AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221196342
252 pages
Éditeur : Robert Laffont (17/08/2017)

Note moyenne : 3.04/5 (sur 84 notes)
Résumé :
"Et enfin, à cinquante-trois ans, j'ai entrepris d'apparaître."
Et si tout ce qu'on racontait sur les cheveux blancs était faux ? Et si ces monceaux de teinture, sur des millions de chevelures, aux quatre coins de la planète, cachaient en fait une beauté supplémentaire que les femmes pourraient prendre avec le temps, beauté immense qui les sauverait de bien des angoisses, de bien de servitudes ?
C'est en partant de cette intuition que Sophie Fontanel, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
Jmlyr
  22 septembre 2018
J'ai pile l'âge de l'auteure, avec pour le moment juste les tempes grisonnantes, et j'avoue que je n'avais pas suivi l'évolution cendrée nacrée de la chevelure de Sophie Fontanel sur Instagram, ni le tapage qui l'accompagnait... et pour cause, je ne vais pas sur Instagram.
Par contre, comme toutes les femmes, je me suis posé la question des teintures ou non pour les cheveux.
Ce livre a un fort pouvoir déculpabilisant pour celles qui n'oseraient pas rester au naturel, et obéiraient aux diktats de la mode, voire des hommes.
Je suis persuadée qu'avant de chercher à plaire aux autres, il faut d'abord se plaire à soi-même. Et que si certaines se sentent belles avec leurs cheveux blancs, d'autres pas du tout ; le tout est de se sentir libre et bien dans sa peau, heu, dans sa tête !!!
Alors, l'essayer n'est pas forcément l'adopter. Je verrai. Mais je connais une femme de 54 ans qui a une magnifique chevelure gris-blanc, qui lui va à merveille, avec ses yeux clairs, et elle a toujours l'air d'une adolescente !!! Une autre qui a vite repris les teintures car elle paraissait des années en plus.
Il me semble que cela dépend aussi de la couleur des yeux, de la carnation, de tout un ensemble.
Le tout est peut-être de ne pas laisser quiconque décider à notre place .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          526
sld09
  04 septembre 2017
J'ai adoré !
Même si Une apparition n'est pas vraiment un roman, mais plutôt un témoignage où l'auteur raconte l'année et demie qu'il lui a fallu pour opérer la transformation d'une chevelure brune en une chevelure blanche. J'ai apprécié qu'à aucun moment, le livre ne fasse de propagande contre la couleur ou pour le naturel à tout prix ; non, il s'agit juste du récit du parcours très personnel d'une femme (d'ailleurs quelques photo ont été insérées pour illustrer cette évolution).
Anecdotes, rencontres, petites angoisses et nouvelles expériences se mêlent pour donner un récit très vivant qui ne peut que nous parler puisqu'il y est question de l'image de la femme dans la société, de notre perception du vieillissement, de notre propre rapport à notre image...
Mais ce qui m'a tellement plu dans Une apparition, c'est la bonne humeur qui se dégage du texte de Sophie Fontanel. Au fil des pages, on sent comme un soulagement, une libération (même si le terme est peut-être un peu fort) à se sentir jolie avec sa nouvelle couleur et à voir sa décision acceptée, approuvée, encouragée par ses proches aussi bien que par des inconnus. Bien sûr tout le monde n'est pas unanime, mais elle semble être devenue tellement sereine vis à vis de ce choix que cela n'a plus d'importance. Et après tout, c'est bien vrai : ce n'est qu'une couleur de cheveux...
Non seulement, j'ai adoré ce livre, mais en plus j'ai découvert un auteur que je compte bien lire à nouveau sans tarder : j'ai déjà réservé L'envie à la médiathèque...
Lien : http://lecturesdestephanie.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Bazart
  13 janvier 2018
Avec Une apparition, Sophie Fontanel ose les... cheveux blancs!! Révélation dont on a un peu de mal à mesurer toute la portée symbolique dans ce récit qui nous a semblé un peu trop égocentrique et trop porté sur le name dropping pour convaincre.. dommage car Sophie Fontanel a généralement une plume et un ton léger et fluide plutot plaisant, notamment dans Elle où elle a longuement officié, mais là on est vraiment passé à côté..
Commenter  J’apprécie          220
coquinnette1974
  18 août 2017
Merci à Net Galley et aux éditions Robert Laffont de m'avoir permis de découvrir le livre "Une apparition".
Quand j'ai lu le résumé, je n'ai pas hésité une seconde à le solliciter et cela m'a fait plaisir de le recevoir :)
Même si, en fait, je ne suis pas sure qu'il était nécessaire de faire un livre sur le fait d'arrêter de teindre ses cheveux ;)
Sophie Fontanel, à l'age de 53 ans, en a eu marre de se teindre les cheveux. Elle a décidé de faire part de sa décision d'arrêter et pour ça, elle la fait savoir notamment sur Instagram. Elle travaille dans la mode, est journaliste, et cette décision, à cet age-là, dans ce milieu là surprend.
Il est intéressant de voir les différentes réactions suscitées par sa décision, même si je trouve ça un peu gros par moment. Certains passages m'ont fait sourire mais ce n'est pas toujours crédible.
Car dans la vie de tous les jours, chez les gens lambda, on ne se prend pas toujours autant la tête :)
J'ai 43 ans, et pas envie de franchir le cap pour le moment, même si j'avoue y penser. Par contre, une bonne copine de mon age a arrêté de se teindre les cheveux depuis 3 ans, personne ne lui en a jamais fait la réflexion. le fait qu'elle ai les cheveux gris à 43 ans ne choque personne ! Quand on n'est pas exposé, les gens font moins attention, surtout quand on habite en campagne, où ça choque moins.
Le fait que l'auteure évolue parmi les people (à un moment par exemple elle parle de son amie Inès de la Fressange ou de Arielle Dombasle), que ce soit un peu bling-bling, tout ça m'a un peu lassé.
C'est sympa de montrer comment est perçu le fait de ne plus se teindre les cheveux mais je persiste à penser que ce n'était pas forcément nécessaire d'en faire un livre :)
Après, il faut avouer que la plume de Sophie Fontanel est très agréable. Une apparition se lit rapidement, et avec plaisir :) Il m'a donné envie de lire d'autres romans de cette auteure car elle écrit vraiment bien.
Tout ne m'a pas passionné mais j'ai passé un bon moment dans l'ensemble, et ça mérite trois étoiles et demie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
mariecloclo
  12 juin 2018
Le sujet me semblait intéressant et concerne de nombreuses femmes qui ont entre 50 et 60 ans, parfois plus parfois moins les cheveux blancs ne touchent pas tout le monde à égalité.
Donc, un jour, alors qu'elle a 53 ans, la journaliste de mode Sophie Fontanel décide d'arrêter de se teindre les cheveux. Elle veut devenir plus naturelle, plus proche de son âge véritable, elle veut être libre et cesser de répondre aux codes de la société qui incitent à rester jeunes le plus longtemps possible. Ce livre est une sorte de journal de cette expérience qui lui a pris 1 an et demi. Elle raconte les réactions des gens qu'elle croise, elle se prend en photo sur Instagram. Au départ, c'est moche, une sorte d'entre deux : des cheveux noirs et d'autres gris, elle ressemble à un zèbre.
J'ai trouvé ce livre un peu léger, trop superficiel, c'est vrai qu'il y a des moments assez drôles. Ce qui m'a gênée, également, c'est que Sophie Fontanel appartient à une classe sociale aisée, elle fréquente des femmes célèbres, ses amies sont Inès de la Fressange ou Arielle Dombasle, elle part régulièrement à Venise ou aux Etats-Unis, bref, on ne peut pas tellement s'identifier à elle. Sophie Fontaine est très belle avec sa chevelure blanche. Un peu déçue par le manque de profondeur. Mais, bon c'est juste mon avis...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81


critiques presse (2)
LaPresse   05 décembre 2017
Après avoir écrit sur sa décision de ne plus teindre ses cheveux dans le très beau roman Une apparition (et de documenter en photos l'évolution du blanc dans sa chevelure sur son compte Instagram), Sophie Fontanel pousse l'expérimentation plus loin.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Liberation   13 septembre 2017
La chroniqueuse mode de «l’Obs» a arrêté de se teindre les cheveux et s’apprécie en reine des neiges d’antan.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
sld09sld09   04 septembre 2017
C'était mon premier roman, j'avais vingt-sept ans, il l'avait acheté. En demandant une dédicace, il avait expliqué que c'était un cadeau pour sa femme, qui m'appréciait. J'étais bien peu connue pourtant. J'avais levé les yeux vers lui, émerveillée. Je ne sais pas, ça nous avait liés pour toujours, le fait qu'ils m'aient cueillie à la source, par mon écriture. J'avais beau ne pas aimé être identifiée comme écrivain (comment prendre au sérieux une telle convention !), j'en étais un, nom de Dieu, et si d'aventure quelqu'un s'en rendait compte, je lui donnait mon cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
fertiti65fertiti65   24 septembre 2018
Le lendemain, un sentiment d'urgence me réveilla aux aurores. Je crus d'abord que c'était mon livre, et m'y attelai une heure ou deux. Ce n'était pas ça. Quelque chose d'autre venait me distraire au milieu des mots, comme la naissance de l'amour. Je ne tenais pas en place. Je trouvai que j'avais faim, et soif. Mais, rassasiée, j'inventai une nouvelle occasion de me lever, comme aller surveiller la mer, plate encore, par la fenêtre du salon, avant de me rasseoir sans plus de raison. Puis j'y retournai. J'étais dans cet état d'excitation que le grand beau temps fait jaillir en nous, lequel grand beau temps, dehors, commençait sa promesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PythounettePythounette   03 mai 2020
"Ce sont vos cheveux, vous comprenez. Nous avons souvent cette discussion, avec mon compagnon. A propos des cheveux blancs. Il pense que ça m'irait bien, moi, l'idée me séduit, oui, mais ça m'effraie. Il jure que ça m'éclaircirait le visage.
- Que ça te l'éclaircirait encore plus, précisa-t-il, dans un murmure affectueux.
- Il croit que la nature est bien fait et qu'elle nous apporte de la lumière quand on en a besoin. Alors quand on vous a vue, là, dans la rue, pardon, l'occasion était trop bonne; il a insisté pour que je vous demande ... C'est que je vous envie tellement ..."
C'est plutôt moi qu'elle faisait rêver, elle aimée d'un homme.
...
- Moi aussi, en quelque sorte. Voulez-vous un conseil encore plus explicite ?
- Oh oui.
- Osez la lumière. De toute manière vous vivez dedans, non ?
Elle se tourna jusqu'à appuyer sa joue sur le torse de l'homme.
Il l'enlaça.
"Tu vois, je t'avais dit."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
leathianleathian   04 août 2018
Avec deux doigts, j'écartai et aplatis mes cheveux, à l'endroit où la raie se formait : c'était blanc sur trois millimètres, bon sang. C'était blanc comme tant de belles choses belles et blanches, les murs peints à la chaud en Grèce, le marbre de Carrare, le sable des bains de mer, la nacre des coquillages, la craie sur le tableau, un bain de lait, le radieux d'un baiser, la pente enneigée, la tête de Cary Grant recevant un oscar d'honneur, ma mère m'amenant à la neige, l'hiver.
Et je compris.
Un rendez-vous mystérieux était là, avec ce moi-même englouti, goudronné depuis tant d'années.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PythounettePythounette   03 mai 2020
Trois gamines dans le métro. Moins de quatorze ans. Juste devant moi, debout, à rire d'un rien, la main devant la bouche, masquant mal leurs canines si neuves, si belles. Une affiche à la station Hôtel-de-Ville les amusait. Le métro qui redémarre les amusait. Mes cheveux les amusaient. Elles se payaient ma tête. Oh, ce n'était pas bien méchant. Je leur avais adressé un tel signe de connivence qu'elles n'osaient plus tourner la tête vers moi. étaient passées à autres chose ou faisaient mine de. Elle parlaient très fort, pourtant on ne savait pas de quoi. Une complicité bruyante et occulte les reliait, et j'avais l'impression de les aimer, d'être elles encore, tout à fait. Je les détaillais sciemment, fascinée. Elles rougissaient d'être à ce point observées. Il aurait fallu que je sois plus discrète, j'en étais incapable. Ce neuf de leurs babines, je ne pouvais le quitter des yeux. Et quand je me forçais à le faire, c'était pour poser mon regard non loin, et toujours sur elles : au front, là où les cheveux commençaient, pas la moindre fibre dépigmentée. Aucun automne sur elles, rien que de la sève. Ce truc non abîmé de la jeunesse. Ce truc que je n'avais plus.
Bah, c'est la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Sophie Fontanel (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Fontanel
L'émission intégrale : https://www.web-tv-culture.com/emission/sophie-fontanel-nobelle-51607.html
Pétillante, c?est l?un des termes qui pourrait définir Sophie Fontanel, passionnée aussi. Journaliste à l?Obs, elle fut longtemps chroniqueuse de mode pour le magazine Elle. Elle continue d?ailleurs à prodiguer des conseils sur les réseaux sociaux. Mais à côté de cette écriture journalistique, Sophie Fontanel est aussi romancière et sa propre vie a souvent été le prétexte de ses livres. « Grandir » sur la dépendance de sa mère, « L?amour dans la vie des gens » sur la désillusion sentimentale, « La vocation » d?après l?histoire de sa grand-mère, arménienne et couturière, qui lui aurait donné le goût de la mode. On se souvient aussi de « L?envie » sur l?abstinence sexuelle ou de « L?apparition » sur les cheveux blancs. Par l?originalité de son écriture et des sujets qu?elle aborde, qui s?imposent à elle comme elle aime à le dire, Sophie Fontanel tient une place à part dans la longue liste des auteurs français contemporains qui comptent. Avec « Nobelle », son nouveau titre, il y a aussi une part d?elle-même dans le portrait de l?enfant que Sophie Fontanel a imaginée même si elle se défend de raconter ici son histoire. Nous sommes en décembre 2019, une femme, Annette Comte, reçoit le prix Nobel de littérature. Pour remercier ses pairs, lors de son discours, elle choisit de raconter ce qui l?a amené à l?écriture. Et nous voilà entrainés à l?été 1972, dans une belle maison de vacances, à St Paul de Vence. La jeune Annette est là avec ses parents et son frère. Pendant que les grands restent des heures autour de la table à discuter et à refaire le monde en buvant du rosé, Annette découvre la vie, la nature, l?insouciance de son âge. Il y a aussi Magnus, qui a le même âge qu?elle et dont elle est secrètement amoureuse. Il y a ce romancier célèbre qui vit à deux pas de chez et qui fascine la gamine. Et puis il y a ce stylo et ce cahier qu?on lui a offert pour son anniversaire. A travers cette chronique d?un été, Sophie Fontanel évoque la difficulté de la création, la solitude de l?écriture, la douceur et la violence de l?enfance, l?incompréhension des adultes face à la précocité d?un talent, la place de la femme dans la littérature. Au-delà de la petite Annette, on s?attache à cette belle galerie de personnages, donc certains cachent leurs failles, dans la lumière provençale de cet été-là. Joliement mélancolique, le nouveau roman de Sophie Fontanel frappe au c?ur. « Nobelle », de Sophie Fontanel, est publié chez Robert Laffont.
+ Lire la suite
autres livres classés : cheveuxVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1005 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..