AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2501139291
Éditeur : Marabout (27/02/2019)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 73 notes)
Résumé :
Présentation de l'éditeur
• Qu'est-ce qu'un parent "toxique"?
II s'agit d'un père ou d'une mère qui a été dominateur, critique, manipulateur, parfois démissionnaire ou, pire encore, violent physiquement. Des attitudes, des paroles, des gestes ont pu causer des traumatismes émotionnels avec lesquels, une fois adulte, il faut apprendre à vivre. Ces blessures ont grandi avec l'adulte, modelant sa personnalité et ayant des répercussions dans sa vie familia... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
araucaria
  04 novembre 2015
Un livre assez volumineux et complet, traitant de cas bien précis. le lecteur peut aisément se retrouver dans certaines situations. J'adhère à la première partie du volume, qui énumère les parents toxiques. Par contre je m'éloigne de la seconde partie de l'ouvrage qui enseigne comment se libérer de ses parents toxiques et de retrouver le contrôle de sa vie. Je ne crois absolument pas aux bienfaits de la confrontation, j'estime que c'est du temps perdu et que cette tentative risque de rouvrir les blessures qui ne seront jamais cicatrisées malgré toutes les thérapies possibles et imaginables. L'enfant de parents toxiques traînera un boulet pendant toute son existence!
Commenter  J’apprécie          686
Woland
  20 février 2011
Toxic Parents : Overcoming Their Hurtful Legacy & Reclaiming Your Life
Traduction : Isabelle Morel
Préface : Danielle Ropoport
Ils y sont tous. Ou presque. Les hybrides, les polyvalents de la maltraitance et du chantage affectif, ceux qui rassemblent en eux plusieurs de ces tares qui les empêchent de se comporter comme des parents responsables et aimants, ceux-là ne sont pas étudiés, le propos du livre de Susan Forward, écrit en collaboration avec Craig Buck, étant de disséquer les failles, de les mettre bien en vue sur la table d'examen et de laisser le lecteur tirer ses propres conclusions.
D'abord, vient le parent déficient. On ne peut pas dire de lui qu'il soit violent ou méchant mais il est d'une lâcheté incomparable. Incapable d'affronter les responsabilités qui sont les siennes, il s'arrange pour que, peu à peu, son fils ou sa fille, voire les deux, le prenne en charge. Insensiblement, au fil des années, l'enfant devient le parent de ses propres parents. C'est lui qui fait le ménage et les courses. C'est lui encore qui demande du crédit aux commerçants. C'est lui qui veille à ce que la petite soeur ou le petit frère fasse bien ses devoirs et se couche à l'heure ... Il mettra longtemps à découvrir le sens de l'expression "chantage affectif." Il se peut même qu'il refuse d'admettre que ses parents si faibles, si gentils, si "aimants", qui affirment encore "avoir toujours agi pour son bien", le pratiquaient et le pratiquent toujours en virtuose.
Le parent dominateur, lui, est un fanatique du contrôle. de même que le parent déficient, il vit son enfant comme une extension de lui-même, extension sur laquelle il doit garder une maîtrise absolue. Pour ce faire, il tend à étouffer systématiquement toute idée d'initiative chez son rejeton soit en l'infantilisant, en le couvant au maximum, de telle sorte que l'enfant devienne incapable de choisir une paire de chaussures sans lui en référer, soit en le dévalorisant par un discours étudié et les mimiques qui vont avec, tel le père qui donne un ouvrage à faire à son fils et qui lui dit ensuite, en levant les yeux au ciel et en secouant la tête, l'air navré : "Mon pauvre garçon, tu ne feras jamais rien de ta vie ..."
Et il y a encore le parent alcoolique, le parent violent et le parent incestueux. Sans oublier tous ceux qui mêlent allègrement les étiquettes. Un point commun à tous : c'est toujours sur eux et sur eux seuls qu'ils s'attendrissent, souvent jusqu'aux larmes. Les uns accusent le Destin de leur faiblesse. Les autres affirment qu'eux aussi, leur père les battait, et qu'ils n'en sont pas morts, et que c'était "pour leur bien", que, donc, c'est par sens du devoir qu'ils envoient régulièrement leurs enfants valdinguer contre le mur et que, vous savez, monsieur-dame, dans tout ça, c'est lui, le maltraitant, qui souffre le plus, parfaitement ! ... Les incestueux pour leur part clament bien haut que jamais, non, JAMAIS ... et que, si leur fille (ou leur fils) ne les avait pas aguichés alors qu'elle (ou il) n'avait que cinq ans ... JAMAIS, non, monsieur, JAMAIS !
... Imaginez un instant - un seul - ce que cela donne quand le parent alcoolique se confond avec le père incestueux ou encore lorsque, au père incestueux et alcoolique fuyant toutes ses responsabilités, s'ajoute une mère déficiente qui ne voit rien, n'entend rien et ne sait rien ... sauf une chose : son mari (ou son compagnon) est un dieu ...
"Parents Toxiques" est un livre que toutes celles et tous ceux qui ont eu l'un ou l'autre de ces parents-là se doivent de lire au moins une fois. Lecture douloureuse, truffée d'épines, qui réveille les plaies toujours délicatement suppurantes de l'enfance mais lecture qui, pourtant, apaise. Fidèle à ses convictions personnelles et, de manière plus générale, à la théorie psycho-religieuse qui veut que le pardon assure la guérison, Forward prône la remise des fautes à ceux qui les ont commises. Mais elle admet de bonne grâce qu'atteindre à ce résultat est extrêmement difficile.
Elle propose donc essentiellement un travail sur soi (impliquant entre autres la rédaction d'une lettre à l'enfant que l'on fut et qui n'eut pas le temps de vivre son enfance) qui, à défaut du pardon accordé aux tortionnaires du passé, permet au moins à celui ou celle qui fut leur victime de rompre avec eux et de reconstruire tout ce qui, en eux, peut l'être. Certes, il manquera toujours une parcelle infime, tout au fond, près du coeur - une parcelle que seul pourrait restituer le parent qui l'a jadis dérobée si seulement il le voulait et si la chose était encore en son pouvoir. Mais, que voulez-vous, on fera avec : les enfants de "parents toxiques" en ont l'habitude depuis si longtemps ... ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Tatooa
  13 mars 2014
De bonnes descriptions de toutes les maltraitances possibles des parents vers les enfants, il serait temps de prendre conscience que tout cela est plus répandu qu'on ne le croit.
Par contre, je ne suis pas d'accord avec le pardon, ni même avec la confrontation que propose Forward. Il est des familles où, malheureusement, elle est impossible, et la forcer ne peut qu'amener à subir de nouveau, adulte, ce qu'on a subi déjà enfant. Or, être victime deux fois, ça va bien, hein... On ne peut pardonner qu'à quelqu'un qui reconnaît la souffrance qu'il a fait subir. Ceux qui refusent absolument de reconnaître ce qu'ils ont fait, on ne peut qu'apprendre à vivre avec sa souffrance, avec son passé, et avec les (mauvais) parents qu'on a eus et qu'on a toujours. Les choses s'apaisent avec le temps et en se construisant une vie ailleurs et loin d'eux, affectivement parlant, du moins, si on ne peut s'en éloigner physiquement.
Commenter  J’apprécie          2711
Adeuxlignes
  16 novembre 2015
Voici un livre intéressant et utile qui renferme de quoi connaître ses blocages, ses interrogations, son vécu d'adulte au regard de son enfance et de son éducation.
Il convient cependant d'y puiser ce dont on a besoin en fonction de ce qu'on y cherche, tout n'est pas forcément utile ou indispensable. Malgré tout, les situations pratiques permettent de mieux cerner, de mieux comprendre le positionnement des uns et des autres et donc au passage le nôtre. Ces situations qui sont en fait des exemples éclairent le propos de Susan Forward qui ainsi permet de mieux voir dans nos vies.
Le plan du livre est relativement bien construit et permet une réelle réflexion correctement structurée, aussi, la densité des propos donne à voir pléthore d'aspects de la problématique proposée sans toutefois être pénible ni obscur.
Il s'agit donc d'une lecture qui m'a permis de mettre efficacement en lumière certaines de mes interrogations.
Commenter  J’apprécie          160
lilicrapota
  20 mai 2012
très complet, très compréhensible, cet ouvrage tente de présenter une liste quasi exhaustive de tous les comportements parentaux nocifs, ainsi que des répercussions qu'ils peuvent avoir sur l'enfant dans sa vie d'adulte. La psy-auteur fait ses analyses du côté de l'enfant devenu adulte et étaye chaque exemple d'exemples concrets (patients "traités")
avec en plus des pistes de travail pour "guérir"
très intéressant!
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
WolandWoland   21 février 2011
[...] ... Les enfants absorbent les messages comme les éponges un liquide, tous les messages sans discrimination, qu'ils soient dits avec des mots ou non. Ils écoutent leurs parents, ils observent leurs parents et ils imitent le comportement de leurs parents. Etant donné qu'ils ont peu de références en dehors de la famille, tout ce qu'ils apprennent à la maison à propos d'eux-mêmes ou des autres se transforme en vérité universelle et s'ancre profondément dans leur esprit. Les modèles parentaux sont essentiels pour le sens de l'identité en formation de l'enfant - surtout au moment du développement de l'identité masculine ou féminine. Malgré les changements spectaculaires survenus ces vingt dernières années dans le domaine des rôles parentaux, les parents actuels ont les mêmes devoir que, jadis, vos parents :

- Ils doivent pourvoir aux besoins matériels de leurs enfants.

- Ils doivent protéger leurs enfants de tout dommage physique.

- Ils doivent répondre aux besoins de leurs enfants en matière d'amour et d'attention.

- Ils doivent protéger leurs enfants de tout dommage émotionnel.

- Ils doivent fournir à leurs enfants des directives d'ordre moral.

Evidemment, cette liste pourrait être bien plus longue, mais ces cinq responsabilités sont la base d'une éducation compétente. Les parents toxiques dont nous allons parler ne vont que rarement au-delà du premier point. Pour la plupart, ils souffrent (ou ont souffert) de véritables problèmes, instabilité émotionnelle ou désordre mental. Non seulement ils sont souvent dans l'incapacité de répondre aux besoins de leurs enfants, mais, dans de nombreux cas, ils comptent sur leurs enfants pour prendre soin de leurs besoins à eux, et ils l'exigent même.

Quand un enfant se voit forcé de prendre des responsabilités incombant à ses parents, les rôles familiaux deviennent flous, déformés ou inversés. Un enfant que l'on oblige à devenir un parent pour lui-même, ou même à devenir un parent pour son propre parent, n'a plus de modèle vers qui se tourner pour apprendre et progresser. Sans exemple de rôle parental à cette période critique pour le développement émotionnel, l'identité personnelle de l'enfant part à la dérive dans un océan hostile de confusion. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
WolandWoland   21 février 2011
[...] ... L'inceste est difficile à cerner parce que les définitions légale et psychologique se situent dans des univers différents. La définition légale est extrêmement étroite ; habituellement, elle définit l'inceste comme un rapport sexuel entre parents du même sang. Le résultat, c'est que des millions de personnes ne se sont pas rendues compte qu'elles étaient victimes d'inceste parce qu'il n'y avait pas eu de pénétration. D'un point de vue psychologique, l'inceste recouvre un bien plus grand éventail de comportements et de rapports. On y inclut les contacts physiques avec la bouche, les seins, les parties génitales, l'anus d'un enfant ou tout autre partie de son corps, effectués dans le but de provoquer l'excitation sexuelle de l'agresseur. L'agresseur n'est pas obligatoirement un parent par le sang. Il ou elle peut être toute personne que l'enfant considère comme un membre de la famille, comme un parent par alliance ou par remariage de l'un de ses géniteurs.

Il y a d'autres types de comportements incestueux qui sont extrêmement destructeurs, bien qu'ils puissent ne comporter aucun contact physique avec le corps de l'enfant. Par exemple, l'exhibitionnisme, la masturbation en présence de l'enfant ou le fait de persuader l'enfant de poser pour des photographies suggestives sont autant de formes d'inceste.

Nous devons ajouter à notre définition de l'inceste que c'est un comportement qui exige le secret. Un père qui serre affectueusement son enfant dans ses bras et qui l'embrasse ne fait rien qui doive être tenu secret. En fait, un tel contact est essentiel pour le bien-être émotionnel de l'enfant. Mais si un père caresse les parties génitales de l'enfant - ou fait caresser les siennes par l'enfant - c'est un acte qui doit être tenu secret. C'est un acte d'inceste.

Il y a aussi nombre de comportements bien plus subtils, que j'appelle inceste psychologique. Les victimes d'inceste psychologique peuvent ne pas avoir été réellement touchées ou assaillies sexuellement, mais avoir subi la violation de leur intimité ou de leur sécurité. Je parle d'actes invasifs comme épier un enfant qui s'habille ou qui se baigne, d'adresser avec insistance des remarques corruptrices ou sexuellement explicites à un enfant. Bien qu'aucun de ces comportements ne coïncide avec la définition littérale de l'inceste, les victimes se sentent souvent violées, et souffrent des mêmes symptômes psychologiques que les victimes de véritable inceste. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
araucariaaraucaria   01 novembre 2015
Contourner son chagrin peut atténuer les sentiments de tristesse temporairement, mais le chagrin repoussé revient vous saisir tôt ou tard - parfois au moment où vous vous y attendez le moins. Beaucoup de gens n'expriment pas leur chagrin au moment d'une perte parce qu'on attend d'eux qu'ils soient "forts" ou parce qu'ils croient qu'il est de leur devoir de prendre soin de tout leur entourage. Mais ces personnes finissent toujours par s'effondrer, parfois des années plus tard, parfois à cause d'un événement mineur. Ce n'est qu'après avoir, finalement, fait l'expérience du chagrin qu'ils avaient remis à plus tard, qu'ils peuvent retomber sur leurs pieds du point de vue émotionnel. Le chagrin a un début, un milieu et une fin. Et chacun de nous doit passer par ces stades. Si vous essayez d'éviter le chagrin, il sera toujours en vous, et son intensité inhibera les sentiments de bien-être.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          376
erienneerienne   04 juillet 2008
Nos parents plantent en nous des graines mentales et émotionnelles - des graines qui se développent en même temps que nous. Dans certaines familles, ce sont des graines d'amour, de respect et d'indépendance. Mais, dans d'autres, ces graines sont la peur, l'assujettissement ou la culpabilité. Au fur et à mesure que vous vous êtes rapproché de l'âge adulte, ces graines se sont transformées en mauvaises herbes qui ont envahi votre vie à un point que vous ne pouvez imaginer. leur feuillage tentaculaire a probablement porté préjudice à vos relations, votre carrière ou votre vie familiale; et il a sans doute ébranlé votre confiance en vous et miné votre amour-propre.

Que des adultes élevés par de parents toxiques aient été battus quand ils étaient petits, ou laissés trop souvent seuls, ou abusés sexuellement, ou considérés comme idiots, surprotégés ou accablés de culpabilité, ils manifestent tous des symptômes similaires: amour-propre blessé, tendance à un comportement autodestructeur. D'une façon ou d'une autre, ils ont presque tous l'impression de n'avoir aucune valeur, aucune capacité et ils se sentent indignes d'être aimés
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
TatooaTatooa   25 mars 2014
Il y a beaucoup de parents chez qui les schémas négatifs de comportement sont persistants, au point de dominer la vie de leur enfant. Ce sont ces parents qui font du mal.
Comme j'étais à la recherche d'une phrase pour décrire ce qu'il y avait en commun chez ces parents, un mot hantait mon esprit : toxique. Comme une toxine chimique, les dommages émotionnels infligés par ces parents se répandent dans tout l'être de l'enfant et, au fur et à mesure que celui-ci grandit, la souffrance grandit avec lui. Quel meilleur mot que « toxiques » pour décrire des parents qui font subir à longueur de temps traumatismes, abus, critiques de toutes sortes à leurs enfants, et qui, la plupart du temps, continuent à se comporter ainsi même après que les enfants sont devenus des adultes ?
Malheureusement, élever des enfants - une de nos plus importantes fonctions - reste pour beaucoup un essai non transformé. Nos parents l'ont appris de personnes qui peuvent ne pas avoir été maîtres en la matière : leurs propres parents. Beaucoup de comportements éducatifs cautionnés par le temps, transmis de génération en génération, sont tout bonnement de mauvais conseils, camouflés sous une apparente sagesse (pensez à « qui aime bien châtie bien »…)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Videos de Susan Forward (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Susan Forward
Susan Forward - Parents Toxiques
autres livres classés : familleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1067 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..