AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 226202667X
Éditeur : Perrin (05/04/2007)

Note moyenne : 3/5 (sur 5 notes)
Résumé :

Nous vivons sur une idée fausse et dangereuse : parce que le monde est devenu plus fluide et l'économie globalisée, les frontières seraient condamnées à disparaître. Or, depuis quinze ans, plus de 26 000 kilomètres de frontières politiques ont été tracées rien qu'en Europe et en Asie centrale, et autant ont fait l'objet d'accords internationaux. Plus grave, les conflits les plus durables et les p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
YvesParis
  27 février 2012
Michel Foucher est un obsédé des frontières. Il leur consacra son doctorat d'Etat en 1986 et en fit un ouvrage de référence qu'il remet à jour régulièrement . le petit ouvrage qui sort en poche début 2012 dans la collection Tempus est l'actualisation – imparfaite – de « L'obsession des frontières » publié en 2007 chez Perrin.
Comme dans Fronts et frontières, mais dans un format beaucoup plus ramassé, ce court opus est l'occasion d'un tour du monde géopolitique des frontières. On y retrouve quatre idées phares de la pensée de Michel Foucher.
Premièrement, il n'existe pas de frontières naturelles. Certes une large partie des 250.000 km de frontières terrestres que compte la planète coïncident avec des fleuves ou des lacs (32 %), avec des lignes de crêtes (24 %), avec des lignes géométriques (23 %). Mais l'existence d'une rupture géographique ne constitue ni une condition nécessaire ni une condition suffisante à l'apparition d'une frontière : « Il y a des faits de Nature, mais leur désignation est fort humaine » (p. 148). Dans sa thèse consacrée aux frontières himalayennes –dirigée par Michel Foucher Emmanuel Gonon a montré que la « frontière naturelle » des Himalayas n'était en rien évidente .
Deuxièmement, à rebours de la vulgate qui voudrait que l'ère de la mondialisation sonne la disparition des frontières, on voit au contraire les frontières se multiplier sous l'effet de l'apparition de nouveaux Etats : l'ONU comptait 51 Etats à sa création en 1945, elle en compte 159 en 1990, 193 aujourd'hui. Conséquence mathématique : plus de 28.000 km de nouvelles frontières internationales ont été instituées depuis 1991. Leur caractéristique commune est de suivre des tracés anciens : les frontières des Etats successeurs de l'URSS, de la Yougoslavie ou de la Tchécoslovaquie suivent, à quelques détails près, le tracé des frontières qui séparaient les Etats fédérés qui composaient ces fédérations. « de nouvelles frontières, oui, mais sans nouveaux tracés sur le terrain » (p. 15).
Troisièmement, à rebours là encore de l'espérance symbolisée par la chute du mur de Berlin, les murs, loin de disparaître, se dressent de plus en plus nombreux aux frontières . Ni les « peace lines » d'Irlande du Nord, ni la Ligne verte à Chypre, ni les murs bâtis par le Maroc au Sahara occidental n'ont été démantelés. D'autres ont été construits sur le même modèle : en Cisjordanie, sur le Rio Grande, autour des enclaves de Ceuta et Melila. Leur coût est prohibitif : c'est un marché extraordinairement lucratif pour les fournisseurs d'équipements de surveillance. Leur efficacité est douteuse : l'ingéniosité des passeurs de frontières inventera mille tours pour s'en jouer. Leur érection est en fait le plus souvent un message politique à usage interne : l'Etat se met en scène en doublant son message sécuritaire d'une action symbolique.
Quatrièmement, la distinction entre les frontières et les fronts, entre la border qui délimite linéairement deux espaces de souveraineté sans solution de continuité et la frontier qui forme une marche, une zone où les interactions rendent ambigües le jeu des souverainetés. Dans le chapitre consacré aux frontières de l'Europe, vieux serpent de mer du débat politique européen, M. Foucher défend une thèse stimulante : la « politique de voisinage » mise en oeuvre par la Commission marque le passage d'une conception française classique de la frontière-border à une conception américaine du front-boundary. La démarche est habile ; mais elle ne permettra pas de faire l'économie du débat sur les limites de la construction européenne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
Telerama   16 mai 2012
Il s'agit d'une double réflexion, sur l'élargissement européen qui a permis à des nations de se constituer en Etats au sein de l'Union, mais aussi sur toutes les frontières qui ne cessent de se dessiner dans le monde, en raison des conflits.
Lire la critique sur le site : Telerama
Videos de Michel Foucher (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Foucher
Carte blanche au journal le Monde.
L?Occident a conduit les affaires du monde pendant trois siècles, mais les règles du jeu semblent changer avec la montée en puissance de pays émergents qui bousculent l?ordre mondial et contestent les normes et valeurs universelles. La désoccidentalisation du monde est-elle en cours et est-elle irréversible ? MODÉRATEUR : Gaïdz MINASSIAN, Journaliste au Monde, enseignant-chercheur à l?IEP Sciences Po Paris. INTERVENANTS : Bertrand BADIE, Professeur à l?IEP Sciences Po Paris, Michel FOUCHER, Géographe, ancien ambassadeur, titulaire de la chaire de géopolitique appliquée au Collège d?études mondiales de la Fondation Maison des Sciences de l?Homme (FMHS).
+ Lire la suite
autres livres classés : FrontièresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1603 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre