AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Anouk Neuhoff (Traducteur)
EAN : 9782267012767
178 pages
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (18/02/1995)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Le 8 avril 1922, après avoir brûlé quantité de ses nouvelles qu'il nommait dédaigneusement fantaisies ou écrits indécents , E.M. Forster note dans son journal : Il ne s'agit pas de repentir moral mais du point de vue artistique, je crains de m'engager dans une impasse. Je n'ai pas écrit ces textes pour m'exprimer mais pour m'exciter... Au début il doit y avoir une quinzaine d'années, j'avais le sentiment que ce genre d'expérience mettait en péril ma carrière de roma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
bdelhausse
  15 février 2016
Recueil de 5 nouvelles d'E.M. Forster, très inégales par la longueur, la qualité aussi, et sur des thèmes qui sont finalement assez peu connectés.
On connaît maintenant assez bien E.M. Forster pour les adaptations cinématographiques de 5 de ses 7 romans (La Route des Indes ou Retour à Howard's End, ou Chambre avec Vue, par exemple). C'est un auteur qui sent le soufre... ou plutôt le stupre et la fornication, mais pas n'importe quelle fornication... celle entre deux hommes dont un est souvent fort jeune ou innocent, ou qui appartiennent à deux sociétés différentes, voire ethnies.
Ce recueil de 5 nouvelles vient en droite ligne d'un recueil en anglais publié en 1972 (après la mort de l'auteur) et contenant des nouvelles écrites entre 1902 et 1958. C'est dire le décalage ! le recueil anglais contient 14 nouvelles. le recueil français date de 1995 et reprend 5 des nouvelles les plus récentes.
Comme je l'ai signalé, il n'y a pas vraiment de thème récurrent. Trois nouvelles sont des critiques de l'establishment, clairement orientées vers une libéralisation des moeurs, une défense de la libre pensée, de l'abrogation des classes sociales. Une nouvelle est un cadavre exquis autour de l'espionnage et de la seconde guerre mondiale. Une nouvelle est inclassable, sorte de conte médiéval, sur base d'amour homosexuel né dans le viol.
Les 5 nouvelles:
Quelle importance? Une moralité (années 1930), une nouvelle humoristique sur les "bonnes moeurs dans la République de Pottibakie... clairement communiste, où le chef de la police essaie de salir l'honneur de son président afin de lui ravir son poste. Tout y passe, maîtresse, relations homosexuelles avec un capitaine de cavalerie... et finit en gigantesque partouze à l'échelle de la Nation... Jouissif.
L'Annexe Classique (1930-1931), conte fantastique qui se rapproche fortement de la Vénus d'Ille de Mérimée, où l'annexe classique d'un musée de seconde zone est le théâtre d'ébats entre les pièces exposées, ou (pour finir) entre une statue et le fils du conservateur, "qui prend bien la chose" (sic). C'est caustique. Une peinture de moeurs et des villes de province anglaises. Un brin déplaisant, cependant, compte tenu de l'âge du garçon.
Le Torque (avant 1958), donné comme cadeau suite à un viol, par un Goth au personnage central de la nouvelle, ce torque va sonner la fin d'une relation frère-soeur. Jalousie. Possession. Amour homosexuel. Un condensé de ce que E.M. Forster sait faire, finalement.
L'Autre Bateau (1957-1958), la nouvelle débute sur un voyage dans le passé et embraie sur un voyage dans le présent. Un métis épris d'un jeune homme (devenu militaire) depuis de nombreuses années complote afin de s'attacher son amour et ses faveurs sexuelles. Lutte des classes. Code de conduite strict. Interdit bravé. Amour maternel... on a une peinture de la société anglaise bien-pensante faite au vitriol. Quel cynisme, maîtrisé à la perfection.
Trois Plats et un Dessert: Version nouvelle et gastronomique de l'ancien jeu des "conséquences" (1944), ceci est un cadavre exquis, une nouvelle à 4 mains, où dans l'ordre on retrouve Christopher Dilke, E.M. Forster, A.E. Coppard et James Laver, autour d'un repas offert pour Son Excellence, un dignitaire nazi kidnappé suite à une chausse-trappe impliquant une ancienne maîtresse. Le texte est plaisant mais il relève davantage de l'exercice de style que de la nouvelle. On devine une camaraderie, des liens d'amitié entre les 4 auteurs. En témoigne ce final imaginé par James Laver...
Avis mitigé, donc. Pourquoi ne presenter que 5 nouvelles? Pourquoi celles-là? Les nouvelles ne sont pas dépourvues d'intérêt. Mais quelques explications, un peu d'exégèse, une remise en perspective, une contextualisation... cela ne serait pas du luxe pour appréhender E.M. Forster.
Sinon, l'écriture, de facture classique, est ciselée, delicatement irrévérencieuse, politiquement incorrecte, engagée, caustique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FroguetteMiNote
  08 septembre 2011
On fait beaucoup l'amour dans ces nouvelles de Forster. "On" : surtout des garçons avec des garçons - mais... quelle importance ? Est-il vraiment choquant que le Président de la république de Pottibakie ait une maîtresse et un amant ? Que le frère d'une jeune sainte rescapée de justesse des mains d'un Goth chérisse le torque d'or du barbare, souvenir de sa propre étreinte avec l'homme ? Qu'un bel officier anglais partage sa cabine, puis sa couchette, avec un jeune marchand indien ? Par l'auteur de Maurice, une fine plongée dans la répression sexuelle intériorisée, où chaque mensonge social et individuel se confronte à la réalité. Résolument subversif, drôle à souhait, ce recueil intemporel a dû faire sursauter ses premiers lecteurs, en 1947.
Lien : http://www.france.qrd.org/cu..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
bdelhaussebdelhausse   15 février 2016
Le couple se rejoignit devant le capot de la vioture, et l'homme prit le bras de la femme d'un air de propriétaire, cet air de propriétaire quelque peu contraint qu'affiche celui dont le statut de propriétaire n'est pas très ancien. (p.168)
Commenter  J’apprécie          60
bdelhaussebdelhausse   15 février 2016
... ses préjugés raciaux étaient tribaux plutôt que personnels, et ne valaient que lorsqu'un témoin était présent. (p.80)
Commenter  J’apprécie          30
bdelhaussebdelhausse   07 février 2016
Sa soeur fit le nécessaire pour qu'il subisse une pénitence. Les pénitences n'étaient pas sévères. C'étaient leur fréquence qui étiolait. (p.58)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de E. M. Forster (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de E. M. Forster
Bande annonce de la série Howards End (BBC, 2017), adaptation du roman d'E.M. Foster
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
815 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre