AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809812322
Éditeur : L'Archipel (09/10/2013)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Après avoir été séparée de sa soeur cadette depuis l'enfance, Nelly s'apprête à retrouver Anne dans un restaurant. Mais Anne n'est pas au rendez-vous. Inquiète de son silence, Nelly se rend au domaine de la Boissière, en Auvergne, pour y rencontrer la belle-famille d'Anne. Dans la pénombre d'une maison de maître, au fond d'un parc à l'abandon, Paul Maréchal, le mari d'Anne, et Alice, sa mère, accueillent en parente celle dont ils ignoraient l'existence.
La v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  11 février 2017
Nelly se réjouit de ses retrouvailles avec sa soeur dont elle est séparée depuis l'enfance.
Mais au lieu et au jour dits, à Paris, Anne ne vient pas.
Inquiète de son silence, elle se rend en Auvergne, au domaine de la "Boissière "où vivent Paul, le mari d'Anne et Alice la mére de celui- ci.
Dans la pénombre et la froideur funèbre d'une vaste maison de maître , ni chaleureuse ni accueillante Paul et Alice lui apprennent qu'Anne s'est tuée dans un accident, il y a trois jours.
Comment sa soeur, une jeune artiste bohème a-t-elle pu épouser cet homme sans charme et échouer dans cette austère famille bourgeoise démodée?
Nelly, en quête de vérité se trouve à son tour prisonnière d'un étrange huit- clos, entre Paul, cultivé mais dépressif et Alice, une personne hautaine, hypocrite, possessive, soumise aux rituels du passé, bourgeoise jusqu'au bout des ongles, jouant de sa faiblesse de dame âgée......
C'est un huit- clos angoissant , éprouvant, un petit roman psychologique bien écrit oú le lecteur se sent captif de la "Boissière...."
L'auteur a l'art d'instiller une tension palpable et une promiscuité fort dérangeantes.
Les personnages sont peu accueillants , froids, impénétrables , décrits avec finesse, habileté, subtilité.
On se croirait dans un Film de Claude-Chabroderrière les façades des maisons bourgeoises provinciales, combien de non- dits, de secrets, de mensonges?
Jusqu'à la fin, l'atmosphère est feutrée, pesante, le suspense tient le lecteur en haleine !
Un récit fluide et facile à lire, efficace et grinçant, grimaçant qui ne manque pas de charme même si, au final ce scénario paraît peu original.
Ouvrage que l'on peut déguster à l'heure du thé, Bergamote ou jasmin?.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          349
isabelleisapure
  14 octobre 2013
Nelly a déployé maints efforts pour la retrouver, alors aujourd'hui elle est heureuse, elle a rendez-vous avec sa soeur Anne.
C'est un de ces jours qui vous font palpiter le coeur comme rarement dans la vie pour les deux jeunes femmes, séparées depuis leur enfance par un drame familial.
Nelly est au rendez-vous, impatiente un peu anxieuse même, Anne n'arrive pas…, Anne ne viendra pas.
Ses recherches pour la retrouver ont permis à Nelly d'obtenir son adresse à laquelle elle décide de se rendre pour y apprendre la terrible raison de la défection de sa soeur, Anne vient de perdre la vie en voiture !
Effondrée Nelly est invitée par la belle-mère d'Anne à s'installer au domaine où elle fait connaissance de l'environnement de sa soeur.
Bien accueillie elle y découvrira pourtant une ambiance et des personnages étranges, Paul, le mari d'Anne bien plus âgé qu'elle, un homme sans intérêt face à sa personnalité d'artiste un peu bohème que lui ont décrit ses hôtes, mari soumis à l'autorité de sa mère… Et une gouvernante peu avenante, voire même gênée par la présence de Nelly.
Si ce n'était pas pour en savoir plus de l'existence d'Anne elle ne se serait sans certainement pas éternisée dans ces lieux bien sombres, voire détestables …
Ce fut peut-être préférable, peut-être effectivement eu-t-il mieux valu qu'elle resta ignorante de ce qu'elle allait découvrir.
Angoissant, oppressant mais on reste pourtant captif de l'écriture de Chantal Forêt que j'ai découverte à travers ce roman généreusement offert, ce dont je les remercie, par Babélio et les éditions l'Archipel dans le cadre de l'opération « Masse critique ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
lilasviolet
  26 octobre 2013
Depuis quelques années, Nelly a perdu de vue sa soeur, Anne. Lorsque les deux jeunes femmes décident de se revoir à Paris, Anne n'est pas au rendez-vous. Nelly découvre rapidement que sa soeur est morte dans des circonstances très étranges.
Anne s'est mariée à Paul, un homme insignifiant, dépressif et entièrement soumis à sa mère, Alice, avec laquelle ils vivent à la Boissière. La relation entre Alice et Paul est fusionnelle voire malsaine, elle menace d'exploser à tout instant. Les univers d'Anne et de Paul sont à l'extrême opposé, pourquoi Anne s'est mariée à un homme qui ne lui ressemble pas ?
L'attitude d'Alice devient tout aussi pesante pour Nelly qui suit le cheminement de sa soeur et cherche des réponses à sa disparition. Malgré sa prudence, Nelly finit par perdre ses repères. C'est lorsqu'elle rencontre une amie de sa soeur qu'elle commence à comprendre les mystères autour de sa mort.
L'analyse du portrait d'Alice peint par Anne est terrifiante car toute la vérité est dans ce tableau. On se demande comment Nelly va sortir de cette impasse parsemée de silences et de mensonges.
Le choix du titre est en lien avec le dénouement. A la Boissière, l'heure du thé est à 16h30 précises. Ce rituel, établi par Alice, est immuable et ne doit en aucun cas être perturbé.
Chantal Forêt réussit à créer un huis clos avec une atmosphère oppressante. J'ai apprécié ce roman car c'est un roman psychologique. Parfois, l'auteur tourne un peu en rond dans sa narration, mais le roman est bien écrit et on veut, comme Nelly, découvrir la vérité.
Merci aux éditions Archipel et à Babelio

Lien : http://lilasviolet.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ingridfasquelle
  11 janvier 2014
Quelle merveille que ce roman psychologique de Chantal Forêt ! Dans ce magnifique huis-clos à l'atmosphère angoissante et oppressante, le lecteur se sentira captif du domaine de la Boissière, de son ambiance triste, pesante et confinée...
Si l'on pressent très vite le drame qui va se jouer entre ces hauts murs suintant de solitude, L'heure du thé n'en demeure pas moins un roman captivant, qui dès les premières pages, instille une tension palpable et une promiscuité très dérangeante pour le lecteur.
Au fil des pages et avec beaucoup d'élégance, Chantal Forêt lève peu à peu le voile dont elle a nimbé son énigme bourgeoise. Sous le vernis des apparences et des règles de la bienséance, elle laisse entrevoir un simulacre d'harmonie, d'unité familiale dont la laideur choque autant qu'elle écoeure. Ses personnages sont troubles, possessifs, peu avenants, ses lieux sombres et étouffants. Bien rares sont ceux qui s'y sentiront à l'aise et en sécurité !
"Le silence retomba, à peine troublé par le discret cliquetis des couverts. Nelly était déconcertée par l'ambivalence de ses propres sentiments à l'égard des Maréchal. Comment pouvait-elle abriter ce mélange de méfiance et d'empathie, d'hostilité et de compassion ? Quel lien subtil avait-elle noué avec ces deux étrangers qu'elle ne parvenait à aimer ni à détester vraiment ."
Pourtant, L'heure du thé n'a rien d'un roman exceptionnel. Certains y regretteront d'ailleurs le langage désuet et le dénouement qu'ils estimeront trop convenu. Mais si le roman est si efficace, c'est parce que Chantal Forêt a su tisser son histoire comme une araignée tisse sa toile. Son intrigue, orchestrée de main de maître, charme, captive pour ensuite mieux enfermer le lecteur dans une gangue d'où il est impossible de s'extraire. Son histoire, suffocante, surprend, choque, bouleverse, en un mot, suscite l'émotion.
L'heure du thé est un roman psychologique à l'ambiance faussement feutrée et bourgeoise. Un roman noir, efficace et grinçant dans lequel on s'aventure avec délice mais toujours sur la pointe des pieds. A lire absolument !
Lien : http://histoiredusoir.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nelson43
  11 septembre 2014
L'heure du thé est une cérémonie incontournable chez les Maréchal , vieille famille bourgeoise et rigide au point d'en paraître froide et inhospitalière. Si Nelly s'y rend , c'est pour comprendre pourquoi , sa soeur Anne qu'elle n'avait pas revue depuis 20 ans , ne s'est pas rendue à leur rendez-vous . Les deux soeurs ont été séparés lorsque leur père alcoolique a tué leur mère un soir de beuverie. Elle a du mal à comprendre comment Anne a pu épouser le fils Maréchal , 15 ans de plus qu'elle et vivre enfermée dans cette propriété . Elle est très bien accueillie par Alice , la belle-mère mais sent que tout n'est pas très clair au sujet de l'accident qui a coûté la vie à Anne .
Une lecture sans grande originalité mais un style fluide et agréable à lire.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Annette55Annette55   11 février 2017
""Lui, le mari de sa soeur ?
Ce grand échalas sec et crispé avait- il pu séduire Anne dont il devait être l'aîné d'au moins quinze, voire vingt ans?.....
Mari et père à la fois?...."
Commenter  J’apprécie          160
lilasvioletlilasviolet   26 octobre 2013
Dire qu'il lui avait fallu deux années de plus pour trouver la force de parcourir ce chemin qui l'avait aussi ramenée dans ces mêmes bureaux de la Ddass, où elle avait attendu qu'on la reçoive et lui apprenne le mariage d'Anne, son nom d'épouse et son adresse. "Elle s'en est bien sorti, finalement, votre soeur" lui avait-on glissé en la raccompagnant.
Commenter  J’apprécie          70
CarosandCarosand   25 septembre 2014
Infimes traces de vie, de mouvement dans un univers en apparence inerte, où le rêve côtoyait le mystère, où l'insolite tutoyait le familier, où la mélancolie flirtait avec l'espérance... Anne avait peint comme on chuchote et Nelly n'en finissait pas d'entendre en elle le murmure de cette voix.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   17 novembre 2015
« Si j’avais eu quinze ans de moins, même dix, j’aurais pu l’épouser… » Certes, les exemples ne manquaient pas d’hommes mûrs qui entament sans complexe une seconde vie avec une femme un peu trop jeune, mais Paul n’avait pas l’âme conquérante et ses scrupules n’étaient rien d’autre qu’une forme de lâcheté. Il la trouvait trop belle, et cette beauté-là lui semblait interdite, il la désirait trop et n’osait s’aventurer dans le territoire méconnu de son désir, de peur d’y égarer son âme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   17 novembre 2015
J’ai cru qu’elle allait m’embrasser, mais les effusions, ce n’est pas son genre, aussi s’est-elle contentée de me presser la main très fort. Curieuse femme, dont le comportement ne cesse de me surprendre… Un flegme à toute épreuve, à la limite de la dureté, et parfois, l’espace d’un instant, une émotion qui la submerge pour trois fois rien et disparaît comme elle est venue. C’est sans doute pour cela que, malgré son fichu caractère, je l’aime bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : huis-closVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Chantal Forêt (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1215 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre