AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Charles Mauron (Autre)
EAN : 9782264005083
321 pages
10-18 (01/03/1983)
3.79/5   19 notes
Résumé :
Quand E.M.
Forster publia à moins de 30 ans son deuxième roman, une presse enthousiaste salua cet événement. On loua l'intelligence et la grandeur du Plus long des voyages qui resta le livre préféré de l'auteur. 70 ans après, on est frappé par la modernité de ce livre étrange et cruel, qui Lytton Strachey et ses amis de Bloomsbury trouvaient - à tort - trop " fandango " pour leur goût.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Becassineabicyclette
  07 août 2021
Livre étrange d'un auteur dont j'avais déjà lu « chambre avec vue » « la route des indes » « maurice » et vu le film retour à Howard end … je m'avançais donc en terrain connu pourtant dès les premières pages j'ai été complètement déstabilisée ; ce mélange de remarques philosophiques échangées par de jeunes étudiants de Cambridge me passaient très largement au dessus de la tête…Puis le livre change de cap pour , pour avec l'auteur , nous faire spectateur des mystères de l'amour d'un couple improbable cimenté par l'attirance physique ; avant que le héros s'éprenne de la femme devenue libre qui se révèle après coup être une femme trop conventionnelle pour notre romantique héros qui déteste les conventions de l'Angleterre victorienne. Ce couple mal assorti découvre alors un imbroglio familial où les intérêts matériels prennent le dessus sur les sentiments , éclairant de ce fait , tout ce qui sépare le héros de celle qui s'est muée en matrone âpre au gain avant qu'il ne soit rendu à lui même par un ex condisciple et tourne résolument le dos au monde bourgeois compassé pour se rapprocher d'un demi frère rustaud mais sensible au beau et au vrai
J'ai du m'accrocher surtout quand l'auteur dérive dans des considérations philosophico-poetico-psychologiques pour moi nébuleuses ; je pense que c'est sans doute pourquoi le groupe de Bloomsbury n'aimait pas le livre le jugeant trop « fandango » (???.)
Mais cet objet littéraire étrange mérite quand même qu'on le lise jusqu'au bout ; ce 2° livre de l'auteur illustrant déjà son anticonformisme qui le rend très actuel
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
5Arabella
  19 juillet 2016
C'est le deuxième roman de Forster, après Monteriano. Rickie, un jeune anglais, légèrement handicapé, est au centre du livre. Etudes à Cambridge, mariage, tentatives d'écriture, entrée dans l'enseignement, en parallèle avec la découverte d'une histoire familiale compliquée, nous sommes bien dans l'univers de Forster. Entre ordre social et les exigences de ce qui est juste, entre les besoins du corps, de l'esprit et la morale.
L'histoire est peut être pas moments un peu extrême, un peu plus exagérée et simplifiée que dans d'autres romans ultérieurs, néanmoins c'est un livre dans la même lignée que ceux qui suivent. L'observation très fine des individus et d'une société. Dans un style bien à lui, qui prend son temps, mais sait être terriblement précis quand il le faut.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Telerama   11 décembre 2013
Le roman que Forster déploie autour de ce motif si ordinaire est d'une perspicacité psychologique, d'une pro­fondeur méditative époustouflantes – à la hauteur ou presque d'un Henry James, dont Forster semble ici le digne cousin anglais.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Josepha_AnhJosepha_Anh   05 février 2014
Un même frisson de patriotisme traversa les deux hommes, qui avaient si peu en commun. Ils se réjouirent ensemble que leur pays fût grand, noble, et vieux.
- Grâce à Dieu, je suis Anglais, dit soudain Rickie.
- Oui, en vérité, rendons-Lui grâce, dit Mr. Pembroke en posant une main sur l'épaule du jeune homme.
- Nous avons été presque aussi grands que les Grecs, c'est ma conviction. Plus grands, à coup sûr, que les Italiens, quoiqu'ils aient approché davantage de la beauté. Plus grands que les Français, quoique nous leur prenions, il faut le dire, toutes leurs idées. Je ne puis m'empêcher de penser que l'Angleterre est immense. La littérature anglaise, sans aucun doute.
Mr. Pembroke retira sa main. Il trouvait quelque lâcheté dans ce patriotisme-là. Le vrai patriotisme vient du coeur seulement. Il refuse de parlementer avec la raison. De l'autre côté de la Manche, les dames anglaises déclarent qu'il n'y a pas de brouillard à Londres. Mr. Pembroke n'allait pas jusque-là, mais la certitude d'être confondu le retenait seule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PiertyMPiertyM   09 octobre 2014
C'est dans ce que nous valons, et non dans ce que nous possédons, que réside notre expérience.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de E. M. Forster (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de E. M. Forster
Bande annonce de la série Howards End (BBC, 2017), adaptation du roman d'E.M. Foster
autres livres classés : angleterreVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
902 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre