AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782896498697
352 pages
VLB Editeur (11/03/2021)
3.12/5   73 notes
Résumé :
A la manière de John Irving, Paul Serge Forest signe une fresque romanesque, métaphysique et sociale au coeur du clan de Lelarge, sur la Côte-Nord québécoise. Un premier roman sous la forme d'une saga familiale, admirablement maîtrisé et singulier. A Baie Trinité, sur la Côte-Nord du Québec, la famille Lelarge possède une très prospère usine de fruits de mer, qui fait leur fierté, leur fortune et assure l'économie de la presque totalité du petit village.
A la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
3,12

sur 73 notes
5
2 avis
4
9 avis
3
9 avis
2
0 avis
1
0 avis

Kittiwake
  18 mai 2022
Un feu d'artifice éblouissant. À la saveur des expressions québécoises imagées et réjouissante, s'ajoute une intrigue complètement folle !
Dans un port de la côte nord du Québec, règne la famille Delage, qui commercialise coquillages et crustacés avec une rigueur sanitaire plus ou moins stricte, tentant de passer entre les gouttes des contrôles, gérés par un enfant du pays, insomniaque et obstiné, Frédéric Goyette, insomniaque notoire bien décidé à dépister les fraudeurs.
Lorsque le patriarche meurt, Robert le fils veut étendre le marché de l'entreprise. Les japonais sont en mal de fruits de mer aprè la catastrophe de Fukushima : le malheur des uns fait la richesse des autres.
Lorsqu'arrive sur la scène Mori un japonais qui dit représenter le Conglomérat, client de l'entreprise, des événements étranges se produisent, tandis que Laurie l'une des filles De Robert se lie d'une curieuse façon à Mori.
Le coeur du problème, c'est une toxine lumineuse et addictogène, sécrétée par les coquillages, et qui bouleverse la tranquillité de la région.
Résumer ainsi ce foisonnant roman ne lui rend pas justice. Les personnages, traqués jusque dans leur plus secrète intimité, révélant ainsi les originalités cachées dans leurs jardins secrets, les situations ubuesques et hautes en couleur, l'étrangeté de la couleur générée par la toxine, une sorte d'umami des couleurs, les relations familiales complexes, tout cela est développé avec beaucoup d'humour.
La langue fleurie du Québec peut parfois laisser au bord du récit le lecteur de langue française, peu importe, l'imagination ou la patience de découvrir le sens exact avec le contexte, permettent de surnager.
Original, flamboyant, et réjouissant !

352 pages Les Équateurs 11 mars 2022
Sélection POL 2022

Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          750
bilodoh
  04 juin 2022
Un premier roman qui donne dans le fantastique, mais un peu trop explicite et répétitif sur le sexe et les fonctions corporelles (parfois merdiques…)
L'histoire se passe sur la Côte-Nord au Québec, dans un village dominé par les « Pêcheries Lelarge », une entreprise familiale et le principal employeur de la région. La compagnie est propre et ses fruits de mer sont exportés au Japon, ce qui explique l'arrivée un jour d'un Japonais mystérieux. Les événements s'enchaînent avec l'apparition d'une toxine et la relation qui se développe entre la fille du proprio et l'étrange Nippon.
L'aspect « fantastique » est original et l'intrigue en est complexe et ramifiée. L'idée de l'Ori, avec une couleur qui n'existait pas et des personnes qui deviennent intermittentes, ça n'est pas commun et ça vaudrait vraiment le détour si ce n'était des longueurs répétitives de la prose.
De plus, aucun des protagonistes ne m'a paru vraiment sympathique ou attachant. C'est une brochette de personnages, tous plus ou moins bizarres ou dérangés : la tante Suzanne et sa maison troglodyte, l'oncle Saturne accro à toutes les drogues, le père agoraphobe, la mère qui devient directrice de l'école pour contrôler les enseignantes de ses filles, l'inspecteur des aliments qui ne dort pas, etc.

Un point positif, des pages intéressantes sur la pêche (ou la cueillette) des mollusques et des crustacés de l'estuaire du St-Laurent.

Une lecture qui m'a déçue, un engouement médiatique et de bonnes critiques avaient peut-être créé trop d'attentes. Et peut-être ne suis-je pas tout à fait le bon public…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
xst
  28 août 2021
Donc, si j'ai bien compris le propos, la conscience humaine est contenue dans le sperme de l'homme (rien que ça! Un peu macho comme théorie non?) et lorsque ce sperme est filtré par les mollusques de la Côte-Nord on extrait de l'eau de mer une poudre blanche « irregardable » qui sert à créer une couleur nouvelle difficile à décrire et un univers de transparence infinie dans lequel on peut disparaître comme dans un rêve.
De plus, quand on se drogue à la poudre d'Ori, l'homme devient à la longue atteint d'un priapisme dévastateur et la femme (on le suppose) super consentante pour des parties de baises orgiaques.
Je n'ai pas détesté mais j'ai commencé à m'ennuyer après quelques 250 pages non pas parce que c'est souvent trash, gore et cru mais à cause de ces constructions d'écriture qui m'horripilent et qui ne sont faites que pour maintenir de manière factice l'intérêt du lecteur. À savoir, terminer un chapitre sur une interrogation, une situation nouvelle, dont on aura l'explication que vers la fin du livre et encore si l'auteur n'a pas perdu le fil du récit entre temps.
Je le reconnais, c'est instructif parfois et peut-être drôle, mais d'un humour carabin, un peu potache sexiste, qui ne me fait pas vraiment rire car manquant de subtilité.
Mais surtout c'est long! C'est bourré de phrases creuses et, c'est un texte qui, comme le dit l'auteur page 386, s'étire « comme un chapitre qui, embarrassé par une accumulation de détails sordides, n'en finit plus »
Je me suis souvent imaginée au cours de ma lecture, Paul S. Forest, Wikipédia sous le coude, se shootant avec la blanche de Goyette pour pondre un énième chapitre délirant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
Crunchy_Chicky
  27 novembre 2021
Et bien... pourquoi ce livre a été aussi bien coté par les libraires du Québec? J'étais 447e quand je me suis inscrite pour l'avoir à la bibliothèque et après des mois d'attente, finalement je le referme et non, je n'ai pas compris l'engouement.
Il y a des plus certes, l'écriture est fluide, les personnages intéressants pour la plupart, avec des personnalités originales. le sujet est particulièrement unique aussi. de plus, la biologiste en moi raffole du fleuve et de la Côte-Nord, ces univers à part du reste du monde. J'ai adoré tous les encarts sur la vie des mollusques et autres créatures marines dont on se régale, et les informations sur la vie des pêcheurs aussi.
Là où j'ai décroché c'est quand l'humain s'en mêle. L'humain y est bien présent dans toute sa grotesquerie et l'homme évidemment avec son infinie et assommante obsession du sexe. Pénis bandés, trip anal, sperme dégoulinant, éjaculations, vulve mouillée et tralalère, ça déboule sans arrêt, pour peut-être rendre l'histoire plus intéressante ? maintenir l'intérêt ? faire rire ? Rien qui fonctionne pour moi car le tout est gâché par l'esprit libidineux tendance sexiste et mononcle qui teinte tout ce qui a trait au sexe dans ce roman. On repassera pour la finesse d'esprit et la subtilité, qui brillent par leur absence. Mais bon, ça peut être un style qui plaît, de ça je n'en ai jamais douté.
Là où je ne comprends pas, c'est l'intérêt pour les dérapes philosophiques qui construisent l'intrigue. On nous y roule jusqu'à plus soif, on étire la sauce trop longtemps (faudrait retrancher min. 100-150 pages de ce roman trop long), rien de crédible, rien qui fasse rêver, rien qui porte à réfléchir. En fait, tout de la réflexion sous l'intrigue est limite cucul et laisse un sentiment malaisant d'une histoire qui serait racontée par quelqu'un de pas si intelligent, mais persuadé d'être très profond dans ses réflexions et qui te regarde intensément dans les yeux en te délirant le tout pendant que tu te demandes si il est défoncé aux champignons magique et comment sacrer ton camp sans le vexer.
En résumé, l'idée est que la conscience de l'homme (ou son sperme? pardon, j'étais distraite par bouts, je ne saurais préciser) est captée par les mollusques du fleuve et ils en font une poudre qu'on ne peut pas regarder et les mollusques font aussi une nouvelle couleur appelée Ori (what the f... on s'en torche... oui moi aussi je peux être vulgaire pour intéresser le monde). Et autres détails qui sont toujours n'importe quoi mais que je ne peux pas mentionner sous peine de dévoiler trop d'informations...
N.B. Il y a des fautes aussi à plusieurs endroits, un ou plusieurs mots de trop dans certaines phrases ou des mots inversés... faut croire que même les correcteurs de la maison d'édition décrochaient. Je peux les comprendre.
Bon, en tout cas, faute d'aimer le roman, je ne l'ai pas détesté à 100% et j'en sais plus sur la vie de la faune qui peuple le fleuve. Donc, je n'aurai pas entièrement perdu mon temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          137
ampiette
  11 octobre 2021
Tout n'est pas ori.. ble dans ce roman kaléidoscopique. Bien au contraire! Si la vague est un phénomène nombreux comme nous dit l'auteur Serge Forest, ce livre l'est tout autant, tant il nous offre des angles de lecture différents. Il nous entraîne dès les premières pages
dans une saga passionnante et déjantée celle de la famille Lelarge, richissime propriétaire d'une usine de transformation et de distribution de fruits de mer.
Le roman social n'est pas loin non plus. Les Lelarge font vivre une grande partie du village de Baie-Trinité sur la Côte Nord, engage des centaines de travailleurs marocains dans un contexte de mondialisation et de manipulation du prix des ressources. Les Lelarge règnent en seigneurs et maîtres mais bientôt leur entreprise fera la convoitise de certains.
Les personnages de pêcheurs, les deux Serge, Sar'h et Guenille sont truculents. le bateau d'Hercule alias Serge Cabana porte le nom Les juments de Diomède, les fameuses juments carnivores que le roi de Thrace, Diomède, nourrissait avec la chair de ses hôtes. Les 450 pages qui constituent le roman sont ainsi émaillées de références bien amenées, de jouissifs clins d'oeil à la mythologie, la littérature, la musique mais aussi d'informations scientifiques, biologiques, linguistiques. La vaste culture générale de l'auteur ne peut que nous laisser pantoise.
Le réalisme magique, le romantisme, le surréalisme de l'écriture de Serge Forest évoque rapidement Haruki Murakami et son incontournable Kafka sur le rivage. Et comme par hasard, à la p. 93, un énigmatique japonais, Mori Ishikawa, apparait sur la plage de Baie-Trinité. Il va transformer la vie de Laurie, celle de sa famille et celle de tout le village. Il cherche en effet à créer une nouvelle couleur qui se nourrit de la conscience humaine. « le souvenir d'une couleur est le souvenir d'une lumière multiplié à l'infini. Les yeux voient un spectre de couleurs; par le langage le cerveau les distingue. Laurie avec son esprit elle pouvait donner à toute chose, cette couleur étrange et belle… »
Le récit prend des allures de polar où Fréderic Goyette de l'agence canadienne d'inspection des aliments, amené à faire enquête sur une intoxication collective, cherche à percer le mystère de l'ori.
C'est également un roman initiatique où Laurie Lelarge, cheminant vers l'âge adulte, nourrit son imaginaire de la lecture de Houllebecq, Kundera et Duras. Elle attend que sa vie change et sa rencontre avec Mori et l'ori vont façonne sa sensualité et sa vision du monde.
« Un pincement unit le rêve avec le non rêve. Dans la logique de la réalité, l'acte engendre le ressenti. La logique du rêve fonctionne de manière opposée le ressenti y engendre l'acte. Laurie savait que toute sa vie devenait lentement comme ça. Les événements dépendaient de ses sensations. Dans le brouillard quelque chose avait été renversé. »
La sexualité traverse tout le roman, omniprésente, crue, déjantée mais saturante parfois. Mori conserve son sperme dans des éprouvettes et invite Laurie à l'observer se diluer dans les vagues, Saturne Lelarge sombre dans des partouzes avec une bande de junkie, sa soeur Suzanne se constitue une panoplie d'amants pêchée parmi les pêcheurs. L'auteur ne manque ni d'imagination, ni de vocabulaire ni d'audace, ni d'humour. « En fait, il avait collé sa bitte sur sa cuisse avec du Scotch Tape pour ne pas que son érection permanente ne paraisse. » En tout cas, si plusieurs d'entre nous ont des réticences à étaler leur intimité devant leur médecin, les patients du Dr. Forest (pseudonyme) ne devraient avoir aucune crainte. Il est capable de tout entendre, de tout accueillir.
J'attends avec impatience le prochain ouvrage du Dr. Midas (pas celui qui s'occupe de nos mufflers) mais celui qui transforme tout en or.

Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90


critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec   03 mai 2021
Lire Tout est ori est si époustouflant qu’on a peine à croire que ce livre ne soit pas le fait d’un écrivain d’expérience.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
KittiwakeKittiwake   18 mai 2022
Il y a un sens vulgaire au mot clam qui diffère de celui du mot moule. Sur la côte nord, on appellera aussi clam toute compression de mucus, crachée ou expectorée, dans les contextes langagiers ou le mot morviat n'est pas assez fort. En raclant de façon sentie leur oropharynx avant de cracher dans la cour de récré, les petits gars avertissaient ainsi Laurie : « Tchèque bien la clam. » Laurie faisait mine de s'en dégoûter, mais se retournait tout de même, par curiosité des fluides, pour mesurer l’épaisseur de la chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
bilodohbilodoh   03 juin 2022
Elle se rassurait de produire quand même, à intervalles réguliers, de la merde et de continuer à l’excréter par l’anus. Elle restait réelle et le mouvement des étrons dans l’eau des toilettes ne manquait jamais de lui rappeler la réalité.

(Vlb, p.308)
Commenter  J’apprécie          72
marcetguylainemarcetguylaine   25 avril 2021
En expliquant que la crevette naît d’abord mâle avant que ses testicules se transforment en ovaires, produisant ainsi des œufs dont on peut se délecter, il écrit : Quand la langue, contre le palais, fait céder ces minuscules sphères algueuses et que la bouche se tapisse d’un éclat d’iode, il fait bon se rappeler qu’on ne naît pas femme, on le devient.
Commenter  J’apprécie          30
SofiertSofiert   19 juin 2022
Il s'est assis là où se rendaient les vagues pour observer la danse singulière des particules. Elles avaient un comportement plus animal que minéral. Il était facile de leur prêter une volonté : déplier le plus loin possible, en longues traînées, leur chatoiement bizarre. Saisi par le phénomène, Goyette n'a pas reculé. Le fleuve lui est rentré dans les souliers, dans les pantalons, dans la raie. C'était froid, et de plus en plus magnifique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BencotBencot   12 août 2021
Si je pince mon nez, mon odorat continue d’être stimulé par l’arrière, par l’air qui entre par ma bouche. Si je bouche mes oreilles, j’entends encore les bruits internes de mon corps. Même si je reste nu, il y a toujours de l’air sur ma peau. Ma bouche s’est depuis longtemps habituée à son propre goût, mais je ne peux pas décider de ne pas goûter. Ma vue est le seul sens que je peux volontairement éteindre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Paul Serge Forest (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Serge Forest
Paul Serge Forest nous présente son roman, "Tout est Ori", à paraître le 2 mars aux Editions des Equateurs !
autres livres classés : côte-nordVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Paul Serge Forest (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
189 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre