AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782710368977
144 pages
Éditeur : Quai Voltaire (13/09/2012)
3.47/5   31 notes
Résumé :
En discutant avec le costumier de Luchino Visconti, Lorenza Foschini apprend l'existence, au fond d'une caisse du musée Carnavalet, d'une relique hors de prix pour les passionnés de Proust : son manteau, ce grand habit noir dans lequel l'écrivain s'est emmitouflé toute la fin de sa vie, et qui reste un des détails les plus souvent rappelés par ceux qui, comme Cocteau et Morand, ont honoré sa mémoire après sa mort. Elle apprend aussi que c'est Jacques Guérin, grand a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,47

sur 31 notes
5
3 avis
4
4 avis
3
2 avis
2
3 avis
1
1 avis

ATOS
  03 novembre 2016

Objet inanimé….vous connaissez la suite. Mais l'histoire la connaissons nous vraiment ?
Souvenirs , reliques de notre mémoire, un parfum, une étoffe, la forme d'un chapeau, le bruit d'une canne, une table de travail. C'est vrai que les objets contiennent la respiration des âmes. Pas tous et pas de toutes . Mais ceux qui gardent une empreinte , que nous l'acceptions ou non, ceux là exercent en nous leur puissance. Énergie ? Peut être.
L'absence a un parfum . Alors pas de doute il y avait forcément un raison à la quête de Jacques Guérin, grand parfumeur et bibliophile endiablé. Sauver la mémoire de Marcel Proust. Sauvez les meubles, sauvez les photographies, sauvez les cahiers de Proust !
C'est une étrange histoire que celle du manteau de Marcel Proust. «  le beau est toujours bizarre » écrivait Baudelaire. Alors…. c'est une belle histoire. Nostalgique, bien sure. Triste souvent .
Une confidence d'abord : celle faite par le costumier de Luchino Visconti. Et puis de fil en aiguille entre la laine et le taffetas, il y a le temps qui vous « majusculent » les heures.
Beaucoup de personnages traversent ce récit, Les Proust et leurs secrets de famille, Walter Benjamin, Genet, Cocteau, Apollinaire, Picasso, Paris, Violette Leduc...Jacques Guérin.
Cela parle de l'écrit, de la mémoire, de l'amour, du secret, des parfums. Cela parle de livres, de familles, de transmission, d'oubli.
Je ne sais si les objets gardent véritablement une âme...mais je crois vraiment à la mémoire des lieux. Alors si un objet est le lieu d'une passion, d'une souffrance, ou d'un amour je crois que quelque chose peut résider dans un objet. Les objets sont comme les parfums comme les mot ils font naître des images. Et les images sont notre mémoire. Notre mémoire : ce lieu incroyable peuplé de bruits de vague de douceur de sable de regard de prénom de poème d'odeur de musique de silence et de beaucoup d'absence. Pour les celtes, les objets aimés contenait l'âme de celle ou de celui qui l'avait aimé. Briser l'objet c'était un peu comme vous fendre l'âme. C'est beau comme image... non ?
Oui c'est un joli roman. Non l'âme de Proust n'est pas dans son manteau, Proust est du côté de chez Swan, il est là-bas. Si vous voulait le rencontrer ce n'est pas dans un morceau de drap que vous le trouverez. C'est à chacun de ses paragraphes, devant chacun de ses personnages que vous le verrez, l'entendrez. le lieu unique de son souvenir ? : Notre mémoire. Dans la mémoire de chacun de ses lecteurs Proust est présent. Et après ranger le manteau de Proust, il ne vous viendra qu'une seule envie : aller à la recherche de Proust. A bien y penser, ce manteau, …..il a bien quelque chose de de bizarre...Bizarre...vous avez dit…Mais ceci , il est vrai, devint un autre scénario.
« Il cappoto di Proust » de Lorenza Foschini est paru en Italie en 2010 aux Edtions Arnoldo Mondadiri
Il a été traduit de l'italien en 2012, pour les Editions de la Table Ronde, par Danière Valin.
Astrid Shriqui Garain
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ivredelivres
  26 novembre 2012
C'est l'histoire d'un passionné, d'un collectionneur, d'un obsédé, d'un amoureux.
C'est à la fois un livre d'admiration envers Proust mais aussi pour l' admirateur obsessionnel que fut Jacques Guérin
Lorenza Foschini est journaliste et c'est en journaliste qu'elle va partir sur les traces de Jacques Guérin et de sa collection ahurissante d'objets et documents ayant appartenus à Marcel Proust.

Le récit se focalise en partie sur le fameux manteau de l'écrivain, celui qu'il portait en permanence hiver comme été, qu'il jetait sur son lit quand il écrivait, dont tous ses amis se souviennent. Mais ce manteau mité et plus que défraichit n'est que le clou du spectacle offert par Jacques Guérin à la postérité.
Imaginez un collectionneur opéré d'une banale appendicite mais opéré par Robert Proust ! Quelle joie pour ce collectionneur, lors d'une visite chez le médecin d'apercevoir les manuscrits de Marcel Proust et d'être effaré par le peu d'intérêt que semble avoir le frère de l'écrivain pour l'oeuvre du grand Marcel.

La suite ? une traque, une quête. Vous allez chiner avec Jacques Guérin , négocier des prix, chercher et …trouver des reliques qui permettront de reconstituer la chambre de Proust, que vous pouvez aujourd'hui voir au Musée Carnavalet.
Vous pénétrez à sa suite auprès de Marthe Proust, la belle soeur qui ne souhaite qu'une chose c'est protéger l'honneur de la famille et pour cela n'hésite pas à brûler lettres et papiers qui pourraientt rappeler les penchants de Marcel, ceux que la famille a toujours refusé de voir.

L'enquête de la journaliste se lit comme un roman. On est ému par la ferveur de Jacques Guérin, et époustouflé par ses efforts et sa passion, il fut non seulement un grand parfumeur mais de plus il parvint à rassembler une fabuleuse collection de manuscrits et objets qui fut disséminée à la fin de sa vie.
Pour info le manteau est toujours au Musée Carnavalet Lorenza Foschini l'a vu, touché, sous le regard sourcilleux et méfiant du conservateur.

Lien : http://asautsetagambades.hau..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
jcjc352
  07 mars 2021
Tout débute par la naphtaline et le camphre pour donner une vision olfactive à l'ouvrage le manteau est sorti du carton et y est remis immédiatement .
Ensuite vint la description de l' aréopage d' artistes de tous poils écrivains, peintres de Montmartre, grands mandarins du Paris artistique du début du XX siècle . Tout ce beau linge accrédite l'autrice d'une grande érudition et sérieux. Celle qui s'intéresse aux mites du manteau de Proust forcement contribue aussi au mythe de son propriétaire.
Après citation de ces sommités vient les seconds couteaux pour poser le contexte et gagner quelques pages
Du manteau de Proust, quelques pages en début de livre et à la fin. C'est tout! Remarquez bien qu'on ne s'attendait pas à y être informé de son entretien et de sa restauration.
Ah mais nous dit la quatrième de couverture c'est l'équivalent du « bouton de Pouchkine » Ah d'accord et le caleçon sale d' Elvis Presley? Il a été mis en vente mais ne fait pas encore l'objet d'un livre mais ça va pas tarder.
Le reste de l'ouvrage concerne la quête laborieuse et obsessionnelle de Guerin Jacques (grand parfumeur, collectionneur maniaque et surtout grand thuriféraire de Marcel), d'objets ayant appartenu à Proust.
Quelques retours et anecdotes sur Proust : ses habitudes vestimentaires, sa façon d'écrire couché, son asthme bref les choses de la vie.
Les débats avec Marthe, brave femme parfois et veuve du frère de Proust. Conversations avec l' homme de mains, brocanteur de son état de cette dernière.
Quelques essais psychologiques sur les rapports entre les deux frères Marcel et Robert
Quelques réflexions sur l'homosexualité de Marcel.
Que du scoop !
Du manteau point il y a ! que nenni !
On peut s'interroger sur cette curieuse manie, maladive, de collectionner les objets ayant appartenu aux grands hommes Cette syllogomanie qui monopolise des objets inutiles créant obligatoirement une spéculation qui va profiter grassement au thuriféraire et qui va attirer l'attention de lecteur sur autre chose que l' oeuvre du grand Homme. On peut aussi s'interroger sur la même maladie mais plus grave du romancier(e) (mais est-ce bien un romancier(e)) qui va s'attacher à nous parler de l'homme (Guerin) qui a vu l'homme (Werner) qui a vu le meuble ou manteau qui a appartenu à la bête (Marcel) .
Bien triste fétichisme littéraire qui fige dans le formol la vie d'un artiste mais bon on mourra moins bête Ce soir on va briller en société.
Bien ceci dit il faut que je m'attaque au « bouton de Pouchkine » en attendant la sortie du « bouton du manteau de Marcel » Après peut-être les montres de Napoléon, la pipe de Churchill La matière à écrire ne fait pas défaut et le chômage en littérature: connait pas !
Bref un panégyrique vestimentaire à mettre au pressing


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          35
HQL
  26 avril 2021
Si vous me lisez de temps en temps, vous savez déjà que "les classiques littéraires", c'est pas spontanément ma came. Mais j'essaie, je veux dire, j'ai vraiment envie de partager l'émerveillement de toutes ces profs de français -de lettres modernes, pardon- lorsqu'elles se plongent dans un grand roman français. Et puis merde, je lis plus que la plupart de mes amis-proches-collègues-connaissances, j'ai une réputation de type lettré qui me colle à la peau, bien que totalement injustifiée, je dois donc faire l'effort de m'y coller, aux classiques.
Bref, toute cette palabre pour dire que j'ai envie de lire La Recherche, de Marcel Proust. C'est audacieux comme truc, mais ça doit être beau à lire, étant donné le nombre incalculable d'auteurs qui te parlent de Proust dans leurs romans. Genre t'as pas lu Proust, t'es pas un vrai lecteur.
Avant d'acheter telle ou telle édition de la Recherche (ça coûte bonbon, La Pléiade, et je trouve que ça fait vieille bourgeoise à collier de perles qui vit dans le XVIème), on m'a conseillé de me familiariser avec l'oeuvre et le personnage de Proust, et ça tombe bien, c'est un peu ce que fait Lorenza Foschini en s'appuyant sur le manifestement mythique manteau à col de loutre que portait Proust.
Trois chapitres entiers pour faire une intro, on peut dire que j'ai le sens du suspens (ou peut-être suis-je juste un peu éparpillé). le manteau de Proust, donc, c'était bien, pour un type comme moi dont la seule connaissance de Proust se limitait à quelques mots clés sans liens apparents : madeleine, temps perdu, immanquable, questionnaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mimipinson
  13 septembre 2012
Ouvrage lu en avant-première en qualité de juré pour le grand prix du roman Fnac 2012 ; ouvrage reçu en version définitive avec 4ème de couverture et note biographique, ce qui donne quelques repères appréciables !!!
Ce livre peut tout à fait ravir les passionnés de Proust. Je n'en suis pas…. Et pas vraiment encline à le lire !!!
Dans ce court livre, il est question de Jacques Guérin, amoureux de la Recherche, heureux propriétaire du manteau de Proust. L'auteur nous relate le parcours de Guérin à l'affut de tout ce qui pouvait être en relation avec son idole, et ce grâce à sa proximité avec le frère de ce dernier.
Dire que cela m'a passionnée est très excessif ; dire que cela m'a laissée de marbre, l'est tout autant. Objectivement, ce livre m'en a appris sur un auteur qui ne figure pas à mon palmarès, et qui honnêtement, ne figure absolument pas dans les priorités. L'auteur est agréable à lire ; l'ouvrage est agrémenté d'illustrations adaptées. L'ouvrage est court, léger….. Il a occupé à bon escient 2 trajets ferroviaires….mais cela s'arrête là. Il ne fera pas date, ne laissera pas grand-chose derrière lui. Peut-être que les connaisseurs de Proust y trouveront intérêt ….. Encore que, sa superficialité bienvenue pour moi peut s'avérer frustrante pour les autres.
Lien : http://leblogdemimipinson.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
michelekastnermichelekastner   13 janvier 2013
Quand Marthe s'assit, droite et sévère, près de la cheminée, Guérin s'installa à ses pieds sur un tabouret.
" Madame, murmura-t-il d'un ton déférent, permettez-moi de vous dire quelle a été ma joie lorsque, au cours de ma visite dans son cabinet, votre mari m'a accordé le privilège de voir les cahiers manuscrits de son frère que j'admire tant. "
Et, comme la dame l'écoutait sans répondre avec un sourire figé, il insista :
" Vous devez posséder une immense quantité de manuscrits, de lettres, de papiers de votre beau-frère. Comme cela doit être passionnant ! "
La voix nasillarde, presque stridente, de Marthe s'éleva au-dessus du bourdonnement du salon :
" Ne m'en parlez pas, cher monsieur ! Nous sommes envahis de papiers en tout genre. Mais mon mari et moi sommes en train de mettre un peu d'ordre dans ce fatras de lettres, de cahiers, de billets...Nous brûlons...nous brûlons tout ! "
Sur ce, satisfaite d'elle-même, un sourire froid aux lèvres, elle se tut.
Bouleversé par les paroles de Marthe, Jacques eut l'impression que les flammes qui s'échappaient de la cheminée près de laquelle il était assis étaient celles qui avaient réduit à néant les souvenirs et les témoignages d'un génie. Il quitta la pièce troublé et effaré, se disant qu'il n'était nul besoin de guerres ou de révolutions pour faire oeuvre de destruction. Les héritiers, les familles, songea-t-il inconsolable, s'arrogeaient eux-mêmes le droit d'effacer des traces et des témoignages précieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NikolasdeparisNikolasdeparis   15 juillet 2017
Le parfumeur touche délicatement le manteau, effleure les boutonnières et les boutons, qui ont été déplacés pour mettre le manteau croisé à la mesure du corps plus jeune et plus mince du brocanteur. Les noeuds de fil épais de l'ancien boutonnage sont encore visibles. Sa main glisse jusqu'à l'ourlet décousu, attaqué par l'eau de la Marne, puis il défait les boutons et tâte la fourrure de loutre noire, fanée à présent, et dont les poils clairsemés laissent voir l'envers du tissu en laine. En serrant entre ses doigts ces bouts d'étoffe râpée, il éprouve peut-être la même émotion qu'en feuilletant les pages d'un livre rare ou les papiers froissés d'un manuscrit miraculé. Quelque chose qui ne devait pas disparaître est venu à lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
GuyliGuyli   06 août 2014
Pour les passionnes de Proust - du bonbon!
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Lorenza Foschini (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lorenza Foschini
Lorenza Foschini - La Princesse de Bakounine
autres livres classés : mémoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
654 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre