AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782820525116
376 pages
Bragelonne (23/03/2016)
4.06/5   31 notes
Résumé :
Combattre jusqu’à la mort ou se soumettre à l’ennemi ! La reine de Havrefer est parvenue à affirmer son pouvoir. Brandissant l’épée de son père, elle incarne dorénavant la résistance de la cité contre la terrifiante menace du seigneur de guerre Amon Tugha et de son armée. La bataille sans merci qui est sur le point de s’engager va décider du destin des Etats Libres. Mais alors que l’enfer de la guerre déferle sur les murailles, personne n’est à l’abri des trahisons ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
4,06

sur 31 notes
5
4 avis
4
7 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Alfaric
  26 mars 2016
On y est : plus de 300 pages de sueur, de sang et de larmes… Richard Ford s'inspire du siège de Minas Tirith conté par JRR Tolkien et du siège de Dros Delnoch conté par David Gemmell (ceux qui connaissent leurs classiques vont bien s'amuser à repérer les hommages à l'un et à l'autre) pour nous raconter l'une des plus vieille et des meilleurs histoires du monde : celle de peu contre beaucoup, celle où il faut s'unir ou périr avec au bout la victoire ou la mort !
Les défenseurs d'Havrefer meurent en masse pour acquérir de haute de lutte un espoir de victoire, mais les exploits héroïques, les ultimes sacrifices et les pactes faustiens ne font que reporter l'échéance tandis que les homines crevarices continuent de comploter dans l'ombre le meilleur moment pour trahir et la meilleure place à obtenir dans l'ordre nouveau appelé de leurs voeux.
On se doute dès les premiers chapitres que cela ne va pas bien finir, voire pas bien finir du tout… Mais hypnotisé on tourne les pages de plus en plus rapidement car comme les personnages qui luttent sur les remparts puis dans les rues de la capitales des Etats libre on s'accroche au mince espoir d'un retournement de situation salvateur...
Au final, donc achtung SPOILERS, la Bête Immonde semble vaincue, mais un mago psycho en remplace un autre tandis que les crevards établissent leur nouvel ordre mondial avec la bénédiction du Grand Capital qui applaudit des deux mains et que des cendres d'un pays en ruine nait un radicalisme religieux qui entend purifier le monde en faisant table rase du passé pour établir un avenir glorieux (toute correspondance avec la réalité n'est malheureusement pas fortuite du tout)… Bref, on est plus près de GRR Martin et de Joe Abercrombie que de JRR Tolkien et de David Gemmell (encore que, si on creuse bien… SPOILERS). Donc difficile dans ces conditions d'identifier le Seigneur des cendres annoncé par le titre de ce tome 3 tellement ils sont nombreux, et les rares survivants abandonnent une cause désormais perdue car les Etats Libre auront bien besoin de tous héros disponibles pour affronter l'avenir…
Au delà du « to be continued » qu'on sent très fortement tellement les différents POVs se terminent en points de suspension, cette triste fin est aussi un nouveau commencement :

A noter que l'auteur qu'à l'image du tome 2, l'auteur a introduit dans ce tome 3 un nouveau POV, en l'occurrence celui d'Endellion la guerrière immortelle au service d'Amon Tugha, amoureuse d'Azreal, l'assassin immortel au service du même d'Amon Tugha… Cela nous permet de suivre les événements du pont de vue des méchants, mais l'artiste martial aux allures d'onna-bugeisha / samouraï-ko est également en pleine crise existentielle et va être confronté aux conflits de loyauté et aux choix que l'on doit assumer…. du début à la fin les thèmes du libre arbitre et de la lutte des classes auront été les fils directeurs de la saga !
Après je suis partagé entre le plaisir de l’easy reader qui n’a pas été loin de le lire d’une traite et la réserve l’hardcore reader qui ne peut s’empêcher que la série souffre de ses péchés originels, à savoir :

Mais Richard Ford nous offre un premier cycle très généreux pour tous les publics amateurs de Fantasy. Il remplit parfaitement son office, et s’il ne tient pas toutes ses promesses, c’est parce que l’auteur nous réserve des surprises pour les suites que je vais attendre avec impatience… (tandis que j’attendrai de pied ferme la critique à charge du mesureur de hype d’Elbakin.net qui va sans doute encore vouloir nous démontrer qu’il s’agit du plus mauvais cycle fantasy de l’année)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          365
jmb33320
  07 avril 2021
« Le soleil hivernal se levait dans un ciel dégagé lorsque Nobul aperçut deux cavaliers franchir la crête nord. C'était la première fois qu'il y avait du mouvement autour du camp des Khurtas. Un vent de panique souffla sur le chemin de ronde quand les guetteurs repérèrent les deux silhouettes qui traversaient la plaine. Nobul resta immobile et regarda les archers se poster près des créneaux. Un sergent ordonna qu'on aille chercher un général.
Les deux cavaliers arrivèrent à une centaine de mètres des portes principales. Ils cravachaient leurs montures en poussant des hurlements de joie. Nobul distingua sur leurs visages leurs peintures, leurs dents jaunes et leurs larges sourires. Ils étaient vêtus de fourrure et montaient à cru. Les étalons arboraient des motifs aussi criards que ceux de leurs cavaliers. »
Le siège d'Havrefer va avoir lieu. A l'intérieur de la ville s'affrontent les défenseurs de la Reine Janessa et les factions à la solde d'Amon Tugha, l'être maléfique à la tête des Khurtas.
Nobul Jacks est un de ceux qui risquent leur vie à chaque instant pour défendre Havrefer. Mais nous retrouvons aussi tous les autres personnages de cette fresque : Kaira, Merrick, Waylian, Loque, entre autres...
Les massacres se suivent et se ressemblent un peu trop dans ce volume claustrophobique. La priorité, et c'est bien normal, est donnée à l'action. Mais personnellement les très nombreuses scènes de décapitations, dévorations, découpages en tout genre, étripages etc... m'ont vite laissé sur le bord du chemin. Je les lai lues, bien sûr, mais avec un peu d'ennui.
Je croyais cette trilogie achevée mais la dernière ligne lue, tout n'est pas résolu, loin de là. Richard Ford s'est laissé la possibilité d'une suite. La fera-t-il ? L'avenir nous le dira. C'est un auteur doué et il se pourrait qu'il nous surprenne encore par sa grande maîtrise de la narration.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
Tatooa
  09 août 2019
Sur ce tome, même s'il est bon, je n'ai pas pu m'empêcher d'être déçue.
Evidemment j'ai encore un train de retard dans mes avis, et du coup je suis "sortie" du livre et de mes impressions directes.
Le plus décevant dans l'histoire et ce dont je me souviens le plus, c'est que rien ne finit, un peu comme dans la saga du sorceleur.
Normalement, une trilogie (ou plus), ça doit apporter un certain nombre de réponses aux problèmes posés au départ. (Normalement...).
C'est pas en trucidant un méchant parmi d'autres qu'on répond aux questions "que va devenir ce monde et tous les personnages ?" (enfin, ici, ceux qui restent...).
Je veux bien qu'un auteur se ménage une porte de sortie (et encore, parfois ce n'est même pas la peine, j'en veux pour preuve la série Ravens qui finit bel et bien et qui repart parce que son auteur l'a décidé, et je préfère ça de très loin), mais pas 36.
Quand on m'annonce une trilogie, je veux une trilogie, quelque chose qui clôt l'aventure et les postulats annoncés au départ. J'ai pas eu ça ici, et forcément j'en suis ressortie déçue. Avec le sorceleur, ça fait 2 séries cet été qui posent un certain nombre de choses dans le tome 1 qui ne se résolvent absolument pas dans le dernier tome, c'est trop, déjà pour le sorceleur ça m'avait saoulé, celle-là c'est celle de trop. de toute façon plus j'avançais dans le livre, plus le siège d'Havrefer s'éternisait, et plus je voyais venir que rien ne serait fini à la fin de ce soit-disant dernier tome. ça n'a pas loupé, alors que j'aurais aimé me tromper.
L'autre truc qui m'a gavée, c'est trop de traîtres, trop de noirceur, trop de morts, et pas d'espoir ou si peu (je spoilerai pas, mais l'histoire de Loque est un exemple de ce qui ne m'a pas plu dans ce livre)... Il y a quelques séries comme ça que je n'aime pas alors qu'elles font un tabac, GoT par exemple pour ne citer qu'elle, lol... Si une suite sort, il est fort probable que je ne la lirai pas. Je ne lis pas des livres imaginaires pour finir complètement déprimée...
Même si c'est bien écrit, même si c'est bien traduit, et même si c'est d'un très bon niveau par rapport à d'autres bouquins que j'ai mieux noté que celui-là. Ma note, c'est à la mesure de ma déception, épicétou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
lilyrose87
  28 juin 2016
Ce début de semaine a été riche en émotions. J'ai d'abord dû essayer de me remettre du dernier épisode de Game of Thrones (quel final ébouriffant!). Ensuite, il y a eu l'élimination de l'Angleterre et de l'Espagne. Je ne suis pas fan de foot mais il faut quand même reconnaître que c'était sacrément surprenant. Et enfin, il y a eu la lecture du troisième tome d'Havrefer. Et là, c'est le coup de grâce.
Il est évident que si vous êtes ici, ce n'est pas pour mes beaux yeux. Trêve de blabla, voici donc un bref petit résumé pour vous appâter.
La guerre que nous attendions tous depuis le premier tome éclate enfin. Et je vous annonce tout de suite la couleur, le roman ne traite que de cela. Cela pourrait paraître monotone mais je puis vous assurer qu'il n'en est rien.
Amon Thuga est aux portes de la ville, avec sa gigantesque armée de Khurta, ces sauvages endiablés qui n'ont peur de rien. Les soldats d'Havrefer sont en infériorité numérique mais ils tiennent bons, pour leur reine et pour leur ville. Mais au coeur même d'Havrefer, l'ombre de la trahison plane sur la ville. La nuit sera longue pour nos héros.
J'avais reproché à Richard Ford d'avoir mis l'accent sur certains personnages dans le précédent tome. Je constate avec plaisir et ravissement qu'il n'en est rien dans celui-ci. Tous les personnages que nous connaissons ont leur place et ont tous un rôle à jouer.
Janessa, si vulnérable et fragile, veut prouver à tous qu'elle est une reine sur laquelle on peut compter. Et Kaira, la belle et fidèle guerrière ne la laissera pas tomber, quoiqu'il arrive.
Merrick a rejoint les rangs de son père et devra combattre ses démons pour prouver à son père et à tout le monde qu'il a l'âme d'un leader.
Nobul, l'inflexible, va avoir la possibilité de prouver à tous qu'il est à la hauteur de sa légende, tandis que Régulus veut prouver aux "Terrefroidiens" qu'il est une force sur laquelle ils peuvent compter.
Et Waylan, notre apprenti magicien, terrorisé doit prouver qu'il est digne de la confiance de la terrible Sorcière rouge.
N'oublions pas Loque et Rivière, qui entament une course contre la montre pour atteindre leurs objectifs respectifs : sauver sa peau et celle de sa bande (Loque) et sauver la femme qu'il aime (Rivière).
Vous l'aurez compris, tout le monde a quelque chose à prouver dans ce roman. Et c'est ce qui fait la force de ces personnages. Ils sont tous terriblement humains et tellement vulnérables face à la mort qui va s'abattre impitoyablement sur eux. Ce tome est aussi l'occasion de faire enfin plus ample connaissance avec l'antagoniste principal de la trilogie. Légère déception à son sujet. Je m'attendais à quelqu'un de terrifiant mais il m'a juste fait pense à un sale gamin pourri gâté, qui veut détruire ce qu'il ne peut obtenir.
Mais rassurez-vous, le Seigneur des Cendres tient amplement ses promesses et même plus encore. Au programme, de la douleur, des larmes, de la terreur et des surprises.
Ce tome 3 clôt admirablement bien la trilogie (contrairement à celle de la Mer Eclatée d'Abercrombie). Il n'est pas nécessaire d'en faire une suite, car il y a une vraie fin (même si certains destins sont incomplets et laissent place à l'imagination). Mais quelque chose me dit qu'on n'a pas fini d'entendre parler d'Havrefer, pour mon plus grand plaisir.
Petit aparté : j'ignore encore comment va finir Game of Thrones, mais je ne serais pas surprise qu'il y ait le même genre de fin que pour Havrefer. Vous me comprendrez quand vous l'aurez lu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Yradon4774
  18 juin 2019
"Havrefer Tome 3 : le Seigneur des Cendres" de @Rich4ord ‏chez @BragelonneFR
Synopsis Tome 3 :
"Au prix du sang et de l'acier, la reine de Havrefer est devenue plus forte. Munie de l'épée mythique de son père, elle s'apprête à défendre la cité contre le redoutable chef de guerre Amon Tugha, dont l'armée gigantesque campe aux portes de la cité. Une implacable bataille se prépare, la plus terrible de toutes... car comme l'ont appris les héros de Havrefer, des bas-fonds de la ville jusqu'à la salle du trône du palais de Guideciel, nul camp n'est à l'abri lorsque survient le chaos. Loyauté, force et ruse seront soumises à rude épreuve dans la quête effrénée pour la victoire..."
Scénario : Richard Ford ;
Editeur : Bragelonne ;
Prix : 22.00 € ;
Commandez-le chez votre revendeur habituel.
Dans ce tome 3, la guerre, la mort, la dévastation et le chaos sont aux portes d'Havrefer et tous les héros sont mobilisés pour la défendre coûte que coûte des troupes d'Amon Tugha. La peur, la haine, la bravoure, le courage, l'honneur, le devoir, l'amour se mélangent dans un maelstrom puisant et dévastateur, dans ce qui sera l'ultime bataille pour la liberté et pour Havrefer. le destin de chacun est en branle et rien ni personne, même pas les dieux, ne peut plus intercéder pour telle ou telle cause. Seule la Mort se frotte les mains. Dans cet ultime opus, tout sera dit, tout question aura sa réponse, tout combat aura sa fin. Préparez-vous au dernier soubresaut du peuple des Etats Libres. le glas a sonné pour tous et the end is coming [...]
La suite de la chronique ici...
Lien : https://wordpress.com/post/y..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110


critiques presse (1)
Elbakin.net   26 mai 2016
De bout en bout, on reste ici en présence d’un auteur qui a semble-t-il voulu coller à une formule en se disant que c’était la tendance du moment, mais sans jamais y apporter un supplément d’âme.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   31 mars 2016
Depuis l’arrivée des Khurtas, il montait la garde, aussi immobile qu’une statue. Il se tenait au sommet des remparts de jour comme de nuit. Rares étaient ceux qui avaient le courage de déranger Nobul Jacks.
Mais ce n’était plus Nobul Jacks.
On l’appelait désormais Casque Noir, un nom qu’il n’avait pas entendu depuis une éternité. Un nom qu’il avait abandonné dans la boue et le sang de la porte de Bakhaus. Ce jour-là, il avait fallu affronter un redoutable envahisseur, des créatures venues des terres septentrionales pour raser les Etats Libres – comme aujourd’hui. C’était au cours de la bataille que Nobul Jacks était devenu Casque Noir. Il avait survécu en devenant un homme… Ou un monstre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
AlfaricAlfaric   02 avril 2016
Azreal détourna la tête en passant devant les palissades et Endellion sourit. Son compagnon n’aimait pas la manière dont les prisonniers étaient traités. La miséricorde était une qualité rare au sein du Subodai, et Azreal n’avait guère le temps de se soucier de ces malheureux, mais il estimait que leurs souffrances étaient inutiles. Certains auraient jugé ce comportement indigne d’un Elharim, mais Endellion savait qu’Azreal pouvait se montrer impitoyable. Il éprouvait de la pitié pour les faibles et les opprimés, mais il n’en avait aucune pour ceux qui dédaignaient une lame devant lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AlfaricAlfaric   01 avril 2016
- Comment ça se passe pour toi ? Depuis que tu as rejoint ton père ?
Merrick haussa les épaules.
- Je me suis fait tatouer, des archers n’ont pris pour cible, des sauvages m’ont couru après, des fous furieux m’ont hurlé dessous en brandissant des épées et je crois que j’ai tué trois hommes. Peut-être quatre. Mais il y a aussi eu des moments sacrément difficile, tu sais.
Commenter  J’apprécie          110
AlfaricAlfaric   03 avril 2016
Sur sa gauche et sur sa droite, les hommes étaient pétrifiés par la peur. Au bout de la rangée, quelqu’un avait perdu le contrôle de sa vessie et un long filet d’urine coula devant les bottes de Nobul en laissant échapper un nuage de vapeur. Ce type devait avoir une vessie de cheval.
Commenter  J’apprécie          140
AlfaricAlfaric   28 mars 2016
Loque se demanda pour quelle raison Friedrik avait pris Yarrick à son service. Il était trop nerveux pour faire un bon pinceur, trop trouillard pour faire un bon cogneur et trop couillon pour amuser la galerie avec de savoureuses plaisanteries. Enfin, il en fallait pour tous les goûts.
Commenter  J’apprécie          100

Video de Richard Ford (II) (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Ford (II)
Vidéo de Richard Ford (II)
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Havrefer

Dans le premier tome de la série, quel seigneur menace d'envahir Havrefer ?

Amon Tugha
Cael
Aragorn

7 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Havrefer, tome 1 : Le Héraut de la tempête de Richard Ford (II)Créer un quiz sur ce livre

.. ..