AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782859402297
368 pages
Éditeur : Phébus (05/03/1992)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 29 notes)
Résumé :
1805, un an après la victoire de Trafalgar, le commandant Hornblower, à bord de l'"Atropos" se retrouve dans les eaux territoriales turques, avec à son bord, un représentant de la Compagnie des Indes et trois plongeurs cingalais...

D'étranges compagnons pour une non moins étrange mission en ces temps de guerre : retrouver l'épave du "Speedwell" qui contient dans ses cales un immense trésor de guerre !

Une périlleuse opération de sauve... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
fnitter
  12 septembre 2012
Quatrième opus de la série Horatio Hornblower.
H.H est désormais capitaine de corvette, par la grâce de l'amiral Cornwallis. Mais 601ième de la liste sur 600 (oui oui), il n'hérite, que grâce à une défection, du commandement de l'Atropos, corvette de 22 canons.
L'action se situe juste après la victoire des Anglais sur la france et l'espagne à Trafalgar en octobre 1805 et la mort de Nelson, dont Hornblower, sera chargé en partie de l'organisation des funérailles.
A l'issue, l'Atropos sera envoyé en méditerranée, chargé de récupérer un trésor en or et argent d'une épave anglaise coulée dans les eaux turques, officiellement neutre, mais pouvant mal prendre le fait que les anglais cherchent à récupérer pour eux seuls ce trésor de guerre.
Pour couronner le tout, H.H sera chargé d'accueillir à son bord, comme aspirant, un prince allemand déchu mais apparenté à la famille royale anglaise.
Une quatrième tome, beaucoup plus calme sur le plan des batailles et du sang versé. C'en est presque regrettable, tant on s'attend à des prouesses de stratégie et de bravoure de notre Capitaine adoré, mais une histoire qui se laisse lire, montrant à quel point, Horatio mérite sa place, grâce à son ingéniosité, son sens politique, sa pugnacité. Il réussira (bien sûr) à mener sa mission à bien, malgré toutes les embuches et chausses-trappes auxquelles il sera confronté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Stefane59
  29 avril 2021
Pour le texte complet et mes conseils de lecture (pour en avoir plus de plaisir) : lire ma critique exhaustive que j'ai associé au tome 1 dans la collection Omnibus et au 1er roman : "Lieutenant de marine".
"Voici une (assez longue) critique comparative entre 2 auteurs de livres d'aventures marines : C.S Forester et P. O'Brian. Elle porte sur les 2 premiers romans des « aventures de Jack Aubrey ». Et il y a les 10 romans des aventures de « Capitaine Hornblower ».
Je rajouterai aussi des conseils de lecture.
Les livres :
Forester : Collection Omnibus.
Tome 1 (environ 1200 pages) regroupant les romans :
Aspirant de marine, Lieutenant de marine, Seul maître à bord, Trésor de guerre, Retour à bon port
Tome 2 (environ 1100 pages) : Un vaisseau de ligne, Pavillon haut, le seigneur de la mer, Lord Hornblower, Mission aux Antilles.
2300 pages de plaisir..."
: la suite ? voir Omnibus tome 1 ou "Lieutenant de Marine".
Commenter  J’apprécie          00
beauscoop
  05 juillet 2017
Plusieurs aventures passionnantes se situant des côtes sud anglaises jusqu'en Turquie, en passant par Gibraltar, Malte et la Sicile. L'histoire réelle est entrelacée avec les rencontres maritimes que fait le capitaine Hornblower durant des combats de l'époque Trafalgar.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
fnitterfnitter   13 septembre 2012
Hornblower avait désormais une expérience suffisante du mariage pour se rendre compte de l'avantage qu'il y a à laisser sa femme dire ce qu'elle veut, pourvu que l'on pût continuer à n'en faire soi-même qu'à sa tête.
Commenter  J’apprécie          240
fnitterfnitter   13 septembre 2012
Les philosophes humanitaires avaient beaucoup à dire contre l'usage des châtiments corporels ; mais, dans leurs arguments, attirant l'attention sur le mal que cela peut faire à l'homme puni, ils oubliaient de tenir compte de la satisfaction que d'autres peuvent en tirer.
Commenter  J’apprécie          170
beauscoopbeauscoop   05 juillet 2017
il fonçait bravement dans le soir d’été, incliné sous le vent, écartant de l’épaule les vagues affamées, faisant jaillir de son bossoir tribord de hautes gerbes d’embrun dans lesquelles le soleil déclinant allumait de splendides arcs-en-ciel, et laissant après lui le bouillonnement d’un sillage d’une blancheur éblouissante sur le bleu de la mer. C’était un de ces moments où l’on est heureux de vivre, fonçant dans le vent comme ceci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
beauscoopbeauscoop   04 juillet 2017
c’était le moment important de la journée, l’instant où la petite ration de rhum coupé d’eau coulerait dans leurs gosiers avides. Priver un marin de cela, c’était comme empêcher un saint d’entrer au paradis.
Commenter  J’apprécie          20
ddhddh   28 janvier 2020
C’était mieux que rien, moins bien que le mieux, donc aussi peu satisfaisant que toute solution inférieure à la meilleure.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Cecil Scott Forester (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cecil Scott Forester
C. S. Forester with Princess Margaret at the World Premiere of Captain Horatio Hornblower R.N. (1951)
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2298 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre