AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070361233
Éditeur : Gallimard (08/01/2009)

Note moyenne : 3.07/5 (sur 58 notes)
Résumé :
" Il paraît que l'amour n'est pas la grande affaire dans l'existence des hommes, qu'ils ne grandissent pas en pensant qu'il y a devant eux cette chose affolante, ce souci d'être à quelqu'un d'autre où se tient tout le sens possible de leur vie.
Il paraît que de telles fables sont l'affaire exclusive des femmes. Que ce sont elles seules qui calculent tout de leur temps en raison de l'amour qui viendra. Je ne sais pas. Il me semble que j'ai toujours pensé que l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Piatka
  14 avril 2017
« Vertige de l'amour, désir fou que rien ne chasse.
Vertige de l'amour… »
Vous l'entendez ce célèbre refrain d'Alain Bashung ?
Il colle bien je trouve à la réalité de l'auteur-narrateur du roman le nouvel amour qui se tient au bord du gouffre depuis que sa fille Pauline est morte à l'âge de trois ans.
Face à l'incompréhensible néant, il y a deux possibilités : sombrer ou « ne pas donner raison à la mort » et « s'arranger afin de lui échapper le plus longtemps possible ». Alors, si la vie reprend le dessus, il est possible que l'amour réapparaisse.
« Tant que dure la vie, tout peut recommencer. Et ce recommencement est une grâce aussi. »
C'est le propos de ce récit : la naissance d'un nouvel amour, incarné par Lou, tandis que persiste celui pour sa femme Alice, la mère de Pauline. Insolite situation qui n'a cependant rien à voir avec une cohabitation ou un banal adultère. À vous de le découvrir !
Infiniment tendre et sincère, l'auteur n'occulte rien de l'évidence amoureuse du début, des embrasements de la passion jusqu'aux prémisses du déchirement. Ce sont d'ailleurs, selon moi, les deux premiers tiers du récit qui valent le détour et font que ce texte est tout sauf banal.
Tour à tour poétiques, poignantes, sensuelles, sexuelles voire franchement crues, les variations de la passion sont prenantes, sonnent incroyablement juste et questionnent sur le pourquoi de l'amour, la mort, la vie finalement.
Un petit bémol cependant : la fin du roman m'a paru un peu moins limpide, plus centré sur la justification de l'écriture d'un tel ouvrage. Mais comme le fait si bien remarquer le narrateur : « Nous avions fait ce que nous avions pu »,  « Nous avions tenté de rester vivants. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          530
alicejo
  30 janvier 2012
Autobiographie ? Fiction ? Peu importe, l'histoire banale de ce nouvel amour que nous raconte Philippe Forest ne m'a pas du tout séduite et m'a même profondément ennuyée et agacée. J'ai eu bien du mal à en venir à bout !
Le genre de roman nombriliste qui a tendance à m'éloigner toujours un peu plus de la littérature française du 21ème siècle
Commenter  J’apprécie          81
simeon
  26 avril 2014
Autofiction sur l'amour naissant, pas un en particulier, mais le dernier, celui qui efface tous les autres. Tout n'est pas si simple chez M. Forest car il trompe sa femme avec Lou qui le trompe avec un autre, qu'il trompe avec sa femme qui le trompe aussi. Il s'agit de l'histoire de la naissance de son amour avec Lou, de l'intimité de leur relation et de la confusion de ses sentiments. Tiraillé entre sa femme et sa maitresse, il se consolera dans les bras d'une troisième avant de retourner vers sa femme et vers sa maitresse. Amoureux de l'amour quoi qu'il en dise; indécis totalement.
Ce roman s'il parle d'amour, parle aussi de souffrance qui sourd en son sein dès sa genèse. le chagrin, le deuil, l'attachement, le choix, la sensualité, la sexualité, le fantasme, le désir, les regrets, les remords, la vie dans toute sa complexité, sans complaisance pour lui, parfois de manière assez crue il va relater son univers affectif.
Une fois commencé, je n'ai pas pu lâcher ce livre hors norme qui aura su me faire réfléchir sur les raisons de nos choix et du pourquoi de l'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
KRISS45
  11 juin 2017
Je l'aime, je l'aime plus, je la veux, je la fuis, je la désire, je la rejette. Entre Alice, Lou et la jeune Lucie dernière en date parmi ses conquêtes, Philippe Forest exécute un ballet, une sorte de chassé-croisé des unes aux autres et tout cela m'a agacée. L'auteur a probablement besoin de se rassurer sur son identité masculine et sa capacité à assumer sa virilité, mais j'ai trouvé sa valse hésitation bien irritante. le deuil de sa fille ne justifie pas à mes yeux ses errances sentimentales et charnelles. En tout cas la façon dont il en fait cas n'est pas une évidence pour la lectrice que je suis... pourtant très ouverte aux romans intimistes.
Commenter  J’apprécie          40
chouchoubijou
  16 février 2015
Une oeuvre qui nous laisse un empreinte et beaucoup de réflexions : la perte d'un enfant, d'un amour et la redécouverte de l'amour à travers de jolis mots qui nous émeuvent. Ce roman semble être la suite de l'enfant éternel, ce qui est encore plus bouleversant...un récit profond et mélancolique mais qui donne un certain espoir qu'on peut guérir par l'amour
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   14 avril 2017
Il n’y a de roman que d’amour. On veut apprendre d’où vient cette aimantation des corps aimants qui les attache les uns aux autres et fait soudainement exister entre eux ce lien que rien ne déliera jamais plus. Ce désir de savoir n’a pas de cesse. Rien ne l’altère. Même le temps qui passe et où l’énergie s’use, même la grande routine d’avoir déjà vécu ne peuvent rien sur lui. On se dit que le récit continue, le même au sein duquel toutes les histoires n’en font plus qu’une : le long tourment tournoyant d’aimer où sont pris tous les amants et qui les fait identiques. L’âge avance et la curiosité de l’enfance, étrangement, ne s’efface pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
PiatkaPiatka   11 avril 2017
Quand joue-t-on le plus la comédie ? Lorsque, aimant, on fait semblant de ne pas aimer tout à fait ? Ou bien quand n'aimant pas, on fait semblant d'aimer malgré tout ? Lou ne me demandait rien concernant notre avenir. Moi, je me taisais. Nous avions peur que la première parole prononcée ne nous rende au néant dont la chance nous avait sortis.
Commenter  J’apprécie          400
PiatkaPiatka   13 avril 2017
Faire l’amour doit toucher au miracle, sinon à quoi bon. Un miracle ? Oui, tout à coup, chaque fois, malgré la répétition, l’irréfutable manifestation de l’impossible, une révélation de rien se suffisant splendidement à elle-même. Non, il n’y a pas de vérité à attendre de l’amour. Laquelle ? Juste l’éclatante évidence d’un signe soudain surgi du fond le plus enfoui de la vie et qui ne signifie que la certitude d’être subitement vivant comme jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
PiatkaPiatka   12 avril 2017
On dit de ceux qui s'aiment qu'ils sont seuls au monde. Et c'est vrai. Il suffit d'un seul pas de côté. Et l'on bascule sans scrupule dans le formidable esseulement du bonheur.
Commenter  J’apprécie          360
LaliLali   06 février 2011
Il paraît que l’amour n’est pas la grande affaire dans l’existence des hommes, qu’ils ne grandissent pas en pensant qu’il y a devant eux cette chose affolante, ce souci d’être à quelqu’un d’autre où se tient tout le sens possible de leur vie. Il paraît que de telles fables sont l’affaire exclusive des femmes. Que ce sont elles seules qui calculent tout de leur temps en raison de l’amour qui viendra.

Je ne sais pas. Il me semble que j’ai toujours pensé que l’amour m’attendait, que j’allais à sa rencontre, et que si par malheur je le manquais, j’aurais tout manqué avec lui. Qu’il n’y avait au fond rien d’autre que cela à attendre de la vie.

Rien d’autre, oui, si ce n’est l’amour. Et comme l’écrit un poète, tout le reste m’est feuilles mortes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Philippe Forest (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Forest
Philippe Forest vous présente son ouvrage "Je reste roi de mes chagrins" aux éditions Gallimard. Rentrée littéraire Août 2019. Parution le 29/08.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2341390/philippe-forest-je-reste-roi-de-mes-chagrins
Notes de musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : deuilVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3474 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre