AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070141128
Éditeur : Gallimard (16/08/2018)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 158 notes)
Résumé :
«Lina n’était jamais vraiment là. Tout se passait dans son regard. J’en connaissais les nuances, les reflets, les défaites. Une ombre passait dans ses yeux, une ombre dure qui fanait son visage. Elle était là mais elle était loin. Je ne comprenais pas ces sautes d’humeur, ces sautes d’amour.»
Un dimanche de décembre, une femme livre à ses trois fils le secret qui l’étouffe. En révélant une souffrance insoupçonnée, cette mère niée par les siens depuis l’adole... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (65) Voir plus Ajouter une critique
palamede
  29 octobre 2018
« Et puis tout d'un coup je me suis mis à pleurer pour rien. Ce rien, c'était notre vie disparue sans que je te serre contre moi, petite maman, sans ces gestes que tu avais tant attendus puis qu'à la longue tu avais cessé d'espérer, comme on ferme la lumière dans une pièce déserte où nul ne viendra plus. »
Ne plus aimer d'avoir trop aimé. Puis se réconcilier avec son histoire et aimer à nouveau. Un parcours difficile qu'Eric Fottorino va accomplir sur les traces de ses pères, adoptif et naturel, et de Lina, sa mère surpassée pendant trop longtemps par sa propre mère aux yeux de l'enfant qu'il a été.
À Nice, Ascros, Bordeaux, Condéon, Barbezieux... Éric Fottorino va retrouver seul puis avec sa mère ces lieux de bonheurs, de chagrins, de drames familiaux. Pour combler sa quête identitaire et renouer le dialogue avec sa chère mère, ces étapes sont indispensables ; car il lui faut comprendre ce qui lui a échappé de sa famille et de son enfance.
Légitimement, comme tout un chacun, Eric Fottorino cherche à savoir avec quoi et avec qui il s'est construit. Et ce n'est pas facile quand on a une mère, fille-mère (comme on disait à l'époque) à l'adolescence à deux reprises, et deux pères, Moshé de Fès et Michel de Tunis, qui « portaient en eux les germes de toutes les haines ... : les séquelles de la colonisation, l'intolérance religieuse, l'antisémitisme français, le rejet des basanés. » Une autofiction émouvante et sincère, qui, si elle révèle l'intime, contrairement à d'autres ne règle pas ses comptes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          982
Piatka
  21 novembre 2018
« Être abandonné, avoir été abandonné, qui peut dire ce qui fait le plus mal ? »
Un dimanche, une mère révèle à ses trois fils qu'elle a accouché d'une petite fille qu'on lui a enlevé aussitôt. C'était en 1963, elle était déjà « fille-mère », c'était plus que n'en pouvait supporter sa famille, sa propre mère surtout qui a organisé l'abandon, avec la complicité de l'église et sans la consulter bien sûr.
Commence alors pour l'ainé, le « narrateur batard », une quête difficile mais devenue nécessaire : qui était cette enfant de dix-sept ans qui en aout 1960 l'a mis au monde clandestinement à Nice ? Sa mère, cette inconnue.
Refaire le chemin, sans juger, vers Nice, tenter de remonter le temps vers son enfance à Bordeaux, entre autre. Se rapprocher de sa mère adolescente, de ses souffrances, de ses pères aussi, naturel et d'adoption.
Chercher à comprendre. Se heurter à l'incompréhensible.
« J'essayais de recoller nos vies. » « On s'en était sortis vivants. Vivants, mais pas indemnes. »
Ce roman, largement autobiographique, est d'une grande sobriété. Il dit sans fioritures les ravages des non-dits, le poids des secrets au sein d'une famille, leurs répliques même cinquante ans plus tard. Son authenticité, sa justesse de ton font sa force. C'est l'hommage émouvant d'un fils à sa mère mais aussi le témoignage rapporté d'une époque pas si lointaine où les carcans de la société pouvaient briser des vies en toute impunité.
Commencé dans la brutalité de la révélation d'un secret, il s'achève par une délivrance, une ébauche d'apaisement et de tendresse entre un fils et sa maman.
C'est peut-être cela en définitive que j'ai envie de retenir au-delà de la quête personnelle de l'auteur : le pouvoir d'apaisement et de libération des mots, plus forts que les maux, magistralement démontré par Eric Fottorino.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7213
Lolokili
  11 janvier 2019
Longtemps les origines d'Éric Fottorino, et plus encore son lien avec sa mère, n'auront été que secrets, mensonges ou souvenirs fragmentaires. "Korsakov" ou "L'homme qui m'aimait tout bas" (pour ne citer qu'eux), désarmants hommages à ses deux pères, témoignent de cette quête d'identité sans trêve qui relie la plupart des oeuvres de cet auteur sensible et discret.
Ici le voilà qui convoque à nouveau le secours de l'imaginaire et des mots pour comprendre l'histoire de sa vie, explorant pour la première fois son sujet sans doute le plus complexe et le plus douloureux : sa mère, le "profil perdu" qui manque à sa mosaïque familiale.
S'affranchissant des absences et des non-dits, Fottorino emprunte à l'artifice du roman pour mettre en lumière et réinventer sa "petite maman", celle qu'il côtoie depuis toujours mais dont il ignore tout. Celle qui, à l'âge de dix-sept ans, donna clandestinement le jour à cet enfant pas vraiment prévu au programme.
Plus que jamais l'on comprend combien, pour cet auteur, ses mots et leur magie sont une essentielle respiration de vie, et en l'occurrence ici sa seule façon d'exprimer un amour filial irrémédiablement entravé par un lourd passif de mutisme émotionnel.
« Ce livre est traduit du silence »… merveilleuse formule pour un message bouleversant, le plus lumineux moment de grâce que j'aie pu découvrir de cet auteur à ce jour.

Lien : http://minimalyks.tumblr.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7217
Iboo
  05 février 2019
Conquise par la critique qu'en avait posté Lolokili, j'ai sauté sur ce livre sans même me poser la question de savoir s'il s'agissait ou non d'un roman autobiographique. Au cours de ma lecture, il m'est apparu comme une évidence qu'il ne pouvait en être autrement.
Il me semble, en effet, qu'un auteur, aussi talentueux soit-il, ne pourrait nous transmettre avec une telle intensité, des sentiments, des blessures, des ratages, s'il ne les a pas lui-même vécus, ressentis, éprouvés.
Ce livre transpire à toutes les pages de vies volées, de rendez-vous manqués, de non-dits, de cris désespérés et d'amour. Surtout d'amour.
Et quelle belle écriture !
Touchée. J'en ressors sincèrement émue.
Commenter  J’apprécie          611
Cancie
  10 janvier 2019
Dix-sept ans, titre du livre d'Éric Fottorino, est également l'âge qu'avait sa mère quand il est né. Dix-sept ans est un très beau roman autobiographique. Cet auteur en avait déjà commis d'autres mais sur son père ou plutôt ses pères (naturel et biologique) avec L'homme qui m'aimait tout bas.
Un dimanche de décembre, donc, se retrouvent dans la maison familiale acquise au début des années 1980, à vingt minutes de la Rochelle, conviés par leur mètre à déjeuner, Éric, ses deux frères plus jeunes, plus exactement ses demi-frères, François et Jean, leurs compagnes et enfants. Éric est venu avec Sylvie et leur fille Apolline (11 ans), leur fils Théo étant retenu à Bordeaux pour un tournoi de foot avec les poussins Girondins.
Dès le début du repas, leur mère, Lina, annonce qu'elle souhaite parler à ses fils et à eux seuls. Stupeur ! « Ce déjeuner était un Waterloo. »
Elle va alors leur dévoiler ce secret qu'elle a tu jusque-là, à savoir que, très jeune, à 23 ans, le 10 janvier 1963, elle a accouché d'une petite fille qu'elle a été forcée d'abandonner dès sa naissance. Si François et Jean, ses frères, sont très émus à l'annonce de cette révélation, Éric, lui, reste de marbre.
Il rentre chez lui croyant que tout allait bien mais en fait, ne cesse de se poser des questions sur son désamour pour sa mère. Il tente de reprendre ses cours à la fac mais en véritable automate. Il annonce alors aux siens qu'il a décidé de partir quelques jours à Nice où il s'envole.
Et c'est à Nice où le narrateur Éric est né, qu'il va tenter de résoudre l'énigme de son existence et percer le mystère de cette mère quand elle avait dix-sept ans.
Pour cela, il va arpenter les rues de Nice, monter jusqu'au village d'Ascos où elle logeait, marchant à sa rencontre, dans ses pas. Il va peu à peu comprendre qu'on l'a dépouillé de son identité, qu'on lui a volé sa mère, son père et même sa judéité.
Cette quête du passé va lui permettre de retrouver la paix avec lui-même. C'est un roman très personnel dans lequel il réajuste la réalité au grè de sa plume, un roman touchant, émouvant, bouleversant, écrit avec beaucoup de justesse, de poésie et beaucoup d'amour.
Quelle écriture ! C'est un véritable cri d'amour pour sa mère, un roman qui, bien que très personnel, touche tout un chacun par l'universalité des sentiments.
La dernière phrase de cet ouvrage est absolument magique et m'a bouleversée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450

critiques presse (2)
Liberation   18 septembre 2018
Manquait le livre sur sa mère Lina, que voici, figure maternelle éclipsée jusqu’à présent par le charisme des deux pères. C’était sans doute le plus difficile à écrire. Moins porté sur la quête des origines, il cherche davantage à comprendre quelle est la raison de son «désamour tenace» pour Lina.
Lire la critique sur le site : Liberation
Actualitte   20 août 2018
Éric Fottorino nous invite dans Dix-sept ans à une plongée dans l'extrême. Pas celui du saut à l'élastique, de l'expédition au cœur de la jungle. Un extrême bien plus terrifiant, qui nous concerne tous : celui de notre intimité la plus ultime.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (124) Voir plus Ajouter une citation
FleitourFleitour   18 avril 2019
Je ne savais pas.
Je ne sais toujours pas. J'ai oublié.
Un chagrin muet, sans histoire et sans visage.
Un chagrin qui ne prévient pas.
Il a fait son lit à l'intérieur de moi,
a troublé tant de mes nuits.
Pas à cause du bruit mais du silence
qu'il a creusé dans les galeries de mon être.
Parfois pourtant, j'entends un cri.
Ce cri a plus de 50 ans.
Il traverse ma vie comme la balle d'un silencieux.
Je suis le seul à l'entendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
FleitourFleitour   19 avril 2019
Lui parler était aussi douloureux
que de lui offrir un cadeau pour les fêtes.
Il s'agissait de lui faire plaisir, je perdais pied.
P40
Commenter  J’apprécie          10
FleitourFleitour   07 avril 2019
Mais l'enfant est déjà là, blotti en elle.
C'est lui qui attend sa maman.
Moi je t'attendais,
tu n'es jamais venue.
Oublie ce que je viens de dire.
P 66
Commenter  J’apprécie          110
FleitourFleitour   05 avril 2019
J'en ai déduit que les hommes de la famille, moi compris,
préféraient les fourberies de la courbe,
aux droitures de la droite.
P 89
Commenter  J’apprécie          210
FleitourFleitour   06 avril 2019
Même ensemble on ne l'était pas.
Lina n'était jamais vraiment là.
Mes jeux elle ne les aimait guerre.
P 71
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Éric Fottorino (84) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric Fottorino
Chaque vendredi matin, Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour leurs coups de c?ur... Voici les références des livres présentés dans l'émission du 05 avril 2019 :
Vindicta de Cédric Sire aux éditions Metropolis https://www.lagriffenoire.com/145578-nouveautes-polar-vindicta.html
A la recherche d'Alice Love de Liane Moriarty et Béatrice Taupeau aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/139578-divers-litterature-a-la-recherche-d-alice-love.html
Mes souvenirs de Jane Austen de James edward Austen-leigh et Guillaume Villeneuve aux éditions Bartillat https://www.lagriffenoire.com/50707-divers-litterature-mes-souvenirs-de-jane-austen.html
Le Diable s'habille en Prada de Lauren Weisberger et Christine Barbaste aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/21559-poche-le-diable-s-habille-en-prada.html
L'Enfer est pavé de bonnes intentions de Lauren Weisberger et Christine Barbaste aux éditions Fleuve 9782265099074
Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es de Jean Anthelme Brillat-Savarin aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/147212-livres-de-cuisine-dis-moi-ce-que-tu-manges--je-te-dirai-ce-que-tu-es.html
Boréal de Sonja Delzongle aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/147326-romans--boreal.html
La salle de bal de Anna Hope et Élodie Leplat aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/147333-livres-cd-pour-enfants-la-salle-de-bal.html
Je maudis le jour de Anna-Véronique El Baze aux éditions Plon https://www.lagriffenoire.com/143696-nouveautes-polar-je-maudis-le-jour.html
America n°9 de François Busnel et Eric Fottorino aux éditions Revue America https://www.lagriffenoire.com/146977-livres-preparation-ecole-public-america-n-9.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : niceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
729 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..