AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2365692915
Éditeur : Editions Les Escales (05/01/2017)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 89 notes)
Résumé :
Alors que la Guerre de Sécession fait rage, deux fillettes que tout oppose, deux destins, vont se croiser.

Au cœur de la Louisiane et de ses plantations de coton, deux fillettes grandissent ensemble. Tout les oppose. Eleanor est blanche, fille de médecin ; Eve est mulâtre, fille d’esclave. Elles sont l’ombre l’une de l’autre, soumises à un destin qu’aucune des deux n’a choisi. Dans leur vie, il y aura des murmures, des désirs interdits, des chemins d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (53) Voir plus Ajouter une critique
palamede
  15 janvier 2017
C'est la mélopée du roi coton. Elle raconte l'histoire de deux enfants que le destin a réunies, l'une métisse l'autre blanche. Eleanor, fille de médecin, adopte Ève, la jeune esclave, comme on adopte un animal de compagnie. Mais l'avenir des deux fillettes n'est pas très différent, adultes, Ève et Eleanor sont toutes deux prisonnières. L'une d'un mariage qu'elle n'a pas choisi, l'autre de la pauvreté de sa condition d'esclave libérée.
Les courtepointes, patiemment cousues par les jeunes filles, noires et blanches d'Alabama, racontent l'histoire de la construction des États-Unis, un patchwork d'États peuplés de populations venues du monde entier. Une histoire où la guerre de Sécession, qui a fait des milliers de morts, a rendu la liberté aux esclaves, mais n'a pas changé les mentalités. Être noir aujourd'hui en Amérique, comme en Louisiane au XIXe siècle, c'est être plus pauvre et moins libre que les Blancs.
Non, les Américains n'ont pas renoncé au racisme. Lisez La porte du ciel pour vous en convaincre. Un très beau conte, merveilleusement écrit, qui nous emporte en douceur dans un monde où les inégalités raciales ne sont pas révolues. C'est le monde du roi coton à qui la Canadienne, Dominique Fortier, donne une dernière fois la parole : « La nuit s'achève. Le temps est venu maintenant de nous séparer. Du reste, vous savez tout, et je n'ai plus rien à vous montrer. Rentrez chez vous, je resterai ici, dans ce pays qui est le mien, qui est mille et qui est un. »
Merci à Babelio et aux Editions Les Escales pour cette belle lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          611
llamy89
  06 février 2017
Merci aux Editions Les Escales de m'avoir permis la lecture de ce roman dur et tendre à la fois.

Ce récit livre l'histoire de deux fillettes nées au coeur du règne du Roi Coton. "Il est un et il est mille" ce pays est fait d'hommes et de femmes qui ne sont pas égaux. Les blancs éduqués et les noirs pauvres, esclaves, biens meubles de leurs maîtres. le Docteur Mc Coy assiste un jour à une correction que va recevoir une petite mulâtresse du même âge que sa fille.
Il va l'acheter pour lui épargner la punition, la ramener chez lui. La baptiser Eve. Sera-t-elle traitée en esclave, pas tout à fait. Eve n'a pas vraiment de statut, elle est autorisée à grandir au pied d'Eleanor pour lui tenir compagnie, l'amuser.

Toute l'histoire réside dans le statut de ses petites filles, prisonnières de leur condition. Une jeune femme blanche doit savoir jouer du piano, se tenir, savoir coudre. fabriquer des courtepointes. Eve apprendra à lire grâce à la couture, s'éduquera en secret, mais sera toujours l'ombre d'Eleanor.

Une jeune fille de bonne famille n'est éduquée que pour préparer un bon mariage, faire honneur à sa famille. Eleanor ne choisira pas, sa famille s'en chargera pour elle. Elle appartiendra au patrimoine Arlington et pas le contraire. Eve fera partie des bagages et des possessions de la jeune mariée.

La guerre de sécession entamée, "il y eût des batailles, puis des massacres, il y aurait des hécatombes", la bataille de Gettysburg fait son entrée tragique dans l'histoire. Ce livre n'est pas une fresque historique a proprement parlé.

Il faut le lire pour comprendre la place des femmes à cette époque. Lorsque enfin, à l'issue de cette terrible guerre, les noirs libérés eurent à choisir un patronyme certains choisir Pettway (pet way) manière d'animal ? L'auteure aide à comprendre le chemin accompli depuis la guerre fratricide, les exactions du K.K.Klan, jusqu'à la liberté.
Eve comme Eleanor auraient pu se coudre une autre histoire, le fil du bonheur est si ténu. L'émotion vous étreint grâce à l'écriture poétique de Dominique Fortier : un livre à ne pas manquer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Palmyre
  21 janvier 2017
Au cours d'une visite à un malade dans une plantation de coton, au coeur de la Louisiane, un médecin accompagné de sa fille se prend d'affection pour une jeune enfant, fille d'esclave. Ils décident de la ramener chez eux.
On lui donne le prénom d'Eve. D'abord apeurée par cette nouvelle situation, la jeune fille s'adapte peu à peu au confort d'une maison et d'un foyer.
Tout semble opposer les deux fillettes. Eleanor, blanche, appartenant à une classe sociale élevée, et Eve, mulâtre, elles vont cependant devenir inséparables et entre elles se noue une complicité. Pour les membres de la famille, elle en fait entièrement partie, mais le reste de la communauté n'est pas du même avis.
Elles grandissent et jouent ensemble, Eleanor a ses livres, ses ouvrages de broderie, Eve la suit partout jusqu'à ce que celle-ci épouse un homme possédant une plantation.
Toutes les deux intègrent donc une nouvelle famille, les Arlington, dans une période de guerre où le peuple américain est divisé en deux.
Tout au long du roman, les récits sont tissés pour parvenir au dénouement.
La construction du roman est intéressante, comme des bouts de tissus que l'on assemble au fur et à mesure d'un ouvrage, rappelant les courtepointes réalisées et décrites dans ce livre.
Cependant, j'ai connu quelques difficultés de lecture dans la première moitié du roman qui se sont dissipées lorsque je m'approchais de la fin.
J'ai bien apprécié l'écriture de l'auteur avec des phrases aux accents poétiques. Une très belle couverture qui m'a tout de suite séduite. Bien que ce roman ne soit pas historique au sens strict, il n'en reste pas moins intéressant.
Merci aux Éditions Les Escales pour cette première découverte d'une auteure québécoise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
SeriallectriceSV
  22 janvier 2017
«[...] il est un autre moyen de sortir d'un labyrinthe :
c'est d'inventer soi-même le chemin au fur et à mesure,
jusqu'à la sortie, que l'on invente aussi.»
Tout d''abord un grand merci à Babelio et Les Éditions des Escales, Domaine français, de m'avoir permis de découvrir cette auteure, une très belle rencontre que je ne suis pas prête d'oublier.
Je remercie aussi tout particulièrement Caroline Legrand, directrice littéraire pour le Domaine français des Escales, que j'ai eu la chance de rencontrer, une personne passionnante et passionnée, qui fait un travail remarquable, et qui pour nous déniche de belles pépites. Une édition que je vais suivre assurément.
La ségrégation raciale est au coeur de ce roman, l'auteure nous plonge dans L Histoire traumatisante de l'Ouest aux Etats-Unis, confrontée à une guerre civile ô combien meurtrière et qui voit émerger des organisations secrètes comme celles du KKK. Elle revient sur les traumatismes de cette guerre «Ceux qui partent ne reviennent jamais, même quand ils reviennent», décrit les injustices faites aux gens de couleur. «Mais vous n'ignorez pas que ces gens se tiennent entre eux. Qui iriez-vous croire ?»
L'écriture est belle, poétique, emplie d'espoir, comme une invitation au partage. Un espoir incarné notamment par le personnage du Père Louis, qui nous transmet une très belle leçon de vie.
L'histoire est conçue comme un patchwork, telle une courtepointe (les fameuses courtepointes, qui occupent une grande place dans ce récit); défilent devant nos yeux des bouts de vie, des morceaux d'événements, s'imbriquant entre eux, et qui, humblement, avec délicatesse, intimement, nous transportent, nous donnent à comprendre et à ressentir l'atmosphère de l'époque; c'est sur le chemin de la liberté que nous évoluons, sans en avoir pleinement conscience.
«La liberté, mon fils, ce n'est peut-être pas aussi important qu'on le dit. Regarde ce que les Blancs, qui l'ont depuis toujours, ont trouvé à en faire.»
Une guerre civile qui résonne tant encore de nos jours, indéfiniment ...
«Permettez-moi de répondre à votre question par une autre : puisque nul traité de paix n'est venu marquer la fin de cette étrange guerre fratricide, comment prétendez-vous savoir qu'elle est bien finie ?»
Laissez-vous tenter par ce récit, venez côtoyer ces personnages hauts en couleur, tel le père Louis, Eve, Eleanor ou encore ce petit bonhomme, doux et rêveur, qui à sa façon, contribuera à la construction de la maison de Dieu, une maison pour tous.
Un très beau récit, empreint d'humanité. Merci Dominique Fortier.
Lien : https://seriallectrice.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          205
hcdahlem
  14 juin 2017
C'est avec son troisième roman que je découvre la canadienne Dominique Fortier. Et autant l'avouer d'emblée, en refermant La Porte du ciel, j'ai bien envie de découvrir les deux précédents tant son style est envoûtant, tant sa façon de relater les événements est particulière, cherchant une symbolique, voire une poésie dans un monde d'abord régi par la violence et l'arbitraire.
Nous sommes au Sud des Etats-Unis au tournant des années 1860. le commerce des esclaves bat son plein. Parmi la «marchandise» qui est échangée ce jour figure une jeune diablesse mulâtre dont plus personne ne veut et qui finit par échouer chez un médecin, parce qu'il imagine qu'elle sera un joli cadeau pour sa fille Eleanor. Une fois lavée, débarrassée de ses lentes et habillée, la jeune fille va finir par trouver sa place dans cette famille plutôt conciliante dans cette Louisiane ségrégationniste. Eleanor choisit de l'appeler Guenièvre, comme la princesse du livre qu'elle est en train de découvrir. Un prénom qui va vite être simplifié en Èvre puis, en Ève.
Le lecteur est invité à suivre les années qu'elles vont passer ensemble. Un peu comme les deux faces d'une même médaille, on les voit grandir dans un monde qui leur est hostile. Car le destin d'Eleanor, s'il est plus enviable que celui de son esclave, n'est guère plus libre. D'autant que, depuis la bataille du Fort Sumter en avril 1861, une guerre fratricide s'est engagée avec son lot de drames. C'est dans ce contexte que Michael, fils du propriétaire d'une grande plantation, demande la main de la jeune fille. « Nous avons été mariés le 15 mai 1864, trois semaines après mon dix-huitième anniversaire, alors que les magnolias embaumaient l'air dans le salon de la maison où j'avais grandi et que je laisserais moins d'une heure plus tard. J'avais du chagrin à l'idée de quitter la seule demeure que j'eusse jamais connue, mais on m'avait promis que je pourrais amener Ève avec moi, et que ma nouvelle maison serait plus grande et plus belle encore.»
Après quelques années plutôt paisibles, on bascule alors dans une période troublée : « La guerre avant de s'apaiser s'était démultipliée en luttes sans nombre. Partout le territoire était traversé de frontières où s'affrontaient le Nord et le Sud, larges déchirures dans le paysage où venaient s'engouffrer par dizaines de milliers des hommes dont certains étaient à peine sortis de l'enfance. »
Eleanor et Ève sont en quelque sorte des témoins privilégiés de ce monde qui bascule. On sent la première envieuse de s'émanciper, de goûter à d'autres émotions, on voit la seconde se risquer dans l'inconnu en prenant un matin la route vers son destin. Tout comme d'autres jeunes esclaves désormais affranchis. « Ce mot de "liberté" et ses frères – "égalité", "émancipation", "union" - étaient des osselets qu'on secoue dans sa main avant de les jeter par terre, où ils forment des amoncellements précaires. La bouche qui y mordait n'était point rassasiée; ils ne protégeaient ni de la pluie, ni du soleil, ni à plus forte raison du fouet ou de la guerre. »
Dominique Fortier fait davantage un travail de romancière et de sociologue que d'historienne en choisissant notamment d'agrémenter son récit de descriptions de courtepointes, ces quilts réalisés notamment à Gee's Bend, qui racontent aussi à leur manière ce que furent ces années : « Ce n'était pas un pays en guerre, ni même deux pays dont l'un cherchait à se détacher de l'autre : c'étaient trente pays tenant ensemble par des liens plus ou moins lâches, qui tantôt se défaisaient et tantôt se renouaient, comme si les pièces d'une courtepointe tout à coup prenaient vie et s'avisaient de changer de place et de couleur, arrachant les coutures au passage, traînant derrière elles des bouts de fils inutiles. » Entre les prêtres qui défendent l'esclavagisme et l'arrivée du Ku Klux Klan, on se rend aussi compte que les mentalités ne vont pas changer aussi vite que peuvent le laisser croire la paix revenue. L'actualité venant du reste montrer combien les Noirs sont toujours en lutte. L'auteur pose du reste avec beaucoup d'à-propos la question suivante : «puisque nul traité de paix n'est venu marquer la fin de cette étrange guerre fratricide, comment prétendez-vous savoir qu'elle est bien finie ?»

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
adtraviataadtraviata   30 septembre 2017
Je suis un et je suis mille.

Si, pour les siècles des siècles en ce pays, riches et pauvres, esclaves et maîtres, hommes, femmes et enfants, s’agenouillent devant une croix une fois la semaine,c’est chaque jour du matin au soir qu’ils se prosternent devant moi, n’osant me toucher qu’avec délicatesse, du bout des doigts, avec le même respect et la même crainte que ‘ils effleuraient l’hostie consacrée, en prenant soin de ne point me souiller, de ne pas me flétrir et de ne point se blesser à mon contact.

C’est à moi que les cueilleurs doivent leurs pauvres hardes, c’est dans la douceur de mes bras innombrables qu’ils emmaillotent leurs enfants, qu’ils se protègent comme ils le peuvent du froid de la nuit, c’est encore moi qui bois leurs larmes, le sang giclant de leurs blessures comme celui qui coule entre les cuisses des femmes, et les autres liqueurs qui s’échappent de leurs corps abrutis par le travail. Au lendemain du dernier jour de leur vie, c’est moi qui les enveloppe, protégeant leur peau du bois du cercueil et de la terre grasse où ils finiront par retourner me nourrir. Je suis là depuis bien avant eux, quand cette terre était jardin sous le soleil et la caresse de la pluie, et je serai là bien après que tous auront disparu.

D’un seul de mes plants, on tire assez de fil pour faire le tour de la terre, et c’est aussi de mes fruits qu’on tisse les voiles des navires, blanches comme le dessous des ailes des albatros, et la cagoule qu’on passe au condamné, non pas, comme on pourrait le croire, pour empêcher qu’il puisse regarder dans les yeux ceux par qui elle arrive, car de tout temps il est certains égards qu’on réserve aux bourreaux.

On m’appelle Roi Coton, je suis blanc comme neige, je suis mille et je suis un.

Suivez-moi maintenant, car nul ne saurait mieux vous guider en cette terre de fous, en ce pays de marécages, moitié boue et moitié eau, mangé par le soleil. Ne craignez rien. Simplement, ayez soin de mettre vos pas dans les miens, et prenez garde aux serpents. (p. 11-12)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SachenkaSachenka   27 novembre 2015
Dans la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, quand les canons se seront tus, le temps va s'arrêter sur les berges du lent cours d'eau, il va s'allonger dans l'herbe, s'assoupir et faire le même rêve pendant des générations au cours desquelles les femmes montreront en silence à coudre à leurs filles de curieuses courtepointes que personne ne verra, toutes différentes et toutes mystérieusement apparentées, uniques et soeurs. À même les restes de la vie quotidienne, elles tailleront des morceaux de ciel, échafauderont des maisons, dessineront des labyrinthes pour assembler des ouvrages dont chacun est un miracle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
SachenkaSachenka   28 novembre 2015
Coup sur coup, les deux camps ennemis perdirent ce printemps-là leurs deux figures mythiques : Robert Lee rendit les armes à Appomattox, Lincoln rendit l'âme à quelques coins de rue du théâtre Ford de Washington où il assistait à une pièce, assassiné par un comédien célèbre qui s'était - force de l'habitude? - jeté sur la scène après avoir tiré le coup fatidique, se laissant glisser le long d'un drapeau des États-Unis pour venir se briser la cheville en atterrissant sur les planches. John Wilkes Booth avait réussi son attentat, mais il avait raté sa sortie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
palamedepalamede   10 janvier 2017
Dans certaines villes, les volontaires se pressaient pour rejoindre les rangs tant de l'Union que de la Confédération, s'étirant en deux longues files d'un côté et de l'autre d'une même rue, frères, cousins, voisins se saluant de la main avant de prendre les armes les uns contre les autres.
Commenter  J’apprécie          290
SachenkaSachenka   29 novembre 2015
Vous n'avez pas besoin que je vous explique le moyen de sortir d'un labyrinthe : il suffit simplement de refaire à l'envers le chemin que nous avons parcouru ensemble. [...]
Mais il est un autre moyen de sortir d'un labyrinthe : c'est d'inventer soi-même le chemin au fur et à mesure, jusqu'à la sortie, que l'on invente aussi.
Commenter  J’apprécie          240
Videos de Dominique Fortier (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Fortier
Ho?tel Lonely Hearts | Heather O?Neill
Dans un orphelinat de Montréal, toutes les filles s?appellent Marie, et tous les garçons, Joseph. Mais parmi la grisaille des enfants abandonnés brillent deux étoiles?: Rose et Pierrot.
Les deux orphelins se produisent en spectacle devant de riches Montréalais pendant les Années folles. Il joue du piano, elle danse, et ils rêvent ensemble de fonder le plus grand cirque du monde. Arrivent plutôt la Crise, la pauvreté crasse et une double plongée dans l?univers interlope. La Dépression est cruelle aux rêveurs, qui continueront pourtant de chercher à se réunir au clair de la lune.
L?auteure de la vie rêvée des grille-pain signe un conte sentimental d?une magie brute, porté par un érotisme troublant, où la misère se voile de paillettes et l?amour a raison de toutes les tempêtes.
Traduit de l?anglais par Dominique Fortier
editionsalto.com/catalogue/hotel-lonely-hearts-heather-oneill/
+ Lire la suite
autres livres classés : guerre de sécessionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1440 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre