AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2955213209
Éditeur : (04/02/2015)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Comme les deux faces indissociables d'une médaille,
la maternité a son revers.
Les mères amères sont à bout.
Le reflet dans le miroir s'est teinté des plus sombres pensées,
des plus noirs desseins.
Mères monstrueuses, égoïstes, passives, impuissantes...
Qu'elles subissent, agissent ou réagissent,
elles souffrent à travers et pour leur enfant.
Derrière la comédie des apparences,
les neuf nouvelles de ce r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
gabrielleviszs
  08 mars 2015
J'aime bien lire les recueils, qu'ils soient d'une seule et même personne ou non. J'ai eut la chance de gagner ce service presse et je remercie beaucoup Rachel de cette occasion. J'aime beaucoup la couverture, le miroir, le reflet de ce que nous voyons, mais que se cache-t-il derrière ? C'est ce que l'auteur va nous faire découvrir par des nouvelles, des poèmes, plus ou moins longs d'ailleurs et redonner une autre image de la maternité que beaucoup ignore.
Neuf nouvelles, neuf façons de voir, d'apercevoir ce qui se passe réellement dans la tête des protagonistes liés à une naissance.
Certaines d'entre elles sont perturbantes, surtout une « nuit invisible ». Je l'ai trouvé dérangeante et pourtant c'est un phénomène qui arrive, comme dans toutes les autres, mais le fait de savoir cette femme ne rien faire, fermer les yeux parce que lui est heureux ainsi, j'ai eut beaucoup de mal. D'autres apportent une lecture troublante, m'incitant même à dire que oui, tout est possible et qu'au final qui sommes-nous pour juger telle ou telle personne alors que nos plus bas instincts peuvent ressortir ? L'auteur nous montre le revers du décor, le fait qu'un bébé, une mère, un père, un frère ou une soeur, peu importe, mais l'entourage de cet être qui n'a pas demandé à venir va être bouleversé. Les nuits incomplètes, les doutes, les questionnements, la douleur physique ou mentale. le pourquoi je n'y arrive pas ? Ou encore le m'aime-t-il vraiment ? Et bien d'autres questions encore.
« Aokigahara » est celle que je préfère. Elle est triste, sourde, froide et plus le temps passe, plus l'espoir commence à renaître. La perte d'un enfant est impensable, pourtant elle arrive, bien plus que l'on ne peut croire. Comment survivre après cela ? Comment pouvoir continuer à garder le couple qui a fondé cet être parti ? Des obstacles, des doutes, des remises en questions, un affrontement qui ne sera pas de tout repos et enfin la lumière apportant la paix intérieure. Je pense encore à « clichés », me demandant comment réagir face à un tel phénomène. Une autre mérite que l'on s'y attarde, il s'agit de « Un prénom si ressemblant ». Elle ne m'a pas surprise par sa fin, elle découlait, mais ce que je retiendrais de cette nouvelle, c'est le fait que le monde ne cessera jamais d'avancer quelque soit les conséquences. Les deux dernières, « la chose » et « j'aurais aimé » sont poignantes. le point de vue, les idées noires de la mère, qui n'en a jamais eut ?
Chaque histoire apporte une morale, une idée, un rejet, un petit quelque chose. Certaines paraissent tirée de la réalité, tout simplement parce que lorsque l'on a porté un enfant, la relation s'installe, s'étire. le bonheur est présent, mais dès le départ ? Par toujours du début à la fin. J'ai trouvé certaines nouvelles très bien écrites, les mots découlaient comme l'eau d'une fontaine. Certaines sont vraiment recherchées, d'autres dont « la lettre à moi-même » je ne pense pas l'avoir bien comprise. Ce qu'il faut retenir également, c'est la façon dont le tout est présenté, pas de mots trop haut, pas de monstruosités réellement écrit, juste suggéré, juste assez pour imaginer. le lien entre une mère et son enfant, cet instinct maternel que beaucoup rabâche et si les femmes ne les avaient pas toutes en un claquement de doigts ? Cela s'apprend, ce n'est pas forcément inné et le regard de l'autre qui croit voir un bonheur sans tache ne se pose même pas la question de savoir si c'est vraiment le cas.
Ce recueil est plutôt complet, même si je n'ai pas forcément apprécié toutes les nouvelles, j'ai bien aimé le tout d'une manière générale grâce à la douceur de l'écriture – non je ne suis pas contradictoire. Les textes sont sombres, parfois bercés de folies destructrices et pourtant la reconstruction est possible selon la personne concernée.
http://chroniqueslivresques.eklablog.com/a-bout-de-meres-rachel-d-foret-a114953942
Lien : http://chroniqueslivresques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Gren57
  24 mars 2015
Je voudrais tout d'abord remercier Rachel D. Forêt qui m'a permis de découvrir ses écrits grâce à ce service presse.
Je savais à quoi m'attendre en lisant ce recueil: la lecture risquait d'être difficile, perturbante, émouvante. Et effectivement, je suis passée par un tas d'émotions!
Dès l'avant-propos, l'auteur nous explique qu'elle souhaite aborder le thème de la maternité. Il est souvent associé au bonheur de la naissance et de voir grandir ce petit prolongement de soi. Ici, il est présenté de manière beaucoup plus sombre : la perte de l'enfant et la reconstruction de la famille après celle-ci, la dépression post-partum, l'amour d'une mère dans la pire situation, etc.
Des sujets sensibles, déchirants et abordés de manières différentes : du poème à la nouvelle en passant par la lettre. Certains textes ont pour toile de fond le fantastique, les légendes et les croyances tandis que d'autres s'appuient sur des scènes du quotidien, plus réalistes.
« A bout de mères » est finalement beaucoup plus qu'un recueil sur le thème de la maternité. L'auteur a posé les mots pour nous l'expliquer. Les voici :
« À bout de mères » est l'aboutissement de ma petite thérapie personnelle. Puisse-t-il être l'occasion pour chacun d'entre vous de se déculpabiliser ou de porter un regard plus indulgent à ces mères en souffrance.
Même si cette lecture n'était pas des plus faciles, à cause des sujets abordés, je l'ai beaucoup apprécié. Rachel D. Forêt a une plume très agréable, douce, poétique et qui transmet beaucoup d'émotions. Les mots choisis donnent une mélodie tantôt nostalgique et triste, tantôt grinçante et emprunte de colère pour les personnages.
Certains textes m'ont parlé plus que d'autres. Je pense que c'est une question de ressenti pour chaque lecteur, en fonction de sa sensibilité, de son vécu. Certains textes sont perturbants, comme « Nuit invisible » qui parle du sujet le plus détestable selon moi, le plus dur à lire, le plus dur à digérer. D'autres textes nous amènent à nous poser des questions, d'autres encore nous donnent à réfléchir sur un sujet tel que la dépression post-partum.
Ces poèmes, nouvelles, lettres, aussi touchants, perturbants, déchirants soient-ils ne tombent jamais dans l'excès. L'auteur prend soin d'utiliser chaque mot à bon escient. Il n'est pas question de faire pleurer dans les chaumières, de dramatiser ou d'horrifier. Il est juste question de poser les bons mots sur des choses réelles.
Je ne savais pas trop comment vous présenter ce recueil. Je trouve que le plus simple est de vous les présenter un à un, sans vous en dire trop pour ne pas gâcher votre plaisir lorsque vous le lirez à votre tour.
– « Apparences » : Un texte sous forme de poème, très court sur le rejet de l'enfant dans l'ignorance totale de l'entourage. Celui-ci ne m'a pas forcément plu. Beaucoup trop court ou je n'ai tout simplement pas été touchée.
– « Aokigahara » : Un texte qui figure parmi mes préférés. C'est une nouvelle sur fond de légende. C'est une quête de la survie et de la vérité pour des parents ayant perdu leur enfant. C'est très émouvant.
– « Nuit invisible » : L'auteur aborde ici un sujet horrible : l'inceste. C'est une lecture très difficile, perturbante, je me suis sentie mal à l'aise. J'ai dû faire une petite pause dans ma lecture après ça, le temps de la digérer. L'auteur a ajouté une petite touche de fantastique à cette nouvelle. Peut être pour alléger cette atmosphère très lourde qui s'en dégage, mais je trouvais que sans ça, le texte se suffisait à lui-même.
– « Un prénom si ressemblant » : C'est l'histoire d'une mère qui se sent rejetée par son enfant et son mari. La fin inattendue nous permet de comprendre le pourquoi… Je ne vous en dis pas plus, sinon que c'est triste, mais rassurant à la fois.
– « Lettre à moi-même » : Sous forme de lettre, une mère s'écrit à son « soi futur » espérant que les choses ont changé pour elle, que sa dépression post-partum a fini par disparaître. Une idée originale pour un sujet assez dur et triste.
– « Clichés » : Une mère retrace la vie de son enfant en feuilletant un album-photos. Ce texte nous donne à réfléchir : jusqu'à quel point aimons-nous notre enfant ? J'ai beaucoup aimé ce texte même si la fin m'a mise assez mal à l'aise, mais je pense que c'est cela qui crée la réflexion.
- « Shégué » : Un texte qui m'a beaucoup plu. Sur fond de croyances et traditions africaines, une mère a perdu son enfant de façon injuste. Une histoire troublante que celle de la petite Promédi.
– « La chose » : Cette courte histoire poignante est celle d'une mère qui lutte contre ses sentiments négatifs à l'égard de son bébé.
– « J'aurais aimé » : Un texte poétique parfait pour clôturer ce recueil. C'est très joli mais triste. C'est la peine d'une maman qui a perdu son enfant.
Si je n'ai pas forcément aimé tous ces textes, le recueil dans son ensemble est très bon. Il nous permet d'entrevoir beaucoup de facettes sombres d'une maternité qu'on aurait tendance à idéaliser. On y comprend en tout cas, qu'être une maman n'est pas toujours inné, on le devient, parfois à travers des chemins bien tortueux.
Je ne peux que vous conseiller de lire ce recueil, perturbant, émouvant et particulièrement bien écrit.

Lien : https://lepetitmondedegren.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mllemalenia
  05 août 2015
A bout de mères est un recueil de textes courts qui parlent tous du sentiment maternel dans sa forme dans la moins louée. On parle ici de mères débordées, dépressives, en proie au plus profond dégout ou au plus étrange désarroi face à leurs progénitures. Des sentiments obscurs que l'on a du mal à comprendre, et même à verbaliser certaines fois. Avant de donner mon avis sur ces textes, j'aimerais formuler un aveu : il s'agit ici d'un livre auto-édité, et quand je l'ai ouvert, c'est avec un a priori négatif, comme peuvent l'avoir pas mal de personnes sur l'auteur auto-édité. J'ai peut-être eu peur d'une écriture bancale, de corrections ratées, que sais-je? Toujours est-il que j'ai eu dans les mains un recueil de qualité, très bien écrit, et avec bien moins de fautes que dans certaines petites maison d'éditions débutantes!
Apparences
Sorte d'avant-propos, ce court prélude nous met dans l'ambiance...
Aokigahara
C'est l'histoire perturbante d'un jeune couple qui vient de perdre son premier enfant. Teintée de fantastique, la fin en est déroutante, mais finalement très morale.
Nuit invisible
Ce texte est le plus dur du recueil, il m'a vraiment retourné, et j'ai eu du mal à le lire. Il parle de l'abus sexuel sur mineur et du regard de la mère sur celui-ci. Il est affreusement dérangeant.
Un prénom si ressemblant
Ici c'est l'histoire d'une mère perdue. Perdue pour beaucoup de raisons. Sans poiler, il est difficile d'en parler, mais c'est vraiment un...
Lien : http://mademoisellemalenia.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MiAngeMiDemon
  11 mars 2015
Même si le sujet abordé est délicat on ne tombe pas dans le trop plein.
il est abordé différemment selon les nouvelles, longues ou courtes, "réelles" ou tiré d'une croyance mais toujours avec justesse.
J'aime beaucoup le titre qui regroupe "à bout de nerfs" et mères car malheureusement même avec la meilleure volonté du monde être maman n'est pas toujours facile.
Je me suis reconnue dans quelques nouvelles que ce soit en tant que mère ou en tant qu'enfant.
Bizarrement la nouvelle qui m'a le plus émue n'est pas la 3 (bien qu'effectivement le sujet est difficile) ou celles parmi je me suis reconnue mais la numéro 7. j'ai pleuré pour la petite fille et sa maman qui n'a pas pu la sauvée.
Il m'est difficile de donner mon avis d'abord à cause de la taille des nouvelles, ensuite parce que je suis la reine du spoil et surtout parce que c'est un livre qui se "ressent".
Ce n'est pas un livre qui laisse réellement place à l'imaginaire comme un roman mais plus au ressenti et tout le monde n'a pas le même ressenti sur un sujet aussi grave.
Mais je vous invite fortement à tenter l'aventure.
Je remercie Rachel de m'avoir accorder sa confiance en me proposant ce SP, dés que le SDL est passé je le prendrais en papier :).
Lien : http://labibliothequedemiang..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
gabrielleviszsgabrielleviszs   08 mars 2015
Elle l’aimait. Soham seul la comprenait. Il était son pilier. Et malgré tout elle ne parvenait pas à se confier à lui. Ses mauvais rêves, sa douleur d’être mère et son mal-être grandissant restaient tapis tout au fond d’elle. Honteuse, elle n’osait se confier à personne... Si lui ne voyait pas, qui verrait ? Qui empêcherait ses mauvais rêves de devenir réalité ?...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
gabrielleviszsgabrielleviszs   08 mars 2015
— Mais de quoi tu parles ?
— Je sais ce qu’il va se passer...

— Quoi ?
— Il va t’hypnotiser, te prendre à moi.

— Arrête tes sottises voyons ! C’est un bébé sans défense au milieu d’une forêt. On ne va pas le laisser seul et tes histoires d’hypnoses sont justes hors réalité. Je crois que tes nerfs lâchent Bastien et que tu devrais dormir un peu. Moi aussi d’ailleurs j’ai besoin de me reposer. Je n’en peux plus. Et puis que comptes-tu faire de toute façon ?

Je le vois hésiter, sa pomme d’Adam tressaute plusieurs fois avant de se détendre lentement.

— Tu as raison, je suis à cran. Dormons un peu...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Gren57Gren57   24 mars 2015
« À bout de mères » est l’aboutissement de ma petite thérapie personnelle. Puisse-t-il être l’occasion pour chacun d’entre vous de se déculpabiliser ou de porter un regard plus indulgent à ces mères en souffrance.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : dépressionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
900 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre