre une vie normale, consacrée à faire ce qu'elle aime : enseigner, écrire, penser, mais aussi faire la fête et aimer. L'impact de ses ouvrages sur la culture post guerre mondiale n'était pas calculé ; et on nous la montre comme effarée par l'engouement de ses « fans ».
Objectif atteint donc, mais que cela fut difficile de rentrer dans l'ouvrage. Car la dessinatrice a pris le parti de réaliser des dessins dont je ne sais pas s'ils reflètent les talents d'un enfant peu doué ou la peinture d'un surréaliste surcoté. Lindsay Grime a-t-elle décidé que « grimer » ainsi sa BD permettrait au message biographique de gagner en force par contraste ? Même la fonte du texte des bulles imite la dictée manuscrite d'écolier, tandis que les narrations semblent avoir été tapées sur une machine à écrire.
Biographie suffisante pour un novice habillée d'un dessin indigeste donc. Résultat mitigé.
Mention spéciale tout de même à la série de courtes biographies des personnages plus ou moins célèbres qui ont inspiré ou croisé la route de Hannah Arendt – de Günther Anders à Gershom Scholem en passant par Marin Heidegger ; très utile à la compréhension.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          443
Marti94
  10 août 2015
Je poursuis mes lectures dans la belle collection "grands destins de femmes" aux éditions Naïve qui propose des biographies en bande dessinée.
Après l'excellent Isadora Duncan, « Hannah Arendt » de Béatrice Fontanel et Lindsay Grime fait pâle figure. Pas pour l'intérêt de sa vie qui est assez extraordinaire bien sûr : nous suivons le parcours d'Hannah Arendt, philosophe allemande qui va prendre la nationalité américaine. Véritable traversée du 20ème siècle, de multiples faisceaux éclairent ce parcours : l'oeuvre intellectuelle, ses engagements et prises de position politiques, sa vie personnelle, affective, la Première Guerre mondiale, la montée du nazisme, la Seconde Guerre mondiale, l'exil, ces travaux sur le totalitarisme, etc.
Mais à vouloir être trop exhaustif, ce livre est difficile à lire. Il y a sans arrêt des renvois bibliographiques et la construction est complexe. J'ai mis du temps à entrer dans l'histoire avec un début embrouillé chronologiquement : on commence à Berlin en 1933, puis on avance en Grèce en 1971, avant de revenir en 1911 à Prague. Et puis, il manque de clarté sur certains points, notamment la controverse autour des articles d'Hannah Arendt sur le procès d'Adolf Eichmann en 1961 à Jérusalem n'est jamais expliquée.
Enfin, les dessins ne sont vraiment pas beaux et donne une impression de bâclé.
Lu en août 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
chachoura
  02 septembre 2015
80 pages ont suffi aux deux auteures pour nous proposer un bon aperçu de la vie et de la personnalité de l'écrivain allemande. Les événements et les planches s'enchaînent naturellement et à un rythme agréable, à aucun moment on n'est ennuyé par des digressions ou assommé par la densité des faits racontés. Au contraire, la bande-dessinée est bien dosée et les deux auteures ont fait preuve d'une concision assez épatante qui suffit à nous donner une idée assez concrète d'Hannah Arendt, du contexte dans lequel elle a publié ses écrits, de l'audace qu'elle faisait preuve à l'époque et de ses ambitions. Je ne connaissais pas du tout la vie et la personnalité d'Hannah Arendt avant de me lancer dans cette lecture. J'avais entendu parler de ses oeuvres majeures Les Origines du totalitarisme et Condition de l'homme moderne quand j'étais en prépa, et j'ai La Crise de la culture qui traîne quelque part dans ma chambre, mais je n'avais lu aucun de ces ouvrages jusqu'ici. Cette bande-dessinée m'a donné envie d'aller plus loin et de la découvrir à travers ses écrits, ce qui est plutôt positif !
Le style graphique de Lindsay Grime est assez particulier. Dans leur ensemble, je trouve les dessins assez intéressants et agréables à suivre, la coloration assez terne donne une touche presque vintage au graphisme et, combinée avec l'écriture de l'illustratrice, donne un charme unique et certain aux planches de cette BD. En revanche, les visages des personnages sont selon moi assez inexpressifs et ne laissent donc pas beaucoup de place à l'émotion -c'est un point qui m'a déçue. Même si le but de cette bande-dessinée n'était pas d'attendrir le lecteur sur la personnalité de cette femme mais plutôt de l'informer et de lui donner les clés pour la comprendre, j'aurais souhaité voir les personnages un peu plus humanisés ; émotion et éducation ne sont pas pour moi farouchement opposés.
Lien : http://ulostcontrol.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
zity
  18 octobre 2015
Même si la première partie du livre est très éclatée, avec des allers-retours à travers le temps, cette BD manque cruellement de point de vue. Quel est l'objectif de ce qui nous est racontée ?
Est-ce de présenter Hannah Arendt par son entourage ? Mais dans ce cas, c'est un peu raté, plusieurs personnages étant présentés de manière très artificielle ("À propos je me présente, Hans Jonas, et vous ?")
Est-ce de montrer que cette philosophe était libre et capable de dire ce qu'elle pensait juste au risque de choquer/provoquer ? Alors, le parallèle entre les actes de rébellion de la lycéenne et le scandale créé par Eichmann à Jérusalem est un peu maladroit et à tendance à édulcorer les concepts.
Par ailleurs, le dessin est assez inégal et le livre est un peu trop hagiographique à mon goût. Ceci dit, tout n'est pas à jeter non plus, c'est une bonne façon d'approcher pour la première fois Arendt.
Commenter  J’apprécie          10
womens_books
  25 janvier 2019
Cette petite BD retrace la vie d'Hannah Arendt, idéal pour en savoir plus sur cette grande dame !
"Je ne suis pas philosophe. Mon métier, c'est la théorie politique" a toujours précisé Hannah Arendt.
Elle naît en 1906 en Allemagne dans une famille juive. D'une intelligence vive, elle se rebelle contre l'une de ses professeurs et est renvoyée du lycée. Elle va malgré tout obtenir son Abitur (bac) en candidate libre, un an avant ses anciennes camarades de classe. Elle poursuit ses études à l'université, s'inscrit aux cours d'Heidegger et devient rapidement sa maîtresse, bien qu'il ait 17 ans de plus qu'elle.
Face à la montée du nazisme, elle commence à s'intéresser au judaïsme et à la politique. Femme engagée, elle aide des communistes à se cacher et à fuir l'Allemagne. le 10 mai 1933, elle assiste à l'autodafé orchestré par le Reichstag. Plus de 25 000 livres sont brûlés à Berlin. Elle décide de fuir à Paris, où elle travaille pour un organisme qui transfère de jeunes juifs en Palestine.
En 1940, elle est internée au camp de Gurd dans les Pyrénées, dont elle réussit à s'enfuir pour rejoindre Montauban, puis Marseille. Avec son mari, elle finit par quitter l'Europe pour les États-Unis, dont elle prendra plus tard la nationalité.
Elle se consacre alors à l'écriture du livre Les Origines du totalitarisme qui paraît en 1951 et dans lequel elle décortique le totalitarisme, mettant en parallèle le communisme et le nazisme.
Vous apprendrez encore bien d'autres faits sur la vie d'Hannah Arendt dans cette BD que je vous recommande.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
BazaRBazaR   15 septembre 2017
Et puis, le 8 mai 1945, c'était la fin de la guerre.
Je suis alors devenue directrice à la Commission pour la reconstruction de la culture juive européenne. Ma tâche était de récupérer les biens culturels juifs dérobés par les nazis. Avec une équipe, je devais interroger des réfugiés juifs qui avaient travaillé en Europe dans les bibliothèques ou les musées.
Je découvrais la multiplicité des services et des agences de l'organisation nazie. C'est alors que j'ai commencé à comprendre la structure stratifiée "en oignon" des régimes totalitaires que je développerais dans mon livre "Les origines du totalitarisme".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
BazaRBazaR   17 septembre 2017
(Hannah commente l'entrée d'Adolf Eichmann à son procès en 1961 à Jérusalem)
Il est entré. On aurait dit un fantôme... En plus, il avait un rhume et il était ravagé de tics. Il faisait toutes sortes de grimaces. Dans sa boîte de verre, il semblait être l'ectoplasme d'une séance de spiritisme.
Commenter  J’apprécie          180
chachourachachoura   05 août 2015
A partir de ce moment, j'en ai eu la certitude : je ne pouvais pas écrire et enseigner en même temps. C'était trop épuisant. J'étais dans un tel état de tension parfois que mes pensées me faisaient l'effet de mouches qui se posaient sur moi et me suçaient le sang. Je ne pouvais m'en débarrasser qu'en écrivant. (p.63)
Commenter  J’apprécie          40
chachourachachoura   05 août 2015
J'étais jeune et je savais que c'était bien d'être là, mais je n'aimais pas marcher au milieu de cette foule. Je n'aimais pas sa ferveur, sa dévotion. J'avais le sentiment que toute cette émotion, ça empêchait de penser. (p.13)
Commenter  J’apprécie          40
Marti94Marti94   10 août 2015
Il n’existe pas de pensée dangereuse pour la simple raison que le fait de penser est en lui-même une entreprise très dangereuse. Mais ne pas penser est encore plus dangereux…
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Béatrice Fontanel (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Béatrice Fontanel
Retrouvez Béatrice Fontanel et Pauline Kalioujny, auteure et illustratrice d'Au bout du monde et sans tomber, publié aux éditions Mango.
Ensemble, elles vous parlent de leur nouvel album et de leur travail commun !
https://www.mangoeditions.com/9782740433331-au-bout-du-monde-et-sans-tomber.html
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Anna et le nouveau monde

Quel âge Anna a-t-elle ?

13 ans
14 ans
16 ans

5 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Anna et le nouveau monde de Béatrice FontanelCréer un quiz sur ce livre